De joutes, il y a longtemps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

De joutes, il y a longtemps

Message  feu Tiadriel le Dim 19 Oct - 17:16

Je me souviens de mes premières joutes comme si c'était hier.
J'étais dans ma sixième année et mon frère Georges, portait fièrement ses 9 ans. Nos parents nous accompagnaient ainsi que notre grand-mère Merone. Nous étions arrivés très tôt sur les lieux pour essayer d'avoir de bonnes places. Mon frère et moi ne tenions pas tranquilles.
Je n'arrêtais pas de harceler ma mère pour obtenir l'autorisation d'aller visiter les alentours. Tant et si bien qu'elle finit par céder mais seulement si je restais avec Georges.


D'accord, c'est promis Maman !

Je n'étais pas entièrement satisfaite mais cela était mieux que rien.
Après avoir laissé ma mère avec ma grand-mère dans les gradins, mon père étant allé rejoindre des amis, je suivis donc mon frère.
Nous arrivâmes à nous faufiler jusqu'à l'aire réservée à la préparation des concurrents. Personne n'avait remarqué deux enfants parmi tout le remue-ménage.
Mon regard fut soudainement attiré vers un box. Se tenait fièrement, un magnifique frison noir de jais. Je le trouvais étonnamment grand. Il était de toute beauté. Je m'approchai de la bête et lui présentai ma main pour qu'il puisse me sentir. Il la flaira et je perçus le souffle chaud venant de ses naseaux. Il me laissa ensuite le caresser.
Mon frère me suppliait de revenir mais je restai hypnotisée par la majesté de cet étalon.
Soudain, j'entendis une voix grave s'élever derrière moi. Le cheval redressa la tête et tendit les oreilles tandis que je me figeai, la main toujours sur son museau.


Eh bien, Titan, tu as trouvé là une charmante petite fille. Je te trouve étonnamment calme et doux pour une fois. Aurais-tu succombé au charme de cette demoiselle ?
Et vous jeune fille, que comptiez-vous faire à mon cheval ?


Je déglutis avec peine, tremblante de peur, avant de me retourner et de regarder cet inconnu.
Du haut de mes six ans, je sentis mon coeur faire un bond dans ma poitrine. Cet homme était tout simplement beau. Je rougis de la tête aux pieds avant de bredouiller.


Ri... rien ... du tout. Je... je l'ai juste trou... trouvé très... beau et j'ai... j'ai eu envie de... le caresser.
Tou... toutes mes... excuses, Mes... Messire !


Je m'inclinai rapidement avant de m'enfuir à toutes jambes entrainant mon frère derrière moi.
Arrivée près des gradins, je fis une pause pour reprendre mon souffle. Mon frère se moqua de moi.


Tu as détalé comme un lapin soeurette. Tu as eu si peur que ça ?

Je hochai vigoureusement la tête.

Oui, très, très peur ! Pourtant je ne faisais rien de mal !

Georges éclata de rire avant d'ajouter...

Je t'avais bien dit de ne pas t'approcher.
Allez viens, allons retrouver Maman et Grand-Mère.


Nous rejoignîmes les gradins juste avant le début des épreuves. Les différents concurrents furent présentés au public. Puis le tournoi commença.
Je les regardais s'élancer sans vraiment les voir quand soudain j'aperçus Titan au bord de la lice. Son cavalier avait fière allure et mon intérêt pour ces joutes s'aiguisa. Je me demandais si sous cette armure se cachait celui qui avait enflammé mon coeur. Je n'avais pas bien retenu le nom du cavalier et je demandais donc à Georges si lui s'en souvenait. Il me regarda avec un petit sourire en coin avant de me répondre.


C'est Ulrich Von...

Je n'entendis pas la suite car déjà il levait sa lance et talonnait sa monture. Son adversaire ne fit pas le poids et mordit la poussière.
Je me levais les bras tendus en V et criais de toutes mes forces pour le féliciter.
Ma mère, ma grand-mère et mon frère me regardèrent d'un air surpris tandis que la foule appaludissait le cavalier. Je me sentis bête, d'un coup, toute seule, debout dans ces gradins. Je rougis de la tête aux pieds avant de me rasseoir, penaude.
Le cavalier avait tourné la tête et levé sa visière pour voir d'où venait ces cris. Il quitta la lice pour laisser la place aux concurrents suivant mais juste avant je le vis parler à son escuyer. Ce dernier ramassa une des fleurs qui jonchaient le sol sur les bords de la lice et la donna au cavalier. Il la prit et se dirigea avec Titan vers... moi !
Je n'en croyais pas mes yeux. C'était bien lui, celui que j'avais vu quelques temps auparavant dans le box de Titan. Arrivé à ma hauteur, il me tendit un lys. Tous les spectateurs me regardèrent et je me sentis rougir de plus belle. Je le remerciai en prenant le lys offert.


Mer... merci beau... beaucoup.

Et je parvins à lui sourire. Titan hennit doucement et je me penchai pour lui faire une caresse avant qu'ils ne s'éloignent tous deux.
Je regardais ensuite les joutes avec beaucoup plus d'intérêt et surtout les passages de mon héros, brisant ses lances sur tous ses adversaires et les mettant à terre, Titan démarrant au quart de tour.

Vint le moment de la finale.
Ulrich se tenait lance levée face à son adversaire au bout de la lice.
Ils abaissèrent leurs lances en même temps et les chevaux s'élancèrent. Les lances se brisèrent sur les écus et volèrent en mille éclats, malmenant les deux cavaliers qui restèrent en selle.
Ils prirent tous deux une autre lance.
Je ne tenais plus en place tellement j'étais excitée. La foule les encourageait à tout rompre. Chacun y allant de ses pronostics.
Les deux cavaliers s'élancèrent enfin, lances tendues.
Mon coeur s'arrêta de battre une fraction de seconde avant le choc, puis s'emballa de plus belle.
Il avait gagné, sa lance s'était brisée sur l'écu de son adversaire, le faisant tomber de cheval.
Je me levais avec la foule et j'applaudis comme une folle. Il enleva son heaume et salua la foule de la main. Titan se remit au pas et ils vinrent tous deux dans notre direction.


Ma Demoiselle, il semblerait que vous plaisiez à mon cheval. Je le soupçonne d'ailleurs d'avoir été plus prompt que d'habitude uniquement pour vous impressionner.
Me feriez-vous le plaisir de m'accompagner pour un tour d'honneur ?


Je devais avoir mal entendu, mais, pas de doute possible devant sa main tendue, c'était bien à moi qu'il parlait. Je me tournais vers ma mère.

Je peux Maman ?

Bien sûr ma chérie, va !


J'enjambai la balustrade et attrapai sa main. Il m'installa devant lui sur Titan.
Nous fîmes un tour d'honneur sous les applaudissements de la foule. J'étais sur un petit nuage et mon coeur cognait fort dans ma poitrine.
Il me ramena ensuite à ma place et alla enlever son armure avant de recevoir sa récompense.

En rentrant ce soir là, je ne pouvais m'empêcher de penser à ce beau jeune homme... Le premier a avoir volé mon coeur...
Je me demande encore aujourd'hui ce qu'il est devenu...
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum