Une nouvelle vie... avec deux anges inattendus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une nouvelle vie... avec deux anges inattendus

Message  Rick le Jeu 9 Avr - 22:53

Rick a écrit:Rick et Tia étaient de retour pour la journée dans leur village. Ils venaient déposer les premières victuailles que le jeune homme avait trouvé en chemin : de la viande et des fruits. Après avoir été faire un tour dans le nord du duché, ils hésitaient encore sur la route à prendre : rejoindre la capitale et voir l'engouement que certains avaient désormais pour les nouvelles demeures à la mode ou alors se reposer sur le lac de Montbrisson. Rick voulait que son épouse choisisse mais elle, elle préférait lui laisser les rênes : choix cornélien, là aussi. Peut-être que dans la soirée, ils arriveraient à se décider. Mais pour l'heure, il fallait laisser reposer leur monture qui en avait bien besoin.

Arrivés devant le moulin - boulangerie, Rick laissa son épouse monter se reposer avec leur fils, pendant qu'il s'occuperait de leur monture. Il détacha donc la charette et laissa le cheval vaquer dans leur propriété. Puis, il monta rejoindre sa petite famille. Prendre juste un peu de repos avant d'aller faire un tour à l'Antre des bûcherons et puis repartir sur les routes.
Rick a écrit:L'aube naissait timidement derrière les Monts Dôme, lorsque la cariole de Tia et Rick arriva au pays. Ils avaient passé dix jours magnifiques dans plusieurs villes du duché. Mais, ils avaient écourté leur voyage car la jeune femme avait un cours de biologie à donner à l'université. Cela arrangeait un petit peu Rick, car leur capitaine lui avait écrit que leur taverne n'était plus approvisionnée.

Arrivé devant Lépi Lami, le jeune homme aida son épouse à descendre puis lui tendit Georges. Il les laissa monter se reposer, pendant qu'il déchargeait les malles du voyage. Pour le reste, il le déchargerait devant la taverne, à quelques rues de là. Une fois, les bagages montés dans le moulin, Rick s'installa deux minutes dans la pièce principale. Il aurait dû se reposer, certainement, mais il avait beaucoup de choses à faire aujourd'hui. D'abord, réapprovisionner la taverne pour le bonheur de leurs clients, ensuite mettre une fournée de pains à cuire, car Marthe, sa jeune apprentie avait réussi à tout vendre. Il devait aussi passer au bureau de parrainage pour faire son rapport et parler avec la nouvelle tribun. Alors devant toutes ses tâches, le jeune homme n'avait vraiment pas le temps de prendre un peu de repos. Surtout qu'il avait aussi prévu de passer voir Patxi, pour voir si la construction de la maison pouvait reprendre, maintenant que la neige n'était présente que sur les montagnes environnantes.

Mais avant de partir, la chose la plus urgente à faire était de prendre un solide déjeuner. Si parfois le jeune homme ne prenait pas le temps de se reposer convenablement, il faisait toujours attention à bien manger. En tant que futur médicastre, il savait que le manque de nourriture était dangereux. Non pas qu'il ne savait pas que le manque de repos l'était tout autant, mais il voulait toujours tout faire, en même temps. Il mit donc le lait à chauffer pour lui et Georges et l'eau pour la tisane de Tia. A défaut de pain frais, aujourd'hui, il mangerait celui qui restait de leur voyage. Une fois le repas fini, Rick se tourna vers son épouse pour lui demander.


Jolie colombe, je dois aller à l'Antre des Bûcherons ! As-tu besoin de quelque chose ?
Beths a écrit:Taciturne et heureuse, enjouée et effrayée, incrédule et pourtant émerveillée, Beths était présente à Montpensier, une Beths différente, depuis que sa vie avait été menacée, depuis qu'elle avait été blessée, depuis ... Montluçon, depuis le réveil de son passé, depuis son oui à la question posée ...

Accompagnée de sa Bettym, d'Herma, de sa marraine et de ... son Marty, ils s'étaient donc rendus à Montpensier. Bettym devait y croiser du monde, et la ville était plus ou moins sur le chemin de Moulins et du domaine de Billy où Bettym, Legowen, Marty et elle se rendaient, tout en espérant secrètement que cette fois, point de surprise de celle qu'elle avait eu à l'Espinasse.
Herma était rentré à temps pour ses gardes.

En taverne, la thiernoise avait appris l'excellente nouvelle. D'abord sous le choc, mais également effrayée de comprendre ce que pouvait signifier le oui, affolée par certains des propos de Rick tels que pouponner un mini être aimé, la jeune femme avait failli fuir.
Raisonnable, la maréchale savait l'être, tout comme se raisonner. Elle n'en était pas là, fort heureusement. Mais en attendant Tia, son amie Tia venait de donner la vie.

Et Beths avait décidé d'aller la féliciter sans toutefois la déranger. D'une part la nouvelle maman devait être épuisée ... deux petiotes d'un coup, et d'autre part, ils avaient besoin de n'être que tous les cinq. Une famille, une belle famille, Beths se mit à sourire.

S'approchant doucement du domicile de ses amis, elle y déposa délicatement au solce qu'elle avait préparé à leur intention. Elle savait que tôt ou tard, Rick ou Tia le trouverait.




La jeune femme se pencha de nouveau pour y déposer un petit parchemin. Se faisant, elle ne put que grimacer de douleur ... fichue blessure, elle n'était pas prête d'être guérie si elle en croyait les pansements renouvelés chaque jour et qui comportaient quelques traces de sang

Ma chère Tia, mon cher Rick,

C'est d'abord avec étonnement que j'ai appris la naissance de vos deux petites. Étonnement et puis ravissement. Ravissement pour vous deux, et pour Georges de se voir ainsi grand frère et protecteur de deux magnifiques splendeurs si elles ressemblent à leur maman.

A tous les deux, je vous adresse mes sincères félicitations pour cet heureux événement. Votre maison va s'emplir de nouveaux de minuscules chaussons, de cris, mais aussi de rires, de chants, et de joie.
Bienvenue à vos filles mes chers amis.

Tia, ce bouquet est pour toi, c'est un maigre présent je le conçois, mais c'est tout ce que j'ai pu trouver.

Je vous embrasse

Sincèrement,
Beths

Et puis se redressant, la Gondole constata que ce qu'elle avait apporté à ses amis étaient bien en place, le parchemin calé contre la porte et contre le bouquet ne risquant pas de s'envoler.
Faisant demi tour, la jeune femme repartit vers Montpensier pour y flâner quelque peu avant le départ.
Rick a écrit:Il était fort tard lorsque Rick rentra à Lépi Lami. Il revenait du chantier de leur future cabane perchée dans les arbres. Depuis que la neige n'empêchait plus de grimper dans les arbres, le jeune homme, aidé de Patxi, son ami bûcheron, travaillait d'arrache-pied sur le chantier. Eclairé par sa torche, il vit un paquet déposé devant la porte menant à l'habitation au-dessus du moulin. Le jeune homme se baissa donc pour regarder et trouva un magnifique bouquet de fleurs, ainsi qu'un parchemin. Il se demandait qui avait déposé ce cadeau, mais il se devait d'attendre d'être avec Tia pour satisfaire sa curiosité naturelle. La jeune femme s'occupait des jumelles quand il entra dans la pièce.

Coucou tout le monde ! J'ai trouvé un magnifique bouquet de fleurs devant la porte !

Après un bisou à ses trois enfants et à son épouse, Rick décacheta la missive.

Tia, elle vient de Beths, notre amie !

Rick commença la lecture et se mit à sourire lorsqu'il eut terminé la fin du premier paragraphe. A croire que leur amie pensait que Rick n'était pas beau. En effet, elle disait que les jumelles étaient belles si elles ressemblaient à leur maman. Certes c'était la vérité et Beths ne s'était pas embêtée à la maquiller, mais cela faisait sourire le jeune homme. Il continua ensuite sa lecture, pour voir si elle avait mis d'autres piques comme celles-ci.

La fin de la lettre était tout ce qu'il y a de plus habituel pour des félicitations. Mais il était difficile de faire original pour féliciter les parents d'une nouvelle naissance. Rick répondrait à son amie, un peu plus tard dans la soirée.
Rick a écrit:Avec l'arrivée précipitée et plus qu'inattendu du bébé ou plutôt des bébés, Rick avait repris les travaux de leur cabane. Cela devenait en effet, plus qu'urgent de déménager et de se sentir moins à l'étroit. Donc Rick profitait de ses temps libres pour travailler sur le chantier. Il avait déjà dû fabriquer dans l'urgence, un deuxième berceau pour mettre la deuxième fille. Et du coup, entre les deux berceaux, plus le petit lit de Georges et le leur, la petite pièce au-dessus du moulin était bien remplie.

Avant l'hiver, ils avaient eu le temps de préparer l'armature de la cabane. Il ne leur restait plus qu'à lui et à Patxi de clouer les planches sur l'armature. Le jeune homme grimpa donc prestamment sur l'arbre et s'attacha à la corde de vie. Puis, il fit monter les planches une à une, en haut de l'arbre. Lorsque cela fut terminé, il ne restait plus qu'aux deux amis à les clouer sur l'armature. Et pendant de longues heures, la forêt fut dérangée par les bruits incessants du marteau, frappant sur les clous.

A la fin de la journée, les deux hommes n'étaient pas mécontents de leur travail. Le plancher avait été cloué sur le sommier. Ils avaient bien fait attention de laisser un espace suffisant autour des deux arbres supportant la maison. Pendant que l'un avait travaillé sur la pièce principale, l'autre s'était occupé de la future chambre d'amis, de la terrasse et du pont reliant la pièce isolée au reste de la maison. Il ne leur resterait plus pour le lendemain que de travailler sur les moyens d'accès.

_________________
avatar
Rick
Admin

Nombre de messages : 391
Age : 39
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle vie... avec deux anges inattendus

Message  Rick le Jeu 9 Avr - 22:56

Rick a écrit:Jour après jour, Rick avait été travaillé au chantier de la cabane. Et jour après jour, leur future maison commençait à se dessiner. Les murs avaient vu le jour, enfin. Et désormais, il était plus facile pour le jeune papa d'amener son fils avec lui. D'autant plus que la retraite de Tia et des jumelles se prolongeait au couvent voisin. Le jeune homme savait que cette retraite était nécéssaire à la survie des trois bouts de femme qui faisaient battre son coeur. La maman avait besoin de repos et les filles devaient prendre un peu de poids. Du coup, Rick avait la garde de Georges. Et il s'était mis en tête de tout faire, pour qu'au retour du trio féminin, leur cabane soit terminée.




Maintenant que l'extérieur était terminé, il fallait s'occuper de tout ce qui était intérieur. Pour cela, Rick avait commencé par la chambre de son fils. Dès que cela avait été possible, ils avaient, en compagnie de Patxi, récupéré la petite armoire du garçon et son lit, qui étaient stockés dans l'arrière-boutique de Lami. Ainsi, le garçon pouvait faire la sieste dans l'après-midi, sans se faire mal et sans obliger son papa à retourner au moulin.

Rick avait fait installé des rambardes tout autour de la terrasse, maintenant que son fils était en âge de marche presque tout seul. Et surtout, maintenant qu'il se promenait à quatre pattes, dans toutes les pièces. Le jeune homme regardait son petit garçon, étonné d'avoir autant d'espace pour se déplacer et surtout dans un endroit inconnu mais tellement proche de chez lui. Se rendait-il compte que c'était sa future maison ? Peut-être pas.

Dans la chambre de Georges, qui donnait sur la forêt environnante, Rick avait mis un grand tapis au centre de la pièce pour que son fils puisse jouer sans se faire mal. Il avait ajouter un grand coffre en bois, dans lequel il mettrait ses jouets, lorsqu'il serait en âge de les ranger tout seul. Il en avait pas beaucoup, mais suffisament pour lui tout seul. Ils étaient en majorité en bois.

Dans la chambre des filles, Patience et Aliénor, il y avait deux petits berceaux en bois, avec des pieds ressemblant à ceux des rocking chair, pour permettre de les bercer tranquillement. Il y avait aussi un fauteuil, dans lequel, Tia pourrait s'asseoir pour leur donner à manger ou alors où il pourrait se mettre pour leur conter une histoire. Une petite armoire en bois complétait le décor de la pièce. Elle se trouvait à côté d'une table pas très large, mais assez haute, qui permettait aux parents de changer les enfants sans avoir à trop courber le dos. Dans leur ancienne maison, cette table était auparavant dans la chambre de Georges. Mais maintenant, il était assez grand pour pouvoir se faire langer, sans avoir besoin de ce matériel fait maison.

Dans la chambre des parents, de l'autre côté du couloir, il y avait un très grand lit, qui prenait une bonne partie de la pièce. Une malle se trouvait au pied du lit, afin que Tia puisse ranger divers linge de maison. Une grande armoire en chêne, se situait sur le côté de la pièce. Celle-ci était très éclairée puisqu'elle bénéficiait d'une porte vitrée, qui donnait sur la terrasse. La vue de la chambre était magnifique, puisqu'elle donnait sur les jardins de Birgit. Un petit meuble fermant à clé ornait l'autre mur. Il permettait à Tia de ranger des documents relatifs à la maréchaussée, quand elle ne pouvait pas faire autrement. Elle savait que son mari détestait quand elle ramenait du travail à la maison. Mais, en guise de cadeau de bienvenue dans sa nouvelle maison, Rick avait tenu à lui faire ce présent. Il espérait juste qu'elle n'en abuserait pas. Enfin, un psyché et une table avec une chaise finissaient le décor de la pièce.

A côté d'elle, se trouvait une petite pièce, que le jeune homme aimait appeler la salle d'eau. A l'intérieur, se trouvait une petite coiffeuse, pour que Tia puisse se préparer lors des grands moments festifs et surtout, il y avait un grand baquet. Cette grande bassine en bois avait été construite par Rick, au début de leur mariage. Il l'avait faite de manière à pouvoir y tenir tranquillement à deux. Elle était d'ailleurs tellement grande, qu'elle prenait la majeur partie de la salle. A l'entrée, on pouvait y voir deux seaux qui permettaient de remplir le baquet.

La cabane comportait aussi une grande pièce principale, où le couple vivait. Elle avait un petit coin, sur le côté, pour préparer le repas, avec un grand poële à bois. Et du côté salon, il y avait la grande cheminée, avec la peau d'ourse qui traînait devant. Deux rocking chair et une grande table paysane avec deux bancs de chaque côté et une chaise à chaque bout complétaient le décor de la pièce.

A la fin de la journée, il ne restait plus qu'à Rick, à aller aménager les deux pièces qui se trouvaient à l'autre bout de la terrasse. Mais, il ferait ça le lendemain.

En descendant les escaliers, Georges dans les bras, Rick ne put s'empêcher de regarder leur maison. Elle était magnifique.


Rick a écrit:En ce dimanche matin, Rick était heureux. Il avait reçu une lettre de son épouse qui confirmait qu'elle et les deux jumelles allaient très bien. Assis proche de la table, Georges sur ses genoux, le jeune homme en avait fait lecture à son fiston. Celui-ci n'avait pas tout compris, si ce n'est que sa maman lui faisait des bisous. Une fois le déjeuner pris pour les deux hommes de la famille, Rick décida d'amener son fils dans leur future maison. Il lui ferait faire la sieste là-bas.

C'est donc un étrange cortège qui se dirigea là-bas. Le père de famille avec son fils dans les bras, suivi par Inuki, leur berger australien, et les deux jeunes louveteaux, cadeaux de la Chancelière du Périgord, pour la naissance des jumelles du couple. Arrivés en bas des marches, Rick fit descendre son fils de ses bras et lui prenant les deux mains, il l'aida à monter les marches. Depuis quelques jours, le jeune homme prenait du temps, dans ses soirées pour apprendre à son fils, à marcher comme un homme. Les exercices n'étaient pas longs et ils étaient entrecoupés de jeux et d'histoires. S'il insistait ainsi, c'est parce qu'il voulait faire la surprise à Tia à son retour. Ainsi, entre les progrès de leur fils à la marche et la cabane terminée, il espérait voir son visage s'illuminer par ce sourire si magnifique qu'il aimait faire naître.

Une fois en haut des marches, Rick se dirigea dans la cabane et amena son fils dans sa chambre. Là, il le mit dans son lit pour lui faire faire sa sieste et resta un instant à ses côtés à lui raconter une histoire. En effet, le jeune père de famille avait peur que le petit garçon ne pleure s'il se trouvait seul dans une maison inconnue. Il lui avait bien expliqué que ce serait ici leur nouvelle maison, mais il était encore un peu petit pour tout comprendre. Une fois, le garçonnet endormi, Rick sortit de la chambre. Son objectif aujourd'hui, était de vérifier que la cabane ne présentait aucun danger pour un enfant en bas-âge. Il avait "clôturé", avec des planches en bois, le tour de la terrasse, afin que Georges, et plus tard Aliénor et Patience, ne puissent chuter. Il avait aussi installer un petit portillon, en haut des escaliers, pour qu'aucun enfant ne puisse rouler du haut des marches. Enfin, il avait sécurisé aussi la petite passerelle qui menait dans la chambre d'amis et la petite salle de jeux. Dernière vérification aussi sur l'état du plancher, afin de ne pas trouver de clous qui dépassaient.

Plus tard, il s'occuperait de mettre une balançoire pour ses enfants, sous les poutres de la terrasse. Mais pour l'heure, il devait s'occuper de préparer le goûter de son fils, qui n'allait pas tarder à se réveiller de la sieste
.


Dernière édition par Rick le Jeu 9 Avr - 23:13, édité 1 fois

_________________
avatar
Rick
Admin

Nombre de messages : 391
Age : 39
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle vie... avec deux anges inattendus

Message  Rick le Jeu 9 Avr - 22:56

Tiadriel a écrit:[De retour des baptêmes d'Athalia et Thomas]

De cette journée, Tiadriel retiendrait quelques mots-clés : magnifique cérémonie, après-cérémonie plus que mouvementée, énorme surprise. D'ailleurs, la surprise dormait paisiblement quand les jeunes parents et leur aîné étaient revenus de Cournon. Deux petits anges... ou démons, seul le temps le leur dirait, endormis, l'un contre l'autre, bien serrés et emmitouflés sous une couverture dans un couffin. Son fils, plus que collé à elle depuis l'arrivée de ses soeurs, Tiadriel, les traits tirés, sourit en voyant se profiler la haute silhouette de Lépi.

Le trajet n'avait pas été plus long que d'habitude, mais c'était l'impression qu'elle avait ressentie. Le lent ballottement de la charrette ne l'avait pas apaisé comme il aurait dû. Elle n'aspirait qu'à retrouver leur lit avant la prochaine tétée. Elle étouffa un bâillement, espérant que Rick s'occuperait du repas. Si sa fatigue se prolongeait, elle serait peut-être obligée de faire une retraite forcée chez les soeurs... Elle ne le souhaitait pas. L'idée de se séparer de son époux et de leur fils lui était insupportable, mais... Le choix ne lui serait pas forcément laissé.

Elle descendit prudemment de leur moyen de transport, tendit les bras à Georges qui vint s'y lover avidement. Elle déposa un tendre baiser sur le front du petit bonhomme et sourit à Rick. Il s'occupa de prendre les grumelles et elle alla ouvrir la porte, les précédant tous les trois. Elle s'effaça pour les laisser entrer puis les suivit dans l'escalier, retrouvant les odeurs familières de Lépi. Pourtant, ils n'étaient partis que quelques jours, mais tout était tellement différent aujourd'hui...

En haut des marches, elle déposa Georges et le laissa faire ce qu'il voulait en attendant l'heure du repas. Elle le regarda ramper jusqu'à son tapis de jeu et sortir de ses poches, ses petits animaux en bois, commençant à raconter une histoire imaginaire à grand renfort de gazouillis plus ou moins sonores. Elle rejoignit Rick, Aliénor et Patience. Elles dormaient toujours. Elle embrassa tendrement son époux et lui sourit avant d'étouffer un bâillement. Elle s'assura que ça ne le dérangerait pas de décharger la charrette et de préparer à manger et, sans demander son reste, elle approcha le couffin du lit parental et s'y allongea avec reconnaissance après avoir ôté sa houppelande et ses chausses.

Les journées suivantes furent rythmées par les grumelles, imposant un tempo que Tia avait bien du mal à suivre. Entre les tétées, les repas, Georges... Elle avait l'impression de ne plus toucher terre.
Rick s'était remis au chantier de la cabane en plus du travail à Lami. Il allait finir comme elle, complètement harassé de fatigue. Cela inquiétait la jeune femme, même si elle n'en parlait pas.

Un soir, il rentra avec un magnifique bouquet de fleurs. Elle finissait de s'occuper de Patience et releva alors la tête, surprise.


Coucou tout le monde ! J'ai trouvé un magnifique bouquet de fleurs devant la porte !

Georges, curieux, avait déjà foncé vers son père pour voir les fleurs de plus près. Il regardait le bouquet avec des grands yeux, émerveillé. Ce n'était pourtant pas le premier bouquet qu'il lui était donné de voir. Elle embrassa son époux et attendit qu'il décachette la missive l'accompagnant.

Tia, elle vient de Beths, notre amie !

De toute façon, Tiadriel ne connaissait qu'une seule Beths. Elle sourit. Elle avait pensé à elle. C'était très gentil de sa part et elle fut touchée par cette marque d'attention.

Ma chère Tia, mon cher Rick,

C'est d'abord avec étonnement que j'ai appris la naissance de vos deux petites. Étonnement et puis ravissement. Ravissement pour vous deux, et pour Georges de se voir ainsi grand frère et protecteur de deux magnifiques splendeurs si elles ressemblent à leur maman.

A tous les deux, je vous adresse mes sincères félicitations pour cet heureux événement. Votre maison va s'emplir de nouveaux de minuscules chaussons, de cris, mais aussi de rires, de chants, et de joie.
Bienvenue à vos filles mes chers amis.

Tia, ce bouquet est pour toi, c'est un maigre présent je le conçois, mais c'est tout ce que j'ai pu trouver.

Je vous embrasse

Sincèrement,
Beths

Elle écouta attentivement son époux lui faire lecture du parchemin. Un maigre présent ? Elle reconnaissait bien là Beths ! Elle le trouvait très bien ce présent et pas maigre du tout. Il y aurait eu une fleur, oui, elle aurait pu le qualifier de maigre, et encore... Elle ne se serait jamais permise une telle réflexion. Elle n'était pas comme cela. Elle était simplement heureuse que son amie ait pensé à elle.
Rick proposa de répondre à sa missive un peu plus tard et elle le remercia de s'en charger. Après le dîner, elle ne traîna pas et fila se coucher sans demander son reste.

Cependant, ce qu'elle avait craint, fini par arriver. Elle dut se rendre chez les soeurs... Elle en avait longuement parlé avec Rick et elle devait bien s'avouer qu'elle avait épuisé ses maigres réserves et qu'un repos plus poussé s'imposait. Pour sa santé et la survie des jumelles. Elle expliqua longuement à son petit garçon les raisons qui la contraignaient à le laisser seul avec son père. Elle savait qu'il ne comprenait pas tout mais qu'il avait saisi l'essentiel, même si elle ne doutait pas qu'elle lui manquerait autant qu'il lui manquerait. Après un zillion de bisous à ses deux amours et tout autant de
"Je vous aime", elle poussa la porte du couvent le plus proche, ses grumelles dans un couffin. Elle jeta un dernier regard à Rick et Georges, agita la main et disparut dans l'antre austère des religieuses.

[Récit d'un mois passé au loin...]

Tiadriel avait eu beaucoup de mal lors de cette séparation. Etre loin de son époux lui était difficile, mais si en plus, elle était aussi séparée de son fils... Rien n'allait plus ! Elle pensait à eux tous les jours, dès que les grumelles dormaient, elle voyait leurs visages. Sa fatigue ne diminuait pas.

La Mère Supérieure était d'ailleurs assez contrariée car loin d'être reposant, ce séjour était stressant pour la jeune maman. Elle décida donc de présenter à Tiadriel, une jeune soeur, nouvellement arrivée, Marie Patrick, comptant sur la fraîcheur de la jeunesse de la religieuse pour l'aider à ne pas trop broyer du noir. Les jumelles avaient besoin d'une maman en forme et en bonne santé.
La méthode fut efficace, associée à du repos, des repas corrects et des activités modérées. Tiadriel retrouva la forme et fut plus apte à suivre le rythme d'Aliénor et Patience. Elle passait à la Chapelle tous les matins avec ses filles. La première fois pour les présenter officiellement à Aristote puis pour lui dire bonjour tous les jours. Il l'aidait dans cette épreuve.

Le jour de l'anniversaire des un an de son fils fut terrible pour elle. Elle s'en voulut beaucoup de ne pas être auprès de lui pour ce grand jour. Un an ! C'était passé si vite. Elle pleura une bonne partie de la matinée, tentant de se raisonner sans grand succès. Ce fut Marie Patrick qui réussit à la faire sortir de sa léthargie. Elle lui proposa de transformer son chagrin en énergie positive et de créer quelque chose pour son fils. Quelque chose qu'elle pourrait lui offrir quand elle serait assez remise pour quitter le couvent. Tiadriel lui sourit et la remercia, avant de se demander ce qu'elle pourrait bien faire.
Elle avait apporté, dans ses bagages, ses ciseaux et ses aiguilles. Elle réfléchit un instant avant de prendre des échantillons de tissus sur les vêtements qu'elle avait apporté. Elle n'avait pas d'autre matière première... Elle fit donc avec ce qu'elle avait sous la main.

Après plusieurs jours de travail, dont Marie Patrick ne perdit pas une miette, elles purent contempler le résultat des efforts de la jeune maman. Georges aimait les animaux, elle en ajoutait un à sa collection. Le petit garçon lui trouverait certainement un joli nom.




La religieuse la trouva tellement craquante cette petite grenouille, qu'elle lui fit faire le tour du couvent, la montrant à qui voulait la voir. Cela lui valut d'ailleurs un rappel à l'ordre de la part de la Mère Supérieure et Tiadriel s'en voulut d'avoir laisser faire la jeune Soeur.

Elle profita de l'après-midi pour écrire à ses deux amours. Elle ne leur avait pas donné de nouvelles et elle voulait les rassurer. Elle avait été pas mal occupée mais c'était une piètre excuse à ce manque de correspondance.


Mon amour de Peloux,

Les grumelles et moi allons très bien. Je me sens enfin reposée et elles prennent du poids, doucement mais sûrement. Je pense que nous serons bientôt suffisamment rétablies pour pouvoir enfin vous retrouver. Tu nous manques.

Mon amour de fils,

Tu me manques tous les jours un peu plus. Je t'aime mon ange. Je rentrerai bientôt. Tes soeurs et moi t'embrassons.

Nous vous aimons très très forts !
Tous pleins de gros bisous,
Alie, Passy & Tia

Quand elle fut tout à fait reposée, les grumelles en pleine forme et plus grosses qu'à leur arrivée, elles furent toutes les trois autorisées à repartir chez elles. Une surprise de taille les y attendait, mais elles l'ignoraient encore...

Rick a écrit:Depuis que Tia était partie au couvent pour nourrir convenablement leurs filles, Rick avait prit l'habitude de servir le déjeuner de son fils, à Lépi. Ainsi, il pouvait surveiller la cuisson de ses miches de pain et s'occuper de son fils. Ce midi-là, il y avait au menu, de la bouillie des bûcherons, avec un tout petit bout de supporter poutré, coupé en bouts minuscules. Georges était un peu ronchon. Cela lui arrivait souvent ces temps-ci, depuis que sa maman était partie. Rick se demandait si c'était l'absence de Tia ou une dent qui poussait. Difficile à dire en fait !

Une cuiller pour Maman... Une cuiller pour Papa... Une cuiller pour Aliénor... Une cuiller pour Patience...

SPLASH...


Georges venait de mettre sa main dans son assiette et il avait renversé un peu de son repas tout autour de lui. Son bavoir avait été convenablement baptisé et la chemise de son père avait subi le même traitement. En temps normal, Rick aurait peut-être grondé son fils. Mais là il ne le savait pas en forme.

Non Georges ! Ce n’est pas bien ça !

Rick tenta de faire les gros yeux pour que son fils comprenne, bien qu'il fût assez amusé par la situation en fait. Il tenta une nouvelle fois de lui donner à manger...

Une cuiller pour Couzin Matthis... Une cuiller pour Eléa...

Et le petit garçon, une nouvelle fois montra à son père à quel point il savait faire bouger ses lèvres comme il lui avait montré un soir... Si Rick avait su que son fils mettrait son apprentissage à l'œuvre, au moment du repas, il se serait abstenu de lui montrer. Et une nouvelle tâche orna la chemise paternelle.

Bon, je crois qu'il est temps d'aller faire une petite sieste, Fiston...

Rick essuya son fils qui avait une jolie moustache autour de la bouche, et tenta d'enlever les traces de sa chemise, sans succès. Il était quitte pour se changer en arrivant à la maison. Une fois le four éteint et les pains enlevés, Rick récupéra son fils pour sortir. Il posa Georges à terre pour fermer Lami au moment où une carriole s'arrêta devant la porte. Le soleil en face ne l'aider pas à voir qui se trouvait dedans. Une jeune femme sauta lestement de la charrette et le visage du jeune s'éclaira d'un sourire merveilleux, lorsqu'il reconnut son épouse. Il s'apprêtait à prendre son fils dans ses bras pour aller à la rencontre de Tia, mais point de Georges vers sa jambe. Un petit regard alentours pour voir que le petit garçon marchait en direction de sa maman. Dans la dernière lettre qu'elle leur avait écrite, elle n'avait pas précisé de date de retour. Rick allongea le pas pour se mettre derrière son fils et parer à d'éventuelles chutes. La surprise de Tia ne serait que plus grande. Lui était pressée d'embrasser les trois femmes de sa vie. Lorsque le petit garçon eut atteint son objectif, à savoir les bras maternels, Rick put embrasser enfin son épouse...

Tiiiaaa ! Oh ma jolie colombe ! Si tu savais à quel point tu nous as manqué... Où sont les deux princesses de mon cœur ?

Rick s'avança en direction de la carriole et regarda sa fille... Elles étaient magnifiques et tellement semblables. Le jeune homme était d'ailleurs bien embêté pour savoir laquelle était Aliénor et laquelle était Patience. A leur départ, c'était assez facile car il y avait une plus petite que l'autre. Mais là, pas possible de les reconnaître. Il regarda son épouse d'un air interrogateur, mais voyant que le "chauffeur" de la carriole semblait pressé, le jeune homme débarrassa les affaires de son épouse et de ses fils.

On va à la maison ?

Rick sourit à son épouse, les couffins des jumelles dans ses mains, le sac sur le dos, il se dirigea non pas vers Lépi mais vers la forêt.

_________________
avatar
Rick
Admin

Nombre de messages : 391
Age : 39
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle vie... avec deux anges inattendus

Message  feu Tiadriel le Jeu 9 Avr - 23:23

Georges




[Quand les frangines s'en vont, c'est presque la belle vie...]

Sa vie s'était terriblement compliquée ! Il pensait avoir une petite soeur ou un petit frère, mais un. Là, il avait du se rendre à l'évidence, la deuxième avait été livrée gratuitement avec la première. Il y avait des soldes là-haut ? Il avait eu beau tourner et retourner la question dans sa petite tête de petit garçon... Il n'avait pas trouvé de réponse. Pfff ! Le tiers à la place de la moitié... Arf !
Néanmoins, il devait maintenant faire avec. Un seul hic, sa maman était terriblement fatiguée. Elle passait son temps à faire de la concurrence au loir ou à s'occuper des deux mochetés qui s'étaient défripées à vue d'oeil. Elles en étaient presque devenues jolies... A ce rythme là, il finirait par les aimer lui aussi. Quelle misère ! Et s'il arrivait à les aimer, il arriverait plus facilement à partager et ça... Non, pas question ! Il ne voulait pas ! Non ! Non ! Et non !

Il avait espéré qu'elles resteraient à Cournon, ses petites soeurs, mais ses parents étaient déjà accros ! A faire des gouzi-gouza ! Avaient-ils fait la même chose avec lui ? Il n'arrivait pas à se souvenir. Mais une chance qu'il ne soit pas devenu complètement... Ahem, idiot ! Parce que des fois, il pouvait vous le jurer, les parents... Ça faisait des trucs trop nazes ! Juste pour amuser les bébés ! Mais le truc qu'ils n'avaient pas compris, ben, c'est qu'elles s'en fichaient pas mal, pas mal du tout même, les petites soeurs. Il aurait bien voulu leur expliquer, mais il n'avait pas de mots dans son vocabulaire pour dire des choses si simples et à la fois si compliquées... Elles ne faisaient que manger, dormir et remplir leurs langes. C'était beurk. Et bonjour l'odeur... Georges courait au loin quand c'était l'heure du lange. Bien sur, lui, il sentait toujours bon ! Enfin, c'est ce qu'il croyait.

Donc, la vie du petit garçon s'était terriblement compliquée. Il devait se battre pour pouvoir profiter de sa maman, pour avoir plein de câlins comme avant. Il inventait toujours de drôles de choses pour retenir son attention. Et il faisait beaucoup de bêtises aussi.
Mais... Un jour, il en avait peut-être trop fait ? Sa maman dut s'en aller. Chez des soeurs ! Georges ne savait même pas qu'elle en avait des soeurs. Elle ne lui en avait jamais parlé. Elle lui expliqua longuement le pourquoi du comment, mais la seule chose qu'il comprit c'est qu'elle allait s'en aller... Et il ne savait pas quand il la reverrait. Il était très triste mais une lueur vint éclairer cette sombre nouvelle. Les deux horreurs presque belles partaient avec elle. Elles en avaient de la chance mais il serait débarrassé des odeurs et des pleurs. Parce qu'il ne vous l'avait pas dit, mais elles ne faisaient que pleurer et chouiner. Des vrais bébés en fait !

Commença alors la vie sans Maman. Que c'était dur. Il pensait souvent à elle. Papa s'occupait bien de lui, mais ce n'était pas pareil. Il piquait lui, il n'était pas doux comme Maman. Il ne faisait pas les câlins comme elle. Et il ne sentait pas non plus comme elle. Georges avait quand même réussit à dénicher un fichu appartenant à sa maman. Il avait son odeur et le petit bonhomme le trimballait partout avec lui. Il le reniflait dès qu'elle lui manquait trop. Il dormait avec. Pas sur qu'il résiste à cet emploi intensif.

Les journées de Georges étaient bien remplies. Entre les repas, les siestes mais seulement quand il était décidé à la faire et les escapades dans la maison dans les arbres avec plein de nouveaux trucs à découvrir, sans compter "les cours" de mot à apprendre... Il était souvent carpette le soir. Vinrent s'ajouter "les cours" de marche. Ça donnait dans l'entraînement intensif d'Indiana Georges ! Il pourrait faire encore plus de bêtises quand il ne serait plus à quatre-pattes mais à hauteur de petit d'homme !

Puis la maison sembla encore plus mieux bien ! Elle était jolie et chouette. Et aujourd'hui, il avait même eu droit de l'inaugurer à sa manière. Une sieste dans une chambre immense. Rien à voir avec l'espace qu'il avait au moulin. Et après une jolie histoire comme son papa savait si bien les raconter, il rêva de dragons et de vaches. Oui, son papa était tombé amoureux d'une vache, même qu'elle s'appelait Marguerite. Il était parti plein de fois en aventures plus folles les unes que les autres avec cette coquine de Marguerite.

Tous les jours, ils mangeaient à Lami. Comme ça son papa pouvait surveiller son pain. Ça faisait longtemps que sa maman était partie. Il avait presque oublié qu'il avait des petites soeurs. C'était sans compter sur son papa pour lui rappeler... En plein repas en plus ! Pfff ! S'il croyait qu'il allait manger. Il se mettait le doigt dans l'oeil. En plus, il n'avait pas très faim !


Une cuiller pour Maman... Georges ouvrit grand la bouche ! Miam ! Scrontch ! Une cuiller pour Papa... Il ouvrit grand aussi. Scrontch ! Une cuiller pour Aliénor... Il coopéra beaucoup moins, lèvres à peine entrouvertes, une partie finit sur son bavoir. Une cuiller pour Patience...

Il ferma carrément les lèvres et remua la tête de droite à gauche avant d'aplatir sa main dans son assiette. Il rit doucement en constatant les dégâts. Il avait réussi à arroser son papa de bouillie. Il n'avait pas l'air content, mais Georges était aux anges.

Non Georges ! Ce n’est pas bien ça !

"M'en fiche ! J'veux voir Maman ! Na !
J'veux plus manger !"


Mais son papa n'avait pas compris. Il insista !

Une cuiller pour Couzin Matthis... Une cuiller pour Eléa...

Non, je t'ai dit que j'voulais plus manger ! J'veux voir Maman !!!

Brrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr !

Et voilà, t'as une nouvelle tâche ! La mode selon Georges, hihi !

Mais la bataille était gagnée. Georges : 1, Papa : 0. Suite au prochain épisode !
Ah mais ? Vous êtes toujours là ? Continuons alors !

Une fois la bouche toute propre, grâce à son papa, la chemise de son papa toujours aussi bien relookée et le four éteint, ils sortirent. Sur le seuil, son papa le posa à terre et hoooooooooo ! Un bruit de carriole qui s'arrête attira son attention et il la vit ! Elle était enfin là ! Sa maman était revenue ! Youpi ! Son petit coeur fit un bond dans sa petite poitrine et sans réfléchir, ses petites jambes s'activèrent vers sa maman. Il fallait qu'il lui montre ce qu'il savait faire. Ça tanguait dangereusement, un peu à gauche, oulà, un peu à droite, rhalala. Fichues jambes, pas capables de faire ça bien pour une fois ! Son papa se posta rapidement derrière lui, mais il ne voulait pas d'aide. Il était grand, il pouvait le faire tout seul. Il souriait à sa maman qui s'approchait déjà.


Chouette, elle me facilite les choses, du coup, c'est moins loin ! Merci ma gentille Maman que j'aime !

Elle lui tendit les bras et il s'y jeta. Enfin ! Il retrouvait cette chaleur, cette douceur et cette odeur ! Tout était tellement agréable. Il plongea son visage dans son cou et poussa un soupir de plaisir. Elle lui avait tellement manqué ! Papa vint se taper l'incruste lui aussi. Bon, pour une fois, il voulait bien partager. Elle avait du lui manquer à lui aussi, vu le nombre de fois où il l'avait entendu lui parler d'elle.
Puis il se souvint d'un truc. Un truc super important que son papa lui avait rabâché tous les jours depuis qu'elle était partie. Il sortit son visage du cou de sa maman, la regarda bien droit dans les yeux, posa ses deux petites mains sur ses joues et...


Mama ?

C'était presque ça ! Pour un premier essai, il s'était bien défendu. D'ailleurs, sa maman, elle en avait les larmes aux yeux. C'était sûrement parce qu'elle était contente. Parce que là, elle n'avait vraiment pas de raison d'être triste. Puis elle lui posa une drôle de question. Comme si elle ne se doutait pas de la réponse !

Qui t'a appris ça ?

Il se tourna alors vers son papa et tendit son petit doigt vers lui.

Papa !
_________________
Fils de Tiadriel & Rick
Grand frère d'Aliénor & Patience
Cou-zin d'Eléa, Matthis et Timothée
Presque Filleul d'Althiof et Elwë*
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle vie... avec deux anges inattendus

Message  feu Tiadriel le Ven 10 Avr - 0:39

Tiadriel


[Le grand retour]

C'était le grand jour ! Elles sortaient enfin du couvent. Après avoir dit longuement au revoir à Soeur Marie Patrick et à la Mère Supérieure, elles purent prendre place dans la carriole. Une attention de la Mère Supérieure que la jeune femme apprécia grandement. Elle se serait mal vu faire le chemin à pied ou à dos de mulet avec son couffin et ses bagages. De plus, elle voulait faire une surprise à son époux et ne l'avait pas prévenu de la date exacte de son retour.

Elle posa prudemment Aliénor et Patience, bien emmitouflées dans leur couffin afin qu'elles ne prennent pas froid. Elles avaient au moins un avantage. A être toujours collées, elles se réchauffaient l'une l'autre. Elles avaient déjà leurs petits caractères, mais Patience avait grossi et avait presque rattrapé son retard. Pas sur que leur papa puisse les reconnaître. Cette pensée étira les lèvres de la jeune femme en un franc sourire. Le reste des bagages finit lui aussi à l'arrière de la carriole et Tiadriel prit place à côté du volontaire, plus ou moins désigné pour les raccompagner.

Elle salua la Mère et la Soeur tant qu'elle put les voir, avant de se retourner vers la route. Elle tenta bien de faire la conversation à son "chauffeur" mais celui-ci sembla hermétique à tout dialogue. Renonçant, elle contempla sagement le paysage, jetant à intervalles réguliers, des regards aux grumelles.

Les remparts apparurent enfin et son coeur s'accéléra. Ils lui avaient terriblement manqué tous les deux, elle avait hâte d'arriver. Et cette carriole qui n'avançait pas ! Elle finit toutefois par s'arrêter à la porte de Lépi. Impatiente, Tiadriel sauta lestement à terre avant de jeter un oeil du côté de Lami. Un
"Oh" de surprise se dessina sur ses lèvres mais aucun son ne s'en échappa cependant. Elle se frotta les yeux pour être sûre qu'elle ne rêvait pas ! Mais elle voyait bien. Un petit garçon, son petit garçon avançait vers elle, sur... deux jambes ! Il marchait et elle avait loupé ses premiers pas ? Mais même si elle avait manqué les premiers, elle était récompensée aujourd'hui. Il était étonnant. Il tanguait dangereusement mais tenait ferme.

Elle s'approcha de lui, raccourcissant ainsi la distance les séparant, ne voulant pas courir pour ne pas l'effrayer et gâcher ses efforts. Elle lui tendit les bras grands ouverts. Il s'y jeta et elle l'enserra tout fort. Elle le couvrit de bisous et il se blottit contre elle, le visage dans son cou. Elle était très fière de son petit bonhomme. Elle sourit à Rick, les yeux un peu humides par ce qu'elle venait de voir, encore incapable de prononcer un son. Elle embrassa longuement son époux. Lui aussi, il lui avait tant manqué.


Tiiiaaa ! Oh ma jolie colombe ! Si tu savais à quel point tu nous as manqué... Où sont les deux princesses de mon cœur ?

Mon coeur ! Moi, nous, tout pareil !
Elles sont là.


Elle lui désigna la carriole d'un mouvement de tête. Son fils gigota. Elle reporta son attention sur lui, lui caressant doucement les cheveux. Il planta son petit regard dans ses yeux, posa ses mains sur ses joues et...

Mama ?

Elle étouffa le sanglot qui lui monta du fond de la gorge. C'était son Georges qui avait dit ce mot ? Il parlait ? Bon, il n'était pas vraiment besoin de s'emballer, c'était peut-être qu'une coïncidence ? Hum ? Vu son regard, elle doutait de cette théorie. Ça avait l'air complètement prémédité. Par qui ?

Qui t'a appris ça ?

Elle se doutait un peu de la réponse, mais elle ne s'était pas préparée à la réponse de son fils. Elle le regarda désigner son père et...

Papa !

Si cela avait été possible, les bras lui en seraient certainement tombés ! Ils avaient décidé de l'achever par des surprises les unes à la suite des autres ? Pas sur que son coeur tienne le coup à ce rythme là...
Pendant ce temps, Rick s'était approché de la carriole et avait récupéré leurs filles. Un couffin plein et un vide ! Plus leurs affaires. Il était chargé comme un mulet... Le chauffeur repartit sans demander son reste, elle eut tout juste le temps de le héler.


Merci beaucoup de nous avoir déposées ! Bon voyage de retour !

Un fin nuage de poussière accompagna le départ de la carriole. Elle se tourna de nouveau vers Rick, Georges de nouveau blotti contre elle. Il ne la lâchait pas d'une semelle.

On va à la maison ?

Oui, rentrons ! J'ai une surprise pour Georges dans mes bagages !

L'intêressé gazouilla à cette annonce. Elle espérait que la surprise lui plairait. Et alors qu'elle se dirigeait vers Lépi, son époux prit une toute autre direction. Mais... Mais... Maissssssssssssss...
Quelqu'un allait-il lui expliquer ce qu'il se passait encore ?


Rick ?
Lépi, ce n'est pas par là !
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle vie... avec deux anges inattendus

Message  Rick le Ven 10 Avr - 18:04

Mon cœur ! Moi, nous, tout pareil !
Elles sont là.


Rick admirait le changement de leurs filles quand il fut surpris par la voix de Georges.

Mama ?

A ce simple mot, son cœur se gonfla d'orgueil. Le petit garçon avait bien appris sa leçon et il montrait enfin à sa maman les progrès qu'il avait faits. Cela n'avait pas été une sinécure mais le jeune homme était fier à ce moment-là de son fils. Il fut assez amusé lorsqu'il entendit son épouse dire d'une voix légèrement tremblante par l'émotion.

Qui t'a appris ça ?

Mais il faut avouer que la réponse de Georges le rendit encore plus fier de lui. Il ne s’attendait pas à ce que son fils puisse aussi dire son nom à lui.

Papa !

Tia semblait abasourdie par le travail titanesque que les deux garçons avaient fait durant son absence. Certes, ils avaient beaucoup travaillé ensemble, mais leur numéro n'était pas encore au point et le petit garçon était plein de surprises et de ressources. La prononciation pour Maman n'avait pas été parfaite mais il s'en était souvenu et il avait fait son possible. D'ailleurs, c'était la première fois qu'il le disait. Même pendant les exercices, Georges n'avait pas essayé de le prononcer et Rick avait cru que c'était bien trop tôt pour lui apprendre. Mais, aujourd'hui, il se rendait compte que son fils enregistrait la moindre de leur parole pour le ressortir au bon moment. Il faut dire que le petit garçon, qui ne semblait pas vouloir lâcher sa jolie maman, avait fait dans l'apothéose. Il avait marché timidement, mais marché jusqu'à sa maman, avant de l'appeler. Et maintenant c'était à son tour d'avoir une surprise. Lorsqu'il s'était approché de la carriole pour récupérer les couffins, il avait pris peur un court instant. Où était-elle passée ? Deux couffins, dont un vide, ce n’était pas normal ça. Il allait demander à Tia où elle était passée mais par acquis de conscience, il préféra regarder si la deuxième était là, ou si elle aussi avait pris la poudre d'escampette. Comment à ce moment, ne pas penser à l'histoire de sa famille où son frère avait disparu, alors qu'il voyageait avec leur mère ? Et là, en soulevant la petite couverture, il eut un choc. Il n'y avait pas un mais deux enfants dans ce couffin. Il se gratta un instant la tête pour se demander la raison de cette énigme, mais le cocher semblait pressé et il fallait récupérer les affaires des unes et des autres, ainsi que les précieux anges. Un lourd paquetage, mais cela n'importait pas le jeune homme car il avait le sourire aux lèvres. Son épouse venait de lui faire le plus beau et le plus merveilleux des cadeaux : son retour, après un mois d'absence. Elle remercia l'homme qui n'attendait qu'une chose : partir.

Merci beaucoup de nous avoir déposées ! Bon voyage de retour !

Il attendait que Tia soit prête à rentrer et il allait à son tour lui réserver sa surprise. Il se demandait comment son épouse allait réagir. Trois surprises en moins d'une heure, cela faisait un peu beaucoup. D'ailleurs, cela devait être le jour des surprises aujourd'hui. Tia avait été surprise par les premiers pas de leur fils et son premier mot, pour elle. Rick avait été surpris par son premier Papa, et par l'absence d'une des deux jumelles. Il n'aurait pas pu dire si c'était Aliénor ou Patience qui avait été rejoindre l'autre, car elles se ressemblaient trop pour pouvoir les distinguer. Et maintenant cela allait être au tour de leur fils d'avoir une surprise. Tia avait pensé à son anniversaire et lui avait ramené un cadeau. Rick n'avait pas fêté de manière grandiose ses un an, car le cœur n'y était pas. Mais maintenant que toute la famille était réunie, ils allaient pouvoir le faire. Mais pour l'heure, ce n'était pas ça le plus important, mais c'était la surprise de son épouse.

Comme il s'y attendait, Tia fut étonnée qu'il ne prenne pas le chemin de Lépi. Comment aurait-il pu en être autrement d'ailleurs ? Pour elle, chez eux, c'était le moulin, vu qu'elle n'avait pas vu la maison terminée.


Rick ?
Lépi, ce n'est pas par là !


Rick s'arrêta le sourire aux lèvres.

Ah oui ! Lépi c'est par là... Mais avec tout ce que Georges t'a raconté sur notre séjour entre hommes, tu n'as pas compris ce qu'il t'a dit ? Pourtant, je suis sûr qu'il a dû te raconter ce que l'on a fait ensemble...

Rick avait pris son air le plus mystérieux pour ménager encore un peu Tia...

Si tu veux, nous irons à Lépi, dans un instant, mais je voudrais te montrer quelque chose avant. On va dire que c'est une toute petite surprise supplémentaire. Il serait dommage que je n'aie rien prévu pour ton retour et qu'il n'y ait que notre petit garçon qui ait quelque chose à t'offrir.

Rick sourit à son épouse et s'avança un peu plus dans leur terrain, en direction de la forêt. Puis il s'arrêta un instant, pour voir la réaction de Tia, qui se trouvait désormais devant la cabane. De leurs ateliers, elle n'était pas trop visible, cachée par des arbres, mais là, elle se dévoilait enfin. Il y avait encore des travaux extérieurs à terminer mais pour un début, le jeune homme était plutôt fier de ce qu'il avait fait avec Patxi. Il attendait maintenant que son épouse pénètre dans la maison et y découvre leur nouveau logement.

_________________
avatar
Rick
Admin

Nombre de messages : 391
Age : 39
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle vie... avec deux anges inattendus

Message  feu Tiadriel le Ven 10 Avr - 19:55

Tiadriel


Georges bien scotché à son cou, Tiadriel regarda son époux s'arrêter quand elle lui demanda où il allait.

Ah oui ! Lépi c'est par là... Ça, elle le savait bien que Lépi était "par là". Elle venait de le lui dire ! Mais avec tout ce que Georges t'a raconté sur notre séjour entre hommes, tu n'as pas compris ce qu'il t'a dit ? Pourtant, je suis sûr qu'il a dû te raconter ce que l'on a fait ensemble...

Bien sur que non ! Pas un seul mot de tout ce qu'il avait gazouillé... Il n'était pas livré avec le décodeur... Malheureusement ! Il faudrait attendre qu'il fasse ce long apprentissage de la langue avant de pouvoir espérer comprendre un mot.

Si tu veux, nous irons à Lépi, dans un instant, mais je voudrais te montrer quelque chose avant. On va dire que c'est une toute petite surprise supplémentaire. Il serait dommage que je n'aie rien prévu pour ton retour et qu'il n'y ait que notre petit garçon qui ait quelque chose à t'offrir.

Il ne fallait pas te sentir obligé de me faire une surprise, tu sais ?
Que vous soyez tous les deux en bonne santé me suffisait amplement.


Elle le suivit donc, Georges bien calé contre elle. C'est qu'il commençait à peser son poids, le petit bonhomme. Ils avancèrent dans la forêt et elle comprit, enfin, pourquoi il avait pris cette direction. La maison ! Elle se dressait fièrement devant ses yeux. Un peu hébétée, elle la contemplait, bouche bée. C'était la réplique exacte de celle qu'ils avaient quitté à Montbrison. Elle n'aurait jamais pensé qu'elle serait terminée pour son retour. Les hommes avaient fait du beau travail.

Georges ? Toi aussi, tu as aidé ton Papa ?

La réponse enthousiaste de son fils la fit sourire. Elle eut droit à une flopée de sons sans queue ni tête, en même temps qu'il faisait de grands gestes avec ses bras.

Ah oui ! Je vois ! Tu es un grand garçon maintenant !

Elle s'approcha de Rick et déposa un tendre baiser sur ses lèvres. Merci pour cette merveilleuse surprise ! Son coeur battait la chamade sous le coup de l'émotion. Elle était tellement heureuse. Un retour, une nouvelle maison, une nouvelle vie en somme ! Encore une !
Elle monta les marches pour atteindre le palier et poussa timidement la porte. Elle fut à peine entrée que Georges voulut descendre. Elle le fit glisser doucement jusqu'au sol, mais alors qu'elle pensait qu'il allait la laisser là, il lui tendit la main. Elle y glissa la sienne, à moitié penchée pour rester à sa portée et le petit garçon l'entraîna. Elle eut tout juste le temps d'entrapercevoir la pièce principale.

Georges la conduisit jusqu'à sa chambre, lui montrant son lit, son tapis et tous ses jouets. Il ouvrit son coffre en bois et lui apporta ses objets en bois, les uns après les autres. Il gazouillait très fort, lui faisant la conversation. Elle fut bientôt assaillie par ses jouets, ne sachant plus trop où les mettre, ses bras étant déjà trop chargés. Elle les déposa donc à côté d'elle. Elle avait du s'asseoir par terre pour que Georges n'ait pas à se mettre sur la pointe des pieds pour tout lui donner.
Quand il n'eut plus rien à lui apporter, il revint vers elle et lui sourit. Il lui tendit Marguerite, demandant sûrement une histoire.


Tout à l'heure, mon ange. Tu veux bien laisser à Maman le temps de voir les autres pièces ?
Je ne compte pas partir de si tôt, tu sais. Je reste avec vous.


Il la regarda, puis garda Marguerite. Tiadriel lui caressa tendrement la tête, puis se releva et il s'accrocha à sa jambe. Elle lui tendit les bras et le hissa pour le caler à nouveau sur sa hanche. Elle revint dans la pièce principale, cherchant Rick.

Tu me fais visiter ? J'ai été "enlevée" par un petit ange et je n'ai encore rien vu !
Regarde, il est scotché à moi !


Elle éclata de rire après lui avoir montrer Georges de la tête. Le petit bonhomme avait glissé ses petits doigts dans sa bouche et posé sa tête contre le torse maternel. Elle le berçait doucement.

Je crois qu'il a aussi eu son compte d'émotions pour la journée.
C'est l'heure de sa sieste, non ?
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle vie... avec deux anges inattendus

Message  Rick le Ven 10 Avr - 23:39

Il ne fallait pas te sentir obligé de me faire une surprise, tu sais ?
Que vous soyez tous les deux en bonne santé me suffisait amplement.


Rick ne le savait que trop bien qu'il n'était pas obligé de lui faire une surprise. Mais la voir heureuse était son petit bonheur quotidien. Un seul sourire de sa part et c'était le soleil dans son cœur pour la journée. Il la devança, amenant les deux jumelles vers leur nouvelle maison. Il la regarda, le sourire aux lèvres. Il voyait ses yeux pétillants de plaisir et elle interrogea son fils. Le jeune papa était intéressé par la réponse que Georges allait faire à sa maman.

Georges ? Toi aussi, tu as aidé ton Papa ?

Bien entendu, le petit garçon avait du mal à se faire comprendre, tellement, il allait vite dans tout ce qu'il avait à dire. Rick ne savait pas ce qu'il racontait à sa maman, mais une chose était sûre c'est qu'il était heureux de ce qu'il avait à raconter. Ses bras bougeaient dans tous les sens, pour mieux expliquer ce qu'il avait à dire. C'était vraiment amusant de voir cela. La scène était touchante et cela faisait plaisir au jeune homme de voir son fils aussi heureux. Il avait eu le cœur si serré, ces dernières semaines, quand son fils était si malheureux. Et maintenant, il était vivant et si gai, un vrai bonheur. Tia se rapprocha de lui et vint l'embrasser tendrement, pour le remercier.

Merci pour cette merveilleuse surprise !

Il était temps pour elle, de monter voir ce que cela donnait. Une fois en haut, il la vit pousser la porte et poser Georges. Le petit garçon semblait vouloir la conduire dans sa chambre. Il aurait donné cher pour savoir ce qu'il allait faire et ce qu'il allait raconter à sa maman. Mais pour l'heure, il lui fallait s'occuper de leurs filles. Il posa sur la table, en plein milieu, le couffin où dormaient paisiblement Aliénor et Patience. Là, elles ne risqueraient pas de recevoir la visite d'Inuki et des deux louveteaux, curieux par tout ce mouvement, et heureux de retrouver leur maîtresse. Le reste des bagages resta sur le plancher, dans un coin. Le jeune papa, débarrassé de son lourd fardeau, put retourner vers la table. Là, il put s'occuper à regarder et admirer à nouveau ses filles. Il essayait de trouver une différence susceptible, afin de pouvoir savoir qui était la future filleule de Kory et laquelle était celle d'Epson. Il était en pleine admiration, lorsque Tia revint dans la pièce principale, avec un Georges, lové contre le torse maternel.

Tu me fais visiter ? J'ai été "enlevée" par un petit ange et je n'ai encore rien vu !
Regarde, il est scotché à moi !


Lorsqu'elle éclata de rire, son cœur bondit dans sa poitrine d'homme. Que c'était bon d'entendre à nouveau son rire ! Que c'était attendrissant cette scène, si anodine et pourtant si touchante. Un petit garçon, qui avait envie de dormir, mais qui ne voulait pas quitter sa maman, de peur qu'elle ne reparte, ou qu'il n'ait fait un rêve.

Je crois qu'il a aussi eu son compte d'émotions pour la journée.
C'est l'heure de sa sieste, non ?


Rick acquiesça de la tête.

Oui, en effet ! Il est temps pour lui d’aller faire une petite sieste ! On aura le temps comme ça de visiter la maison, pendant que nos trois petits anges dorment ! Je vais aller le coucher et je reviens dans un instant.

Le jeune homme récupéra Georges dans ses bras et lui fit un gros bisou avant de l’amener faire sa sieste. Le petit garçon tenta de rechigner un peu, mais il était trop fatigué pour le faire trop longtemps. Rick lui tendit son doudou, un ancien fichu de Tia, qu’il avait pris pour avoir toujours l’odeur de sa maman avec lui. Le jeune homme avait essayé de lui enlever au tout début, mais il avait dû se rendre à l’évidence que c’était chose impossible à faire. Il avait donc capitulé, en se disant qu’après tout, ce n’était pas forcément une mauvaise manière. Lorsqu’il vit la chambre dans le désordre, il se dit que la tornade Georges était passée par là, à vouloir tout montrer à sa maman. Rapidement, il ramassa les jouets dans le coffre et retourna voir Tia.

Me revoilà, jolie Tia ! Si tu es prête, nous pouvons visiter notre nouvelle maison !

Rick prit son épouse par les épaules et l’embrassa passionnément, retrouvant avec plaisir, ses lèvres si douces et si tendres. Puis, la main sur son épaule, il la conduisit jusque dans le coin cuisine.

Alors, ma jolie Tia, comme tu peux le voir, j’ai fait remettre le poêle à bois, afin que nous puissions cuisinier. Et j’ai rajouté un grand plan de travail, pour que nous puissions faire les repas. Ici, il y a plusieurs étagères, que je n’ai pas encore remplies, car j’ai préféré que nous le fassions à deux, à ton retour.

Rick laissa son épouse ouvrir les différents petits placards qu’il avait pris soin de faire, et faire le tour rapide. Puis, il la conduisit jusqu’à la fenêtre, pour lui montrer la vue.

Tu vois d’ici, on peut voir les escaliers et voir les invités arriver !

Un sourire de Rick et ils se dirigèrent vers les chambres, non sans avoir été voir un court instant les jumelles qui dormaient encore. La première des chambres était celle de Georges. Le petit garçon dormait tranquillement dans son lit et Rick chuchota à son épouse.

Il t’a beaucoup réclamé et tu nous as énormément manqué ! Il est beau quand il dort !

Rick poussa juste la porte, sans la crocheter, pour bien entendre si leur fils venait à se réveiller, plus tôt que prévu. Ils se dirigèrent ensuite vers la chambre des filles, située juste à côté.

Et voilà, c’est ici que dormiront Aliénor et Patience ! Je leur ai fait un berceau chacune, afin qu’elles soient plus à l’aise ! J’ai remis la table à langer de Georges dans leur chambre, en pensant que nous changerions notre fils ici, aussi !

Rick laissa son épouse faire le tour de la pièce et ouvrir la petite armoire où s’entassait déjà quelques langes tout neuf, ainsi que le petit coffre où plus tard, elles rangeraient leurs jouets. La fenêtre de chacune des deux chambres donnait sur la forêt. Arrivés au fond du couloir, Rick ouvrit une porte qui conduisait sur la terrasse. Tia pouvait ainsi admirer qu’il avait tout fait pour sécuriser leur maison, afin qu’aucun des deux enfants ne se blessent. Il se tourna vers son épouse, le sourire aux lèvres.

La première partie de la visite te plaît ?

_________________
avatar
Rick
Admin

Nombre de messages : 391
Age : 39
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle vie... avec deux anges inattendus

Message  feu Tiadriel le Mar 14 Avr - 0:04

Oui, en effet ! Il est temps pour lui d’aller faire une petite sieste ! On aura le temps comme ça de visiter la maison, pendant que nos trois petits anges dorment ! Je vais aller le coucher et je reviens dans un instant.

Tiadriel embrassa Georges avant de laisser Rick aller le coucher. Le petit bonhomme râla un peu avant de céder. Il était déjà à moitié dans le Pays des Songes. Elle les regarda s'éloigner avant de jeter un oeil à ses filles. Elles dormaient toujours, mais ça ne durerait pas. L'heure de la tétée approchait doucement.

Me revoilà, jolie Tia ! Si tu es prête, nous pouvons visiter notre nouvelle maison !

Oui, oui !

Elle lui rendit son baiser avant de le suivre dans la maison, regardant un peu partout en même temps, appréciant le travail fourni pour la construction. Elle savait qu'ici, ils auraient enfin la place dont ils avaient besoin.

Alors, ma jolie Tia, comme tu peux le voir, j’ai fait remettre le poêle à bois, afin que nous puissions cuisinier. Et j’ai rajouté un grand plan de travail, pour que nous puissions faire les repas. Ici, il y a plusieurs étagères, que je n’ai pas encore remplies, car j’ai préféré que nous le fassions à deux, à ton retour.

Mince ! Ça veut dire qu'il faut aller faire les courses ?!

Et pour vérifier qu'elle ne se trompait pas, elle ouvrit quelques placards... vides ! Quand elle eut finie, elle rejoignit son époux qui voulait lui montrer la vue.

Tu vois d’ici, on peut voir les escaliers et voir les invités arriver !

Oui, pour peu qu'on prenne le temps d'y rester assez longtemps ?

Elle rit doucement, légèrement moqueuse. Pour sûr que ça pourrait devenir un passe-temps... pour Inuki ! Un détour par le couffin, puis ils se dirigèrent vers les chambres. Pas besoin de demander pour savoir que la première était celle de leur fils. Elle en venait.

Il t’a beaucoup réclamé et tu nous as énormément manqué ! Il est beau quand il dort !

Elle sentit les larmes monter et venir perler à ses yeux suite à cet aveu. Elle essuya discrètement celles qui lui échappa. Eux aussi lui avaient beaucoup manqué. Et savoir que son fils l'avait tant réclamée... Les journées avaient été dures sans les deux hommes de sa vie.
Puis, elle découvrit la chambre des grumelles et sourit.


Et voilà, c’est ici que dormiront Aliénor et Patience ! Je leur ai fait un berceau chacune, afin qu’elles soient plus à l’aise ! J’ai remis la table à langer de Georges dans leur chambre, en pensant que nous changerions notre fils ici, aussi !

Hum... C'est une très gentille attention, mon coeur, mais... Je ne suis pas sûre qu'elles seront d'accord... pour les deux berceaux...

Elle ne finit pas sa phrase. Elle lui laisserait voir ce que pouvait donner l'essai d'en séparer une de l'autre. Elle avait déjà fait l'expérience.

Oui, Georges pourra très bien être langé ici, du moment que ça ne dérange pas les jumelles. Sinon, on improvisera. On l'a déjà fait.

Elle fit le tour de la pièce. Il avait vraiment pensé à tout. C'était très agréable. Ne penser à rien, partir, et revenir et pouvoir simplement s'installer. Elle se demandait à quoi ressemblerait leur chambre à eux. Mais avant, Rick voulait passer par la terrasse.
Elle vit tout de suite les précautions qu'il avait prises pour sécuriser les lieux. Les remarques de Tante Ermeline sur l'ancienne cabane lui revinrent immédiatement à l'esprit.

Elle regarda Rick. Il souriait. Elle le trouva toujours aussi beau et attirant. Elle vint se lover tout contre lui, se glissant dans ses bras. Elle posa doucement sa tête contre le torse de son époux, écoutant son coeur battre dans sa poitrine, respirant son odeur.


La première partie de la visite te plaît ?

Oui ! Beaucoup !
C'est merveilleux ! Il faudra que j'invite ton ami bûcheron pour le remercier de son aide. Je pense que nous serons bien ici. Et surtout, nous aurons de la place !
Merci mon amour !
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle vie... avec deux anges inattendus

Message  Rick le Lun 20 Avr - 18:58

Rick a écrit:Mince ! Ça veut dire qu'il faut aller faire les courses ?!

Rick n'avait vraiment pas pensé à ce détail. C'est vrai que si Tia avait écrit une date approximative de retour, il aurait pu remplir les placards avant. Mais après tout, il y avait de quoi nourrir un régiment à la taverne. Il suffirait d'aller chercher de quoi faire un repas de fête pour tout le monde à l'Antre. Il y avait de la viande et des légumes, ça serait parfait. A chaque coin de la visite, Tia lui lançait une petite pique. Il souriait à chaque fois, heureux de la retrouver.

Hum... C'est une très gentille attention, mon cœur, mais... Je ne suis pas sûre qu'elles seront d'accord... pour les deux berceaux...

Rick regarda Tia sans comprendre ce qu'elle voulait dire. Il suffisait de les mettre dans un berceau chacune et basta. Elle pleurerait peut-être un peu au début, mais avec un peu d'autorité, ça finirait par se tasser. Enfin, il faudrait qu'ils en parlent ensemble. Pour l'instant, l'essentiel était de finir de présenter la maison. Une fois sur la terrasse, Tia vint se lover dans ses bras et appuyer sa tête contre sa poitrine. Il referma l'étau de chair contre son épouse et posa ses lèvres sur ses cheveux. Qu'il était bon de rester là, sans rien faire, juste elle et lui, unis à jamais, dans leur nouvelle maison. Rick ferma les yeux, oubliant tout ce qui les entourant, oubliant ce qui n'était pas eux, oubliant l'instant présent... Être là, juste elle dans ses bras, oubliant l'absence et bravant le temps qui défile. Il aurait pu rester des heures, ainsi scotché à elle. Mais, elle brisa le tendre moment en proposant d'inviter Patxi ! Rick sourit et acquiesça. C'était une bonne idée vu le travail titanesque qu'il avait fait pour que tout soit prêt rapidement. Il était temps pour eux de continuer la visite.

Le jeune homme ouvrit la porte de la terrasse et s'effaça pour que Tia entre la première. Ils pénètrent alors dans une petite salle, avec une grande fenêtre sur le plafond. C'était une idée saugrenue de Rick mais qui lui plaisait bien, comme toute idée folle. Cela permettait d'avoir de la lumière dans la pièce et aussi de pouvoir regarder le ciel, lorsqu'ils seraient assis dans leur baquet
.

Alors, Tia, voici, notre salle d'eau. Comme tu peux le voir, j'ai fait remettre notre grand baquet pour nos ablutions. Plus tard, je ferais un accès au puits, depuis la terrasse, afin que nous puissions ramener de l'eau assez rapidement.

Dans la pièce, il y avait aussi le psyché de Tia, pour qu'elle puisse se peigner et ajuster sa tenue, dès potron-minet. Un petit placard se trouvait au fond de la pièce, afin d'y ranger le nécessaire de toilette. Rick conduisit ensuite, son épouse dans la pièce suivante qui se trouvait être leur chambre. Ils entrèrent main dans la main. Face à eux, une porte leur permettait de rejoindre la terrasse de manière rapide. Au milieu, le lit se tenait majestueusement, avec une malle devant. Le jeune homme lui montra la grande armoire et sourit à son épouse.

Cela n'a pas été une mince affaire que de la faire rentrer dans la cabane toute entière. Mais avec de la persévérance, on a réussi ! Pour monter les escaliers, cela était drôle aussi. Heureusement qu'elle était à Lami et pas à Lépi, sinon pour la descendre, on aurait lutté.

Il aimait détailler ce qu'il avait fait et comment il l'avait fait. Si elle n'avait pas été obligée d'aller au couvent, pour la santé des unes et des autres, elle aurait pu voir l'avancée des travaux. Mais comme ce n'était pas le cas, il lui racontait tout ce qui pouvait être racontable. Rick se rapprocha d'un autre petit meuble. Il était tout en hauteur et fermait à clé. Le jeune homme se dirigea alors vers la petite table se trouvant à proximité et récupéra une petite clé qui trônait dessus. Il la tendit à son épouse.

Tiens, Tia, voici un petit cadeau de bienvenue dans notre nouvelle maison. Ce placard, dont voici la clé, te permettra de ranger tes dossiers personnels de la maréchaussée par exemple.

Rick regarda son épouse et rajouta d'un air taquin

Mais attention, cela ne veut pas dire que je souhaite que tu ramènes du travail à la maison. C'est juste lorsque tu n'auras pas le choix.

Le jeune homme la laissa faire le tour de la chambre. Heureusement qu'il avait pris soin de faire le lit, cela faisait moins désordre. Lorsqu'elle revint vers lui, il l'embrassa tendrement, longuement. Puis il bascula avec elle sur le lit, désireux de lui montrer à quel point, elle lui avait manqué. De tendres baisers, des mains qui se cherchent lentement, amoureusement, patiemment. Et puis soudain un cri... ou plutôt un pleur...

OUIIIIIIIIIINNNNNNNNNNNNNN !

Rick roula sur le côté et soupira. Quelque chose lui disait que désormais leur vie allait vraiment changer et qu'il ne serait vraiment pas facile de se retrouver seuls, suffisamment longtemps...

OUUUUUUUUUUIIIIIIIIIINNNNNNNNNNNNN !

Comme si la première alerte n'avait pas suffit, il fallait qu'elle remette cela ! Rick ne savait pas laquelle pleurait mais à ce rythme là, elle allait réveiller sa sœur et son frère. Il se tourna vers son épouse

Je crois que quelqu'un d'autre que moi, a besoin de toi, ma jolie colombe...

--Patience. a écrit:Il s'en était passé des choses depuis quelques semaines. Beaucoup de changement dans la vie de la petite Patience. A peine était-elle sortie de la maison inondée, comme elle l'aimait à l'appeler, qu'elle avait fait la connaissance de son frère et de son père. Mais une chose qu'elle avait dû mal à comprendre, c'est que très rapidement, ils étaient partis. Ou alors était-ce elles qui s'étaient enfuies, loin d'eux. Bon, il faut dire aussi que sa maman, elle n’avait pas été très coopérative avec les deux nourrissons, au tout début. Ou alors était-ce qu'elle en préférait l'une à l'autre, ou qu'elle n'avait pas assez de lait pour les deux, parce que je vous explique même pas, comment c'était difficile d'avoir un peu à manger, au tout début. Patience dormait souvent et elle était réveillée par Aliénor et ses cris. Alors bien sûr, elle passait souvent, en deuxième pour le repas. Et franchement, la seconde place, ce n’était pas la plus nourrissante.

Et puis un jour, il n'y eut plus les voix graves et masculines des deux hommes de la maison. A la place, il n'y eut que des voix féminines et différentes de celle de sa maman. D'ailleurs, je vous ai pas raconté, les amis, mais Maman, au tout début, elle était très triste et pleurait souvent. Même qu'on a cru, au départ, avec Aliénor, enfin surtout moi, qu'elle voulait entrer en contact avec nous et nous faire la conversation. Mais impossible de la comprendre... A croire qu'elle ne parlait pas la même langue qu'elles. Alors bien sûr, les jumelles essayaient petit à petit de faire quelques vocalises pour lui poser des questions, mais c'était un peu comme un dialogue de sourd. Et puis, "parler" ça fatigue vite, alors il fallait bien dormir un peu. Et après la sieste, la tétée. Le lait était vraiment de très mauvaise qualité à cette époque. J'avais toujours très faim. Et le pire, c'est que Maman, au départ, elle voulait que je dorme loin de mon double. Vous vous rendez compte ? Mais, elle a dû se rendre très vite à l'évidence qu'il était hors de question qu'on ne dorme pas dans le même couffin. Bon, c'est vrai, que parfois, la promiscuité avec Aliénor n'était pas évidente car elle prenait parfois ses aises. Mais malgré cela, je crois bien que je n'aurais pas voulu donner ma place pour rien au monde. C'était assez rassurant d'être tout contre sa grande sœur. D'ailleurs, Maman, elle l'a vite compris qu'on ne voulait pas être séparées et elle nous a vite remis ensemble.

Les journées s'écoulaient doucement, bercées au rythme de la douce voix de maman et des petites siestes, coupées par une tétée. J'arrive plus à me souvenir d'ailleurs à quel moment, le lait fut en quantité suffisante. Mais un jour, maman arrêta de tenter de rentrer en communication avec nous. Enfin pour la majorité du temps. Parfois, encore, il lui arrivait de pleurer. Mais, c'était toujours après la tétée, qui désormais était de meilleure qualité. Même en deuxième position, on arrivait à avoir assez à manger. Le ventre repu, on pouvait se concentrer sur ce qui se passait autour. Et alors qu'on commençait à s'habituer à cette nouvelle vie, oubliant presque qu'on avait rencontré notre frère et notre père, voilà que Maman avait décidé de partir. Et la promenade quotidienne fut différente de celles des autres jours. Elle nous amena dans un endroit qui bougeait doucement avec un bruit étrange


Cataclop - Cataclop...

Je serais bien restée un long moment à savoir à quoi cela rimait, mais mes yeux se firent de plus en plus lourds. Un sommeil commença à s'emparer de moi, et une main sur ma jumelle, je succombai au passage du marchand de sable. Mes rêves furent différents de ceux de d'habitude car pour la première fois depuis très longtemps, je repensai à Georges et Papa. Un peu comme s'ils étaient à côté de nous. En tout cas, ce rêve étrange me creusa l'appétit et il était temps pour moi d'appeler Maman pour avoir ma ration de lait. Ce n’est pas tout ça, mais ça creuse les rêves. Je commençais donc à gazouiller pour prévenir Maman qu'il était l'heure de préparer le repas. J'voulais pas faire trop de bruits, pour pas réveiller Aliénor. Mais chose assez étonnante c'est que j'avais beau parler, elle ne venait pas me voir. Ben en attendant qu'elle arrive, j'ai commencé à prendre mon poing. Enfin je ne voulais pas trop le manger non plus, car sinon, il en serait pas resté pour demain et cela aurait été gênant. Mais bon le poing, ça va bien cinq minutes mais ça remplit pas le ventre ça. Où était-elle passée Maman ? Bon, le gazouillis ça marche pas, alors on va passer au plan B.

OUIIIIIIIIIINNNNNNNNNNNNNN !

Tout doucement d'abord, car il y a toujours Aliénor qui dort... Nouvelle attente... Mais que faisait Maman... Elle ne mettait jamais aussi longtemps à venir d'habitude... Pas normal ça... Peut-être n'avait-elle pas entendu. Bon tant pis pour ma jumelle, moi j'ai les crocs.

OUUUUUUUUUUIIIIIIIIIINNNNNNNNNNNNN !

Si avec ça Maman, elle comprend pas qu'il est temps de venir, c'est à ne rien y comprendre.

______________________

Fille de Tiadriel et Rick
Petite soeur de Georges
Jumelle d'Alienor


_________________
avatar
Rick
Admin

Nombre de messages : 391
Age : 39
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle vie... avec deux anges inattendus

Message  Rick le Lun 20 Avr - 18:59

Tiadriel a écrit:Ils quittèrent la terrasse pour la salle d'eau. La pièce baignait dans la lumière et elle leva les yeux, surprise et ravie. Quelle bonne idée ! Mais... cela lui rappela quelque chose et elle rougit immanquablement. Elle tenta de cacher son trouble en écoutant ce que lui disait son époux.

Alors, Tia, voici, notre salle d'eau. Comme tu peux le voir, j'ai fait remettre notre grand baquet pour nos ablutions. Plus tard, je ferais un accès au puits, depuis la terrasse, afin que nous puissions ramener de l'eau assez rapidement.

Notre grand baquet... Oui, c'était bien le même. Un autre souvenir... Elle vira au rouge pivoine. Décidément, cette pièce était terrible !
Vite, la suivante ! Ou peut-être pas...

Main dans la main, elle découvrit leur chambre. Le lit trônait à la place d'honneur, au milieu. A son pied, leur malle. Quand à l'armoire...


Cela n'a pas été une mince affaire que de la faire rentrer dans la cabane toute entière. Mais avec de la persévérance, on a réussi ! Pour monter les escaliers, cela était drôle aussi. Heureusement qu'elle était à Lami et pas à Lépi, sinon pour la descendre, on aurait lutté.

Je veux bien te croire ! A Lépi, jamais elle ne serait rentrée, tu n'aurais donc pas eu à l'en sortir ! Grand sourire taquin !
Hum... Tu es sur que le plancher ne cèdera pas sous son poids ?

Cela pouvait être possible après tout... Vu la masse de la "bête" !
Rick s'approcha alors d'un petit meuble et lui tendit une... clé ! Bizarre ! Qu'est-ce que c'était encore ?


Tiens, Tia, voici un petit cadeau de bienvenue dans notre nouvelle maison. Ce placard, dont voici la clé, te permettra de ranger tes dossiers personnels de la maréchaussée par exemple.

Comme si elle allait ramener du travail à la maison... Pour qu'il lui fasse une scène ?! Plutôt mourir !

Mais attention, cela ne veut pas dire que je souhaite que tu ramènes du travail à la maison. C'est juste lorsque tu n'auras pas le choix.

Ben tiens ! Elle le savait, mais ne fit aucun commentaire. Elle trouverait sûrement une autre fonction à ce meuble de toute manière.

Il est magnifique ! Merci beaucoup mon coeur !

Elle l'embrassa et finit le tour de la pièce.
Voilà ! Le tour du propriétaire était bouclé. Il ne restait plus qu'à prendre totalement possession des lieux. Et Rick avait bien des idées en tête pour cela. Après un long baiser, il bascula avec elle sur leur lit. Elle le retrouvait enfin après cette longue absence. Sa douceur, son odeur, sa chaleur... Mais c'était sans compter sur leur adorable progéniture qui elle, ne les avait pas oubliés et n'hésita pas à se manifester bruyamment ! Et elle choisissait son moment !


Je crois que quelqu'un d'autre que moi, a besoin de toi, ma jolie colombe...

Patience !
Oui, je le crois aussi. Elle va finir par réveiller sa soeur. Tu nous rejoins ?

Elle fila rapidement retrouver Patience. Pour une fois qu'elle se réveillait avant Aliénor... Un ventre sur pattes, comme Georges quand il était plus petit ou comme tous les bébés ? Peut-être.

Elle se pencha sur le couffin et sourit à sa fille. Alie avait aussi les yeux ouverts mais ne bronchait pas. Elle semblait plus surprise qu'autre chose. Tiadriel s'occupa donc de sa soeur et la prit dans ses bras.


Bonjour ma petite gloutonne ! Tu as faim, on dirait. Viens, nous allons nous mettre à l'aise pour satisfaire ton appétit.

Elle se dirigea vers la chambre des grumelles. Elle sourit à Rick qui les rejoignait.

Mon coeur, tu veux bien t'occuper d'Alie pendant que je donne la tétée à Passy ? Elle est réveillée. Profites-en pour faire sa connaissance !
Rick a écrit:Rick serait vraiment bien resté tranquillement allongé sur leur lit, tendrement enlacés avec celle qui lui avait tant manqué, mais une nouvelle fois Aristote leur faisait comprendre que les moments intimes, lorsqu'on ne fait pas partie de la haute société, sont réservés à la nuit tombée. Une fois juste à côté de son épouse, il fut vraiment très surpris. Un des deux bébés avait pleuré et Tia avait murmuré

Patience !

Elle était vraiment extraordinaire. Bien sûr, Rick n'avait pas eu l'occasion d'entendre le concert des deux voix mélangées, mais il ne voyait pas beaucoup de différence, entre celle de Patience, si cela était vraiment elle et celle de Georges quand il était plus petit. Il faudrait que Tia lui donne son secret. D'ailleurs, il faudrait qu'elle lui apprenne à les différencier. Il ne serait pas ainsi pris au dépourvu, si un jour, on lui demandait qui est qui. Mais déjà Tia se relevait et lui dit

Oui, je le crois aussi. Elle va finir par réveiller sa sœur. Tu nous rejoins ?

Il n'eut même pas le temps de lui dire oui, que déjà, son épouse était partie. Bien sûr qu'il allait les rejoindre. Il allait enfin pouvoir admirer ses filles, enfin au moins une. Bien sûr, il les avait déjà vu tout à l'heure, dans leur couffin, mais elles étaient l'une contre l'autre et à moitié cachées. Donc pas évident de les admirer dans toute leur splendeur. Il se leva au moment où Tia passait avec l'enfant dans ses bras. Il sourit en les regardant. Quel magnifique tableau !

Mon cœur, tu veux bien t'occuper d'Alie pendant que je donne la tétée à Passy ? Elle est réveillée. Profites-en pour faire sa connaissance !

Son sourire se fit encore plus grand. Bien sûr qu'il allait s'occuper d'Aliénor. Il espérait qu'il se souvenait encore comment on fait avec les bébés. Il était vraiment plus facile de les concevoir que de les prendre dans ses bras. Et il était aussi plus facile de s'occuper de Georges qui était un peu plus grand que d'un nourrisson. Il s'approcha du couffin et écarta doucement la couverture. Son sourire s'éclaira en la voyant.

Bonjour Petite Aliénor !

Il ne résista pas à la prendre dans ses bras, avec milles précautions. Il commença à lui faire la discussion, enfin discussion, plutôt à gazouiller un peu comme elle. Et tout en faisant cela, il se dirigea vers la chambre des filles. Tia était bien installée dans le rocking chair et elle faisait téter Patience qui avait un sacré appétit.

Coucou les plus belles ! Voici la troisième femme de ma vie qui avait très envie de voir son papa !

Le jeune homme s'installa sur la chaise qui trônait dans la pièce, tout en maintenant le dos de sa fille. Il savait qu'il fallait éviter de déranger un bébé qui mange mais il avait tellement hâte de voir cette différence. A peine assis, à côté de Tia, que Patience arrêta sa tétée et le regarda d'un air étonné. Enfin regarder est un bien grand mot. Elle avait le visage tourné vers lui et écoutait sa voix.

Bonjour Patience ! Déjà terminé de manger ?

Rick en profitait pour regarder les deux filles. Mais c'est un regard perplexe qui se posa sur Tia.

Vraiment jolie colombe, ce n’est pas juste car toi tu arrives à les reconnaître à la voix et je suis persuadé que tu les reconnais aussi l'une à côté de l'autre. Mais moi, j'ai beau cherché, je ne vois que deux bébés, aussi belle l'une que l'autre et tellement semblable. Tu ne veux pas me dire ton secret ?

_________________
avatar
Rick
Admin

Nombre de messages : 391
Age : 39
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle vie... avec deux anges inattendus

Message  feu Tiadriel le Lun 20 Avr - 19:28

Alienor.




La vie avait commencé tranquillou pour la petite puce. Aliénor. Oui, c'était son prénom. Il parraissait même qu'il lui venait de quelqu'un de sa famille, du côté de son papa. De sa grand-maman, donc de la maman de son papa. A peine née, elle commençait déjà à s'embrouiller avec les membres de sa famille. Elle allait devoir apprendre à ne pas tous les mélanger...

Son papa... Que dire de lui. Pas spécialement beau... Des cheveux autour de la bouche mais pas sur la tête. Vraiment bizarre comme look ! Il cachait ses cheveux absents en mettant souvent un couvre-chef sur son crâne. C'était son papa. Mais le pire était... Oui, oui, il y avait pire que ça ! Il piquait ! Les cheveux, c'était doux, mais les cheveux de son visage, c'était dur et ça piquait !

Le bon côté, c'est qu'il n'avait pas piqué bien longtemps. Un jour, il avait disparu. Il n'était plus resté que sa maman, son autre elle et elle. Toutes les trois et que toutes les trois. Enfin, il y avait bien eu de drôles de dames avec de drôles de chapeaux sur la tête. Des cornettes ! Rigolo comme nom.
Pendant un temps, ça avait été un défilé de cornettes, dans le plus grand silence la plupart du temps. Elle mangeait à sa faim. Son autre elle passait toujours derrière... Elle râlait souvent de ne pas en avoir assez. Mais qu'y pouvait-elle ? Ce n'était pas de sa faute.
Maman semblait fatiguée au début, elle était perturbée par quelque chose... Mais elle ne comprenait pas par quoi la petite puce. Elle avait fini par oublier qu'elle avait un papa. Sa famille, c'était elles trois. Comme les trois mousquetaires. Tous pour un et un pour tous ! Et tout pour elle ! Elle apprit peu à peu le partage, comme dans sa première maison. Puis, sa maman reprit du poil de la bête et put les nourrir toutes les deux correctement. Elle aurait pu rester là très longtemps... Mais non ! Elle finit par quitter les cornettes et leur défilé silencieux pour une destination inconnue.

Durant tout le chemin, elle avait dormi, bien au chaud contre son autre elle. D'ailleurs, elle aussi, elle avait un prénom : Patience. Ça voulait dire quelque chose apparemment. Mais une chose dont la porteuse de ce prénom était dépourvue. A n'en point douter !

Arrivée à destination, elle dormait toujours et l'ignorait donc. La retrouvaille avec son papa et son petit frère... Pop ! Pas vue ! La nouvelle maison ! Pop ! Pas vue ! Elle ne se souvenait même pas de l'ancienne... La jolie vue ! Pop ! Pas vue ! Les pleurs de Patience ! Pop ! Arf... Réveillée !

Elle ouvrit donc doucement les yeux. Plus moyen de dormir avec le boucan qu'elle faisait. Elle n'avait pas vraiment faim. Elle tenta donc de regarder autour d'elle, mais du couffin, l'horizon n'était pas vraiment dégagé. En plus, ses yeux ne marchaient pas encore très bien, elle avait du mal à voir clair. Elle espérait que ça ne durerait pas toujours.

Maman apparut, la vit et prit son autre elle. Du coup, ça redevint plus calme. Elle pouvait enfin penser en paix. Qu'allait-elle faire aujourd'hui ? Casser la croûte quand sa soeur aurait fini, en espérant que la goinfre lui en aurait laissé. Elle la soupçonnait de vouloir se venger d'avoir eu moins à manger au début de leur petite vie terrestre...

Puis... Horreur ! Un morse ? Un monstre ! Avec des poils sur la figure ! Ça lui rappela vaguement quelque chose. Elle plissa les yeux, tentant de le voir mieux, mais elle n'insista pas, elle avait un peu peur qu'il la mange si elle le regardait de travers. Elle jouait la prudence sur ce coup-là ! Ça se corsait, voilà qu'il la soulevait. Elle n'en menait vraiment pas large. Pas très courageuse l'Alie. Puis, il tenta d'entrer en communication. La vraie cata, elle ne comprit rien du tout ! Elle se dit alors qu'elle devait faire un mauvais rêve. Oui ! Elle allait se réveiller et bien rire de sa frayeur.

Ils changèrent de pièce. Elle espérait qu'il ne la laisserait pas tomber. Sinon, elle risquait de se faire mal. Ça avait l'air bien haut de ce perchoir mouvant. C'était peut-être un géant et non un monstre, ou un monstre géant ?!
Oh ! Maman ! Elle était sauvée. Elle la sauverait si la "chose" tentait de lui faire du mal. Un peu rassurée, elle se détendit.


Coucou les plus belles ! Voici la troisième femme de ma vie qui avait très envie de voir son papa !

"Eh ! Moi aussi, j'suis belle !
Ah... Ah mais... Ah mais, c'est mon papa ???!!!
Mon papa est un monstre morse géant ?
En plus, il ne s'intéresse déjà plus à moi. Voilà qu'il louche sur la frangine !
J'espère qu'il n'a pas un appétit d'ogre. Et si Maman les avait éloignées pour ne pas qu'il les mange ? Hum... Non, dans ce cas, elle ne serait pas revenue avec elles deux ici..."


Aurait-elle une réponse logique à tout ça avant la fin de la journée ? Ou tout du moins avant la prochaine sieste ?

_________________
Fille de Tiadriel & Rick
Jumelle de Patience
Petite soeur de Georges
Cousine d'Eléa, Matthis et Timothée
Presque filleule de Korydwen & ?
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle vie... avec deux anges inattendus

Message  Patience le Mer 22 Avr - 16:29

Patience avait enfin atteint son objectif. Sa maman l'avait entendue et elle était arrivée pour la prendre dans ses bras. Patience adorait les bras de sa maman. Ils étaient doux et on se sentait en protection.

Bonjour ma petite gloutonne ! Tu as faim, on dirait. Viens, nous allons nous mettre à l'aise pour satisfaire ton appétit.

Gadagada areuhhh gouzi gouza !

Bonjour ma jolie Maman ! Ah oui, j'ai super faim... une faim de louve ! Oui allons nous mettre quelque part pour manger !


La petite jumelle adressa un sourire à sa soeur qui était réveillée. Pour une fois, c'était elle qui allait passer la première. C'est vrai d'habitude, elle était toujours la deuxième. Alors bien sûr, elle voulait bien être patiente, mais comme on dit Faut pas pousser le bouchon trop long non plus. Avec sa maman, elles s'étaient alors déplacées dans un endroit qui lui semblait différent de celui de d'habitude. Elle se demandait où elles étaient mais en fait, elle avait tellement faim, que ça la dérangeait pas du lieu. Pourvu qu'il y ait sa maman. D'ailleurs, cette dernière s'était assise sur une drôle de chaise qui bougeait d'avant en arrière. C'était assez agréable d'ailleurs comme bercement. Et puis l'objet de son désir apparu enfin dans toute sa splendeur. Patience ne mit pas longtemps à trouver le chemin du repas. Elle mit ses petites mains autour du sein et elle commença à têter. Le liquide chaud commença à venir et à atterir dans son petit estomac. C'était vraiment très bon ! Et puis soudain du bruit autour d'elles ! Qui venait interrompre son repas ?

Coucou les plus belles ! Voici la troisième femme de ma vie qui avait très envie de voir son papa ! fit une voix grave.

Patience arrêta sa têtée pour voir d'où venait la voix. Sa petite main toujours sur le sein pour l'empêcher de s'en aller. Faudrait surtout pas que Maman décide d'aller chercher Aliénor avant qu'elle ait terminé son dessert. Et soudain, elle le vit, son papa. Mais dans ses bras, il y avait déjà Alienor. Alors là, elle était vraiment étonnée ! Comment elle avait deviné ? C'était toujours elle, la première ; la première à manger, la première à faire la rencontre avec leur papa. Mais déjà, il parlait à nouveau...

Bonjour Patience ! Déjà terminé de manger ?

Elle se mit alors à gazouiller.

Blbl ! areuh ! agada gada brrr !

Non Papa, j'ai pas fini ! Tu veux goûter ?


Puis, avec sa petite main, elle essaya de montrer le sein à son papa !

Arrrrreeuuuhhh ! Gadaga ! blbl !

Tu veux goûter Papa ? C'est très bon tu sais !


Et pour lui montrer que c'était vraiment délicieux, elle reprit sa têtée tout en essayant de regarder son Papa et Aliénor !
avatar
Patience

Nombre de messages : 6
Localisation : Jamais très loin d'Aliénor !
Date d'inscription : 22/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle vie... avec deux anges inattendus

Message  feu Tiadriel le Jeu 14 Mai - 1:09

Tiadriel s'installa confortablement dans le fauteuil à bascule, tenant fermement sa fille, le temps qu'elle les installe toutes les deux. Elle déboutonna son corsage d'une main, tout en parlant doucement à sa fille, histoire de la faire patienter. Ce n'était pas parce qu'elle s'appelait Patience qu'elle l'était forcément. Après il faudrait voir en grandissant.

Elle revint sur terre et présenta l'objet de son désir à la petite affamée. Cette dernière ne se fit pas prier pour téter. Tiadriel reposa alors sa tête contre le dossier, imprimant un léger balancement au fauteuil avec sa jambe. Elle se demanda un instant si elle n'allait pas donner la nausée à sa fille, mais elle tétait toujours. Ça ne semblait pas la gêner.
Rick arriva avec Aliénor et elle leur sourit.


Coucou les plus belles ! Voici la troisième femme de ma vie qui avait très envie de voir son papa !

La petite s'interrompit alors, intriguée. Il faut dire que les jours passés au couvent ne lui avait pas permis de s'habituer à la présence de son père. Là-bas, il n'y avait que des voix féminines, plus aiguës que celle de son époux. Elle en était là de sa réflexion quand Rick posa sur elle un regard perplexe. Elle lui jeta un regard interrogateur, attendant qu'il lui explique ce qui le perturbait, pendant que PAtience reprenait la tétée.

Vraiment jolie colombe, ce n’est pas juste car toi tu arrives à les reconnaître à la voix et je suis persuadé que tu les reconnais aussi l'une à côté de l'autre. Mais moi, j'ai beau cherché, je ne vois que deux bébés, aussi belle l'une que l'autre et tellement semblable. Tu ne veux pas me dire ton secret ?

Elle réfléchit un instant. Elle ne savait pas comment elle faisait. Elle savait ! Peut-être parce qu'elle avait passé un long moment seule avec elles deux. Apprenant à les connaître, à les découvrir un peu plus chaque jour. Elle avait bien usé de stratagèmes pour ne pas les mélanger au début, pour finalement se rendre compte qu'elle n'en avait plus eu besoin après un certain temps. Alors comment répondre à son époux ?
Elle savait ce qu'il pouvait y avoir d'angoissant dans le fait de ne pas distinguer ses enfants. Mais elle avait beau les regarder, elle ne voyait pas deux bébés identiques, elle voyait ses deux petites filles, Aliénor et Patience. Elles ne réagissaient pas tout à fait de la même manière. Des petits détails très infimes qui pouvaient échapper à un oeil non averti. Il faudrait qu'il apprenne lui aussi, tout simplement. Qu'il trouve "ses" trucs à lui. Quitte à ce qu'il use de petits stratagèmes à son tour. Mais en attendant, il fallait qu'elle lui réponde quelque chose. Une chose qui l'aiderait, qui lui donnerait confiance. Il était un bon père. Il suffisait de regarder Georges !


Je... Je n'ai pas de secret, mon coeur. J'ai appris à les connaître pendant notre retraite au couvent.
Elles te semblent peut-être identiques, mais il y a une foule de petits détails qui les différencient. Elles ne réagissent pas de la même manière. Elles ne pleurent pas de la même façon. Elles ont déjà leur personnalité propre ! Et le seul moyen pour toi de pouvoir les voir, c'est de passer du temps avec elles.
Maintenant que je vais mieux, tu vas pouvoir rattraper ton retard. Et si tu veux leur faire porter quelque chose pour que tu ne puisses pas les confondre, fais-le. J'ai commencé comme ça, mais tu te rendras vite compte que tu n'en auras pas besoin très longtemps.
Tu le sauras. Ne cherche pas à savoir comment. Peut-être qu'Aristote nous aide à sa manière... Je ne sais pas... Ai confiance, c'est tout ! S'il y a un secret, c'est celui-là : la confiance en soi !
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle vie... avec deux anges inattendus

Message  feu Tiadriel le Mer 27 Mai - 12:54

Rick


Rick vit son épouse réfléchir à la réponse qu'elle allait lui donner, pendant que Patience têtait allégrement le sein maternel.

Je... Je n'ai pas de secret, mon coeur. J'ai appris à les connaître pendant notre retraite au couvent.
Elles te semblent peut-être identiques, mais il y a une foule de petits détails qui les différencient. Elles ne réagissent pas de la même manière. Elles ne pleurent pas de la même façon. Elles ont déjà leur personnalité propre ! Et le seul moyen pour toi de pouvoir les voir, c'est de passer du temps avec elles.
Maintenant que je vais mieux, tu vas pouvoir rattraper ton retard. Et si tu veux leur faire porter quelque chose pour que tu ne puisses pas les confondre, fais-le. J'ai commencé comme ça, mais tu te rendras vite compte que tu n'en auras pas besoin très longtemps, que c'est là juste pour te rassurer.
Tu le sauras. Ne cherche pas à savoir comment. Peut-être qu'Aristote nous aide à sa manière... Je ne sais pas... Ai confiance, c'est tout ! S'il y a un secret, c'est celui-là : la confiance en soi !


Rick sourit à son épouse. Maintenant qu'elle le disait, il est vrai qu'il avait remarqué que les pleurs de Patience n'étaient pas semblables à ceux de Georges. Il avait mis cela sur le coup que l'un était un garçon et l'autre une fille. Mais peut-être était-ce tout simplement parce que chaque bébé pleure différement et que l'on ne s'en aperçoit pas. Leurs deux jumelles avaient donc des réactions différentes. C'était bon à savoir et un brin plus rassurant ! Il en profita alors pour regarder leurs deux filles, d'un oeil nouveau. Oui, il y avait peut-être quelques différences, mais insignifiantes pour l'instant. L'idée des habits différents n'était pas mauvaise mais comment les reconnaître au moment de leur faire prendre un bain.

Merci, ma jolie Pelouse pour ces petites astuces. L'idée de leur mettre un petit signe distinctif, j'aime bien mais j'aimerais pouvoir les reconnaître sans cela. Alors, je vais être très attentif à leurs manières de faire et de pleurer. Bon, c'est sûr qu'au début, je risque de me tromper mais tu vas voir, je vais être un papa sérieux !

Rick regarda Aliénor et lui fit un grand sourire !

Alors petit Ange ! Comment je vais faire pour te différencier de ton autre Toi ! Tu crois qu'avec un ruban d'une couleur différente, ce sera plus facile pour moi ?

Le jeune papa la regarda encore en souriant

Ce serait un comble non, que votre papa ne vous reconnaisse pas ! Je suis sûr qu'Aristote va m'aider un peu !

Il fit alors un bisou sur le front de la petite fille et continua de les observer l'une et l'autre, à chercher des différences possibles entre les deux. Dans peu de temps, Georges allait se réveiller et il aurait le droit à une présentation en règle et la soirée se passerait ainsi.

Tu sais quoi ma jolie Tia ? Tu as fais deux bébés aussi belle l'une que l'autre !
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle vie... avec deux anges inattendus

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum