Funérailles de Desperado, novembre 1455

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Funérailles de Desperado, novembre 1455

Message  feu Tiadriel le Mar 10 Juin - 21:13

*Convoi funéraire* a écrit:Quatre silhouettes apparurent aux premières lueurs de l'aube, ce jour là, encadrant une charette tirée par un cheval, avec à sa tête un cinquième homme.
Sans s'approcher de ce convoi, il était difficile de savoir ce qu'il transportait excatement, mais à voir l'attitude de profonde affliction qui se dégageait, il n'était pas compliqué de le deviner. Les cinq hommes portaient un capuchon, une robe de bure et une croix aristotélicienne autour du cou. Pas un seul ne parlait en traversant les rues du village s'éveillant tout juste, chacun préférant rester dans un silence recueilli.
Ils ne connaissaient que la destination finale de leur pénible voyage, mais la jeune femme chez qui ils se rendaient leur avait fourni les renseignements nécessaires pour y parvenir.
Ils finirent par apercevoir la bergerie du 5 Chemin de la Louve, un nuage de fumée s'élevait déjà de la cheminée. Au moins pourraient-ils se réchauffer auprès de l'âtre en arrivant...

Bettym a écrit:Bettym venait d'apprendre la nouvelle et avait pris sa plume pour écrire quelques mots de reconfort à la jeune maréchale de Montbrisson.

Chère Tiadriel,

Je viens d'apprendre cette triste nouvelle et vous prie de recevoir toutes mes condoléances.
Je ne pourrais malheureusement être présente à cette veillée funéraire mais je ne manquerai pas de prier pour le salut de votre Compagnon, Sieur Desperato, et aussi pour qu'Aristote vous vienne en aide lors de cette épreuve.
Sachez que je suis de coeur avec vous.

Qu'Aristote vous bénisse, vous et les vôtres.
Dame Bettym

La Maréchale relut sa lettre, la sabla et l'accrocha à un pigeon avant de le laisser partir vers la demeure de Dame Tiadriel.

Tiadriel a écrit:Tiadriel, après être passée au panneau d'affichage du village, était rentrée rapidement chez elle. Elle posa Inuki endormi dans son panier près de la cheminée, avant d'allumer un feu. Réglisse se posa sur son perchoir et la regarda s'activer de façon automatique, le regard perdu dans le vague. La jeune femme faisait mentalement le point, sur tout ce qui avait été fait et restait à faire.
Elle allait sortir chercher de l'eau quand elle reçut une missive de Bettym. Elle la lut, chaque mot lui déchirant le coeur un peu plus, mais étrangement apaisée par ces paroles de soutien. Elle lui répondrait en revenant. Elle attrapa un seau et se dirigea vers le Vizézy. Elle ne tarda pas en chemin et revint le plus rapidement possible chargée de son seau.
Inuki dormait toujours et Réglisse somnolait à présent sur son perchoir. Elle mit de l'eau à chauffer et prit de quoi répondre à Bettym. Une fois sa lettre achevée, elle la scella et réveilla Réglisse. Elle lui attacha la lettre à la patte et lui donna le destinataire, Dame Bettym à Moulins. Elle ouvrit à la chouette et la regarda s'élever dans les airs. Elle essuya les larmes qui coulaient le long de ses joues, incapable d'avoir pu les retenir.
Elle but ensuite une camomille à laquelle elle avait ajouté un peu de tilleul. Cela la calma un peu et elle se remit au travail. Il fallait que tout soit prêt pour l'arriver du convoi et la veillée qui viendrait ensuite.

Elle passa dans la pièce d'à côté et fut accueillie par le bêlement de ses moutons. Elle les parqua un peu plus loin, libérant de la place devant pour pouvoir y accueillir Desperado. Elle ne disposait pas d'assez de place dans la pièce principale et d'ailleurs celle-ci était trop chauffée.
Elle installa deux treteaux et une longue planche, assez large, qu'elle recouvrit d'un drap sombre. Elle ajouta quelques chaises qu'elle avait empruntées, et ajouta quelques torches qu'elle allumerait le moment venu. Elle regarda le résultat, plus ou moins satisfaite, elle ne pouvait faire mieux.
Elle revint dans la pièce principale, y ajouta aussi quelques chaises. Elle s'occupa ensuite des victuailles. Pour quelqu'un aimant faire la fête comme Despé, elle espérait que les gens trinqueraient à son passage de l'autre côté. Il lui restait des réserves, elle n'aurait pas besoin de courir au marché.
Un peu rassurée, elle jeta un coup d'oeil par la fenêtre. Il commencait à faire nuit. Elle laissa la lucarne entrouverte pour le retour de Réglisse. Inuki s'était réveillé et elle le fit sortir, s'enroulant dans un châle pour le surveiller du pas de la porte. Il revint un petit moment après, elle lui donna à manger, essayant de faire de même, mais rien à faire, ça ne voulait pas passer. Elle but juste une boisson chaude avant de prendre le petit chien qui avait fini de manger et ils allèrent se coucher tous les deux.

*Convoi funéraire* a écrit:Le triste convoi arriva devant la bergerie de Tiadriel. Il s'arrêta devant le petit portail. Un des hommes qui suivait à côté se détacha et alla frapper à la porte. Il attendit, entendant du bruit à l'intérieur. Une jeune femme ouvrit la porte, les yeux rougis, le teint pâle. Il s'inclina.

Bonjour, comme convenu, nous vous avons ramené le corps de votre aimé.

Son ton était grave, solennel, il fit signe aux autres d'approcher. Le conducteur descendit de charrette et aida les trois autres à décharger le corps du jeune homme. Avec précaution, ils le soulevèrent et se dirigèrent vers l'entrée.
La jeune femme s'effaça pour les laisser passer et leur montra où le déposer. Elle n'avait pas encore prononcé un son, les larmes avaient recommencé à couler le long de ses joues.
Les quatres hommes placèrent la dépouille sur la planche recouverte du drap sombre, avant de faire le signe de la croix et d'adresser une brève et silencieuse prière, puis repassèrent dans la pièce principale.
La jeune femme leur présenta des chaises et ils s'assirent tous en silence. Silence qu'elle se décida enfin à rompre...

Tiadriel a écrit:Tiadriel avait eu bien du mal à trouver le sommeil cette nuit là. Incapable de s'arrêter de pleurer, elle pensait avoir assécher ses réserves de larmes au petit matin.
Elle se décida finalement à se lever. Elle raviva le feu dans la cheminée et mit de l'eau à chauffer. Les yeux rougis d'avoir trop pleurer, elle devait faire peur à voir. Elle allait se servir une tisane quand elle entendit frapper à la porte.
Elle alla ouvrir et regarda l'homme encapuchonné à la robe de bure se pencher en signe de respect.


Bonjour, comme convenu, nous vous avons ramené le corps de votre aimé.

Son sang ne fit qu'un tour. La triste vérité la frappa violement de plus belle. Les larmes recommencèrent à couler sans qu'elle ne puisse rien faire pour les empêcher. Elle les regarda entrer et déposer le corps de Despé à l'endroit qu'elle avait préparé à cet effet, incapable d'ouvrir la bouche.
Quand ils revinrent dans la pièce principale, elle les invita à s'asseoir. Puis se décida à prendre la parole :


Merci.
Merci de me l'avoir ramené.


Elle posa ensuite la question qui lui brûlait les lèvres mais qu'elle redoutait tant de prononcer.

Pouvez-vous me dire ce que vous savez concernant sa... sa mort ?

Attendant une réponse, elle leur servit une boisson chaude et sortit quelques victuailles pour qu'ils puissent se sustenter. La route avait dû être longue pour eux.

*Convoi funéraire* a écrit:Les cinq hommes écoutèrent la jeune femme, puis se concertèrent du regard en signe d'assentiment. Le chef du convoi reprit la parole, il devait bien ça à la jeune femme, elle en aurait besoin pour faire son deuil.

Un de nos frères moines a trouvé votre ami sur le bord de la route menant à notre monastère. Il était déjà aux portes de la mort. Il a été attaqué et dépouillé, par plusieurs individus nous pensons. Nous lui avons prodigué tous les soins que nous pouvions pour tenter de le sauver, mais hélas, il était trop tard. Trop affaibli pour appeler, nous ne savons pas combien de temps il est resté sur cette route. Il ne possédait aucun papier sur lui et nous n'avons su son identité que quand votre émissaire est venu nous trouver. Il était alors trop tard, le pauvre malheureux avait déjà poussé son dernier soupir. Mais il n'a pas souffert dans ses dernières heures et je suis sûr qu'il a trouvé sa place au Soleil à côté d'Aristote.
Nous lui avons prodigué les soins de conservation de base, avant de transporter son corps jusqu'à chez vous.


Il se tut ensuite, attendant d'éventuelles questions, mais la jeune femme était trop secouée pour pouvoir assimiler la totalité de ce qu'elle venait d'entendre. Les cinq hommes prirent une légère collation, finirent leurs tasses, puis après s'être assuré que la jeune femme allait "bien", ils prirent congés.

Tiadriel a écrit:La jeune femme avait écouté le moine lui répondre. Elle avait trouvé sa voix étonnamment chaleureuse malgré les paroles qu'il avait prononcées. Un sourire de gratitude fugace passa sur son visage même si elle avait été fortement secouée en apprenant la vérité. Desperado n'avait pas été retrouvé mort comme elle l'avait d'abord cru. Elle aurait pu le voir avant sa mort si seulement... Mais il était trop tard, il était inutile de palabrer sur ce qui aurait pu être fait.
Elle les remercia encore une fois, puis les regarda s'éloigner. Restant seule avec son chagrin.

Elle se décida à passer dans la pièce d'à côté. Elle voulait le voir, tout en redoutant ce moment. Elle poussa la porte et entra doucement, comme si elle avait peur de le réveiller, mais il dormait bien du sommeil du Juste.
Elle tendit une main tremblante et ota le tissu qui recouvrait son visage. Même dans la mort, elle le trouva beau. Elle ne savait si c'était les soins que les moines lui avaient prodigué, mais elle s'était attendue à pire et la douleur n'en fût que plus grande.


Mon coeur, tu es parti trop tôt, oui, bien trop tôt. Tu laisses dans mon coeur un grand vide que je ne suis pas sûre de combler un jour. J'espère vraiment que comme me l'a dit le frère moine, tu as trouvé une place au Soleil à côté d'Aristote.
Je t'aime !


Elle essuya une larme perlant à son oeil et lui donna un dernier baiser. Elle resta là un temps infini à le regarder. Ce n'est seulement que quand elle entendit un petit jappement plaintif qu'elle se décida à détacher son regard du corps étendu là et de le tourner vers Inuki. Le petit chiot jouait déjà à tirer sur sa robe. Elle le prit dans ses bras et lui fit un énorme calin avant de lui ouvrir la porte pour qu'il puisse aller faire un tour. A ce moment, Réglisse entra et vint se poser sur son perchoir.
La vie reprenait ses droits pour un temps. La jeune femme alla faire un brin de toilette, puis prépara la pièce principale pour recevoir les personnes qui viendraient pour la veillée. Elle plaça à l'entrée de la pièce où se trouvait Desperado un livre d'or pour recueillir les mots de ceux qui le souhaiteraient.

Voilà, elle était prête. Elle respira un bon coup et attendit...


Dernière édition par Tiadriel le Jeu 17 Juil - 22:06, édité 2 fois
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Desperado, novembre 1455

Message  feu Tiadriel le Mar 10 Juin - 21:25

Rick de Montbrisson a écrit:Rick avait fait ce qu'il croyait en son devoir pour la mémoire de Despérado. Il avait commandé un cercueil auprès de Nevitta et lui avait demandé de le livrer à la bergerie de Tia. Il avait été voir le padre pour savoir la date, mais n'avait eu aucune réponse concrète. Maintenant, il lui restait à aller aider son amie et associée à dire adieu à son meilleur poteau.

Le jeune homme arriva à la bergerie. Il avait mis une chemise noire, qu'il avait cousue pour l'occasion. Et sur son chapeau, il avait mis un bandeau noire. Il frappa trois coups et attendit que Tiadriel vienne lui ouvrir. Il tenta de cacher au mieux ses larmes. Et en attendant qu'elle ouvre la porte, Rick se souvint de sa rencontre avec Despérado en taverne. Ils avaient tout de suite lié amitié autour de plusieurs choppes de bières. Le jeune boulanger n'était pas avare de son argent à l'époque. Combien de verres avaient-ils bu ? A cette époque, tous les deux avaient la boulasse à longueur de journée.

Puis, Rick avait fait la connaissance d'Epson, alors qu'il buvait avec son poteau, Despé. Et là, il avait découvert un des talents de son ami. Il jouait du piano et grâce à lui, Rick avait tenu pour la première fois de sa vie, la jeune femme dans ses bras. Ils avaient dansé longuement, même après la fin de la chanson. Et c'est auprès de Despé, qu'il avait cherché le courage d'avouer son amour à la jeune tisserande. Il avait été le témoin de son amour. Et quand Despérado rencontra Tiadriel, ce fut à son tour à lui d'être le témoin de son amour. Il avait ainsi lié d'amitié avec la jeune bergère. Et maintenant, tous les deux allaient devoir dire adieu à un ami, un frère, un amoureux... Que cela allait être dur...

kory a écrit:[Limousin]

Elle avait appris la nouvelle depuis de Limousin. Une missive comme l'on déteste en recevoir. Elle avait connu Desperado, le grand ami de son frère Rick, elle savait qu'il lui manquerait beaucoup...Une fois de plus elle n'était pas là pour son frère, elle maudissait ces joutes. Peut-être la première fois qu'elle les détestait autant.

C'est décidé qu'elle attrapa plusieurs feuilles de parchemin, une pour Tia, une pour Despe et une pour son frère qui à coup sûr serait au côté de Tia dans cette épreuve. Elle n'était pas très douée pour écrire ce genre de lettre et détestait au plus haut point de le faire. Elle trempa sa plume dans l'encrier et commença à la laisser glisser sur le papier pendant que sa fille s'amusait à mettre ses doigts dans l'encrier...


Chère Tiadriel,

C'est depuis le Limousin que je t'écris, j'ai appris la triste nouvelle qui te frappe. Je suis sincèrement désolée de ce qui t'arrive., et je t'envoies mes condoléances les plus sincères...Je suis sûre que mon frère est à tes côtés dans cette épreuve. Si tu as besoin de quoi que se soit, tu sais où mon me trouver. J'ai attaché une missive pour Despe, tu as certainement du ouvrir un livre d'or pour lui, tu pourras l'y glisser pour moi. Je ne pense pas être là pour l'enterrement malheureusement, j'enverrai un de mes serviteurs suivre la cérémonie et porté des fleurs.

Amitiés,
Korydwen.

Un autre parchemin.

Rick, frérot,

Je suppose que tu es au côté de Tia, c'est pour cette raison que je fais parvenir ma missive ici. Je suis sincèrement désolée de ne pas être là pour toi. Desperado était un de tes grands amis. Je ne sais pas exactement ce qui vous liait, mais vous sembliez très proche.

J'espère que ma brève missive te réconfortera, pour ce genre de chose, je ne suis pas très adroite.

Ta ch'tite soeur qui pense fort à toi, même si elle est loin...

Puis enfin, un dernier parchemin...Une sorte de confession...

Desperado,

J'ai toujours passé de bon moment de rigolade, enfin au début. A la fin les choses se sont gâtées, surtout lorsque j'étais maire et toi tribun. J'ai de nombreuses fois crié après ton travail que je trouvais trop léger par rapport a ce que la tâche de tribun incombait...Peut-être que je le regrette maintenant. Peut-être est-ce à cause de moi que tu 'es rendu...Enfin que tu as pris la route du monastère...J'ai l'air d'une andouille maintenant et tu dois bien te marrer de la haut...Peut-être est-ce à cause de moi que tu...*une larme vient tâcher le parchemin*...Tu as laissé Tia derrière toi...Tu n'avais pas le droit de la laisser...J'espère que tu es bien la haut auprès du tout puissant et que tu veilles sur Tia et tes amis...

Korydwen

Elle roula les trois parchemins, les noua avec un ruban noir et les accrocha à la patte de son hibou...Elle le laissa volé en direction de la maison de Tia...


Tiadriel a écrit:Tiadriel entendit frapper brièvement à la porte. Inuki jappa et se dirigea vers la porte avant la jeune femme, curieux. Elle se leva et ouvrit la porte en prenant soin de ne pas bousculer le petit chien. Elle trouva Rick devant la porte, en tenue pour la circonstance.
Elle lui sourit tristement et s'effaça pour le laisser entrer. Inuki lui fit la fête, trop jeune pour comprendre que quelque chose n'allait pas.


Bonjour Rick, je te sers quelque chose à boire ?

Elle finissait tout juste sa question, qu'elle entendit frapper au carreau de la vitre. Elle y découvrit un hibou qu'elle fit entrer en ouvrant la fenêtre avant de décrocher les missives qu'il apportait. Elle lui donna à boire et quelques graines. Elle défit le ruban, tendit sa lettre à Rick et commença à lire la sienne, oubliant complètement qu'elle venait de lui proposer quelque chose à boire.
Autant, elle avait réussi à retenir ses larmes en lisant la première missive, autant, elle ne put les retenir en lisant la deuxième. Elle plaça la précieuse lettre dans le livre d'or et ne sachant plus trop quoi faire, elle se tourna vers Rick.

Rick de Montbrisson a écrit:Tiadriel vint ouvrir en compagnie d'Inuki. Elle avait dû pleurer beaucoup vu le visage qui était le sien. Elle s'effaça pour le laisser entrer pendant que le chiot venait lui faire la fête. Rick sourit tristement, embrassa son amie et la prit un instant dans ses bras avant de caresser le chien. Il venait tout juste de se relever lorsque l'hibou de sa soeur arriva, avec une missive pour lui. Elle était vraiment formidable Kory de penser à cela. Elle le comprennait presqu'aussi bien qu'Epson.
Sa lettre était courte mais émouvante. Et celle qu'elle adressait à Tia devait l'être encore plus car la jeune femme pleurait. Elle se tourna vers lui, en ayant l'air totalement perdu. Le jeune homme la prit donc dans ses bras, afin qu'elle déverse son chagrin trop longtemps contenu.


Pleure, Tia, pleure... Epenche ta douleur sur mon épaule...

En disant cela, Rick se dit qu'il avait bien fait de faire une chemise noire, ainsi les larmes de Tia ne se verraient pas sur le tissu...

Je ne veux pas boire pour l'instant, mais j'aimerais si tu le veux bien, le voir une dernière fois. Le cercueil ne devrait plus tarder maintenant. Nevitta doit le préparer. Le linceul est à l'atelier, je l'ai cousu cette nuit. Il n'y a pas à dire, mais Despé aura une dernière demeure aussi belle que son coeur fut bon. Sais-tu de quoi il est mort ?

Rick essayait de trouver les mots pour réconforter son amie, mais bien que poète, il n'était pas si doué que cela pour trouver les mots justes... C'était la première fois pour lui qu'il allait devoir assister à ce genre d'événement. Avant Despé, il avait perdu son père, mais il avait dû fuir l'Espagne avant de lui donner une sépulture décente. Puis, ce fut le tour de sa nourrice de mourir durant le voyage, mais là non plus, il n'avait pu faire une cérémonie. Il s'était contenter de la mettre en terre, avec une croix et quelques pierres dessus. Perdre un ami, presqu'un frère était vraiment une tâche ingrate...

Tiadriel a écrit:Tiadriel se laissa aller sur l'épaule de son ami, profitant de sa chaleur apaisante et réconfortante. Elle l'écouta ensuite lui parler des préparatifs dont il s'était occupé.
Puis silencieusement, elle ouvrit la porte de la salle d'à côté et fit signe à Rick de la suivre. Pour répondre à sa dernière question, elle fit court et lui hoqueta.


Il est... mort suites aux... ble... blessures qu'il a reçu... après s'être fait... at... attaqué sur la route qu... qui menait au monastère.

Elle posa à nouveau les yeux sur le corps de Despé sans rien aujouter, laissant Rick dire au revoir à son ami.

Rick de Montbrisson a écrit:Rick suivit Tiadriel dans la pièce à côté, celle où il y avait le corps de Despé. La jeune femme avait fait les choses vraiment bien. Le jeune homme reposait sur un drap noir.

Rick se rapprocha de lui et ne put retenir ses larmes plus longtemps. Là, se trouvait le corps de son ami. Il s'était donc fait agressé. Lui, s'était déjà fait agressé par deux fois mais avait eu la chance de survivre à chaque fois. Despé n'avait pas eu cette chance et maintenant, il était là étendu et paisible.

Le jeune homme se rapprocha de Tia qui n'était guère plus vaillante que lui et tout deux pleurèrent en silence en regardant celui qui avait été leur ami avant d'être plus d'un côté comme de l'autre. Le jeune homme esquissa un sourire en se rappelant ce qu'une villageoise lui avait dit en taverne.


Au moins, il a retrouvé son âne... Ils sont tous les deux réunis maintenant.

Tiadriel a écrit:Ils pleuraient tous les deux en silence quand Rick le rompit.

Au moins, il a retrouvé son âne... Ils sont tous les deux réunis maintenant.

La jeune femme esquissa un sourire à travers ses larmes. Personne à Montbrisson ne pouvait ignorer cette histoire, Despé avait dû la raconter des milliers de fois. Elle l'avait toujours fait rire et y repenser la réconforta un peu. Inuki vint les rejoindre et elle le prit dans ses bras pour éviter qu'il ne saute de partout autour d'eux.

palomma a écrit:Palomma se rendit chez Tia le coeur lourd.

bonjour Tia, je suis passée pour te présenter mes condoléances, te dire que si je peux t'aider en quoi que ce soit, n'hésites pas! .... et pour dire au revoir à mon ami

Palomma se dirigea vers le corps de Despé et se pencha pour lui chuchoter à l'oreille :

fais un bisou à ton ane de la part de " sexy girl " , repose en paix mon ami .

Palomma se redressa, regarda le visage de despé et retint ses larmes avec difficulté.

Rick de Montbrisson a écrit:Rick était assis aux côtés de Tia, proche du corps de Despé. Tout les deux allaient avoir une soirée morbide à surveiller le défunt. Mais, ils se devaient de le faire...

Afin de faire passer le temps plus vite, Rick se tourna vers son amie et se décidé à lui demander de lui raconter ses meilleurs souvenirs avec Despé. En effet, le défunt n'aurait pas aimé qu'on ne rit pas de sa mort... et il n'aurait pas voulu voir les gens si tristes autour de sa dépouille...

Rick était en train de faire cette proposition à son amie, lorsque Palomma arriva dans la pièce. Elle avait eu la sympathie de venir les voir. Elle murmura quelque chose à Despé. Peut-être croyait-elle qu'elle le voyait de là haut. Rick avait du mal à y croire, mais il comprenait que certains puissent y croire.

Tiadriel a écrit:Tiadriel était assise à côté de Rick, Inuki endormi en boule sur ses genoux. Elle écoutait la proposition de son ami quand Palomma arriva. Elle était, elle aussi, venue dire au revoir à Desperado.

bonjour Tia, je suis passée pour te présenter mes condoléances, te dire que si je peux t'aider en quoi que ce soit, n'hésites pas! .... et pour dire au revoir à mon ami

Tiadriel se leva, tendant Inuki à Rick, et s'approcha de la jeune femme. Ils étaient tous unis en ce jour dans la peine. Elle ne connaissait pas très bien la jeune femme, mais peu lui importait, le simple fait qu'elle se soit déplacée, montrait son attachement à Despé. Elle la serra brièvement dans ses bras avant de la remercier.

Merci d'être venue et d'être là pour lui, je suis sûre qu'il aurait apprécié.

Elle retourna s'asseoir auprès de Rick et réfléchit aux souvenirs chers qu'elle avait avec Despé. Tellement lui revenaient en mémoire, elle les accueillit tous, son coeur réchauffé et apaisé momentanément. Puis, elle se décida à prendre la parole.

Le jour où nous sommes allés rendre les serviettes empruntées à Milo, je me suis amusée à lui glisser des sauterelles sous sa chemise, j'avais trouvé ça tellement drôle. Il sautillait sur place à moitié écroulé de rire sous les chatouilles, surtout la dernière. J'en avais déniché une énorme. J'ai bien mis cinq bonnes minutes à me tenir les côtes avant de pouvoir à nouveau avancer tellement je riais.

Elle réussit à sourire vraiment à ce souvenir, ça lui fit un peu de bien. Elle se tourna vers Rick.

A ton tour, un souvenir chacun.
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Desperado, novembre 1455

Message  feu Tiadriel le Mar 10 Juin - 21:28

Rick de Montbrisson a écrit:Rick prit Inuki dans ses bras pendant que Tia accueillait Palomma. Il écouta en souriant le souvenir de son amie. En effet, elle avait dû bien rire de cette farce. Le jeune homme essayait de s'imaginer Despérado en train de faire le mariole pour s'enlever les sauterelles de son dos.

A ton tour, un souvenir chacun !

Ah ben moi, l'un de mes meilleurs souvenirs c'est lorsque j'ai essayé de le marier avec la sorcière. A cette époque, la sorcière était un coeur à prendre et on soupçonnait qu'elle voulait prendre un bon parti en mettant une potion dans le verre des hommes célibataires. Et depuis quelque temps, Despé avait un étrange comportement avec elle. Il n'hésitait pas à l'embrasser, surtout lorsqu'elle ne bougeait plus. Mais, tout à été fini entre eux, lorsqu'elle a tué son âne. Ah cet âne, ils étaient très complices tous les deux. Combien de fois n'est-il pas entré dans la taverne avec lui ? Et le nombre de fois, où il avait oublié de prendre la carotte de son âne qui refusait de démarrer sans cela....

A tous ses souvenirs, Rick sourit. Il était apaisé de raconter cela. Et c'était sa manière à lui de se souvenir de son meilleur poteau.. Il attendit maintenant le nouveau souvenir de Tiadriel

zeze5 a écrit:Un pigeon venant de bourbon arrive, sur Montbrisson, cherche Tiadriel, la trouve et dépose délicatement un message.



Code:
 Ma chère Tia,

Sandino et moi venons d'apprendre la triste nouvelle. Nous sommes de tout coeur avec toi en ce triste jour. Nous avons perdu un être exceptionnel. Sandino et moi pensons à toi. Nous passerons bientôt te voir. Nous t'embrassons très fort.
Zézé et Sandino

Tiadriel a écrit:Tiadriel fut surprise par le souvenir de Rick, elle ne connaissait pas cette histoire, mais elle la trouva très drôle. Elle se dit qu'Exis avait dû se venger en tuant l'âne de Despé. Elle sourit. Raconter leurs souvenirs leur faisait du bien à tous les deux.

Il a voulu m'aider un après-midi, j'avais décidé de remettre mon moulin en marche. Il m'a aidé à finir les réglages et nous avons regardé les grains de blé se moudre pendant un temps, jusqu'à ce qu'il décide que ça l'ennuyait. Il devait trouver que je n'en avais pas assez sur moi car il m'a lancé une poignée de farine. ça a fini en bataille, on était mort de rire, puis carrément en guerre ouverte, le nez dans la farine...

Elle rougit ensuite en pensant à la suite et préféra s'arrêter là et laisser la parole à Rick.

Elle vit alors arriver un pigeon, elle détacha le petit parchemin et le lut, le mot venait de Zézé. Elle le posa avec celui de Kory, elle écrirait plus tard à toutes et tous pour les remercier. Elle revint s'asseoir auprès de Rick attendant un souvenir.

ExisTenZ* a écrit:ExisTenZ vint à son tour présenter ses condoléances à Tiadriel.

Mes sincères condoléances Tia. Despé et moi étions proche, surtout dans la connerie, certes... On rigolait beaucoup en taverne, comme tu as eut l'occasion de le voir... Il me manque beaucoup aussi... Je compatis à ta douleur. Si tu as besoin de quoi que se soit Tia, saches que tu peux compter sur moi...

ExisTenZ prit affectueusement Tia dans ses bras pour la réconforter. Puis ExisTenZ s'approcha du corps de Despé... le voir inerte fut quelque chose de difficile, lui qui de son vivant fut si dynamique... Elle s'adressa à lui :

Despé, tu me manques beaucoup...

ExisTenZ tomba en sanglot, et se mit à pleurer... elle poursuivit :

Plus jamais je n'entendrai tes blagues, qui me détendaient tant en taverne, après une dure journée de labeur. Plus jamais tu ne me diras "Salut la vieille !". Aujourd'hui je perds un frère de coeur... Toi mon Despé, que j'adorais vané, parce que tu avais une répartie béton... Despé ici dans ton village nombreuses personnes t'appréciaient pour ta bonne humeur. On pouvait toujours compter sur toi pour remonter le moral des troupes.
J'espère qu'Aristote veillera sur toi et je suis sure qu'il fera de toi un ange... Tu resteras à jamais dans ma mémoire...


En essuyant les larmes qui coulaient le long de son visage, ExisTenZ déposa une rose rose sur le corps de Despé, symbole de leur amitié éternelle.

Puis elle se dirigea vers Rick pour le saluer en silence. D'un simple regard ils se comprirent... Rick était également un fidèle ami de Despé... ils avaient partagés tellement de chose ensemble...

Tiadriel a écrit:Tiadriel vit ensuite arriver Exis. Elle ne put s'empêcher de penser à ce vieux proverbe : "Quand on parle du loup, on en voit la queue". Elle reçut les condoléances d'Existenz et serra à son tour son amie dans ses bras. Elle recula ensuite un peu et rejoint de nouveau Rick, laissant la jeune femme faire ses adieux à Despé.

Quand Exis rejoignit Rick, Tiadriel attendit silencieusement. Puis se décida à parler de nouveau.


Exis, peut-être pourrais-tu toi aussi nous raconter les meilleurs souvenirs que tu gardes de Despé ? Comme une thérapie, essaie, ça soulage. En tout cas, ça nous fait du bien à Rick et à moi...

Elle se tût, ne voulant la forcer en rien.

milosa a écrit:Milo arriva égalment chez Tia...

Elle avait le coeur gros comme bon nombre de ses amis...

Despé avait toujours été quelqu'un qui la faisait beaucoup rire et ils avaient noué des liens d'amitié forts, il lui arrivait même de se confier à lui car contrairement aux apparences Despé savait écouté, toujours une plaisanterie en stock pour répondre bien sur mais toujours de bons conseils.

Elle arriva devant la porte de Tia et frappa doucement.

Elle retenait ses larmes et espérait être forte devant son amie...

ExisTenZ* a écrit:Exis, peut-être pourrais-tu toi aussi nous raconter les meilleurs souvenirs que tu gardes de Despé ? Comme une thérapie, essaie, ça soulage. En tout cas, ça nous fait du bien à Rick et à moi...

J'ai tellement de bons souvenirs avec lui... que de rigolade...

ExisTenZ se mit à sourire, Tia avait certainement raison, c'était une bonne thérapie que repenser à tous ces bons moment...

Despé m'a fait connaitre dans tout le B.A en tant que mangeuse d'âne. Un jour alors que j'étais en mission du côté de Thiers une femme m'a interpellé et m'a dit : "Je vous connait de réputation, vous êtes la mangeuse d'âne..."
J'ai toute suite su que cela venait de Despé...


Je me souviens également de Despé fin dragueur avant de te connaitre Tia, je m'amusait à lui cassé la barraque... avec humour et finesse ou bien parfois je ventais ses qualités aux demoiselles... Je disais de lui "qu'il bouffait à tous les rateliers"... J'ai vraiment du mal à me faire à l'idée que Despé soit mort...

Elle regarda en direction du cercueil, comme si Despé fesait encore une de ses blagues habituel et qu'il allait se lever... mais il ne leva pas...

Tiadriel a écrit:Tiadriel écouta attentivement le récit d'Exis, elle avait raison, c'était bien de lui de raconter des trucs pareils. ça devait faire bizarre de s'entendre appeler la mangeuse d'âne ! Tiadriel imagina la tête qu'avait bien pu faire Exis en entendant une chose pareille. Elle arriva même à en sourire.

J'ai vraiment du mal à me faire à l'idée que Despé soit mort...

Comme si Tiadriel avait pu lire dans les pensées d'Exis...

Oui, j'ai vraiment l'impression qu'il va se réveiller et nous sortir un truc du genre : "Je vous ai bien eu, vous y avez cru hein ?
Mais malheureusement, il ne le fera pas, pas cette fois en tout cas...


Elle entendit frapper à la porte et alla ouvrir, les laissant un instant. Elle trouva Milosa sur le seuil. La jeune femme avait l'air, elle aussi, bien triste. Tiadriel la fit entrer et la serra dans ses bras.

Merci d'être venue Milo, Despé est à côté, il y a déjà du monde, je t'en prie.

Elle précéda Milo dans la pièce.

milosa a écrit:Milo vit Tia lui ouvrir, elle avait le teint pâle et on voyait qu'elle avait pleuré un long moment...

Merci d'être venue Milo, Despé est à côté, il y a déjà du monde, je t'en prie.

Tia la prit dans ses bras et Milo versa une petite larme impersceptible.
Toutes mes condoléances Tia... c'est tout ce que Milo réussit à lui dire d'une petite voix étranglée.

Puis elle la suivit dans la pièce où Despé reposait... Il y avait là Rick, Exi et Palo... Elle salua tout le monde et se mit à côté de son frère.

Et là elle vit Despé. Elle serra inconsciemment le bras de son frère... ce fut un coup dur ... De le voir ainsi allongé, comme s'il dormait paisiblement... mais de savoir que son âme n'était plus...

Milo ne put se retenir et se mit à pleurer...

amadeus a écrit:Ama arriva au moulin de Tiadriel.Toute vêtue de noir .
Elle portait le deuil de son ami. Elle avait beaucoup pleuré , mais avait décidé de se montrer courageuse devant Tia.
La pauvre Tia devait vivre un véritable cauchemard. Elle entra.Elle embrassa ses amis , Exi , Rick , Milo et serra trés fort Tiadriel.


Que tu es courageuse Tia ? Il doit être fiere de toi.
Je te présente mes sincères condoléances


Ama s approcha , du corps de Despe . Elle ne put s 'empecher de pleurer.Elle repensait à la bonne ambiance qui regnait en taverne quand il était là. Aux fous rire , aux plaisanteries.....enfin à tout ce qui faisait la gentillesse de Despe.
A ce moment là , elle prit conscience qu elle avait perdu un ami , un vrai.

aiguemarine a écrit:Aiguemarine, retenue à ses diverses activités, envoya Plume délivrer un message à Tiadriel...
La colombe se posa sur le rebord de la fenètre et se mit à roucouler afin de signaler sa présence.
A sa patte était accrochée une missive sur laquelle on pouvait y lire ceci...


Tiadriel,

La nouvelle vient de me parvenir. Etant retenue par mes diverses activités, je t'écris ce mot afin de te présenter toutes mes condoléances.
Desperado me manquera à moi aussi.
En ces douloureuses circonstances, toutes mes pensées t'accompagnent.
Je t'embrasse.

Aiguemarine
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Desperado, novembre 1455

Message  feu Tiadriel le Mar 10 Juin - 21:32

Rick de Montbrisson a écrit:Rick cherchait un nouveau souvenir à partager avec Tia, lorsque son amie la sorcière arriva. Elle déposa une rose sur le corps de Despé. Elle aussi était triste et tous deux n'avaient vraiment pas besoin de parler pour comprendre l'un comme l'autre la douleur qu'ils avaient au fond du coeur. Et lorsqu'Exis raconta son souvenir, le jeune homme ne put s'empêcher d'esquisser un sourire.

Ah cet âne, il avait fait couler de l'encre et avait été au centre de beaucoup de discussions en taverne. En se rappelant la complicité entre Despé et Existenz, Rick laissa couler ses larmes en se rappelant les bons moments. C'était vraiment dur. Mais, il décida de les essuyer lorsqu'il vit sa soeur arriver. Lorsqu'elle se plaça à ses côtés, il mit sa main sur ses épaules, afin de lui insouffler du courage. Certes, il en manquait en ce moment, mais il se devait d'être fort pour ses amies.

Puis, Ama arriva tout de noire vêtue. La jeune femme avait dû pleurer énormément. Elle aussi avait perdue un grand ami. Rick se souvenait que plusieurs fois, il avait taquiner Despérado en lui disant que lui et Ama étaient plus que des amis. Avant qu'il ne rencontre Tiadriel, Despé avait eu un coup de coeur pour la gentille Amadeus. Quant tous deux étaient en taverne, il y avait une bonne ambiance. Mais, il ne suffisait pas qu'il y ait Amadeus, pour qu'il y ait une bonne entente car Despé, à lui seul mettait l'ambiance en taverne. Certes, c'était plus cordial avec des personnes que d'autres... Dire qu'il n'entendrait plus ses blagues à deux écus, qu'il ne boirait plus une bière offerte par son ami.

D'ailleurs, il était étonné de ne voir que des femmes autour de son cercueil. A part lui, aucun représentant de la gente masculine n'était là. Etait-ce donc vrai que les hommes de MB lui en voulait toujours ? N'arrivaient-ils pas à oublier les rancoeurs dûes au succès auprès des MBaises du défunt ?

Le jeune homme avait besoin d'exorciser sa peine, mais il ne pouvait pas le faire devant ses amies, sa soeur et Tiadriel. Il ne voulait pas les faire pleurer d'avantage. Il trouva donc un moyen futile pour s'absenter. Il enleva sa main des épaules de Milosa se rapprocha de son associée. Et tout en lui faisant un baiser amical sur la joue, il lui glissa à l'oreille.


Je vais voir si le cercueil de Despé est fini. Je suis étonné que Nevitta ne l'ait pas fait livrer là.

Puis avant de sortir, il embrassa furtivement la sorcière et Amadeus, en leur disant d'être forte et d'entourer Tiadriel le temps qu'il revienne, serra un peu plus fort sa ch'tite quiche, au moment où un nouveau pigeon arrivé. C'était celui d'Aiguemarine.

Une fois dehors, Rick ne put s'empêcher d'éclater en sanglots. Il pleura quelques minutes devant la porte avant de partir en direction de son atelier.

Galinette a écrit:Galinette survola la maison de Tia et vint se poser à côté d'elle en lui laissant un message.
Tia,
je ne sais pas si nous pourrons passer avec Mpu, aussi je te présente mes plus sincères condoléances.
Si tu as besoin de quoi que ce soit nous sommes là aussi.
Salue Despé pour moi.
Je ne le connaissais pas trop vu mes nombreuses absences mais je tenais à venir lui dire au revoir.
nous t'embrassons bien fort et essaierons de passer.
Koura et Mpu

Tiadriel a écrit:Tiadriel venait tout juste d'accompagnée Milo dans la pièce d'à côté quand Amadeus arriva. La jeune femme avait, elle aussi le teint pâle. Son étreinte la réconforta tout autant que ses paroles.

Que tu es courageuse Tia ? Il doit être fiere de toi.
Je te présente mes sincères condoléances


Merci Ama... Merci d'être venue.

Elle laissa Ama faire ses adieux à Despé, elle avait entendu roucouler et elle se dirigea vers la fenêtre. Rick lui glissa quelques mots à l'oreille au moment où elle dépliait le parchemin envoyé par Aiguemarine. Quelques petits mots comme un poignard qu'on tournait au plus profond de son coeur.

Je vais voir si le cercueil de Despé est fini. Je suis étonné que Nevitta ne l'ait pas fait livrer là.

Elle battit des paupières pour chasser les larmes qui menaçaient d'y couler et reporta son attention sur le petit parchemin qu'elle tenait toujours entre les doigts. Elle écrirait à Aigue pour la remercier un peu plus tard.
Là, il fallait qu'elle s'occupe, elle décida donc de faire une infusion à chacun. Elle prit donc un grand récipient dans lequel elle mit de l'eau à chauffer près du feu, après avoir ajouté une bûche dans l'âtre. Une fois l'eau prête, elle la versa dans plusieurs tasses et y mit des plantes et des fleurs à infuser.
Elle reçut pendant ce temps un petit mot de Koura et Mpu. Elle le lut et leur répondrait aussi un peu plus tard. Elle retira les plantes et fleurs des tasses, puis alla en porter une à chacune des personnes présentes avant de s'en prendre une, elle aussi.


Attention, c'est chaud, mais ça nous fera du bien à tous.

Et elle y trempa les lèvres sans rien ajouter.

nomi a écrit:Nomi arrive fort en retard mais le principal c'est qu'elle soit présente car c'était son parrain mais avant tous un ami.

Elle alla vers Tia dès qu'elle la vit.

" Bonjour, je suis désolé d'arriver en retard mais je suis là c'est le principal. Je te présente toutes mes condoléances. C'est avec regret qu'il s'en ai allé. Lui, mon parrain et surtout lui mon ami. Il nous regarde de là-haut alors fesons tous pour qu'il soit fier de nous et surtout de toi Exclamation "

Puis, Nomi alla faire ses adieux à son parrain.

Cailinn a écrit:Cailinn s'était juré de prendre le temps de dire un dernier adieu à son ami...Elle arriva à la bergerie de Tia, silencieuse et recueillie. Ils étaient tous là, les anciens et les récents....fidèles...Cailinn chercha Tia des yeux et se dirigea vers elle....

...Tiadriel, saches que toutes mes forces et mes pensées t'accompagnent et te soutiennent dans cette douloureuse épreuve. L'amitié sincère que j'ai pour Despé ne se conjuguera jamais au passé. Tu peux compter sur elle désormais...

Cailinn laissa Tiadriel à son deuil indispensable pour elle afin que la Vie puisse reprendre ses droits. Puis elle alla poser sa main sur le front de la dépouille de Despé...Elle lui murmura:

"Par Céridwenn et Morgidwen, Par Dana et Lug, passe serein sur l'autre rive ô mon ami et retrouve la paix jusqu'aux berges d'Avalon...Que Cuchulainn le grand parmi les grands veille sur ton repos éternel

Cailinn quitta la bergerie, discrètement, comme elle était venue...

Rick de Montbrisson a écrit:Rick revenait enfin dans la bergerie avec tout le nécessaire pour enterrer son ami. Il ne revenait pas de gaiété de coeur, mais il avait promis à Tia de l'aider dans ses démarches, alors qu'importait sa douleur, son chagrin, il se devait les oublier pour l'instant afin de donner une dernière demeure à son meilleur ami.
Arrivé devant la bergerie, il vit au loin Cailinn qui s'éloignait. Elle avait dû venir faire ses adieux au défunt. Il déposa sa charette à bras non loin de l'entrée. Il demanderait de l'aide aux personnes présentes, mais pour l'instant, il ne voulait pas créér une tempête de pleurs. Il rentra sans avoir à frapper car il savait que Tiadriel devait être occupée avec les personnes présentes. Durant son absence, Nomi était arrivée. Il la salua discrétement et retourna vers son amie et associée pour lui glisser à l'oreille


Tia, je suis de retour ! Tout est malheureusement prêt dehors ! A la nuit tombée, si tu veux, nous le mettrons dans le cercueil afin que tous puisse lui faire un dernier adieu ! J'ai aussi d'autres vêtements pour lui si tu le souhaites !

Tout en lui parlant, il avait mis sa main sur son épaule et lui avait fait un bisou amical et réconfortant sur la joue. Tout en lui disant cela, il lui tendit un parchemin pour qu'elle l'ajoute au livre d'or.

Ode à toi mon ami, mon poteau, Despérado
Maintenant que tu as rejoint ton âne, là haut
Te voilà le plus heureux des hommes
Depuis que tu es parti pour le grand somme

Tu avais toujours le mot pour rire
Tu savais nous faire oublier nos moments de soupirs
Tu n'étais pas avare en railleries
Tu étais pour moi, un modèle, un frère, un ami

Toi le séducteur impertinent de Montbrisson
Pour les femmes, tu étais un drôle de polisson
Tu ne voulais pas seulement une femme
Tu les voulais toutes, leurs corps, leurs âmes

En taverne, autour d'une bonne bière
Nous avons souvent parlé de nos amours
Le tien était pour une jolie bergère meunière
Moi pour une tisserande à qui je faisais la cour

Tu venais tout juste de découvrir le bonheur
En la personne de Tiadriel, ton âme soeur
Vous aviez enfin tout pour être heureux
Vous êtiez jeunes, beaux et amoureux

Mais le destin a décidé de s'acharner contre vous
Et de briser de manière cruelle cet amour fou
Tu es désormais parti loin de nous, loin d'elle
Tu t'es envolé, tel un ange, pour rejoindre le ciel

Ici, villageois et amis, moi et ton petit coeur
Nous sommes réunis autour de ton cercueil en pleurs
Pour ce moment pénible, cet ultime adieu
Mais dans notre coeur, tu auras une place de choix, mon vieux

Jamais nous n'oublierons qui tu étais
De Montbrisson, tu étais le meilleur boulanger
Sur toi, on a tous pu un jour compter
Alors, mon ami, mon frère, repose en paix



Tiadriel a écrit:Tiadriel buvait son infusion en silence, quand Nomi arriva.

Nomi, je te remercie d'être passée. Cela lui aurait sûrement fait plaisir de voir combien de personnes tenaient à lui.

Elle laissa ensuite Nomi faire ses adieux à son parrain. Elle en profita pour chercher Inuki du regard, ça faisait un moment qu'elle ne l'avait pas vu. Elle le vit endormi au milieu des moutons et elle sourit.

"Mon coeur, je suis sûre que tu aurais aimé cette petite boule de poils", pensa-t'elle.

L'arrivée de Nomi fut suivie par celle de Cailinn, Tiadriel fut touchée par les paroles de la jeune femme.

Merci Cailinn, merci d'être venue.

Elle regardait Cailinn s'éloigner quand Rick revint. Il avait sûrement réussi à régler les derniers détails. Elle était contente de pouvoir compter sur lui pour prendre en charge une partie des démarches.

Tia, je suis de retour ! Tout est malheureusement prêt dehors ! A la nuit tombée, si tu veux, nous le mettrons dans le cercueil afin que tous puisse lui faire un dernier adieu ! J'ai aussi d'autres vêtements pour lui si tu le souhaites !

Merci Rick, j'apprécie vraiment tout ce que tu fais pour nous.

Elle lut ensuite les jolis vers que Rick avait composé pour Despé et les trouva très beaux, elle mit le précieux parchemin dans le livre d'or à côté de la lettre de Kory. Elle essuya les larmes qui avaient coulé pendant cette lecture et se tourna vers Rick.

C'est vraiment très beau, je crois qu'il les aurait beaucoup aimé lui aussi.

desperado a écrit:Despé assis sur son petit nuage à coté de Bob ( bob c'est mon âne, car le jour où je lui ai demandé comment il s'appellait : "Bob" dit l'âne)

Une bière à la main, et une croix celtique de Cailinn serrée dans l'autre main, l'image d'ama gravée dans la tête, les fous rires de rick dans les oreilles, l'odeur des huiles appaisantes de milo dans me museau, le certificat de bapteme de nomi dans la poche, un poisson d'avril de Exis dans le dos, le plan de polignac donnée par zézé et sandino dans la musette, mais surtout Tia dans le coeur .....

Il observait ses amis de la haut et se dit qu'il était parti trop vite ... que les accidents sont toujours rageant, mais qui sait ... peut être un jour, un nouveau né renaitrait de son esprit et qu'il prendrait la peine de venir embêter ses amis à Montbrison.

Pour l'instant il avait besoin de prendre du recul pour digérer son chagrin, mais Despé regarda Bob, et lui jura d'y retourner un jour !!!

Despé se leva, envoya un dernier baiser à Tia et aux femmes qui comptaient pour lui, adressa une tape dans le dos de ses amis par un courrant d'air, puis envoya une derniere pensée à Tia " mon ange, soit forte, désolé d'être parti trop vite, je n'ai rien pu faire, mais je suis de tout coeur avec toi !!"

Puis comme un songe, il s'évapora aussi vite qu'il était venu un jour d'octobre il y a un peu plus d'un an .... bonne route à tous, à bientot !

Rick de Montbrisson a écrit:Rick qui était encore devant le corps de Despé, ressentit un courant d'air dans le dos...

Etait-il possible que Despé soit parmi eux ?

Le jeune homme se retourna pour voir si les autres avaient ressenti cette émotion ou si c'était seulement un coup de vent. Quelque chose en lui, lui disait que l'âme de son ami avait été un court instant avec eux et à cette impression, Rick ne put retenir ses larmes... Il s'était pourtant promis d'être fort pour Tia, Milo, Existenz et Ama. Mais il avait du mal... Il repensait à tous les moments partagés avec Despé et c'était dur...

milosa a écrit:Milo qui était restée là, essuyant ses larmes d'un geste rapide de temps en temps mais sans dire un mot depuis le départ de Rick, sentit un frisson la saisir... Elle regarda le corps de Despé, elle eut même l'impression qu'un sourire se dessinait sur son visage...Etrange... Elle se tourna vers son frère, qui apparemment, avait ressenti aussi quelque chose...

Et celui ci se mit à pleurer...

Milo vint alors près de son frère et le prit dans ses bras en essayant de le réconforter...


Ca va aller Rick, ca va aller...

Elle ne trouva pas d'autres mots, ressentant elle aussi l'émotion l'envahir et des larmes roulèrent sur ses joues alors qu'elle restait dans les bras de son frère.

foulke a écrit:Le père Foulke arriva à la fin de la veillée funèbre. Il était très occupé ces derniers temps. Il avait recu la visite de Rick au presbytère, et il avait recu des missives de Tia.

En entrant il vit Rick et Milo. Du regard, il chercha Tia.
Il était venu parler d'une date pour la sépulture de Despe.
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Desperado, novembre 1455

Message  feu Tiadriel le Mar 10 Juin - 21:35

Rick de Montbrisson a écrit:Rick se reprit en entendant sa soeur !

Ca va aller Rick, ca va aller...

Le jeune homme sourit à Milosa ! Oui tout irait mieux dans quelques heures, quelques jours... peut-être quelques semaines... Il essuya donc les quelques larmes qui perlaient à ses yeux, lorsque Foulke arriva. Cela signifiait donc qu'il avait une date à proposer. Il serra furtivement l'épaule de sa soeur en lui souriant d'un air triste et entendu. Puis, il s'approcha du nouvel arrivant. Il avait promis à Tiadriel de l'aider dans ses démarches. Et pour l'instant, la jeune femme avait du mal à tout gérer. Il ne lui restait donc plus qu'à assumer son rôle d'ami...

Bienvenue padre ! Merci d'être venu ! Je ne sais pas si Tia va avoir le courage de venir vous voir, alors si vous voulez qu'on discute des modalités de la cérémonie, je vous écoute...

foulke a écrit:Le père Foulke s'approcha de Rick.
Le prit par les épaules.

Alors mon fils ? vous tenez le choc ?

Puis Foulke lui fit deux propositions les textes de l'enterrement.

Tiadriel a écrit:Tiadriel, après avoir déposé le texte de Rick dans le livre d'or était retournée dans la pièce où reposait Despé. Il lui sembla un instant qu'il était parmi eux. Etrange que cette sensation... Elle jeta un coup d'oeil autour d'elle et se rendit compte qu'elle n'avait pas été la seule à la ressentir. Son coeur se serra un peu plus en voyant Rick pleurer. Mais après tout, il avait du chagrin, Despé était son meilleur ami, il devait aussi pouvoir l'évacuer, même s'il ne voulait pas que les autres le voient et surtout s'il voulait lui cacher à elle.
Puis son coeur s'apaisa un instant, il avait entendu ce que la jeune femme ne pouvait entendre, les paroles que Despé lui avaient adressé...
Elle respira un bon coup et voyant que le Père Foulke avait pu se libérer, elle se dirigea vers lui. Elle posa une main réconfortante sur l'épaule de Rick, puis s'adressa au Père Foulke.


Merci mon Père d'avoir réussi à vous libérer.

Elle ne souhaitait pas tourner indéfiniment autour du pot et posa donc la question qui l'intérêssait.

Vous êtes venu régler les modalités pour la cérémonie ?
En tout cas, je suis contente que vous ayez accepté de vous en charger, je tenais absolument que ce soit vous. Je suis néanmoins désolée de vous infliger une telle tâche...


Elle s'arrêta là pour l'instant, sa voix s'étant faite de moins en moins sûre au fur et à mesure qu'elle parlait. Elle respira profondément, puis attendit.

Rick de Montbrisson a écrit:Rick sourit tristement au padre...

Oui merci padre... Je tiens le choc... Je dois le tenir pour toutes les dames présentes ici.

Le jeune homme prit les feuilles tendues par Foulke et prit son temps pour les lire, lorsqu'il sentit une main amicale sur son épaule et la voix de Tia, juste derrière... Il mit donc sa main sur la sienne, sans la regarder... En ce moment, ils n'avaient pas besoin de se parler pour se comprendre... Il savait qu'elle souffrait de devoir faire toutes ses tâches, mais elle comme lui n'avait pas le choix. Pour la mémoire de Despé, il se devait d'être fort... Et en souvenir de lui, il se devait de serrer les poings et de lui assurer une cérémonie digne de son amitié et de son amour pour l'un comme pour l'autre... Les larmes et le chagrin ce serait pour plus tard...

Padre, je choisis le texte deux, mais peut-être que Tia a une meilleure solution. Je lui laisse le choix de la cérémonie. Je serais à ses côtés dans tous les cas...

Sa main serra un peu plus fort celle de son amie afin de lui inssouffler un peu plus de courage...

nomi a écrit:Nomi vit le père Foulke arriver et alla le voir.

" Bonjour mon père, merci d'avoir pu vous libérer. "

Nomi a un visage triste et sentie que l'esprit de despé était présent autour de nous tous.

laurentide a écrit:Laurendide passa un peu tard mais trop de travail l avait retenu devant sa table a dessin, il salua silencieusement les personnes présentes , et alla se recueillir devant la dépouille de Despé.

Tiadriel a écrit:Tiadriel attendit que Rick finisse de prendre connaissance des textes avant de les lire à son tour. Rick préférait le texte deux, mais la jeune femme ne s'en satisfaisait pas totalement. Elle réfléchit un instant et exposa au Père Foulke son souhait. Elle salua ensuite l'arrivée de Laurentide et le laissa aller se recueillir auprès de Desperado.

La soirée était bien avancée quand elle les remercia tous d'être venus. Rick et elle devaient encore préparer Desperado pour les funérailles. Et ça ne serait pas une mince affaire. Elle respira un grand coup pour se donner du courage puis se tourna vers Rick.


Je crois qu"il est temps de le préparer.

Elle s'avança vers la pièce d'à côté mais ne sachant pas trop par où commencer, elle s'arrêta en plein milieu de la pièce principale, un peu perdue.

Rick de Montbrisson a écrit:Rick avait tenu à rester avec Tiadriel pour s'occuper des dernières modalités. Il avait donc attendu que les quelques villageois qui étaient venu rendre un dernier hommage à Despérado se soient éclipsés avec plus ou moins de chagrin et de tristesse.

Puis, la jeune femme s'était approchée de lui et lui avait glissé à l'oreille qu'il était temps de le préparer... Rick avait énormément de mal à cette idée mais il avait promis à son amie d'être là pour lui et donc il remplirait son rôle jusqu'au bout... Et alors que Tia s'avançait vers la dépouille de celui qu'elle avait tant aimé, elle s'arrêta nette, comme perdue...

Rick se rapprocha donc d'elle et mis amicalement sa main sur son épaule... Puis il lui glissa à l'oreille


Allez courage, Tia... Il faudrait je pense commencer par lui mettre ses derniers habits.

Le jeune tisserand sortit donc son trousseau de couture, prit ses ciseaux et commença à découper les vêtements. Cela lui faisait mal de devoir faire cela mais il n'avait pas le choix. Il n'allait pas laisser Despérado se présenter devant le grand Aristote dans cet état... Et au fur et à mesure, il jetait les loques, au bas du corps de son ami...

Une fois la dépouille débarassée des vêtements, il demanda à Tia de lui faire passer ceux qu'il avait ramené de l'atelier et de l'aider à le rhabiller. Ce ne serait pas une chose facile à faire vu la raideur cadavérique du corps...

foulke a écrit:Le père Foulke passa chez Tia.
C'est bon ?
Je crois qu'on peut y aller.
Je vous attends a l'Eglise...

Rick de Montbrisson a écrit:Rick et Tiadriel avaient lutté pour habiller Despé et pour le mettre dans le cercueil. Ensuite, le jeune homme avait cloué le cercueil devant une Tiadriel en larmes... Elle avait eu du mal à le laisser se faire enfermer pour l'éternité.

Le jeune homme consolait son amie lorsque le padre était venu pour chercher le corps et les conduire jusqu'à l'église...

Tiadriel a écrit:Tiadriel avait eu beaucoup de mal à la fermeture du cercueil. Elle l'avait ensuite suivi jusqu'à l'église soutenue par Rick, précédé par le Père Foulke.
Elle se demandait quand est-ce que son coeur arrêterait de lui faire autant mal. Elle aurait voulu pouvoir l'extirper de sa poitrine pour ne plus autant souffrir...

nomi a écrit:Nomi partie à l'église dès qu'elle sut que tous fut prêt à temps.
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Desperado, novembre 1455

Message  feu Tiadriel le Mer 11 Juin - 0:48

http://img405.imageshack.us/img405/6971/fundesp1ns3.jpg
http://img66.imageshack.us/img66/112/fundesp2fr2.jpg
http://img399.imageshack.us/img399/5880/fundesp3js5.jpg
http://img66.imageshack.us/img66/5162/fundesp4eq1.jpg
http://img399.imageshack.us/img399/8574/fundesp5ly4.jpg
http://img399.imageshack.us/img399/4885/fundesp6fi6.jpg
http://img405.imageshack.us/img405/6356/fundesp7ri7.jpg
http://img405.imageshack.us/img405/5782/fundesp8yp9.jpg
http://img399.imageshack.us/img399/7628/fundesp9es5.jpg
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Desperado, novembre 1455

Message  feu Tiadriel le Mer 11 Juin - 0:56

foulke a écrit:La population du village s’est rassemblée au cimetière pour rendre un dernier hommage à leur ami Desperado.

Le cercueil, portés par des villageois, entre dans le cimetière.


Tiadriel a écrit:Tiadriel, soutenue par Rick, avait suivi le cercueil depuis l'église. Ils entrèrent dans le cimetière de Montbrisson qui serait désormais la dernière demeure de Desperado. Elle espérait qu'il sympathiserait là-haut avec sa grand-mère Merone, elle-même reposant dans ce cimetière.
Après avoir passé les grilles, ils se dirigèrent vers la fosse creusée à cette occasion. La jeune femme jeta un regard autour d'elle et fût rassurée, là Desperado serait bien. Elle en était certaine.



milosa a écrit:Milo suivit le cortège funèbre en silence. Elle se trouvait juste derrière Tia et Rick. Elle regardait ses pieds en marchant et repensait à son ami.

Elle pensait également à Tia, elle leva les yeux vers elle, soutenue par Rick. Elle savait que la jeune femme aurait du mal à se détacher de son chagrin mais elle serait là pour elle tant qu'elle le pourrait...

Les feuilles mortes volaient autour d'eux et Milo regarda tristement le cercueil avant qu'il soit mis en terre.

Rick de Montbrisson a écrit:Rick était arrivé en compagnie de Tia aux alentours de la dernière demeure de leur ami. A quoi pouvez donc pensé Tia ? Sûrement aux jours heureux, comme lui et comme tous leurs amis... Aux jours où Despérado était encore là à raconter des âneries...
Le coin qu'avait choisi la jeune femme était somptueux. Le défunt ne pourrait certainement pas voir l'endroit mais il aurait certainement apprécié si il l'avait vu. Arrivé devant la fosse, alors que les feuilles volaient, en cette fin de matinée automnale, Rick se dit que c'était la dernière épreuve. Non l'avant-dernière ! Mais que ce serait elle la plus difficile. Après, il y aurait le deuil et il faudrait qu'il veille sur son amie afin qu'elle ne sombre pas dans le plus grand désespoir. Ce ne serait pas chose facile, mais il la prendrait sous son aile, comme Despérado l'aurait fait avec ses soeurs ou avec Epson, si c'était lui, le jeune tisserand, dans cette boîte fabriquée par Nevitta.
Le cortège s'arrêta devant le trou et déposa le cercueil au bord, en attendant que tout le monde soit arrivé et que le padre termine son oraison funèbre...

nomi a écrit:Nomi une fois sortie de l'église alla au cimatière pour l'hommage de despé.

Elle marcha lentement avec un air très triste mais pensa que ce n'est pas un hommage si on est triste puisqu'il été la pluspart du temps joyeux mais n'a pas pu l'être.

Nomi suivait le père Foulke, Tia, Rick et Milo en se blotissant dans son manteau par le vent glacial qui fit tombe les feuille rougeâtre.

foulke a écrit:Le silence était pesant.
Foulke continua :


Avec tous ceux qui nous ont précédés et qui vivent déjà auprès du Seigneur,
avec l'immense cortège des saints, nous lui souhaitons un bon dernier voyage à son enveloppe charnelle.

Nous allons maintenant confier à la terre le corps de notre frère dans ce lieu où reposent déjà tant de défunts de nos familles. Le moment est venu de lui dire "à Dieu".
C'est un moment de tristesse, mais il faut que l'espérance reste forte en nous. car nous espérons revoir Desperado quand Dieu nous réunira, dans la joie de son Royaume.
Recueillons-nous en pensant à tout ce que nous avons vécu avec Desperado, à ca qu'il est pour nous, à ce qu'il est pour Dieu. .

Foulke fit un signe pour la mise en terre et un frisson parcourut l'assemblée pendant la descente du cercueil

Foulke asperge le cercueil d'eau bénite et dit :

Cette eau, souvenir de ton baptême,
nous rappelle que Dieu a fait de toi son enfant.
Qu'il te reçoive aujourd'hui dans sa Paix !

aiguemarine a écrit:Au sortir de l'église, Aiguemarine, toujours en retrait, avait suivie le cortège funéraire...

Elle remonta doucement l'allée du cimetière, passant devant la tombe de sa soeur.
Aiguemarine s'y arrêta quelques instants. Son coeur se serra. Cela faisait un moment qu'elle n'était point venue en cet endroit...

Puis Aiguemarine reprit sa marche, pressant le pas afin de rejoindre les autres.

Les feuilles roussies des arbres jonchaient les allées. Seul bruit perceptible, le bruit des chausses foulant le sol.

Elle leva les yeux vers le ciel. Celui-ci est gris et le vent souffle. Signe annonciateur d'une tempête ?!
Un frisson la parcourut.

Aiguemarine releva le col de son manteau, et regarda le cercueil de Desperado descendre doucement dans sa dernière demeure...silencieusement.



Rick de Montbrisson a écrit:Le padre avait repris son oraison funèbre et il avait confié le corps de Despérado aux bras d'Aristote. Puis, il avait aspergé d'eau bénite le cercueil, qui sous un mouvement imperceptible de Foulke descendait inexorablement au fond du trou.

Les quatre porteurs étaient face à face, deux à deux... Ils avaient passé deux cordes sous le cercueil de Despérado et chacun des vis-à-vis en tenait un bout. Au mouvement du padre, avec des gestes lents mais précis, ils firent descendre la boîte au fond du trou... Lentement, très lentement, afin de ne pas avoir de soucis. Il ne fallait surtout pas que les clous que Rick avait enfoncé juste avant la cérémonie cédent avant d'avoir atteint le bout du voyage. Sinon, bon nombre de participants à l'enterrement auraient hurlé et tourné de l'oeil...

Puis, il y eut un raclement, signifiant que le cercueil était arrivé à destination. Deux des porteurs tirèrent donc sur les cordes pour les récupérer, puis ils les remontèrent dans un silence quasi religieux où seuls les reniflements et les soupirs se faisaient entendre.

Rick s'était remis à pleurer, mais silencieusement pour que Tiadriel ne s'aperçoive pas de sa douleur. Il se devait être fort pour elle, comme pour toutes les personnes présentes. Il aurait bien assez le temps de pleurer lorsqu'il n'y aurait personne aux environs.

Puis, il s'éloigna un instant de Tiadriel et se dirigea vers la petite motte de terre qui devait recouvrir le corps de Despérado à la fin. Il prit la pelle qui était enfoncée dedans et jetta une pelletée sur le cercueil de celui qui fut son meilleur ami. Il avait voulu être le premier à le recouvrir, comme il avait été le premier à l'accueillir à Montbrisson. Le bruit que fit la terre en tombant sur le cercueil lui fit froid dans le dos, mais il s'était obligé à faire cette action afin d'oublier un peu sa peine. Puis, il reposa la pelle dans le tas de terre et sortit de son manteau, deux roses magnifiques. Il savait que cette fleur signifiait : "Je me souviendrais toujours de toi".




Il en jeta une sur le cercueil puis, il retourna jusqu'à la jeune veuve et lui tendit la seconde, avec un sourire triste mais plein d'encouragements. Il voulait qu'elle fasse de même.
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Desperado, novembre 1455

Message  feu Tiadriel le Mer 11 Juin - 0:57

Tiadriel a écrit:Tiadriel avait écouté sans vraiment l'entendre l'oraison funèbre du Père Foulke. Le regard fixé sur le cercueil, elle ne pensait plus à rien, sauf à cette douleur qui lui lacérait la poitrine. Elle voulait que cela cesse mais elle ne pouvait rien faire pour.
Son coeur marqua un temps d'arrêt, du moins, c'est l'impression qu'elle eut quand le cercueil commença à descendre doucement dans la fosse. Elle se sentait complètement perdue... C'était bien fini. Il ne reviendrait pas. Son coeur et son esprit s'étaient livrés un farouche combat dont un seul était sorti vainqueur.

Elle regarda ensuite Rick jeter la première pelletée de terre sur le cercueil. Le son produit par la terre lui glaça le sang. Quand Rick lui tendit la rose, elle la prit et la regarda un instant. Ses jambes refusaient de lui obéir et elle resta là un moment...
Au prix d'un grand effort, elle se dirigea vers le monticule de terre, en prit une poignée qu'elle jeta sur le cercueil. Elle frôla la rose de ses lèvres avant de la jeter elle aussi sur le cercueil. Elle sortit ensuite le lys blanc qu'elle avait gardé.



C'était la fleur préférée de Despé et il en adorait l'odeur. Le lys alla rejoindre les deux roses et Tiadriel rejoignit Rick. Elle se demandait encore où il trouvait le courage de ne pas craquer...
Sûrement au même endroit qu'elle, dans un souvenir heureux laissé par Desperado...

aiguemarine a écrit:Le vent se levait en cette fin de journée...
Aiguemarine avait écoutée d'une oreille furtive l'oraison funèbre du Père Foulke.
Le regard d'Aiguemarine semblait perdu dans le vide.

Une fois le cercueil au fond du trou, elle vit Rick puis Tiadriel y jeter chacun une pelletée de terre ainsi que quelques fleurs.
Elle vit leur tristesse transparaître sur leurs visages.

Aiguemarine détourna le regard. Jusqu'ici, elle avait tenue bon. Elle sentit une larme naître au creux de son oeil, l'essuya d'une main. Gros soupir. C'était à son tour de dire "adieu" à Desperado.

Elle s'avança jusqu'au bord du trou, s'agenouilla afin de ramasser une poignée de terre, se releva doucement et la jeta sur le cercueil, puis dans un murmure...


Repose en paix Desperado...

Aiguemarine fit demi-tour sur elle-même et sans un mot quitta le cimetière.
C'était la fin. La fin d'une amitié qui s'achevait.

nomi a écrit:Nomi était derrière aigue.

Elle resta bloqué devant le cerceuil de despé et versa quelques larmes sans que personne ne la voit car elle déteste qu'on la voir pleurer.

Nomi compris que c'était le réel moment de dire adieu à despé et prit un peu de terre à genou et la jeta d'une délicatesse tristesse.

" Adieu mon ami, mon parrain ! "

Elle partie derrière tous le monde pour éclter en sanglots.

Tiadriel a écrit:Tiadriel regarda Aiguemarine, puis Nomi jeter à leur tour une poignée de terre sur le cercueil de Desperado. Elle aurait voulu rester là éternellement ou du moins jusqu'à ce que la fosse soit rebouchée et le cercueil recouvert, mais il lui fallait penser à son départ. Elle devait toujours se rendre à l'autre bout du royaume pour le Roy. Pourtant, elle n'arrivait pas à se décider à partir.
Quitter Montbrisson pour un temps, c'était comme une fuite mais elle avait un devoir à accomplir. Elle se tourna vers Rick, cherchant dans son regard la force de quitter le cimetière, la force de continuer à vivre avec cette douleur qui lui enserrait le coeur comme dans un étau...

milosa a écrit:Milo, tête baissée, n'avait pas réagi, trop enfouie dans ses pensées.
La vie était ainsi faite, mais elle trouvait le destin cruel...
Elle espérait seulement que son ami repose maintenant en paix et soit bien là où il se trouvait.

Lorsqu'elle releva son visage marqué par la tristesse, elle vit Aiguemarine en train de déposer une poignée de terre sur le cercueil.
Milo, la mort dans l'âme se dirigea à son tour vers la tombe.
Elle resta un instant fixé devant, une larme glissa le long de sa joue, puis elle prit elle aussi un peu de terre qu'elle jeta d'un geste lent sur le bois.

Tu me manqueras Despé... J'espère que tu es bien là où tu es maintenant...

Puis après une deuxième pause devant cette scène, elle retourna à sa place et on entendit un petit reniflement, signe de nouveaux pleurs...

Rick de Montbrisson a écrit:Rick regarda Tia jetait successivement deux fleurs, celle qu'il lui avait tendu et un lys blanc, sûrement une fleur que l'un des deux amoureux aimait. Puis, se fut au tour d'Aigue, de Nomi et de Milosa de rendre un dernier hommage à Despérado. Il aurait voulu soutenir sa ch'tite soeur en ce moment pénible, mais il savait qu'entre les deux, c'était la jeune veuve qui avait le plus besoin de lui en ce moment.
D'ailleurs, elle lui jeta un regard comme pour lui demander ce qu'il fallait maintenant. Le jeune homme fit un signe d'encouragement à Milo et lui murmura :


Courage, ch'tite quiche...

Puis, il se retourna vers Tiadriel et lui dit :

C'est fini maintenant, Tia, il faut le laisser où il est. On ne peut plus rien pour lui. Il sera toujours dans ton coeur, dans notre coeur à tous... Allez viens, rentrons...

Et sans attendre sa réponse, il amena la jeune femme avec lui, en la serrant contre sa hanche. Il lui passa la main au-dessus de l'épaule pour mieux la soutenir et la protéger un peu plus du froid. Puis, il remercia d'un sourire triste et d'un hochement de la tête, le padre qui avait assuré la cérémonie. Ensuite, il conduisit son amie jusqu'à la sortie du cimetière.

Avant d'atteindre la porte de la dernière demeure de Despé, Rick se retourna. Les fossoyeurs s'activaient déjà autour de la tombe afin de recouvrir totalement le cercueil où reposait son ami. Cette pensée lui fit froid dans le dos. Seul, il aurait certainement flanché, mais il savait qu'il n'avait pas le droit, pour Tia et pour tous ceux qui avaient besoin de lui. Il reprit donc son chemin, sans plus se retourner. Leurs pas, à moitié étouffés par les feuilles mortes qui jonchaient le cimetière, crissaient sur les cailloux du chemin.

Le jeune homme devait encore raccompagné la jeune veuve jusque chez elle. Il savait qu'elle avait demandé à faire partie d'une mission pour le Roy, que c'était sa manière à elle de fuir son chagrin et les souvenirs. Il ne lui en voulait pas mais avait tout de même une petite boule dans son estomac de la voir partir, si épleurée. Il espérait qu'elle ne ferait pas un geste désespéré lorsqu'elle irait combattre pour le Roy et pour son ordre. Lui, il fallait qu'il tienne encore quelques heures... Juste quelques heures, tant que Tiadriel était encore dans les murs de Montbrisson. Ensuite, il pourrait laisser libre accès à son chagrin. Il pourrait enfin s'effondrer...

Le.Cuistot a écrit:Ratatouille, le cuisinier de Cournon, avait suivit le petit convoi jusqu'au cimetière, il préférait se faire discret. Il devait représenter au mieux la baronne. Il appliquait ce qu'elle lui avait demandé. Rester discret...

Il suivit la mise en terre de loin, ne voulant pas gêner la famille et les amis. Il ne se sentait pas très à l'aise, n'ayant pas connu le défunt. Il n'était pas triste de sa disparition, mais plutôt touché de voir tout ce monde si triste.

Cela devait être quelqu'un de bien... songea-t-il.

Il s'avança vers le trou, prit une poignée de terre et la lança sur le cercueil. Il avait aussi quelques fleurs dans sa besace. N'étant pas jardinier, il ne les avait pas vraiment bien préservé...Les fleurs ils les mangeaient d'habitude...

Il les posa sur le côté de la tombe et préféra se retirer sans demander son reste, afin de laisser les proches se recueillirent une dernière fois. Lui sa place n'était pas là. Il était juste là pour montrer que la baronne pensait à eux...

Il prit le chemin de la maison de ses maîtres, il était chargé de la surveiller et d'en prendre soin...

nomi a écrit:Nomi qui s'était mis à l'écard, sentie son hibou se mettre sur son épaule délicatement. Elle le regarda et vit un message à sa patte.

" Ce n'est pas le moment mais ça peut-être très important et je l'espère que ça l'ait. " chuchota-t-elle.

Nomi la lu et fondit encore plus en larme et partie en courant au village complètement désespérée.
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Desperado, novembre 1455

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum