Mi-janvier 1457

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mi-janvier 1457

Message  feu Tiadriel le Mer 18 Fév - 2:30

Rick a écrit:[Plusieurs jours après le déjeuner avec Kory, mais avant la découverte de la Peste]

Rick avait décidé de faire de cette journée, une journée de rêve pour Tia. Après une nuit des plus agréables, le jeune homme avait décidé de lui apporter un petit déjeuner au lit. Au milieu des viennoiseries et de la tisane matinale, Rick avait rajouté un parchemin.


J’écrivais ton nom sur les plages désertées
En me demandant quand je te rencontrerais
Sur le sable fin, ton nom apparaissait
Avant que les vagues ne l’emporte à jamais

Inlassablement, je recommençais encore et encore
Et ton nom réapparaissait en lettres d’or
Sur les arbres des forêts, je le collais au mien
Me demandant quand je croiserais ton chemin

J’hésitais sur la route qu’il fallait prendre
Ne sachant si ton cœur était pur et tendre
Je demandais conseils aux oiseaux de passage
Leur demandant de me faire un doux présage

Je voulais connaître tout de toi
Pour être sûr de te reconnaître en moi
Je te voyais ange déchu du ciel
Venant vers moi, ouvrant ses ailes

Les soirs d’orage, à travers les éclairs
Je voyais ton visage en pleine lumière
Il était beau, divin et paisible
Mon cœur se transformait alors en cible

Attendant patiemment que tu décoches ta flèche
Tout en relevant de ton front cette satanée mèche
Qui barrait ton visage magnifique
Il était à mon sens presqu’angélique

Je voyais ton doux visage dans les fontaines
Où j’allais pour m’abreuver les soirs d’été
Puis, je le contemplais les nuits où la lune était pleine
Il était au milieu d’elle, il me souriait

La journée, il m’apparaissait au milieu des nuages
Moi qui me cherchait un point d’accroche
Alors que mon cœur venait de faire naufrage
Et qu’il cherchait dans le labyrinthe une sortie proche

Il était dans le noir absolu sans torche
Il se cognait sur toutes les pierres
Se demandant s’il te croiserait sous un porche
Il t’appelait dans chacune de ses prières.

Ton nom sonnait alors comme une ritournelle
Quatre syllabes, un doux prénom Tiadriel
Huit lettres collées les unes aux autres
Le début d’une histoire, la nôtre

Une histoire tout simplement pure et magnifique
Un conte aux sons merveilleux et poétiques
Un nom qui allait devenir pour moi emblématique
Un visage aux contours féériques

Une femme des plus merveilleuses
Une amante des plus audacieuses
Une épouse aux formes généreuses
Une mère des plus sérieuses

Aujourd’hui, j’écris encore ton nom
Juste parce que j’aime entendre ce son
Aujourd’hui je grave encore les arbres des forêts
Juste parce que l’écrire je ne peux m’en passer

Aujourd’hui encore je parle de toi aux oiseaux
Juste pour qu’ils t’envoient de tout petits mots
Quelques lettres qui formeront un beau poème
Plus de trois mots pour te dire Tia je t’aime

Et pendant que Tia prennait connaissance du poème, le jeune papa avait décidé qu'aujourd'hui, il s'occuperait de son fiston. C'est donc lui qui alla le lever et après la séance de bisous matinale, il l'amena voir sa maman.

Un repas vite pris sur le sein et des langes changées en un temps de record. A croire que Rick était devenu un expert dans le domaine. Il se rappelait ses débuts difficiles où il avait du mal à attacher tous les bouts de lange sans se tromper. La petite famille passèrent une matinée ensemble à jouer avec le petit garçon.

Ce fut Rick aussi qui se décida à aller faire un bon repas. Au menu, un gratin de Panais accompagné d'un bon steack. Au dessert, il avait fait une simple île flottante comme sa nourrice lui faisait, étant petit. Et l'après-midi, ils allèrent faire une promenade dans la forêt voisine. Le jeune homme en profita d'ailleurs pour lui montrer l'avancement des travaux. Le sol avait été posé avant le mauvais temps. Et depuis, lui et Patxi s'étaient arrangés pour préparer les planches. Il y avait donc nombre de planches dans leur propriété pour monter la cabane en moins de temps qu'il faut pour le dire.
Rick a écrit:Cela faisait maintenant plusieurs jours que Tia était partie se reposer chez les soeurs du couvent voisin. Les journées de Rick étaient donc échelonnées au rythme de vie de leur fils. Il ne se levait pas à l'aube pour faire son pain mais attendait que Georges soit réveillé. Il profitait pleinement du petit garçon entre langes et repas bouillis. Certes pour le repas, c'était pas toujours facile car parfois il recrachait tout, à la figure d'un papa souvent dépité. Ils en profitaient aussi pour s'amuser sur la couverture, près de la cheminée. Rick n'hésitait pas à raconter des histoires à son fiston avec les objets en bois qu'il lui avait confectionné le mois dernier. S'il continuait ainsi, dans quelques semaines, il arrivait à tenir tout seul assis. Mais le jeune papa n'était pas pressé du tout qu'il y arrive. Etait-ce pas égoïsme ou plutôt par prudence, difficile à dire. Encore que là, l'espace était plutôt réduit pour les dangers. Ce ne serait pas la même chose, lorsqu'ils aménageraient dans leur cabane. Mais pour l'instant, celle-ci était encore en construction. Seule la structure du plancher était faite. Le mauvais temps avait empêché la poursuite des travaux dans les arbres. Mais heureusement que Patxi, le bûcheron continuait à débiter les planches qui serviraient à cela.

Toujours est-il que les journées n'étaient jamais assez longues pour le jeune homme. Il devait s'occuper de son fils, puis ensuite, faire le pain pendant la sieste du petit trésor. Et après, il devait faire les sandwiches pour lees clients de l'Antre des Bûcherons. C'était tout un programme et parfois, le jeune homme se demandait comment Tia arrivait à tout gérer. Elle ne se plaignait jamais et avait le temps de tout faire : sa farine, leur fils et la maréchaussée. Et dire que le numéro deux était en route. Cela faisait parfois un peu peur à Rick, mais jamais il n'aurait osé avouer cela à qui que ce soit. Il avait failli perdre son épouse une première fois, donc il s'abstenait. Heureusement qu'il était aidé dans sa tâche par la jeune Marthe, son apprentie.
--Georges a écrit:

Maman lui manquait. Il s'était senti abandonné quand elle avait du partir chez les soeurs. Il ne savait pas que sa maman en avait et il aurait bien voulu les connaître, lui, les soeurs de sa maman. Surtout qu'il avait vaguement compris qu'il allait en avoir une, à moins que cela soit un petit frère. Il serait bientôt grand frère... Il espérait que sa maman ne serait pas trop accaparée par le nouveau bébé. Il ne faudrait pas qu'elle l'oublie lui...

Maman lui avait bien expliqué que c'était pour se reposer, mais... Si elle était déjà fatiguée, comment ferait-elle avec un autre bébé ? Georges pensa alors qu'elle n'était peut-être pas obligée de le garder après son arrivée, le bébé. Elle pourrait sûrement trouver quelqu'un à qui le donner. Comme ça, il garderait Maman rien que pour lui tout seul. Enfin presque, il fallait la partager avec Papa... C'était moins drôle ça ! Mais c'était la vie !

Pendant que Maman était partie, Papa, il avait fait plein de trucs sympa avec Georges. Il se sentait comme un petit roi. Il était rigolo en plus son papa. Il inventait plein d'histoire en lui piquant ses jouets pour leur donner vie. Le petit garçon ne se lassait pas de l'écouter. Et puis ce qui était drôle aussi, c'est que son papa, il n'avait pas de cheveux sur la tête, les siens, ils poussaient sous son nez entre autre. Quand il parlait, le tout bougeait en rythme. Georges aimait regarder les cheveux de la bouche de son papa.
Une fois, il avait essayé de tirer dessus, mais il n'avait pas réussi. Il faudrait qu'il retente l'expérience. Peut-être que s'ils poussaient encore un petit peu... Il fallait peut-être les arroser comme les plantes de Maman ? Elle lui avait dit qu'il fallait leur donner de l'eau pour qu'elles poussent et grandissent... Oui, il fallait creuser la question, mais un autre jour.

Puis sa maman était rentrée de sa visite chez ses soeurs. Elle était reposée et toute jolie comme d'habitude. C'était la plus jolie de toutes, Maman ! Georges avait été très content de la voir et elle lui avait fait un tas de bisous, presque elle l'aurait étouffé dessous, mais elle se retint. Une chance ! Il survivrait donc.
Puis elle avait fait plein de bisous à Papa. Le petit veinard celui-là !

Après ça avait été moins drôle, elle avait dû filer au truc là, de son travail, où elle chasse les méchants. Le petit garçon ne retenait pas le nom, mais quand il l'entendait, il savait de quoi il s'agissait.
Pendant que Papa était occupé à accompagner Maman jusqu'à la porte, le petit bonhomme, hors de la vue des grands, se mit à quatre pattes. Il s'était entraîné pour réussir à tenir dans cette position. Peut-être qu'avec un peu d'effort, il arriverait à avancer. Il se balança d'avant en arrière pour bien sentir tout le poids qu'il lui faudrait déplacer et se lança. Une main d'abord, un genou et il inversa.


"Ayé, j'arrive à me déplacer tout seul. Ils vont en faire une tête quand ils verront ça, les parents ! Mais d'abord, je vais faire une blague à Papa, pendant qu'il regarde pas. Il a du se perdre dans le regard de Maman. Il fait souvent ça, mais il faut dire qu'elle a de trop jolies yeux, Maman."

Il alla près de la cheminée, là où Papa gardait les vieux journaux pour allumer le feu dans l'âtre. Il en prit un et revint l'air de rien sur sa couverture. Ses petites "pattes" le portant. L'exercice fut un peu compliqué, mais il poussait d'abord le journal puis avançait, le poussait, avançait. Si bien que quand son papa revint, il avait fini et faisait semblant de le lire en bavant dessus. Il était assis au centre de la couverture, le journal déplié à l'envers devant lui. Il en arracha un petit morceau, puis un autre, très concentré sur sa tâche...
_________________
Fils de Tiadriel & Rick
Futur grand frère de ?
Cou-zin d'Eléa, Matthis et Timothée
Presque Filleul d'Althiof et Elwë*
Rick a écrit:Rick était occupé à jouer avec Georges, lorsque la porte du moulin s'était ouverte. Tout juste le temps de tourner la tête et le jeune homme avait sauté sur ses pieds. Son épouse était de retour avec un peu d'avance. Il fut un peu déçu quand elle commença par embrasser leur fiston en premier. Mais il fut récompensé par sa patience, car à son tour, il retrouva avec plaisir, les lèvres de Tia.

Malheureusement, les retrouvailles furent de courte durée. Le travail encore et toujours le travail leur ravivait mère et épouse. Mais la jeune femme avait promis de faire très vite. Rick avait donc raccompagné Tia jusqu'à la porte, pour pouvoir avoir une nouvelle salve de baisers. Il s'était assuré que Georges ne risquait rien sur la couverture pendant son absence. Il avait du mal à la laisser partir car il avait tellement de choses à lui dire sur ce qu'elle avait manqué. Certes, il lui avait écrit au couvent mais c'était pas pareil. Mais au final, ils avaient dû se séparer.

Rick retourna donc s'occuper de son fils. Mais quelque chose le turlupina en voyant la scène. Le petit garçon était en pleine lecture d'un grand parchemin. Il se gratta la tête en se demandant où Georges avait pu récupérer cela. Pourtant, il était presque sûr de ne pas lui avoir laissé cela à proximité. Est-ce que Tia avait pu faire tomber cela de ses vêtements, lorsqu'elle était venue embrasser leur fils ? Pourtant....

Une idée saugrenue lui traversa la tête. Se pourrait-il que.... Rick secoua la tête tout en regardant son fils continuer à déchirer ce papier... Ce n'était pas possible, il n'avait pas pu aller chercher lui-même ce nouveau trésor. Le jeune papa n'avait jamais vu son fils se déplacer tout seul. Il faudrait qu'il demande à Tia ce qu'elle pensait de cette chose étrange. Il retourna néanmoins s'asseoir avec avec son fils et comme à leur habitude, il voulut lui raconter une nouvelle histoire.


Alors Georges, tu étais content d'avoir revu Maman ? On raconte une histoire avant la sieste ? Ah ! Si tu pouvais parler, tu me dirais comment tu as fait pour avoir ce document ?

Tant que le petit garçon ne voulait pas mettre les bouts de parchemin dans sa bouche, il pouvait lui laisser. Il s'était assuré avant que ce n'était pas un document officiel laissé par Tia. Si cela avait été un rapport que son épouse avait préparé, cela aurait été dommage que leur fils détruise le travail en si peu de temps. Plus il y réfléchissait et plus il pensait que c'était l'oeuvre d'Inuki. Il n'y avait vraiment que cette solution possible. Le chien avait dû vouloir montrer quelque chose à Tia et l'avait laissé traîner là, après. Rick regarda donc vers le chien pour voir s'il avait la mine penaude, comme lorsqu'il avait fait une bêtise. Pourtant ce n'était pas le cas. Un vrai mystère....
--Georges a écrit:

Le petit garçon était tellement concentré sur sa tâche qu'il ne se rendit pas compte que son papa était revenu. Il ne le vit pas se gratter la tête d'un air bizarre. Quand il entendit la voix de son papa, il suspendit son geste et leva la tête. Ses lèvres se fendirent en un sourire, laissant apparaître deux petites quenottes sur la gencive supérieure et deux sur l'inférieure, lui donnant un petit air coquin.

Alors Georges, tu étais content d'avoir revu Maman ? On raconte une histoire avant la sieste ? Ah ! Si tu pouvais parler, tu me dirais comment tu as fait pour avoir ce document ?

"Oui, très content, moi ! Je veux pas dormir ! J'ai pas sommeil ! Tu vois pas que je suis très occupé là ? Non, je te dirais pas. Parce que c'est un secret, mon petit Papa !
Une histoire ?"


Ses petits yeux s'illuminèrent et s'ouvrirent en grand. Il aimait cette idée. Il voulait une histoire. Et pour être sûr que son papa comprendrait qu'il voulait une histoire, il lui montra. Il prit ce qui restait du morceau de parchemin, toujours bien assis sur ses petites fesses, l'attrapa avec ses deux mains, le colla à son nez et se mit à parler très fort, comme s'il lisait les mots couchés sur le papier.

Abaaaaaaaaaa gaga bou ! Brrrrrrr, blblblblbl, daaaaa !

Puis quand il eut assez lu, il tendit le papier à son papa.

"C'est ton tour maintenant ! Lis-moi une histoire s'il te plaît !"

Il attendit sagement, les yeux pleins d'espoir, le bras tendu. Il espérait que son papa avait compris ce qu'il venait de lui demander. Il savait que son papa il était malin, c'est sur qu'il allait "piger" ce que voulait son fils.
_________________
Fils de Tiadriel & Rick
Futur grand frère de ?
Cou-zin d'Eléa, Matthis et Timothée
Presque Filleul d'Althiof et Elwë*


Dernière édition par Tiadriel le Mer 18 Fév - 2:49, édité 1 fois (Raison : Changement de titre)
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mi-janvier 1457

Message  feu Tiadriel le Mer 18 Fév - 2:31

Rick a écrit:Rick jeta un nouveau regard sur son fils pour vérifier qu'il ne voulait pas mettre à la bouche les bouts de papier. Et ce qu'il vit, le fit rire. Georges était vraiment impayable. Il devait avoir vu un de ses deux parents faire pour imiter ainsi. Le petit garçon avait pris son bout de papier et commença à parler très fort.

Abaaaaaaaaaa gaga bou ! Brrrrrrr, blblblblbl, daaaaa !

Puis, au bout de quelques instants, le bébé donna le parchemin à son père.

Oh ! Tu veux que je te raconte une histoire ! Alors voyons voir ce que je vais faire aujourd'hui !

Son regard se porta sur les animaux en bois de son fils et plus particulièrement sur la vache. Rick prit donc l'objet dans ses mains et le tendit à Georges. Puis il commença sa fable.

Dame Marguerite broutait dans son pré
Lorsqu'une idée vint la traverser
Elle se demandait si l'herbe n'était pas meilleure
Dans les champs du voisin, ce sieur

C'était une vache un brin aventurière
Qui voulait fuir son quotidien de misère
Et changer son herbe, repas ordinaire
Aussi décida-t-elle de partir de chez son propriétaire

Et voici donc notre bovine qui prit son élan
Et qui sauta par dessus la clôture du champ
Sous le regard de ses congénères ahuries
Ne vous inquiétez pas, je reviendrais ! C'est promis !

Et c'est donc de sa démarche cahin cahan
Que notre héroïne commença son voyage allégrement
Elle espérait goûter de nouvelles saveurs
Pensant que c'était là le vrai bonheur

Sa première rencontre fut avec le chien du fermier
Qui se décida à lui courir après, quelle drôle d'idée !
Elle eut du mal avec sa vitesse à le semer
Mais après, elle dût faire une pause pour pouvoir souffler

Son périple avait bien mal commencé
Mais elle ne voulait pas se laisser démonter
Par cette rencontre totalement inopinée
Elle avait tant de fleurs à goûter

Et alors qu'elle avait un chemin à traverser
Elle se retrouva au milieu d'une troupe de cavaliers
Lancée à plein galop pour chasser une horde de sangliers
Et voilà notre pauvre Marguerite piétinée et blessée

Impossible en plus pour elle de se soulager
Car difficile à lécher ces quelques plaies
Elle pensait enfin pouvoir accomplir son rêve ambitieux
Lorsque la pluie décida d'entrer dans le jeu

La vache qui rêvait d'aventures et de voyages
Commençait à entrevoir les nombreux désavantages
Elle pensait à retrouver son étable, havre de paix
De la journée, elle avait à peine eu le temps de brouter

Elle n'avait pas non plus eu le temps de ruminer
Et pas une seule seconde pour vraiment se reposer
A chaque endroit visité elle s'était fait déloger
Sans tact ni autre forme de procès

C'est donc la queue entre les pattes
Qu'elle décida de rentrer parmi les siens
Elle n'éprouvait en ce voyage de retour aucune hâte
Car ces projets d'évasion ne valaient rien.

En plus, elle fut pendant plusieurs jours la risée
De ses voisines qui n'avaient jamais eu le courage
De faire ce que notre héroïne avait tenté
Et d'effectuer un doux et présomptueux voyage

La Marguerite devant tant de réactions néfastes
Se dit qu'un jour elle retenterait son doux rêve
Qu'il y avait sûrement des espaces plus vastes
Où il serait bon de ruminer en faisant une trève

Il fallait juste mieux se préparer à voyager
Et la bovine l'avait appris durant cette journée
Elle avait aussi découvert le sentiment de jalousie
De la part de vaches qu'elle croyait être ses amies.

Rick sourit en regardant son fils jouer et baver sur la vache en bois.

Alors p'tit bonhomme ! Ma fable t'a plu ? Et si nous allions manger ? Tu en penses quoi ? Tu crois que Maman va être revenue pour le repas ?

Le jeune homme attendrait patiemment son épouse pour dîner avec elle, mais il fallait d'abord s'occuper de préparer la soupe de l'enfant.
--Georges a écrit:

Oh ! Tu veux que je te raconte une histoire ! Alors voyons voir ce que je vais faire aujourd'hui !

Georges était content. Papa avait tout compris. Il allait lui lire une histoire. Il tapa maladroitement dans ses petites mains pour montrer qu'il était content. Il se demandait de quoi ça parlerait. De dragons ? De Chevaliers ?

Papa réfléchit un instant avant de se lancer et de lui tendre sa vache en bois. Ça ne ressemblait pas à un dragon ce truc... Georges décida de se "venger" en mâchouillant férocement la pauvre Marguerite.
Il écouta sagement ce que racontait son papa, mais... C'était bien compliqué cette façon de dire les choses. Le petit garçon ne comprit quasiment rien à l'histoire, mais il écouta, juste pour le plaisir d'entendre la voix de son papa.

Il comprit le mot chien à un moment et il tendit le doigt vers Inuki qui dormait tranquillement dans un coin. Ce dernier leva un oeil, sentant que quelqu'un le regardait et vint se placer doucement derrière Georges, faisant un dossier de son dos au petit garçon. Il lui passa un coup de langue sur la joue avant de poser sa tête sur le sol et de fermer les yeux, restant cependant alerte. Le petit garçon rit aux éclats en sentant la langue râpeuse sur sa joue. Il caressa maladroitement l'animal avant de reprendre son mâchouillage.


Alors p'tit bonhomme ! Ma fable t'a plu ? Et si nous allions manger ? Tu en penses quoi ? Tu crois que Maman va être revenue pour le repas ?

Il prit un air sérieux devant les multiples questions de son papa. Il avait vu sa maman faire pareil. Puis il lui "répondit".

Brrrrrr, blblbl, agaaaaa, buuuuuudaaaaaaaa, maaaaaaaapaaaaaa !

"Oui, ça m'a plu, j'ai presque rien compris, mais pas grave ! J'aime ta voix, mon gentil Papa rigolo !
Oui, miam, j'ai faim ! Tu entends pas mon petit ventre ? Il gargouille !
Elle te manque à toi aussi Maman ? Je veux la voir avant de dormir moi ! Je veux qu'elle me donne à manger !"


Il laissa son papa aller préparer le repas. Lui, il avait une chouette idée pour s'occuper en attendant. Il allait partir à l'aventure avec Marguerite. Il avait au moins compris qu'elle était partie en voyage initiatique.

S'assurant que son papa ne le verrait pas et en essayant de ne pas faire trop de bruit, il prit Marguerite dans sa bouche et avança doucement dans sa position désormais favorite, le quatre-pattes. Papa, il devait être dans ses pensées. Le petit garçon espérait qu'à trop penser à Maman, Papa ne ferait pas brûler son dîner...

Puis, tout à sa nouvelle tâche et son expédition, il avança, encore et encore, jusqu'à arriver chez le "champ du voisin", c'est à dire, sous la table. Là, il pensait que personne ne le trouverait. Il prit un dessus de chaise en laine de mouton et réussit tant bien que mal à le poser en équilibre précaire sur son dos. Il "entrait" dans la peau de Marguerite, le mouton, non la vache... Il se cacha là et attendit, regardant son papa s'activer à faire le repas.

_________________
Fils de Tiadriel & Rick
Futur grand frère de ?
Cou-zin d'Eléa, Matthis et Timothée
Presque Filleul d'Althiof et Elwë*
Tiadriel a écrit:Les jours avaient passé à la vitesse de l'éclair. L'anniversaire de Tiadriel arriva et son époux prit les opérations en main ce jour là.
Tout d'abord un petit-déjeuner au lit, un magnifique poème au milieu. Elle en avait eu les larmes aux yeux et le coeur débordant d'amour pour son peloux de mari en lisant les mots couchés dessus. Elle le remercia par un long et tendre baiser.
Elle avait, ensuite, "traîné" au lit, laissant Rick s'occuper de leur fils, lui amener pour la tétée avant d'aller le changer lui-même.

La matinée passa trop vite, la petite famille occupée à jouer. Rick s'occupa du déjeuner, laissant Tia profiter pleinement de son fils en ce jour si particulier pour elle. Elle apprécia ces marques d'attention. Sa grossesse commençait à la fatiguer un peu.

L'après-midi, ils allèrent se promener et elle vit où en étaient les travaux de la cabane. Le mauvais temps n'aidait pas à ce qu'elle avance rapidement. Mais, ils étaient assez bien installés à Lépi pour attendre de meilleurs jours, un peu à l'étroit mais au moins, ils se tenaient chaud.

Les jours suivants, un mauvais rhume força la jeune femme à se retirer quelques jours chez les soeurs, pour se reposer et ne pas contaminer son fils. Elle avait pu se soigner correctement et était revenue en forme. Et Aristote savait qu'il lui faudrait l'être.

Le Duché était passé en alerte rouge et c'était la "folie" à la Maréchaussée. Aussitôt rentrée, après une séance câlins avec son fils et son époux, elle avait dû filer au bureau. Elle réussit néanmoins à rentrer pour l'heure du dîner.

Elle poussa doucement la porte de l'entrée, tira le verrou, laissa son bouclier et son épée à côté et grimpa doucement les escaliers. Elle espérait les surprendre et peut-être les "espionner" un petit peu. Elle poussa la porte du haut, celle qu'elle avait pris en pleine figure quelque temps auparavant. Elle glissa précautionneusement la tête par l'entrebaîllement et fut déçue. Déçue de ne rien surprendre...

Rick était en train de préparer le dîner. Et Georges... Mais où était-il ? Déjà couché ? Il n'était pas si tard que ça pourtant. Il n'était pas sur sa couverture... Elle entra donc, jeta un oeil au berceau... Vide... Elle essaya de ne pas paniquer. Peut-être qu'il était avec Marthe ? Elle tiqua quand même à cette idée. Il n'y avait aucune raison que ce fut le cas.
C'est d'une voix mal assurée qu'elle s'adressa à son époux, plantée au milieu de la pièce, fébrile.


Rick ? Où est... Georges ?

Elle avait essayé de ne pas paraître trop alarmiste mais elle n'avait réussi qu'à couiner sa question, attendant la réponse, une boule au ventre, tentant de se raisonner. Si Rick préparait tranquillement le dîner, elle ne devait pas être inquiète... Peut-être que sa grossesse lui avait détraquée quelque chose...
Rick a écrit:Rick avait laissé Georges sur sa couverture et il était parti préparer le dîner. Ce serait de la soupe de légumes pour les plus grands et une bouillie pour le petit homme. Le jeune homme s'occupait donc d'éplucher les légumes pour toute la petite famille. Il entendit la porte s'ouvrir doucement. Il sourit tout en continuant sa corvée. Tia avait fait vite à la maréchaussée comme promis. Il supposait qu'elle voulait aller embrasser le petit garçon avant de venir rejoindre, donc il attendrait son tour, tranquillement. Et soudain, il entendit la voix de son épouse lui demander où était le garçon. Il était étonné d'entendre un ton si différent dans sa voix. La situation ducale n'était pas au beau fixe et pour un retour triomphant au travail, il n'avait pas dû être réussie pour la maréchale de Montpensier.

Rick ? Où est... Georges ?

De son petit espace de cuisine, Rick répondit

Georges, il doit être sur sa couverture ! Il joue avec Marguerite !

Rick sourit en disant cela. Sûr que son épouse n'allait pas trop comprendre qui est Marguerite, vu qu'elle n'avait pas assistée à l'histoire ! Aussi se décida-t-il à aller la rejoindre. Il s'essuya les mains sur son torchon et le plaça sur son épaule, le sourire aux lèvres. Mais arrivé proche de Tia, il ne put que constater la disparition de leur fils. Rick se gratta la tête. Quelque chose était en train de lui échapper. Il se tourna vers Tia, l'air hésitant. Il fallait qu'il lui explique ce qui se passait.

Tia, ça va te paraître bizarre, mais il se passe des choses pas nettes depuis ton départ !

Le jeune homme lui expliqua donc l'épisode du journal. Peut-être qu'elle aurait une explication à la situation. Il était sûr d'une chose, c'est que personne n'était entré dans le moulin avant elle, et ça aussi il lui dit. Si personne n'était entré dans le moulin, Georges n'avait pu sortir tout seul. Donc, il était forcément dans la pièce. Il voyait son épouse un peu stressée et il fallait se dépêcher de trouver leur enfant avant qu'elle ne pique une crise. Le jeune homme se tourna donc vers Inuki et appela le chien.

Inuki ! Cherche Georges Inuki ! Cherche le bébé !

Le chien s'était rapproché de ses deux maîtres puis les avait regardés avant de comprendre ce qu'on lui demandait. La truffe au sol, il commença à renifler l'odeur du petit z'homme. Il alla jusqu'à la couverture et avança en zigzagant. Puis, il se plaça vers la table et aboya tout doucement. Depuis la naissance de l'enfant, Rick et Tia avait appris au chien à ne pas aboyer fort pour ne pas lui faire peur.
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mi-janvier 1457

Message  feu Tiadriel le Mer 18 Fév - 2:33

--Georges a écrit:

Georges regardait son papa faire le repas, ou plutôt les jambes de son papa, parce que de son observatoire, c'était bien la seule chose qu'il voyait correctement. S'il se plaquait au sol, il arrivait à discerner jusqu'à son dos. Il était là, à attendre, son dessus de chaise sur le dos. Attendre qu'on le cherche.
Son papa lui avait montré un drôle de jeu, un jeu où il fallait se cacher avant de se montrer et de dire
"coucou". Ça le faisait toujours rire, Georges. Il trouvait ce jeu très rigolo.
Il resta donc sagement sous la table, patientant.

Puis, il entendit du bruit qui venait de la porte. La curiosité s'empara de lui. Il voulait voir qui arrivait. Il tourna la tête dans cette direction. Il réfléchit un instant, rapidement. Personne n'ayant frappé, cela ne pouvait être qu’elle ! Maman ! Elle était enfin rentrée. Il voulait un câlin. Là, maintenant tout de suite ! Cependant, il ne bougea pas. S'il bougeait, il se trahirait et gâcherait le jeu, son jeu. Il écouta la conversation qui débuta.


Rick ? Où est... Georges ?

Maman semblait bizarre. Elle avait une drôle de voix quand elle prononça son prénom. Jamais il ne l’avait entendu comme ça, du moins, il ne s’en souvenait pas…

Georges, il doit être sur sa couverture ! Il joue avec Marguerite !

"Tout faux, mon papa ! Je suis sous la table avec Marguerite !"

Le petit garçon se retint de rire pour ne pas trahir sa présence. Il était vraiment tout à son jeu, sans avoir conscience de ce que cela pouvait avoir d'inquiétant pour ses parents. Il savait, lui, qu'il n'était pas loin et en sécurité.
Papa se tourna alors vers Maman et la rejoignit. Georges vit passer sa paire de chausses. Il la suivit des yeux.


Tia, ça va te paraître bizarre, mais il se passe des choses pas nettes depuis ton départ !

Son papa avait donc trouvé quelque chose d'étrange ? Il écouta encore. Ah oui, le truc du journal. Il s'était bien amusé à faire des confettis. Et il lui avait bien servi pour lui faire comprendre qu'il voulait une histoire, même si cette dernière s'était révélée difficile à comprendre pour le petit bonhomme. Il avait vagabondé un instant dans sa tête et ne "revint" que quand il entendit son papa appeler Inuki.

Inuki ! Cherche Georges Inuki ! Cherche le bébé !

Georges ouvrit des yeux tout rond. Il y avait un bébé dans la pièce et personne ne lui avait dit ? Et chose encore plus étrange, ce bébé était discret, car il ne faisait vraiment pas de bruit du tout. Ça tournait à toute vitesse dans la petite tête du petit Georges.
Très intrigué, il regarda ce qu'allait faire son ami à quatre pattes. Il voulait savoir où était caché ce bébé tellement discret qu'il semblait ne pas exister.
Puis, Georges comprit qui était le bébé ! C'était lui ! En y repensant, son papa avait d'abord demandé au canidé de le chercher lui et après il avait parlé d'un bébé... Lui, il avait cru qu'ils étaient deux...


"Eh, mais je ne suis pas un bébé ! Je suis Georges, moi !"

Il regarda un moment Inuki, déçu qu'il ait gâché son jeu. Entre frères à quatre pattes, il n'y avait donc pas de solidarité ? Le meilleur ami de l'homme... Mouais et le meilleur ami du petit d'homme ? Il était où ? Il en voulait un lui aussi, un qui ne trahirait pas l'endroit où il se trouvait pour faire plaisir à son papa ou à sa maman.
Pour sûr que maintenant, il risquait de se faire gronder, juste pour avoir voulu jouer, sans avoir fait exprès de faire une "bêtise".
Il tenta alors le tout pour le tout. Il sortit de dessous la table en "marchant" et se dirigea vers sa maman et son papa. Puis, il s'assit, le dessus de chaise glissa au bas de son dos. Il leva les yeux vers ses parents, puis très maladroitement, il mit les mains devant ses yeux, avant de les enlever et de sourire timidement.


"Coucou !"

Aaaaadaaaaa !
_________________
Fils de Tiadriel & Rick
Futur grand frère de ?
Cou-zin d'Eléa, Matthis et Timothée
Presque Filleul d'Althiof et Elwë*
Tiadriel a écrit:Elle attendait une réponse à sa question. Sans se retourner, Rick lui répondit tranquillement.

Georges, il doit être sur sa couverture ! Il joue avec Marguerite !

Marguerite ? Elle se demanda un instant qui c'était mais sans trop s'éterniser. Force était de constater que la couverture était vide !

La couverture est... Il n'est pas là !

Elle essayait, Aristote lui en était témoin, elle essayait de se raisonner mais son cerveau avait un raté et un sacré gros. Elle... paniquait !
L'air surpris et un peu... perdu, hésitant de Rick, ne l'aida pas du tout. Elle retint le cri qui aurait voulu s'échapper de sa bouche. Elle se sentait ridicule mais ne pouvait se maîtriser.


Tia, ça va te paraître bizarre, mais il se passe des choses pas nettes depuis ton départ !

Comme si un tel aveu allait... éclairer sa lanterne et surtout l'apaiser. Plusieurs vieilles histoires lui traversèrent l'esprit. Toutes plus sordides les unes que les autres, sur des créatures fantastiques, capables de faire toutes sortes de choses étranges...
Elle écouta plus que distraitement son récit sur le journal. Elle n'avait rien donné à leur fils avant son départ. Ça, elle en était sûre. S'il ne trouvait pas rapidement leur fils, elle ne répondrait plus de rien.
Rick appela alors Inuki. Elle trouva l'idée très bonne. C'était un moyen très rapide et efficace.


Inuki ! Cherche Georges Inuki ! Cherche le bébé !

Elle suivit son fidèle compagnon à poils des yeux, ne manquant aucun de ses mouvements. Quand il s'arrêta près de la table et annonça qu'il avait trouvé, elle... resta un moment les bras ballants. Qu'aurait fait leur fils sous la table ? Et comment y était-il arrivé ?

Ce n'est qu'en le voyant sortir de sa cachette sur ses petites mains et ses genoux qu'elle ressentit enfin un immense soulagement qui fut bien vite balayé par un sentiment d'émerveillement de le voir se déplacer tout seul.
Son petit garçon "marchait" ! Depuis combien de temps ? Rick ne semblait pas l'avoir remarqué avant. Cela devait être très récent.
Mais elle n'était pas au bout de ses surprises car son fils s'approcha et mit les mains devant ses yeux. Il jouait ? Oui, nul doute à voir sa petite frimousse et en entendant sa voix !
Elle se tourna alors vers Rick.


C'est toi qui lui as appris ça ?
Rick a écrit:Rick avait mis sa main sur l'épaule de son épouse. Il la sentait tendue et il fallait bien avouer que la situation était assez mystérieuse. Il regarda le chien, la truffe au sol, se diriger vers la table. Le jeune homme s'apprêtait à glisser au sol pour regarder dessous, lorsque soudain.... Un petit agneau vint jusqu'à eux, trottant allégremment sur ses quatre pattes. Et puis hop, coup de magie, la peau de bête glissa du dos de son propriétaire et Georges apparut, le sourire aux lèvres. Il s'assit devant eux et mit les mains sur ses yeux puis dans un grand moment théâtral il déclama

Aaaaadaaaaa !

Rick le regarda tout étonné de l'exploit que son fils venait de réaliser. Puis, il ne put se retenir plus longtemps devant la mémoire de son fils. Il se souvenait de leur petit jeu. Il se mit donc à rire.

Coucou mon petit bonhomme ! Alors Georges s'était caché pour jouer avec son papa ?

Rick se pencha donc pour le prendre dans ses bras. Puis, il lui fit un gros bisou sur le front. Il se retourna vers son épouse qui venait de lui demander

C'est toi qui lui as appris ça ?

Au début, le jeune homme se demanda si son épouse parlait du mode de déplacement de leur fils ou alors du jeu. Il opta pour la seconde option.

Ah oui, ma jolie colombe ! On a appris cela pendant ton repos forcé chez les soeurs ! Et Georges adore ce jeu en plus !

N'est ce pas mon petit bonhomme ! lui dit-il en se retournant vers son fils.

Rick sourit à son épouse puis il lui tendit le petit garçon.

Tu sais quoi, Tia, tu devrais jouer avec lui à cela pendant que je finis de préparer le repas !

Pendant le repas, il faudrait vraiment qu'il parle de ce nouvel exploit de leur fils.
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mi-janvier 1457

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum