1 & 2, Chemin du Vinois

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: 1 & 2, Chemin du Vinois

Message  Rick le Lun 13 Oct - 1:44

Ils s'installèrent donc sur la peau d'ourse, tendrement enlacés dans les bras l'un de l'autre à regarder crépiter les flammes. Juste tous les deux, pour leur plus grand bonheur. Rick aimait ces rares moments où il pouvait profiter pleinement de son épouse, à pouvoir discuter de tout et de rien, sans avoir d'autres besoins ni envie que d'être avec l'autre. Ne croyez pas pour autant que le jeune homme n'aimait pas passer du temps avec son fils et se réunir en famille. Il aimait cela par dessus tout, que ce soit en compagnie de Tia, ou seul avec le petit trésor. Mais parfois, il aimait rester seul juste en compagnie de son épouse.

Et si tu me racontais une histoire ? Tu dois sûrement en connaître des milliers...
Tu veux bien, s'il te plaît ? Promis, j'essaierai de ne pas m'endormir avant la fin.


Rick sourit. Certes des histoires il en connassait des dizaines et peut-être plus encore. Et quand il ne les connaissait pas, il n'avait aucune peine à les inventer. Il aimait créer pour son public un monde imaginaire où tout le monde pouvait rêver et façonner le décor à sa manière, en écoutant juste la voix du conteur. Il y avait un fond commun et chacun pouvait le colorier et y ajouter sa touche personnelle. Quand il racontait des histoires à son épouse, elle avait la fâcheuse tendance à s'endormir avant. Non pas, que la voix était monocorde ou l'histoire inintéressante, mais plutôt parce que lovée contre son mari, elle pouvait à son tour, se risquer dans l'univers merveilleux de l'imaginaire, entourée par des bras protecteurs. Le jeune homme aimait débuter des histoires et laisser son public divaguer dans le décor qu'il plantait ; puis reprendre un peu plus tard pour que chacun puisse voir s'il avait de l'imagination. Rick, lui, en avait énormément, ce qui lui permettait de renouveller à chaque fois son lot de légendes. Il commença donc après avoir embrassé Tia dans le cou. Tout en parlant, il lui caressait amoureusement le bras.

Il était une fois, dans un coin reculé du royaume, un jeune garçon très habile de ses doigts, pour la fabrication des objets en bois. Il avait appris ce talent de feu son père, un charpentier, très apprécié dans le village. Il aurait certainement pu apprendre plus de choses de lui, si le destin en avait pas décidé autrement. Enfin quand je dis le destin, en l'occurence, c'était ici la main du vicomte. En effet, le village où vivaient père et fils appartenait à un ensemble de terres d'un vicomte avare et peu scrupuleux du bien-être de ses serfs. Il n'hésitait pas à augmenter la taxe et les impôts des villageois et à réprimander toute personne trouvée à braconner sur ses terres. D'un côté, les pauvres gens donnaient tout leur surplus à cet homme horrible et antipathique et d'un autre, ils ne pouvaient se risquer à améliorer leur quotidien avec de la viande, sans risque de représailles. Pourtant, une nuit, le charpentier décida de tenter le tout pour le tout. Et malheureusement, ce qui devait arriver arriva. Le lendemain, on le retrouva pendu haut et court, sans autre forme de justice que celle que le vicomte appliquait. Tout ce qui est à vous est à moi et tout ce qui est à moi et bien, c'est à moi aussi... se plaisait-il à dire à quiconque l'interrogeait.

A ce moment de son histoire, Rick fit une pause. Il aimait de temps en temps mettre une pointe d'humour dans ses récits et là, il trouvait cette devise plutôt amusante. Il ne tarda pas à continuer pour ne pas impatienter son auditoire.

L'adolescent voulu donc se venger de cet homme qui lui avait pris son père. Mais ce n'était pas contre la mise à mort paternelle qu'il en avait, mais plutôt contre les circonstances dans laquelle elle était intervenue. En effet, avec un noble aussi avare, les pauvres n'avaient rien à se mettre sous la dent et du coup, ils devaient se risquer à de telles actions pour nourrir correctement leurs familles. Certains dans le villageois disaient à propos de leur seigneur, que si les taxes étaient si élevées, c'est parce que le vicomte voulait amasser suffisament d'argent pour pouvoir acheter la main de la fille d'un duc ou d'un marquis. D'autres, au contraire, prétendaient que le noble passait ses soirées à jouer aux cartes avec le Malin et qu'il lui devait énormément d'argent. Nul ne savait la vérité, mais notre jeune apprenti était bien décidé à lui donner une correction dont il se souviendrait.

Pendant des jours et des jours, il chercha comment le battre et lui inffliger un affront qu'il ne pourrait relever sans passer pour le coquin de l'histoire. Il cherchait encore lorsque le carosse s'arrêta devant son échoppe. Le vicomte en descendit et demanda à lui parler.


J'ai ouï dire, jeune homme, que tu étais très talentueux et que tu savais faire de beaux coffres à bijoux. Est-ce là la vérité ?

Le jeune acquiésa en silence et son seigneur lui passa donc commande pour une caissette en bois. Il demanda à ce que son travail soit discret et qu'il lui soit livré de préférence de nuit. Après le départ de son client, notre jeune héros sourit de toutes ses dents. Ainsi, il voulait qu'il fasse de son mieux et qu'il y mette tout son talent pour lui faire un objet extraordinaire. Que cela ne tienne, il obéirait à cet homme ! Il travailla donc pendant des jours et des nuits en savourant à l'avance sa revanche. Car il avait désormais une idée précise pour anéantir cet homme si orgueilleux. Il taperait là où le bât blesse, à savoir la richesse.

Un beau matin, il eut finit non pas une mais deux malles à l'identique. Une qu'il garderait pour lui et l'autre qu'il irait livrer le soir-même. Le vicomte le fit entrer dans un château richement décoré, sans aucun témoin de la scène. Il trouva le travail vraiment formidable et offrit une bourse d'écus sonnant et trébuchant à l'apprenti. Celui-ci le remercia en sachant qu'il n'allait pas tarder à être appelé à nouveau dans ce lieu. Pourquoi me direz-vous ? Tout simplement parce qu'il venait de jouer un tour pendable à son seigneur et que celui-ci ne s'en rendrait compte qu'à la prochaine ouverture du coffre. Et ce qui devait arriver arriva ! Un escuyer vint mandater le jeune apprenti pour une affaire urgente et sans délai au château. Le vicomte le reçut à nouveau sans témoin. Ce fut d'ailleurs un tort, car si témoin il y avait eu, il aurait peut-être pu voir les sourires en coin que faisait l'apprenti lorsque le noble lui tournait le dos. Ce dernier lui expliqua qu'il avait voulu mettre des objets dans le coffre et qu'au petit matin, ils avaient disparu. Le jeune homme joua les niais et lui demanda de faire des tests. Le noble ne voulait pas encore avouer que ce contenant devait servir à y mettre ses écus.


Oh mon seigneur ! Je suppose que c'est parce que vous avez un fieffé coquin dans votre entourage qui vous a joué un tour pendable !

Il n'avoua pas que ce fieffé coquin était dans la même pièce que lui ! Il trouvait cette vengeance délicieuse et se rejouissait de la mine que faisait l'homme. Il lui proposa alors d'équiper son coffre d'une serrure et d'un code pour empêcher le voleur de substituer la richesse de son maître. Ce dernier lui rendit donc la malle en pestant qu'il allait trouver le scélérat et qu'il passerait un mauvais quart d'heure. Le jeune homme repartit donc chez lui, avec son précieux trésor dans les mains. Arrivé chez lui, il s'enferma à double tour et sortit du coffre le trésor soit disant perdu par le noble. En fait, la malle possédait un double fond. Lorsqu'on mettait des objets dans le coffre, grâce à un talentueux stratagème, ils disparaissaient dans le double fond mais uniquement lorsque le coffre se refermait. Et lorsqu'on le réouvrait le double fond se refermait, laissant apparaître un coffre vide. Le jeune homme ouvrit donc sa boîte à trésor et trouva à l'intérieur pas moins de dix bonnes bourses remplies d'écus. Il rajouta alors une serrure à code à la malle et la rendit à son propriétaire, qui paya à nouveau le charpentier pour son travail.

Le lendemain, il fut rappelé au chevet de son seigneur qui venait une nouvelle fois de perdre son bien. L'apprenti lui expliqua que le coquin avait peut-être réussi à trouver la combinaison secrète. Et qu'il faudrait donc équiper cette fois-ci la serrure d'une clé unique que l'homme porterait en permanence, autour du cou. La commande fut donc passée et de retour à l'atelier, le jeune homme récupéra le butin. Cette fois-ci, la somme était identique mais il y avait aussi des bijoux de famille, dans une des bourses. Le travail fut vite terminé et la cassette de retour au château. La nuit fut courte pour le seigneur car il vérifiait régulièrement que sa clé ne bougeait pas de son cou. Il finit par s'endormir au petit matin, vaincu par la fatigue et à peine réveillé, il sauta au pied de son lit et ouvrit sa malle. Là, il hurla toute sa colère car tout avait disparu. Il finit par croire que l'apprenti était en train de lui jouer un mauvais tour. Il le fit à nouveau quérir.


Es-tu sûr que le fieffé coquin dont tu me parlais lors de notre seconde rencontre icelieu n'est pas toi ? N'as-tu pas omis de me dire quelque chose au sujet de cette malle ?

Le vicomte n'était pas aussi bête qu'il en avait l'air et il semblait avoir compris qu'il existait quelque chose de secret dans sa boîte. L'apprenti joua alors les innocents et lui proposa même de tester avec lui et devant lui cette malle. Le seigneur accepta de suite car il était persuadé que cette fois-ci il allait enfin comprendre comment son or disparaissait. Le jeune homme lui demanda donc une bourse pleine d'écus et la jeta dedans. Il demanda au noble de vérifier lui même la malle et pendant qu'il faisait cela, il poussa délicatement sur un petit poussoir, caché dans les motifs qui décoraient la malle. Ce petit bouton permettait d'empêcher la trappe de s'ouvrir. Ainsi, à la fermeture du coffre, la bourse ne tomberait pas dans le double fond. Eh oui, notre apprenti charpentier avait vraiment de la suite dans les idées et avait pensé à tout en fabriquant ce coffre. La boîte fut donc fermée à double tour, puis réouverte presque de suite. Là, le vicomte fit la grimace car sa bourse était encore dedans. Ne croyez pas qu'il n'était pas heureux de la voir encore mais ceci était en train de remettre en question ses accusations. Il se dit que c'était peut-être une question d'heure et il obligea le jeune homme à passer la journée avec lui et à dormir dans la même pièce que lui et le trésor. Au petit matin, ils ouvrirent la malle mais la bourse était toujours là. Ce jour-là, ils firent plusieurs tests pour vérifier que ses accusations étaient fondées mais il ne put rien prouver. A la longue, il dût bien admettre qu'il y avait un phénomène étrange.

L'apprenti se souvint alors de ce qu'on disait dans le village mais le tranforma un peu. Il raconta que cela devait être une supercherie du Diable. Le noble ne croyait pas à ces sornettes. Alors, le jeune homme lui conta une légende sur des trésors qui disparaissaient et sur les fins tragiques des seigneurs de ce château. Au début, il ne voulu pas croire à ce genre d'histoire, et congédia l'artisan. Mais, ses propos commençaient à faire effet. En effet, peu de personnes ne le savait mais il n'était pas héritier de ce château. Il l'avait acheté, il y avait bien des années, car le vicomte était mort dans des circonstances étranges. Il commença à prendre peur et fit revenir le jeune homme pour qu'il lui parle de l'histoire du château. Plus l'apprenti en rajoutait et plus le noble changeait de couleur. Il prit un parchemin et fit de son vis-à-vis le nouveau vicomte de ses terres. Puis, il s'enfuit loin de cette région où le Diable semblait si présent. On n'entendit plus parler de lui.

Le lendemain, qu'elle ne fut pas la surprise en entendant les serviteurs du château raconter que le vicomte était parti et avait donné tous ses biens à l'apprenti charpentier. Ce dernier d'ailleurs édita une première loi où il supprima toutes les précédentes. Puis, il se rendit dans son atelier et sortit l'argent volé à son prédécesseur. Il le distribua à tous ses voisins. Depuis ce jour, ce village et les autres villages dépendant des Terres de l'apprenti charpentier, furent des villages très prospères et très heureux.


Rick venait de terminer son histoire et il espérait que son épouse avait aimé. Il attendait maintenant les réactions.

_________________
avatar
Rick
Admin

Nombre de messages : 391
Age : 40
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1 & 2, Chemin du Vinois

Message  feu Tiadriel le Lun 13 Oct - 23:29

Elle écoutait aussi attentivement que possible le récit de son époux. Sa voix grave et chaude résonnait au creux de son oreille et le doux mouvement de ses doigt sur son bras l'apaisait, bien qu'elle était bien.

Son histoire commençait plutôt mal. C'était un peu triste... Un père pendu juste pour avoir voulu nourrir les siens. Mais ça pouvait arriver à n'importe qui.
Elle luttait contre le sommeil qui la gagnait, ouvrant les yeux en grands, dès qu'elle sentait que ses paupières se faisaient trop lourdes. Elle voulait vraiment entendre le récit en entier. Elle se demanda pourquoi il avait fait une pause. S'il s'arrêtait trop longtemps, elle ne répondait plus de rien.
Une histoire de vengeance, hum, oui, pourquoi pas. Le vilain méchant l'avait bien mérité. A vouloir tout avoir, il allait peut-être s'en mordre les doigts.

Elle avait fait de son mieux, mais... Elle avait fini par manquer un morceau de l'histoire. Elle ne savait pas si Rick s'en était rendu compte ou pas. Quand elle rouvrit les yeux, il en était déjà à la fin de l'histoire. Pourvu qu'il ne lui demande pas un petit résumé de l'histoire.

Elle se redressa et lui sourit, déposant un tendre baiser sur ses lèvres.


C'était une jolie histoire, mon coeur. Je...

Aaaaaaaaagaaaaaaaabadaaatiiiiiiiiiiidouuuuuuuuuuugaga !

Un peu surprise, elle s'était arrêtée, bouche bée.

Je crois que tu avais un auditoire un peu plus grand que ce que tu croyais !

Elle éclata de rire, se leva et alla chercher le couffin dans lequel leur fils faisait la fête. Il avait dû se réveiller et écouter sagement son père raconter son histoire. Et il avait sûrement apprécié.
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1 & 2, Chemin du Vinois

Message  Rick le Mar 14 Oct - 0:17

Rick but une longue rasade de vin à la fin de l'histoire pour déssécher le gosier. Il regarda son épouse en souriant. Il fut remercié par un tendre baiser. Avant même qu'il ne lui demande si l'histoire lui avait plu, elle donna son avis.

C'était une jolie histoire, mon coeur. Je...

Aaaaaaaaagaaaaaaaabadaaatiiiiiiiiiiidouuuuuuuuuuugaga !

Rick regarda son épouse, arrêtée nette dans sa phrase et sourit.

Je crois que tu avais un auditoire un peu plus grand que ce que tu croyais !

Ah oui ! Je crois que j'ai parlé trop fort et que j'ai réveillé le petit trésor.

Rick était heureux d'entendre son fils gigoter ainsi après avoir entendu l'histoire. Il semblait être meilleur public que son adorable maman. Il se mit à rire en annonçant cela à son épouse, qui rit aussi. Elle lui tendit Georges pendant qu'elle se rasseyait à leurs côtés.

Alors, petit bonhomme ! Tu as aimé l'histoire de papa ? Je continuerais alors à t'en raconter des dizaines et des dizaines.

Il tendit l'enfant à sa maman qui était prête pour la têtée. Et pendant que l'enfant prenait son repas, Rick se leva pour remettre du bois dans la cheminée. Il aurait bien voulu jouer avec son fils mais pour l'instant il mangeait. Il commença par se mettre derrière son épouse et à jouer à cacher coucou derrière elle, pour faire rire Georges. Tia devait se demander lequel des deux était le plus enfant, si c'était le père ou le fils. Le jeune homme fut un peu déçu car son fils ne réagissait pas. Il se décida donc à attendre qu'il ait fini et s'allongea sur la peau d'ours, les bras croisés derrière la tête.

_________________
avatar
Rick
Admin

Nombre de messages : 391
Age : 40
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1 & 2, Chemin du Vinois

Message  feu Tiadriel le Sam 18 Oct - 21:57

Elle s'approcha du couffin et vit son fils, complètement réveillé et attentif aux bruits alentours. Il réclamait sûrement une autre histoire ou tout simplement le doux son de la voix de son père. Qui savait vraiment à quoi il pouvait bien penser ?

Ah oui ! Je crois que j'ai parlé trop fort et que j'ai réveillé le petit trésor.

Je ne pense pas que tu ais parlé trop fort, d'habitude ça ne le gêne pas du tout pour dormir. Il a dû se réveiller pour la tétée et au lieu de réclamer tout de suite, il a attendu la fin de ton histoire.
Et puis, ce n'est pas ma faute si le soir je suis un peu trop fatiguée et que je n'écoute pas tes histoires en entier...


Elle souleva délicatement son fils et le tendit à son père pendant qu'elle s'asseyait et se préparait à lui donner le sein.

Alors, petit bonhomme ! Tu as aimé l'histoire de papa ? Je continuerais alors à t'en raconter des dizaines et des dizaines.

Il gigotait pour lui montrer combien il avait aimé ça, puis elle tendit les bras pour le reprendre et le nourrir. Il trouva sa pitance naturellement et se mit à téter. Elle suivit Rick des yeux, il s'était levé pour remettre une bûche sur le feu. Puis il fit une chose très étrange. Il se posta derrière elle et voulut distraire Georges ? Il faudrait qu'elle lui rappelle qu'on ne jouait pas à table, mais son fils sembla le lui dire tout seul.
Quand il tétait, il tétait et le monde pouvait bien s'effondrer autour de lui. Une chance, sinon, il aurait pu avaler de travers et s'étouffer.
Rick sembla vexé et alla bouder en s'allongeant les bras croisés sur la nuque. Elle le regarda, amusée, un bon moment. En fait, le temps de la tétée de Georges.
Elle redressa ensuite son fils et le posa contre son épaule, attendant qu'il fasse son rot, lui tapotant doucement le dos.
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1 & 2, Chemin du Vinois

Message  Rick le Sam 18 Oct - 23:21

Rick avait attendu patiemment que Georges finisse son repas. Puis Tia lui fit faire son rot. Le jeune papa se releva juste après et sourit. Il allait pouvoir enfin jouer avec son fils. Il attendit que la jeune maman le mette sur la peau d'ourse, allongé. Il la laissa s'installer d'un côté et se mit de l'autre. Devant la cheminée, il faisait très chaud et ils purent enlever une couche de vêtements. A la demande du jeune homme, Tia recommença sa chanson.

C'est un petit bonhomme, petit, petit, petit,
Sa tête est une pomme, son nez est un radis,
Ses yeux sont deux grenades, sa bouche est un bonbon,
Et il a pour oreilles deux tranches de melon !
Sa jambe est une carotte, son autre jambe aussi,
A la main une canne en sucre de pays,
Il a une longue barbe et un petit chapeau,
Deux feuilles de chou vert lui font un long manteau,
C'est un petit bonhomme, petit, petit, petit !


Rick essayait de la répéter derrière elle. Elle était assez facile et il regardait bien les gestes de son épouse pour l'imiter. Lorsqu'elle eut finit, le jeune homme prit sa place et commença la chanson.

C'est un petit bonhomme, petit, petit, petit,
Sa tête est une pomme, son nez est un radis,
Ses yeux sont deux grenades, sa bouche est un bonbon,
Et il a pour oreilles deux tranches de melon !


Il commença par montrer avec son doigt les différentes parties du corps de son fils. Il riait en la chanson en s'imaginant son fils comme le décrivait la chanson. Dommage que tous les produits ne soient pas tous de la même saison, car il aurait été amusant de le faire pour de vrai, dans quelques années. Le petit garçon riait aussi, ou plutôt gazouillait en bougeant. Puis, il commença à bouger en faisant un peu la tête. Rick se dit que c'est peut-être parce qu'il ne faisait pas des bisous comme Tia. Le bébé avait l'air de connaître déjà la manière de chanter la chanson. Il voulait montrer sa désapprobation à son père. Enfin, c'est comme cela qu'il le pensa en tout cas. Cependant s'il avait bien fait attention à son fils, il aurait vu qu'il était en train de forcer. De toute façon, il allait s'en apercevoir très rapidement.

Sa jambe est une carotte, son autre jambe aussi,
A la main une canne en sucre de pays,
Il a une longue barbe et un petit chapeau,
Deux feuilles de chou vert lui font un long manteau,


Rick était étonné car même en faisant des bisous comme le faisait sa maman, Georges faisait la grimace et commençait à s'agiter. Le jeune homme regarda Tia d'un air interrogateur. Il se demandait s'il n'avait pas fait une bêtise. Puis soudain, un doux parfum remplit les narines paternelles. Il décida donc de changer les paroles de la chanson.

C'est un petit bonhomme sali, sali, sali.... Pouah....

Il s'amusa à boucher le nez de son fils.... Puis il se tourna vers sa femme avec un grand sourire.

Je crois que notre fils a besoin d'être langé, non ? Tu t'y colles ?

_________________
avatar
Rick
Admin

Nombre de messages : 391
Age : 40
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1 & 2, Chemin du Vinois

Message  feu Tiadriel le Dim 19 Oct - 16:39

Quand Georges eut fait son rot, elle l'allongea doucement entre eux deux, avant de se rhabiller. Elle regarda Rick découvrir légèrement leur fils qui le regardait avec de grands yeux, se demandant ce que son père voulait faire.
Rick lui demanda de recommencer la comptine et elle s'exécuta en souriant. Il était bien décidé à l'apprendre rapidement. Elle chatouilla Georges en suivant les paroles puis elle laissa sa place à Rick, les regardant faire tous les deux.

Arrivé au milieu, elle remarqua bien que le petit garçon n'était pas bien et râlait. Elle attendit de voir comment son époux allait réagir, se demandant s'il avait vu ce que préparait leur fils. Le regard interrogateur de Rick finit par l'achever et elle éclata de rire, redoublant quand il sentit le merveilleux cadeau de Georges.


C'est un petit bonhomme sali, sali, sali... Pouah...

Elle les regarda tous les deux, riant toujours, se tenant les côtes pour essayer de se calmer et surtout parce qu'elle commençait à avoir mal à force de rire. Quoique les dernières paroles lui firent l'effet d'une douche froide... Ça la calma d'un coup.

Je crois que notre fils a besoin d'être langé, non ? Tu t'y colles ?

Ça l'aurait bien étonnée qu'il se propose de le faire lui même.

Tu lui souhaites une bonne nuit avant que je l'emmène ?

Elle le laissa dire bonne nuit à Georges, puis elle récupéra le petit ange et alla le changer. Il était tard et c'était plus que l'heure d'aller faire un long somme. Quand il fut au propre, elle le coucha dans son berceau après l'avoir embrassé tendrement.
Il tomba comme une masse et s'endormit presque immédiatement. Elle étouffa un bâillement, en s'étirant doucement. La journée avait été rude pour elle aussi. Elle se frotta les yeux puis retourna voir Rick.


Tu viens te coucher mon coeur ?
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1 & 2, Chemin du Vinois

Message  Rick le Lun 20 Oct - 12:33

Rick aimait entendre son épouse rire. Il fallait dire que là, elle s'en donnait à coeur joie. Son rire était aussi beau que l'eau qui descend en cascade dans la forêt. Cette image lui plaisait beaucoup car elle lui rappelait de merveilleux souvenirs. Il était doux et apaisant comme cette eau qui vous caresse le corps et qui vous ressource à la fois. Mais il s'arrêta net par la maladresse du jeune homme. Il aurait dû se proposer de le langer. Qu'est-ce qui l'avait retenu de le faire ? Ce n'était pas l'odeur car il commençait à s'y habituer même s'il ne le faisait que très rarement. Trop rarement pourraient dire certains. D'ailleurs, il l'avait déjà fait une fois, à Cournon... Il sourit en se rappelant ce souvenir. Il fut interrompu dans ses pensées par Tia.

Tu lui souhaites une bonne nuit avant que je l'emmène ?

Rick sourit à son épouse et fit plusieurs baisers au petit trésor qui comblait sa vie depuis plusieurs semaines. Ce n'était donc pas si terrible que ça d'être père pour l'instant. Il faudrait juste qu'il décharge plus souvent son épouse de ces petits tracas quotidiens. Ce serait sa résolution Montpensieroise lorsqu'ils seraient totalement installés. Il suivit son épouse jusque dans la chambre de Georges et la regarda d'un air tendre, langer leur enfant. Elle le mit ensuite au lit après le baiser nocturne. Il ne tarda pas à fermer les yeux et s'endormir. C'était beau quand même la vie d'un bébé ! Il mangeait, dormait, jouait et redormait après avoir pris une nouvelle têtée. Et tout cela sous l'oeil attentif de ses deux parents. Le jeune homme ne se lassait pas de regarder ce magnifique enfant ! Leur enfant ! Il regarda Tia en lui souriant. La jeune maman était exténuée et avait du mal à rester éveillée. Il faut dire qu'elle avait été réveillée par la fin du conte par un enfant affamé.

Tu viens te coucher mon coeur ?

Rick eut le sourire jusqu'aux oreilles. Comment résister à ce doux appel ? Avoir enfin son épouse, pour lui seul, était un moment de pur bonheur. Il aimait garder jalousement la jeune femme contre lui, pendant leur nuit. Sentir son corps contre le sien était un bonheur de chaque instant.

J'arrive, jolie colombe !

Il la prit tendrement par les épaules et ils se dirigèrent enlacés, amoureusement jusque dans leur chambre. Rapidement dévêtus, ils se glissèrent sous les couvertures, serrés l'un contre l'autre pour se tenir chaud mutuellement. Tia s'endormit la première. Le sourire aux lèvres, le jeune homme se laissa glisser lentement dans les bras de Morphée, jusqu'à ce que Georges décide qu'il était l'heure de prendre son nouveau repas...

_________________
avatar
Rick
Admin

Nombre de messages : 391
Age : 40
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1 & 2, Chemin du Vinois

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum