Une disparition inquiétante...

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une disparition inquiétante...

Message  Rick le Sam 6 Juin - 23:29

Rick était de retour du monastère. Son baluchon sur l'épaule, il se précipita en direction de Lépi Lami. Tia et les enfants lui avaient énormément manqué. Il avait hâte de les revoir, de les serrer dans ses bras et de les embrasser. A coup sûr, les jumelles avaient dû encore changé et le jeune père avait hâte de voir les progrès des trois enfants. Il avait aussi très envie de revoir son épouse et l'embrasser tendrement. Il monta donc les marches quatre à quatre.

Tiaaaaaaa ! Geeeoooooooorgeeeeeees ! Aliénoooooooooorrrrr ! Patienceeeeeeeeeee ! Ouhhhhh ouhhhhh ! Je suis de retour !

Mais chose assez étonnante, il n'y eut qu'Inuki et les deux louveteaux pour l'accueillir ! Et à peine la porte passée, les animaux se précipitèrent dehors. Quel étrange comportement ! Pourtant à cette heure-ci, la jeune femme ne devait pas être à Lépi. Rick caressa les trois canidés et posa son sac sur le lit. Quelque chose semblait bizarre dans la cabane perchée dans les arbres : la maison semblait déserte. Une drôle d'odeur régnait dans la maison, une de ses odeurs si désagréable que ça vous donne envie de vomir.

Pouahhhh c'est quoi qui pue comme ça ?

A croire que Tia avait changé les jumelles avant de partir et qu'elle avait laissé les langes sales dans un coin. Quoi que l'odeur était démultipliée et vraiment insoutenable. Rick chercha donc d'où pouvait venir ce qu'il sentait. Et soudain, il trouva l'endroit. Vers la couverture où les trois animaux avaient leur territoire, il y avait plusieurs déjections. Sa première réaction fut de gronder les trois animaux, qui n'étaient pas à proximité d'ailleurs. Le jeune homme se grattait désormais la tête car quelque chose ne tournait pas rond. Comment son épouse avait-elle pu laisser faire cela ? Elle qui était très à cheval sur la propreté, c'était assez incompréhensible d'ailleurs. Les enfants pouvaient très bien débarqués à n'importe quel moment et mettre la main dedans. Le jeune homme se souvenait très bien de l'histoire du ver de terre et de Georges à la naissance des jumelles. D'ici que ses soeurs veulent elles aussi s'aventurer dans des découvertes similaires, ça risquait d'être gênant. Le jeune homme nettoya donc l'endroit et aéra la maison pour faire partir l'odeur.

Toujours pas de Tia et d'enfants en vue, cela devenait énigmatique. Il se décida donc de se rendre à Lépi pour voir si sa petite famille était là-bas. Et là aussi, nouvelle déconvenue. A croire que la jeune meunière n'était pas passée par là. Vraiment étonnant ! Il ne lui restait plus qu'à passer par les bureaux de la maréchaussée ! Il était sûr de la trouver là. Cela ne pouvait pas en être autrement. Il savait que Tia était très consciencieuse dans sa passion pour la loi. Mais à mesure qu'il avançait dans sa recherche, il allait de mauvaises surprises en mauvaise surprise. Pas de trace à la maréchaussée, pas de traces non plus des enfants chez Marthe, la jeune apprentie boulangère.

Le visage de Rick devint plus pâle, à tel point qu'il faillit faire peur à son employé. Son coeur battait de plus en plus fort dans sa poitrine. Où était-elle passée ? Où étaient-ils tous passé ? Et soudain, une vérité se fit jour dans son esprit. ILS l'avaient retrouvé et ILS s'en étaient pris à Tia et aux enfants.


Noooooooooooooonnnnnn !

A qui pouvait-il se confier sur cela ? Le padre n'était pas là et il ne pouvait pas en parler à un autre curé puisque le village n'en avait pas.

Kory ! Oui c'est ça... C'est elle la solution... Ca ne peut-être qu'elle ! Ca ne peut-être que ça...

Tia était sûrement partie rendre visite à sa belle-soeur et elle avait oublié de lui dire, ne pensant pas que son mari reviendrait sitôt du monastère. Mais au fond de lui, Rick entendait toujours cette voie sourde qui lui disait qu'il se trompait et que son épouse avait un soucis. De retour chez lui, Rick s'empressa de déranger Réglisse pour envoyer un message à Kory.

Ma Chère Kory,

Je suis inquiet car Tia ne semble pas se trouver à Montpensier. J'espère que dans ta réponse, tu me diras qu'elle est avec toi à MB. A mon retour du monastère, elle n'était pas là ! Quelque chose au fond de moi, me dit qu'il se passe quelque chose d'anormal. J'ai peur qu'ILS m'aient retrouvé et qu'ILS s'en soient pris à ma famille !

Rassures-moi le plus rapidement possible, ch'tite soeur !

Rick

Désolé Réglisse, mais c'est urgent ! Il faut que tu ailles porter ce message à Kory, à Montbrisson et tout de suite !

Rick accrocha le parchemin à la patte de la chouette, anxieux de ce qui avait pu arriver à sa famille. Il regarda alors en direction du ciel, interrogeant Aristote silencieusement, lui demandant ce qu'était cette nouvelle épreuve mise sur leur chemin.

_________________
avatar
Rick
Admin

Nombre de messages : 391
Age : 40
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une disparition inquiétante...

Message  Korydwen le Lun 8 Juin - 13:49

Montbrisson.

Fin de semaine assez agréable, elle avait profité de son époux et après s'être remis ses propres pendules à l'heure, elle allait mieux, beaucoup, il n'était pas facile d'entendre certaine chose, mais cela faisait avancer. Les critiques faisaient avancer et les non dit pourrissaient la vie. Alors elle l'avait plutôt pris avec le sourire, même si la première nuit, elle avait fort mal dormi, faire passer le contraire de ce qu'elle voulait, voilà qui était bien étranger, mais cela changerait, elle ferait attention à ne pas trop divaguer. Ce matin là, elle avait reçu une missive de la part de son frère, c'était bien étrange après tout.

Elle se leva pour ouvrir la fenêtre et récupérer le message. Elle grimaça en le lisant, elle n'avait pas vu Tiadriel, et ces derniers jours ce n'était pas elle qui avait fait la douane, donc elle ne pouvait connaître les allées et venues dans le village, il fallait néanmoins répondre à Rick avant de se mettre à fouiller dans le registre des douanes, gros volume et elle en aurait bien certainement pour trop longtemps.


Mon cher Rick,

j'aurai aimé t'écrire que Tia se trouve à Montbrisson, mais hélas je ne le sais pas, elle n'est pas venue me voir. Mais ces derniers jours je n'étais pas chargée de la douane et étant un peu prise ailleurs, je regarderai les douanes dans la journée. Si elle a disparu, peut-être devrais-tu venir à Montbrisson, cela sera plus simple pour la chercher que tu sois sur place avec moi plutôt qu'à Montpensier.

ILS ne t'ont pas retrouvé Rick, ne t'inquiète pas, notre mère avait réussi à le semer sans qu'ILS ne sachent où elle se trouvait. ILS ne savent pas où l'on se trouve et je n'ai pas été faire enregistrer l'arbre des de La Serna pour le moment. Détends toi et prends une monture, viens à Montbrisson.

Kory.

Elle espérait l'avoir un peu rassuré, il fallait maintenant s'occuper de commencer à chercher, son travail de maréchale allait être mis à contribution bien plus vite qu'elle ne le pensait.
avatar
Korydwen

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 09/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une disparition inquiétante...

Message  feu Tiadriel le Mar 9 Juin - 0:27

[Montpensier, après le départ de Rick et bien des jours avant son retour]

Elle s'était retrouvée seule avec les enfants et ça n'avait pas été pour lui déplaire. Elle avait enfin l'impression de souffler un peu, de retrouver un peu de son espace vital. Elle aimait énormément, à la folie, son époux. Mais parfois, elle était bien obligée de le reconnaître, il l'étouffait à vouloir trop la couver, la protéger. Elle savait qu'il ne le faisait pas à mal... Mais, à trop se sentir enfermée, elle avait fini par ne plus voir que cela. Une cage dorée.
Elle respira à plein poumon, se massa légèrement les tempes. Les enfants jouaient bruyamment et elle commençait à avoir un peu mal à la tête. Les animaux s'étaient réfugiés dans un coin sans qu'elle les voit. Elle s'éloigna un peu, après avoir vérifié que les enfants ne risquaient rien si elle les laissait tous seuls et rejoignit sa chambre pour préparer leurs affaires. Elle voulait prendre un peu de temps pour elle et envisageait de faire une visite surprise à son parrain, Althiof et à sa belle-soeur, Kory, à Montbrison.
Mais avant elle conduirait Georges, Aliénor et Patience à Cournon. Depuis le temps que Kory lui répétait qu'elle pouvait les y déposer. Elle n'avait encore pas osé le faire. Mais avec un peu de chance, leurs cousins y seraient et ils pourraient passer du temps ensemble.
Elle finissait de boucler les différents baluchons quand un cri lui parvint aux oreilles. Qu'avaient-ils encore inventé pour la rendre chèvre aujourd'hui ? Elle vint se poster à côté de Georges, tout en posant une main apaisante sur la poitrine de Patience. Elle posa son regard sur son fils, attendant une explication improbable.


Pa Oge ! 'in fé ! Out 'eul ! Ombé !

Demande pardon à ta soeur s'il te plaît !

A'on ! Fé p'u !

Elle le regarda déposer un bisou sur le front de sa soeur. Pour quelqu'un d'innocent, il s'était excusé bien vite et elle sourit intérieurement. Quel sacré chenapan celui-là !

Si tout le monde est prêt, nous partons ! J'ai fini les bagages.

Oge 'ien ? 'A où ?

Oui, tu viens mon ange et tes soeurs aussi. Je vous emmène à Cournon pour voir vos cousins.

Elle espéra très fort qu'ils seraient là et qu'elle ne venait pas de dire un gros mensonge à son fils. Il venait de partir en courant vers la porte, comme un petit fou, surexcité à cette idée.
Elle prit les baluchons et les jeta en bas, par dessus la rambarde. Elle n'aurait pas à remonter pour prendre les filles et ne les perdrait plus de vue comme ça. Elle prit le couffin et tendit la main à Georges quand elle eut fermé la porte, laissant Inuki et les deux louveteaux endormis dans leur cachette, persuadée que Rick les avait pris avec lui, ne les ayant point revu.

Après être descendue avec précaution avec les enfants, elle déposa les filles à l'arrière de la charrette, Georges devant, lui demandant de rester sage le temps qu'elle charge les affaires. Elle récupéra les baluchons, attela leur moyen de locomotion avant de grimper à côté de son fils. Elle lui caressa doucement les cheveux avant de glisser un bras protecteur autour de sa taille, dès fois qu'il décide de se lever... Autant ne pas prendre de risques.


[Montbrison ou presque]

Après avoir laissé ses enfants à Cournon et leur avoir promis qu'elle reviendrait très vite les chercher, elle avait pris la route de Montbrison à cheval. Elle retrouvait des sensations oubliées à chevaucher sur les routes. Depuis le temps qu'elle voyageait en charrette... Elle avait oublié le plaisir de sentir les muscles de sa monture rouler sous ses jambes, le plaisir de respirer au plus près la bête puissante qui la portait sur son dos. Elle profitait pleinement de ce voyage, nullement coupable d'être partie presque comme une voleuse, sans rien dire à personne. Enfin presque. Elle avait demandé la permission au Prévôt de s'absenter, n'étant pas de garde à la Maréchaussée cette semaine là.

Elle avait passé Thiers sans encombre, se reposant à peine, surexcitée à l'idée d'être presque arrivée. Elle poussait un peu trop sa monture, mais l'air frais du matin, caressant son visage et faisant voler des mèches folles, dans la semi-obscurité, provoqué par son galop effréné, la comblait de joie. Elle aurait voulu ne pas s'arrêter...
Elle ralentit toutefois son allure aux abords du village. Elle ne voulait renverser personne. La porte de la ville se profilait à l'horizon. Elle avait hâte de voir la tête de Kory et Al quand elle frapperait de si bonne heure à leur porte. Elle les dérangerait peut-être ? Hum... Elle rougit un peu à cette idée et ralentit encore sa monture. Oserait-elle ? N'oserait-elle pas ? Elle hésitait, peu attentive à ce qui l'entourait...
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une disparition inquiétante...

Message  feu Tiadriel le Mar 9 Juin - 23:28

Rick


[Montpensier]

Rick faisait les cent pas dans la cabane perchée dans les arbres. Réglisse venait tout juste de partir mais il avait l'impression que cela faisait une éternité. La chouette était partie en direction de Montbrisson, mais si Tia était en danger et si elle avait été enlevée... Il faudrait peut-être qu'il écrive à d'autres personnes. Le jeune homme secoua la tête... Il fallait qu'il arrête de penser à ce genre de détails. Tia devait être à Montbrisson ou à Cournon et elle avait oublié de lui écrire. Cela ne pouvait pas être autrement. Qui aurait intérêt à vouloir s'attaquer à une maréchale du duché ? Personne n'oserait faire cela. Donc puisque personne n'aurait une telle idée, la jeune femme ne pouvait qu'être en sécurité avec Kory. C'est donc serein que le jeune homme sortit de chez eux. Puis sifflotant, il se dirigea vers l'Antre des Bûcherons. En chemin, il se demandait s'il devait se renseigner sur la présence de Tia dans le village. Mais d'un autre côté, cela pouvait paraître bizarre. Et à quoi bon ameuter le village pour des vacances de son épouse ?

Une fois en taverne, il tenta d'oublier ce soucis qui plissait son front. Tant qu'il ne saurait pas où était son épouse, il y aurait toujours une ride qui barrerait son front. Combien d'heures passa-t-il en taverne ? Il aurait été difficile de le dire. Mais alors qu'il rêvassait en regardant dehors, il aperçut Réglisse sur le bord de la fenêtre. Cet animal nocturne était vraiment très intelligent. Tia l'avait vraiment bien éduqué car elle avait su le retrouver sans soucis. Il se précipita pour ouvrir et récupérer le précieux parchemin. Kory avait été très rapide pour répondre. Il déplia la lettre mais au fur et à mesure de la lecture, ses pires craintes revinrent à la surface. Sa soeur tentait, tant bien que mal de le rassurer, ou alors de se rassurer elle-même. Elle n'avait pas été de service aux douanes et ne pouvait affirmer que sa belle-soeur était dans le même village qu'elle. Il fallait réfléchir et très rapidement. Il regarda au ciel, implorant du regard Aristote et cherchant auprès de lui la solution.

Tia où es-tu ? Que t'es-t-il arrivée ?

Bon tenter de rester serein malgré ce qui se passait. C'est le conseil qu'il aurait donné à son frère ou à tout autre villageois si on lui avait demandé son avis. Mais là c'était différent car c'était son histoire, son épouse, ses enfants qui avaient disparus... Il s'assit un instant, en cherchant la solution. Kory lui proposait d'aller à Montbrisson pour l'aider à chercher et partir de là-bas. Après tout c'était pas une mauvaise idée. Mais avant, il devait s'assurer qu'aucun autre village du duché n'avait reçu sa petite famille. Il commença donc à écrire quelques parchemins. A qui pouvait-il les envoyer ? A Thiers, il pouvait y avoir Beths qui connaissait bien Tia, ce serait donc à elle qu'il adresserait le message. A Moulins, Amandine et Cruzzi, les deux personnes qu'il avait baptisé récemment à la Ste Boulasse, accepteraient sûrement de l'aider. Donc le côté nord était couvert, le Sud aussi. Il manquait plus que la route de l'ouest allant à Clermont. Et dans la capitale, il pourrait s'adressait à Gypsie qui connaissait bien Tia. Pour les autres villes, il suffirait de se renseigner dans les bureaux de la maréchaussée de chaque ville.

Il prit donc un tas de parchemins et une plume et s'installa à une table de la taverne.


Chère Amandine, Cher Cruzzi,

Je me permets de vous écrire car je suis à la recherche de mon épouse Tiadriel. J'ai peur qu'il ne lui soit arrivée quelque chose. J'aimerais donc savoir si vous pouviez enquêter pour moi à Moulins et savoir si elle est passée par votre village.

C'est une femme magnifique de 22 ans, aux longs cheveux châtains et aux yeux verts somptueux, dans lequel, j'aime me noyer. Elle a la taille fine, malgré la naissance de nos trois enfants. Elle est plutôt grande. Elle devrait être accompagnée de nos enfants. Georges, un petit blondinet au regard amusé, âgé de presque 18 mois. Aliénor et Patience, deux jolies petites filles de six mois.

Pouvez-vous vous renseigner dans le village pour savoir si elle est passée récemment ? Je ne pourrais vous dire depuis quand elle est partie puisque je viens juste de revenir du monastère et qu'à mon retour, elle n'était plus là.

J'attends votre réponse avec impatience.

Amicalement,

Rick

Une fois la lettre préparée, il la fit partir en direction de Moulins. Il lui restait maintenant qu'à écrire à Gypsie et à Beths.

Bonsoir Gypsie,

Je suis à la recherche de Tia et j'aimerais savoir si tu l'as vu récemment. Peut-être a-t-elle donné un cours à l'université ces jours-ci ? C'est une histoire longue à raconter dans un banal parchemin. J'espère juste que ma missive trouvera une réponse rapide de ta part, à Clermont.

Amitiés,

Rick

Un nouveau pigeon partit en direction de la capitale pendant que Rick récupéra un nouveau parchemin pour Thiers.

Coucou Beths,

J'ai besoin d'un renseignement rapide et assez urgent. Peux-tu me dire si tu as vu récemment Tia passer dans le village de Thiers ? Peux-tu me dire aussi si tel était le cas, si nos enfants l'accompagnaient.

Cette missive peut te paraître pour le peu originale mais je t'expliquerais très rapidement la raison de cette requête.

Amitiés,

Rick

Il ne restait plus qu'aux jeunes hommes à écrire aux maréchaux des différentes villes restantes.

Aux maréchaux des villes de Bourbon, Aurillac, Montluçon, Polignac, Murat,

Bonjour, je me nomme Rick et je suis l'époux de Tiadriel, maréchale de Montpensier. Cette dernière semble avoir disparue de son poste depuis quelques jours. Pourriez-vous faire des recherches dans vos villages respectifs pour savoir si elle y est passée ?

J'ai peur qu'il ne lui soit arrivée malheur.

Respectueusement,

Rick

Le jeune homme cacheta les différents plis et envoya les pigeons dans différentes directions. Il espérait recevoir des réponses rapides. Peut-être que certains maréchaux trouveraient sa requête spéciale, mais après tout, n'avait-il pas promis, devant Aristote de toujours protéger son épouse. Et n'était-il pas en train de faillir à son devoir de protection ? Lui qui détestait attendre et qui avait du mal à être patient, il allait devoir souffrir milles morts dans les heures suivantes, attendant une hypothétique réponse d'un endroit quelconque du duché. Il faudrait qu'il se rende ensuite à Montbrisson pour rejoindre Kory, mais il voulait avoir une réponse avant cela, au cas où Gypsie ou Amandine aient vu Tia passer dans leur village respectif. Il gagnerait ainsi du temps sans avoir à faire demi-tour.
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une disparition inquiétante...

Message  feu Tiadriel le Mar 9 Juin - 23:29

Lombre




[Montbrisson]

A la nuit tombée l'ombre était sortie faire un tour. Aller savoir de qui il s'agissait ?!
Etait-ce une femme ou un homme ?!
Un Montbrissonnais ?! Une Montbrissonnaise ?! Quelqu'un d'autre ?! Connu, inconnu ?!
Déambulant dans les rues du village, de garde ou non ?! Ca personne ne le savait, personne ne savait qui pouvait se cacher derrière cette capuche.
Longue capuche, cachant entièrement le visage de la personne. Grande et maigre.

Le jour commençait à se lever, il était temps, c'était l'heure. Les premiers voyageurs seraient là, l'ombre avait rendez-vous. Rendez-vous avec son destin.

Longeant les murs, sans se faire remarquer des maréchaux présents dans le village, l'ombre se glissa vers la porte de la ville.
La porte qui donnait sur la route qui menait à Thiers, ainsi sa victime viendrait de Thiers.
Ainsi le Très Haut en avait décidé.
Justement une jeune femme s'approchait, plutôt jolie.
Discrètement l'ombre se glissa dans son dos.
A pas feutré, l'ombre s'approcha de sa victime à cheval.
Doucement se glisser sur le côté saisir les rênes et...


- "Sortir de ta cage dorée"

C'était sans compter le cheval qui surpris par le hurlement rauque de l'ombre partit au galop, trainant l'ombre toujours accrochée aux rênes, trainant dans un nuage de poussière.
Tenant d'une main sa capuche.


- "Te permettreeeeeeeeeeeeeee de souffleeeeeeeeeeeeeeeeeer !"

Hurler une autre phrase, le mot de code était passé.

- "Arrête ce chevaaaaaaaaal ou j'en fais du saucissoooooooon !"

Hurla la voix rauque attendant que le cheval s'arrête pour continuer son affreux dessein.
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une disparition inquiétante...

Message  feu Tiadriel le Mar 9 Juin - 23:30

Korydwen


Montbrisson, bord du lac, un certain jour, hum certainement différent de celui de Lombre et de Tiadriel.

Il fallait donc éplucher les registres, enfin le registre de douane pour Montbrisson et bien allons-y, il était temps de rejoindre le bureau de la maréchaussée, il était encore tôt, elle aurait bien trainé un peu plus au lit, après tout, elle ne savait pas quel jour il était à force de ne pas trop dormir pour travailler et puis les enfants n'étaient pas là, cela devait donc être le week-end et elle devait aller manger au bord du lac avec Althiof, ce qui semblait être plus que compromis parce qu'elle devait fouiller les registres, sauf si elle se dépêchait, peut-être que éventuellement, elle pourrait le faire avant qu'il ne se réveille...

L'espoir fait vivre. Sourire, elle en profiterait pour déposer les quatre épées qui lui restaient, allez savoir ce qu'un homme d'église faisait avec toutes ces épées, peut-être les confisquait il aux pauvres idiots qui pensaient entrer dans une Église avec. Elle laissa un rapide mot à son époux. Elle avait promis de l'informer de tout ce qu'elle faisait.

B'jour mon ange,
je n'ai pas eu le courage de te réveiller, tu étais su mignon et beau quand tu dormais... J'ai reçu une missive inquiétante de la part de mon frère, il semblerait que Tiadriel ait disparu ! Je suis donc partie au bureau de la maréchaussée du village pour regarder le registre des douanes.

Je fais le plus vite possible !

Je t'aime,
ton épouse aimante,
Kory.

Rassemblant toutes les épées et les deux boucliers, elle partit en direction du bureau des maréchaux, qu'elle avait décoré dernièrement. Elle glissa la clé dans la serrure et ouvrit la porte, la pièce était encore sombre, mais le livre des douanes l'attendait, ouvert sur la table, comme un appel. J't'en ficherai des appels de livre. Elle allait déposer ses épées dans un coin, cela pouvait toujours servir pour les gardes, les villageois n'étant pas toujours armés... Mais une présence dans son dos et un :

- Bonjour.

La firent sursauter, elle envoya les épées en l'air en hurlant.

- Aaaaaaaaaah ! Mais c'est pas vraiiiiiiiii !

Elle se retourna une main sur son pauvre coeur, comment faisait-il pour tenir ?! Bonne question, alors qu'elle reprenait son souffle, elle trouva...

- Childebert ! Que faites-vous ici ?! Votre... Votre place est à Cournon ! En plus vous me faites peur ! A cause de vous mon cœur aurait pu s'arrêter !

Elle ne l'avait pas laissé parler, mais elle était prête à l'écouter tout en ramassant ses épées.

- Je porte un message et en main propre.
- Vous avez égorgé un de mes enfants qui vous horripilait grandement ?! Un de mes enfants est blessé ?! Mais que diable faut-il pour que vous me portiez une missive en main propre ! Les oiseaux ça existe !
- Cela vient de votre belle-sœur.
- Quoi ma belle-sœur ?! Vous ne pouvez pas être un peu plus coopératif ! Nan parce que vous voyez des belle-sœurs j'en ai trois ! Trois !
Lui dit-elle en lui montrant trois doigts de sa main droite.
- Thémis, Tiadriel et Cham ! Alors laquelle des trois ?! Dépêchez-vous je n'ai pas toute la journée !
- Dame Tiadriel !
- Ah oui Tiadriel et qu'est-ce qu'elle veut ?!


Toujours en ramassant ses épées, l'esprit encore embrumé, elle n'avait pas fait le rapprochement entre la disparition mystérieuse de Tiadriel et son intendant qui lui parlait justement d'elle, c'est en se relevant et en se cognant contre le bureau, y avait une épée dessous, qu'elle hurla de douleur en se frottant la tête.

- Aaaaaaaah ! C'est pas ma journée ! Tia ?! Tia ?!
- Oui dame Tiadriel ! Pourquoi cela vous étonne-t-il ?!
- Et bien parce queeeeeeee ! Figurez-vous qu'un peu plus tôt dans la mâtinée ! Ne me regardez pas de travers ! Si si c'est possible d'être plus tôt dans la journée ! J'ai reçu une missive de mon frère Rick ! L'époux de Tiadriel ! Et il m'informe qu'il l'a égaré !


Elle lui parlait tout en agitant la dite missive de son frère qui se trouvait dans sa poche.

- Ah oui, mais Dame Tiadriel n'est pas à Cournon !

Elle le regarda, les yeux s'écarquillant comme des yeux de poissons pourris et sa bouche s'ouvrit en grand, heureusement que la mâchoire était solide, sinon, elle aurait touché le sol avec le bas de sa bouche.

- Vous vous fichez de qui ?! Vous me portez un mot de Tiadriel et vous me dites qu'elle n'est pas à Cournon !!!

Et tout en parlant, elle agitait les bras la tête, grimaçant.

- Mais je n'ai jamais dit qu'elle y était ! J'ai dit que j'avais un mot !
- Et bien allez y crachez le votre message ! Qu'on y reste pas jusqu'à la Saint Glinglin ! Et tout en disant cela, elle accompagnait ses paroles d'un geste du bras l'invitant à cracher le morceau.
- Les enfants de Tiadriel sont à Cournon !
- Aaaaaaaaaaah mais vous auriez pu le dire plus tôt ! Donc mes neveux sont à Cournon, mais ma belle-soeur non ! Bon je pourrais écrire cela à mon frère. Y avait-il autre chose ?!
- Non non ! Mais puis-je vous aider avec toutes vos épées ?! D'ailleurs pourquoi en avez vous autant !


Secouant la tête, manquant de lui exploser de rire au nez !

- Et bien voyez-vous ! Il me faut cinq épées ! Une pour chaque main, une pour chaque pied et une pour la bouche ! Je deviens une magnifique machine de guerre ! Non je plaisante ! Je voulais me lancer dans le cirque voyez-vous ! Je comptais accrocher le Duc sur une graaaande surface en bois et le but du jeu serait de lancer des épées autour de lui, sans lui faire mal !

L'intendant la regardait bizarrement.

- Oui bon d'accord, ce n'est pas ça ! C'est pour les gardes, un héritage du padre ! Vous pouvez disposer ! Et si vous voyez ma belle-soeur à Cournon dites lui que son mari la cherche !

Elle laissa son intendant partir, respirant fortement et rangeant les épées dans un coin de la pièce avec les deux boucliers. Elle s'installa ensuite à son bureau réfléchissant à haute voix.

- Bien, Georges, Aliénor et Patience sont à Cournon... Donc Tiadriel n'a pas été enlevé, de une parce que le kidnappeur ne lui aurait pas laisser la possibilité de se rendre à Cournon, enfin sauf si c'était avant... Compliquer... De deux, elle avait surement besoin d'air, d'où son manque d'informations à son époux... Mouais, mais crotte c'est son époux ! Bon certes, y a eu des hauts et des bas mais quand même !

Elle tapa avec son poing sur le bureau, hurlant de douleur au passage. Comprenait pas.

- Mouais, bon cherchons dans les douanes... Alors... Arrivée... 26 mai rien, 27 mai rien... 28 mai rien... 29 mai ! Aaaaaaaah 29 mai 1457 arrivée de Tiadriel à Montbrisson ! Pas de suspect... Pas de rouge... Hum quoi que Wess est connue pour ses brigandages... Mais brigandage n'est pas Kidnappage qui ne doit pas se dire mais tant pis parce que ça rime...

Elle attrapa un parchemin et se mit à écrire à son frère. Elle utiliserait Hibouscule, pour ceux qui ne le connaisse pas, Hibouscule est un merveilleux hibou qui arrive toujours au bon endroit avec le message, il y a juste quelques catastrophes sur le chemin... Les pancartes et autres il s'en prenait souvent. Elle laissa glisser sa plume, après l'avoir saisi de la main droite.

Mon cher Rick,

j'ai deux potentielles bonnes nouvelles !
La première tes trois enfants se trouvent actuellement à Cournon d'Auvergne avec Mathilde, ils sont en sécurités ! Par contre Tiadriel ne s'y trouve pas !
Hors en feuilletant le registre des douanes j'ai vu qu'elle était arrivée à Montbrisson le 29 mai 1457 ! Mais aucun suspect n'est arrivé ce jour-là. Sauf Wess mais brigande... De là à voir en elle la potentielle ravisseuse, j'émets des doutes !
Peut-être s'est-elle rendue au couvent tout proche de Montbrisson pour s'y reposer ! Peut-être voir avec les soeurs, comme tu es diacre, tu dois connaître les adresses des couvents ! De ce fait, elle ne t'aurait pas écris, parce que coupée du monde.
Sinon, je ne l'ai pas vu, elle n'est pas passée me voir ! Peut-être est-elle allée voir Elwë*, qui doit être la dernière personne avec Althiof et moi que vous appréciez à Montbrisson...
Quelqu'un de Montbrisson l'a peut-être kidnappé, il faudrait voir la liste des villageois...

Beaucoup d'hypothèse pour le moment... Nous verrons bien !

J't'embrasse,
K.

Elle roula la missive rapidement et l'attacha au hibou, elle le laissa partir en direction de Montpensier, elle resta dans son bureau, réfléchir à d'autres hypothèses...
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une disparition inquiétante...

Message  Rick le Sam 20 Juin - 23:36

Tiadriel a écrit:[Montbrison, presque les portes...]

Peut-être que si elle avait été plus attentive, elle aurait remarqué le mouvement ou peut-être pas. Une ombre furtive qui se glissait dans la nuit, encore une. Les routes étaient peu sûres ces derniers temps. Les brigands étaient légion. Elle marchait au pas, profitant du jour qui se levait doucement, sous le chant des oiseaux. Pourtant elle savait qu'il ne fallait jamais baisser sa garde, jamais. Ça finissait toujours par la surprise. La surprise due au relâchement de l'esprit. Il était tôt ou tard. Ça dépendait du côté duquel on regardait. Tôt pour celui qui venait de se lever. Tard pour celui qui ne s'était point encore couché de la nuit.

Il était tard pour elle et son esprit commençait à sommeiller. Pourtant quand elle sentit les rênes se tendre, son esprit entra en ébullition. Il se passait quelque chose. Mais quoi ? Elle n'avait rien entendu, rien vu venir ! Alors quoi ?
Le cri poussé par cette chose la fit sursauter sur sa monture. Elle resserra d'instinct ses jambes sur les flans de l'animal. Le cheval pouvait très bien se cabrer et la mettre à terre. Il n'en fit rien mais partit au galop, effrayé. Ça continuait bien. Surtout que l'instigateur de cette peur s'accrochait toujours aux rênes en prenant bien soin de lui cacher son visage. Elle avait bien essayé de le voir, mais rien à faire. Puis les premiers mots qu'il avait prononcé percutèrent son esprit.


- "Sortir de ta cage dorée"

C'était très étrange. Ça lui paraissait tellement familier, mais... Comment pouvait-il savoir ? Elle n'en avait parlé qu'à... Mais bien sûr ! Mais était-ce seulement possible ? Elle hésitait.

- "Te permettreeeeeeeeeeeeeee de souffleeeeeeeeeeeeeeeeeer !"

La suite était aussi explicite que la première phrase. Elle en était sûre. Oui, c'était ça ! Elle savait ! Il l'avait retrouvée ! Elle se souvenait très bien de ce regard. Son regard ! Brûlant, curieux, intéressé !

- "Arrête ce chevaaaaaaaaal ou j'en fais du saucissoooooooon !"

Elle éclata franchement de rire et s'exécuta. Puis elle sauta prestement à terre, toujours secouée par les rires ce qui ne lui facilita pas trop la tâche.

Je t'ai manqué que tu ais fait tout cela pour me retrouver et me mettre la main dessus ? Il y avait des moyens beaucoup plus faciles, m'est avis pour parvenir à tes fins !
Cependant, pour saluer de tels efforts, je te ferais bien tâter de mon épée ! Tu es partant ?


Et sans vraiment attendre une réponse, elle sortit sa fidèle amie de son fourreau. Ça faisait longtemps que ça la démangeait. Elle la prit bien en main, resserrant ses doigts dessus, lentement, le narguant. Elle n'était pas contre un peu d'exercices, même si elle aurait préféré un bon repas, suivi d'un bon lit après ce voyage express. Et puis, son adversaire ne devait pas rencontrer des gauchers tous les jours. Ça pimentait encore un peu plus le jeu !
Rick a écrit:[Montpensier - Quand le temps refuse de s'écouler]

Et vas-y que je vais du comptoir à la table d'un hypothétique client, et de la table au comptoir... Et vas-y que je vais jusqu'à la fenêtre et de là, jusqu'à la porte. C'est ce que faisait le jeune homme depuis un petit moment. Exactement depuis que le dernier pigeon s'était envolé vers un des bureaux de la maréchaussée du sud du duché. Il se demandait à ce moment-là, pourquoi il n'avait pas opté pour le SMS, vous savez le Super Messager Sonic. Peut-être tout simplement parce que ce volatile très rapide et quasi instantané n'était pas disponible. Il se demandait qui avait pu l'utiliser. Et sûrement pour des futilités à tous les coups. Des personnes avares qui ne voulaient pas utilisé un parchemin entier pour envoyer un Ok ou un simple merci. Rick devait se contenter d'un simple pigeon qui avait oublié de mettre le turbot sur son dos. Quelle idée que le lac de Montbrisson ne connaisse pas cette espèce de poisson ! C'est vrai qu'avec une raie au dos (pour ne pas être mal poli), c'était plus délicat... Et avec une sole sur le dos, c'était plus musical mais pas forcément plus rapide !

Tout en faisant les cent pas, le jeune homme se demandait pourquoi il avait desserré son étreinte de sa si belle pelouse. Certes, il l'étouffait parfois, même trop souvent. Mais l'avantage des cages c'est qu'elle permettait de savoir où se trouvait le bel oiseau à tout moment. Alors pourquoi avait-il écouté ce client qui, un jour, en taverne, avait chanté


Ouvrez ouvrez la cage aux oiseaux
Regardez-les s'envoler c'est beau
Les enfants si vous voyez
Des p'tits oiseaux prisonniers
Ouvrez-leur la porte vers la liberté


Il avait trouvé cela très beau et plus ou moins inconsciemment il avait dû faire cela. Mais maintenant sa jolie colombe était partie dans le ciel, vers je ne sais où. A ce moment de ses pensées, Rick secoua la tête et s'arrêta dans sa marche tumultueuse. A force d'appeler Tia, ma douce colombe, voilà qu'il pensait à elle comme à un oiseau ! Le séjour au couvent n'avait pas été de tout repos et une mauvaise nouvelle comme celle-ci et voilà qu'il délirait. Et cette clepsydre qui refusait de faire couler son liquide. A croire que le temps s'était arrêté. Pour un peu, le jeune homme se serait précipité dehors pour voir si dans la rue, les charrettes avançaient toujours. Mais qu'est-ce qui le retenait de s'y précipiter ? Eh bien tout simplement, le jeune homme était un conteur. Et peut-être avait-il tout simplement peur de voir que l'histoire de la belle au bois dormant soit reprise ici. Imaginez que d'un coup, il s'aperçoive qu'il était tombé dans une de ses histoires pour enfants qu'il racontait pour les trois anges qui faisaient leur bonheur. Non c'était tout simplement un cauchemar qu'il faisait tout éveillé. Et cet oiseau qui frappait à la vitre, cela devait être aussi une illusion... Pourquoi ne s'arrêtait-il donc pas ? Le pire c'est qu'il ressemblait à Hibouscule, l'oiseau maladroit de Kory. Tiens en parlant d'oiseau maladroit, quand il verrait sa sœur, il faudrait qu'il lui propose de l'offrir à Gaston Lagaffe. C'est un volatile qui irait bien avec le montpensiérois. Mais si le bruit sur la vitre ne s'arrêtait pas, c'est que le jeune homme ne rêvait pas. Tia était donc bien aux abonnés absents.

Rick était maintenant assis sur sa chaise à se poser tellement de questions. Il se torturait tellement l'esprit qu'il n'avait pas encore eu l'idée d'ouvrir au messager ailé. Ce n'est qu'un énième coup sur la vitre qui le décida à ouvrir. De quoi avait-il donc peur ? Que cela ne soit une demande de rançon ou une mauvaise nouvelle ? Mais bouges-toi donc Rick, c'est ta sœur qui t'écris ! Ne reconnais-tu donc pas son volatile ?

Le jeune homme ouvrit la missive et reconnut l'écriture si particulière de sa sœur.


Mon cher Rick,

j'ai deux potentielles bonnes nouvelles !


Rick haussa le sourcil en faisant lecture de la lettre. Ca voulait dire quoi deux potentielles bonnes nouvelles ? Avaient-elles un potentiel d'être bonne ou alors étaient-elles peut-être bonne ou pas ? C'était une formulation hasardeuse. Heureusement que sa sœur n'était pas dans le coin, car il la voyait bien tourner autour du pot en hésitant à lui dire les nouvelles. Mais d'ailleurs, avait-il besoin de sa sœur pour faire durer le suspens ? Que nenni ! Il avait la réponse à ses interrogations et il n'était pas fichu de lire la missive d'une traite. Retour au parchemin et découverte des nouvelles à proprement parlées.

La première tes trois enfants se trouvent actuellement à Cournon d'Auvergne avec Mathilde, ils sont en sécurités

A ces mots, Rick se retint de justesse de ne pas sauter de joie. Georges et les jumelles allaient bien ! Si Tia avait pris le temps de les laisser à Cournon, c'est qu'elle allait bien. Cela ne pouvait en être autrement. Mais pourquoi les avaient-elles laissés d'ailleurs ? Il était assez étonnant que la jeune mère se sépare de son plein gré des trois têtes brunes et rousses qui formaient leur famille. Le jeune homme passa sa main sous sa coiffe et se gratta la tête.

Merci Aristote pour Georges, Aliénor et Patience ! Merci de veiller sur eux et de leur apporter santé et joie de vivre ! Protège aussi mon adorable épouse, où qu'elle se trouve ! J'espère qu'elle va bien...

Il continua la lecture du parchemin

Par contre Tiadriel ne s'y trouve pas !
Hors en feuilletant le registre des douanes j'ai vu qu'elle était arrivée à Montbrisson le 29 mai 1457 ! Mais aucun suspect n'est arrivé ce jour-là. Sauf Wess mais brigande... De là à voir en elle la potentielle ravisseuse, j'émets des doutes !


Hum Tiadriel se trouvait à Montbrisson. Ou du moins elle y était passée voilà quelques jours. Il avait maintenant une date de départ ou plutôt de passage. Donc le 28, elle devait se trouvait à Thiers et elle était partie de Montpensier le 27. A cette pensée, Rick haussa les sourcils. Elle avait quitté le village, le jour même de son départ pour le monastère ? Et elle ne lui en avait pas parlé ? Vraiment étrange tout cela... Préparait-elle une surprise pour leur deuxième anniversaire de mariage ? En tout cas, selon Kory, elle n'avait pas fait de mauvaises rencontres ! Rick se mit à réfléchir. Qui à Montbrisson pouvait vouloir du tort à la jeune femme ? A Tia, peut-être un éventuel brigand qu'elle aurait permis d'arrêter, mais le jeune homme émettait autant de doutes que sa sœur le faisait pour le cas de Wess. Lui s'était bien pris la tête avec un ou deux montbrissonnais mais selon sa sœur, ils avaient quasiment disparus du village. Ils étaient devenus ermites depuis plusieurs mois. Une nouvelle porte se fermait sur la disparition de sa femme.

A l'instar des enquêteurs qu'ils recrutaient pour sa nouvelle animation à Montpensier, le jeune homme tenta de trouver de nouvelles pistes.


Bon essayons de voir qui Tia aurait pu avoir envie de voir ! Soit, elle a voulu rendre visite à Elwë pour lui parler du baptême de Georges, mais dans ce cas-là, elle aurait amené notre fils avec elle. Ah oui mais c'était délicat d'amener que le petit ange et pas ses sœurs ! Peut-être n'a-t-elle pas voulu faire de favoritisme entre les trois ? Bon écrivons lui au cas où...

Rick prit un parchemin et une plume et commença sa lettre pour son amie Elwë*.

Ma chère Elwiiiiii,

J'espère que ce pigeon te trouvera en pleine forme. Cela fait une éternité que je n'ai pas pris le temps de t'écrire par manque de temps sûrement. Ma missive va donc peut-être te paraître étonnante mais j'ai une question à te poser.
Je sais de source sûre que Tia était récemment à Montbrisson ! J'aimerais savoir si tu l'as vu ou croisé ! Peut-être t'a-t'elle écrit ? J'aimerais te donner les raisons de mon inquiétude mais ce serait tellement long à t'expliquer que je le ferais à mon arrivée en ville... J'attends avec impatience ton pigeon...

Amitiés,

Rick

Et un nouveau pigeon qui s'envole. A ce rythme là, Aigue allait s'apercevoir que la moitié de la volière de la mairie de Montpensier était absente.

Bon si ce n'est pas Kory, ni Elwë qu'elle a été voir. Qui cela peut-il bien être ? Galswinthe peut-être. Mais à part son statut de médecin, les deux femmes se connaissaient-elles vraiment ? Rick fit tomber sa plume sur le parchemin, faisant une jolie auréole dessus. Se pourrait-il que son épouse soit malade et qu'elle ait besoin d'un conseil d'une consœur ? Mais dans ce cas-là pourquoi ne pas avoir été voir Aigue ? Avait-elle peur de la déranger dans son travail ? Ou alors leur amie n'avait pas la connaissance médicale requise ? Pourtant Rick était persuadé que la bourgmestre médecin était diplômée dans tous les domaines médicaux. Alors pourquoi Gals ? Se pourrait-il que Tia attende encore un heureux événement ? Rick secoua la tête. Non c'était beaucoup trop tôt pour cela. Les jumelles n'avaient que six mois et Georges 18. Beaucoup trop tôt pour avoir un nouvel héritier. Néanmoins, en enquêteur consciencieux, le jeune homme décida de lui écrire au cas où...

Ma chère Gals,

Il est très rare que je t'écrive mais aujourd'hui est un jour spécial et à jour spécial, demande spéciale. Il peut te paraître bizarre de recevoir une missive de ma part. Mais, en tant que Montbrissonnaise tu as peut-être un renseignement dont j'aurais besoin. Tia, mon épouse est passée dans le village, il y a quelques jours. J'aimerais savoir si tu l'as aperçue ou si elle est venue te consulter. Je suis sans nouvelles d'elle depuis mon retour du monastère.

J'ai hâte de lire ta réponse.

Amitiés,

Rick

Et voilà un nouveau volatile de la mairie qui s'envole en direction de Montbrisson. Puisque Tia était passée dans ce village, Rick devait se dépêcher de faire son sac et de prendre un cheval pour tenter de la retrouver.

_________________
avatar
Rick
Admin

Nombre de messages : 391
Age : 40
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une disparition inquiétante...

Message  Rick le Sam 20 Juin - 23:37

--Lombre a écrit:

[Montbrisson, 29 mai 1457]

L'ombre trainée par un cheval, ce n'était pas la façon la plus discrete de voyager. En temps normal une ombre est plutôt discrète.
Le cheval avait ralenti la cadence pour finalement s'arrêter, lâchant les rênes.
Se retrouvant le regard au niveau des pieds, très jolies chevilles, l'ombre ne se souvenait pas qu'elles étaient aussi jolies. De découverte en découverte.
Elle se redressa, un ravisseur évite de manger la poussière trop rapidement.
Toute poussiéreuse, mais la capuche toujours bien en place, son adversaire d'un soir semblait vouloir jouer. Alors qu'elle regardait sans regarder, l'ombre manqua d'éclater d'un franc rire.


Je t'ai manqué que tu ais fait tout cela pour me retrouver et me mettre la main dessus ? Il y avait des moyens beaucoup plus faciles, m'est avis pour parvenir à tes fins !
Cependant, pour saluer de tels efforts, je te ferais bien tâter de mon épée ! Tu es partant ?


- "Tu m'as manqué ! Comme chaque jour où tu te trouves loin de moi ! Je ferai tout pour poser la main sur toi et te sauver de cette ignoble cage dans laquelle ton époux t'enferme chaque jour !
La facilité ne m'intéresse pas ! Ne m'amuse pas ! Quelle gloire en aurai-je à tirer ? Aucune ! Et au moins je t'ai redonné le sourire !
T'aurais vu ta tronche en arrivant franchement tu serais partie en courant !
Si tu veux tâter de mon épée, j'espère que tes réflexes sont toujours bons.
L'ancien temps commence à remonter !
Partant !"


Tirant son épée de son fourreau, la prenant dans la main gauche, ainsi un duel de gaucher.
Une nouvelle envie de rire alors que l'ombre commençait à tourner autour de Tiadriel.


- "Ne crois-tu pas que nous devrions rameuter le badaud. Imagine, un duel de gauchers ! Je te surprends ? Tu m'avais connu droitier et me voilà gaucher !
La vie est surprenante parfois !
C'est fou ce qu'un accident peut vous révéler !
Rare sont les gens à savoir écrire des deux mains !"


Pointant son épée en direction de Tiadriel, tapant une première fois contre la lame.
Elle pare bien, ses réflexes semblent toujours être là.


- "Un accord !
Si je gagne, je t'offre ta liberté !
Si je perds..."


Un nouveau mouvement, ne cherchant pas spécialement à savoir ce qu'elle perdrait, l'ombre ne se débrouillait pas trop mal.
Elle avait un avantage sur l'adversaire, passer de la main gauche à la main droite dès qu'une fatiguait lui était possible.
Un ancien amant ? Un ami d'enfance ? Une ancienne connaissance ?
Qui était l'ombre.
Parant un dernier coup.


- "Si je perds, je dévoile mon visage en pleine rue."

L'ombre fixait Tiadriel, ses yeux plutôt bruns foncés avec la nuit, luisaient légèrement, surprenante rencontre au levé du jour.
Aiguemarine a écrit: [ Mairie de Montpensier ]

Depuis quelques jours, c'était la frénésie au niveau des missives.
A croire que tous les Montpensiérois s'étaient donnés le mot pour lui faire vivre ses 15 derniers jours à la mairie tel un cauchemar.
Des missives concernant le cadastre.
Des missives à n'en plus finir... "Dame, je m'adresse à vous concernant ma demande faite au cadastre ?!"

Et Aiguemarine de répondre toujours la même chose.
"Pour le cadastre, veuillez contacter Dame Tiadriel...C'est elle qui le gère".

Mais au fil des jours, force était de constater que les réponses étaient invariablement les mêmes. "Déjà fait Dame Bourgmestre, mais pas de nouvelles de Dame Tiadriel".

Côté Maréchaussée, c'était pas la panacée non plus.
Les effectifs étaient...clairsemés.
Arrès l'avait prévenue de sa démission.
Hermanicus, quant à lui, était cloué dans son lit pour une période indéterminée. Un tour de rein qu'il avait dit...
Il ne restait, normalement, que Tiadriel pour assurer des gardes.

Sauf que... En prenant renseignements, Aiguemarine s'aperçut que Tia manquait à l'appel.
C'était vraiment bizarre là. D'autant plus que Rick était au village. Enfin, entre 2 visites à l'abbaye. Serais ce Nic qui lui aurait vanté les boissons du monastère ?!
S'étaient'ils disputés et avait'elle décidée d'aller prendre un peu l'air ?!
Son amie aurait tout de même prévenue.

Aiguemarine se décida donc à aller traîner ses chausses au bureau du cadastre.
Et ne fût pas déçue du voyage.
Le bureau semblait abandonné. La poussière et les parchemins s'accumulaient.
Elle fit le tri et s'acquitta des demandes en retard en pestant intérieurement contre Tiadriel.

Dès qu'Aiguemarine lui aurait remis la main dessus (enfin, façon de parler), Tiadriel serait bonne pour la corvée des latrines en remplacement de Kenrui. Nanméo...

De retour à son bureau, Aiguemarine entendit du bruit émanant de la salle du Conseil Municipal.
Poussant violemment la porte, elle y découvrit un Rick affairé à lui vider sa volière.
Elle s'approcha de son ami.


Bonjour Rick ! tu tombes bien, je dois dire...
C'était bien ton séjour chez les moines ?! Oui, tant mieux. Parce que moi, je vis un "enfer" à cause de ta charmanteeeeeeeee épouse.
D'ailleurs, saurais tu où elle se trouve ?! j'ai à lui parler "du pays" !!
C'est un bazar sans nom au cadastre !
puis regardant sa volière...

Ahem... t'as parié avec Kenrui que tu viderais ma volière avant lui ou ?!
Tiadriel a écrit:[color=indigo][Montbrison, 29 mai 1457, qui gagnera ?]

- "Tu m'as manqué ! Comme chaque jour où tu te trouves loin de moi ! Je ferai tout pour poser la main sur toi et te sauver de cette ignoble cage dans laquelle ton époux t'enferme chaque jour !
La facilité ne m'intéresse pas ! Ne m'amuse pas ! Quelle gloire en aurai-je à tirer ? Aucune ! Et au moins je t'ai redonné le sourire !
T'aurais vu ta tronche en arrivant franchement tu serais partie en courant !
Si tu veux tâter de mon épée, j'espère que tes réflexes sont toujours bons.
L'ancien temps commence à remonter !
Partant !"


Elle souriait toujours, l'oeil brillant d'excitation sous la poussée d'adrénaline qui s'était déversée dans ses veines à l'idée de croiser le fer.
La sauver ? Hum... Ne s'était-elle pas sauvée toute seule ? Dans tous les sens du terme en fait. Elle n'avait pas fait les choses à moitié. Elle avait confié ses enfants à Mathilde, ils étaient en sécurité. Elle avait pris la poudre d'escampette. Intérieurement, elle espérait que Rick serait inquiet. C'était puéril et très immature comme manière d'agir, mais elle trouverait bien le moyen de demander pardon au Très-Haut pour une telle chose.

Oui, pour lui avoir redonné le sourire, il avait plus que réussi et ça lui avait fait le plus grand bien. Elle avait renoncé à chercher à savoir comment il s'y était pris pour la retrouver. Elle s'en fichait, du moment qu'il acceptait de jouer un peu avec elle et de perdre un morceau... Comme une oreille, par exemple. Ça lui ferait un trophée de guerre ! L'enjeu en valait bien la chandelle.
Elle l'écoutait toujours et se tint sur ses gardes quand il sortit à son tour son épée. Elle fut surprise de le voir la tenir de sa main gauche, mais n'en montra rien. Elle le pensait droitier. Comme quoi, il était toujours délicat de connaître complètement une personne !
Il commença à tourner autour d'elle et elle suivit le mouvement, afin de ne jamais lui présenter son dos. Elle le gardait bien à l'oeil, concentrée sur chacun de ses gestes.


- "Ne crois-tu pas que nous devrions rameuter le badaud. Imagine, un duel de gauchers ! Je te surprends ? Tu m'avais connu droitier et me voilà gaucher !
La vie est surprenante parfois !
C'est fou ce qu'un accident peut vous révéler !
Rare sont les gens à savoir écrire des deux mains !"


Hum... Rameuter le badaud ? Je ne veux pas d'un gêneur pour te mettre en pièce. Il risquerait de s'interposer et de se prendre un mauvais coup en voulant te sauver !
Oui, je l'avoue, j'ai été un peu surprise, mais ça ne change absolument rien que tu sois gaucher ou droitier, peu m'importe. La poussière, tu mangeras quand même !


Des réflexes ? Elle en avait toujours. Elle ne s'entraînait pas pour rien. Il fallait au moins ça pour rester efficace en cas d'attaque de la mairie, même si la plupart du temps, c'était l'acte d'amateurs et d'ignorants.

Il passa à l'attaque. Toujours vigilante, elle para sans mal le premier coup, tous ses muscles tendus, prêts à réagir.


- "Un accord !
Si je gagne, je t'offre ta liberté !
Si je perds..."


Un accord ?
Tu dis vouloir m'offrir la liberté... Parce que tu penses me l'avoir prise ? Ou alors tu envisages de tuer mon époux peut-être ? Sur que ça me libèrerait, mais ça priverait mes enfants de leur père. Et je ne le souhaite pas !


Elle ne savait vraiment pas comment il comptait s'y prendre. Mais... Tout à coup son esprit fit "Tilt". Il y gagnait quoi ? Rien du tout... Ça sentait le piège à plein nez ce deal...

- "Si je perds, je dévoile mon visage en pleine rue."

De plus en plus étrange...

Mais dis-moi ? Qu'y gagnes-tu ? A moins que je ne sois complètement stupide, je gagne sur toute la ligne. Que tu mordes la poussière ou pas !

Elle para encore, cherchant le moment propice pour lancer une attaque. Après tout ne dit-on pas que la meilleure défense est encore l'attaque ?

_________________
avatar
Rick
Admin

Nombre de messages : 391
Age : 40
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une disparition inquiétante...

Message  Rick le Sam 20 Juin - 23:39

--Lombre a écrit:

[Montbrisson, 29 mai 1457]

Elle semblait vouloir jouer, l'ombre aussi était joueuse, surtout avec les personnes qu'elle appréciait.
L'ombre la fixait, elle avait bien vu cette luisance en son oeil, cette volonté d'en venir aux armes.


Hum... Rameuter le badaud ? Je ne veux pas d'un gêneur pour te mettre en pièce. Il risquerait de s'interposer et de se prendre un mauvais coup en voulant te sauver !
Oui, je l'avoue, j'ai été un peu surprise, mais ça ne change absolument rien que tu sois gaucher ou droitier, peu m'importe. La poussière, tu mangeras quand même !


- "Me mettre en pièce ?! Que nenni ! Oublies tu que moi ! Moi j'ai été bouter le breton ! Alors ce n'est pas un avorton de ton espèce qui pourra quoi que ce soit contre moi !
Mais cela serait dommage que la pointe de mon épée, abîme un visage si doux... Et pourtant si fatigué...
Sache que de droitier à gaucher je peux passer et que cela peut être un véritable atout.
Tu n'as aucun intérêt à me faire manger la poussière... Pas avec ce que j'ai à t'offrir."


Pointant son épée devant elle, l'ombre regardait la jeune femme.
Muscles tendus, elle avait paré avec efficacité, mais il lui en fallait plus !
Beaucoup plus ! Soif de revanche ! La soif de duel ! Trop peu en ces temps-là ! Amusant ! Qui réveilleraient-ils ?!
L'ombre connaissait Montbrisson ! Des grandes gueules, mais dès qu'il fallait ! Chacun chez soi !


Un accord ?
Tu dis vouloir m'offrir la liberté... Parce que tu penses me l'avoir prise ? Ou alors tu envisages de tuer mon époux peut-être ? Sur que ça me libèrerait, mais ça priverait mes enfants de leur père. Et je ne le souhaite pas
!

- "Un accord oui ! J'ai dit ! Ainsi soit-il !
Moi ?! Je ne t'ai rien pris ! Si ce n'est un peu de ton temps ! Rien de plus !
Tuer ton époux ? Nan la tâche est bien trop facile !
Ton époux n'est qu'un couard ! Il n'a peur que d'une seule chose ! Te perdre !
A ton avis, pourquoi te couve-t-il autant ?
Il a déjà perdu beaucoup ! Crois-tu qu'il se risquerait à en perdre d'avantage ?
Y as-tu déjà pensé ?
Mais je pense qu'il est de ces hommes qui lorsque l'on les pousse jusque dans leurs peurs les profondes peuvent se révéler comme un véritable adversaire.
Priver des enfants de leur père JAMAIS !"


Son hurlement avait du se faire entendre, sur ce coup-là, l'ombre avait marqué une faiblesse, allez savoir pourquoi.
Perdant son sang froid, se reculant, rangeant son épée sur le côté.
Se découvrant, permettant à son adversaire de lui asséner le coup fatal et final.
Le soleil levant se reflétant sur la pierre qui ornait son épée.


Mais dis-moi ? Qu'y gagnes-tu ? A moins que je ne sois complètement stupide, je gagne sur toute la ligne. Que tu mordes la poussière ou pas !

Relevant sa cape et remettant sa capuche en place, l'ombre fixait Tiadriel.

- "Il ne s'agit pas de moi aujourd'hui.
Je n'ai rien à gagner, mais est-ce que je veux gagner quelque chose ?
Non !
Exact, tu gagnes partout et tu es loin d'être stupide !
A toi de voir ! Avec ta liberté je t'offre un toit, à manger, à boire !
Un moment de paix rien qu'à toi !
Enfin tu devras me supporter... La nuit...
Quelque chose à redire ?
J'aurai pu dire que je te ramenai à ton époux si je perdais !
Mais... Non, je crois qu'une bonne leçon tu veux lui donner surtout !
Par contre si tu y tiens, je peux éventuellement le rajouter.
A toi de choisir !"


L'ombre regardait Tiadriel, tapant une fois de plus avec son épée contre la sienne, profitant d'un instant avec elle, bien trop rare, ces derniers jours, semaines, mois, années.
Elle cherchait le moment propice pour l'attaquer mais l'ombre était coriace et tout ce qu'elle faisait n'était pas contre Tiadriel, mais pour Tiadriel.
Kenrui a écrit:[Montpensier, un matin]

Mais qu'est ce qui passe, Kenrui ce matin la était tout affoler, il avait entendu des choses qu'il l'avait mit dans une rage montreuse, qui avait osé, si je le retrouve je lui colle ma hache entre les yeux. Non mais. De qu'elle doit on pouvait briser un couple, ainsi, par la force. Les gens ne pense donc qu'a leur petite personne. Les enfants. Comment vont les enfant?!?

Kenrui était très énervait il venait d'apprendre que Tiadriel avait disparu. Il n'imaginait même pas l'état de son frère. Ken pendant quelques secondes, avait essayer d'imaginer sa réaction si cela avait été Cham qui avait disparu, mais cela le mit encore plus en colère. Il se demandait comment Rick pouvait aller, surement pas très bien...

Ken décida de lui envoyer un pigeon pour lui proposer ces services.Si il avait besoin d'aide, de plus avec son accord ou pas, il n'allait pas laisser son frère dans se pétrin sans rien faire, il allait contacter tous ses amis pour savoir se qu'il en était... Peut être que Riourik est au courant que quelque chose....


Cher Rick,

j'ai appris la nouvelle pour Tiadriel, je suis vraiment et sincèrement désolé. Je vais contacter un ami a moi qui est de confiance et il cherchera de son coté. Si je peux faire quelques choses n'hésites pas a me le demander.

Amicalement
Ton petit frère.
Rick a écrit:[Montpensier]

Rick faisait toujours les cent pas en cherchant toutes les hypothèses possibles et inimaginables. Qu'avait-il pu se passer dans la tête de Tia, pour que du jour au lendemain, le jour de leur anniversaire de mariage qui plus est, elle se décide à partir sans prévenir. Ce n'était vraiment pas dans son attitude. Et soudain, le jeune homme s'arrêta de tourner en rond. Se pouvait-il que... Il n'osait même pas continuer sa phrase. Un regard implorant en direction d'Aristote. Est-ce que le Très-Haut pouvait l'aider en ce moment ? Le diacre n'en était vraiment pas sûr. Que pouvait-IL faire ? Rick venait enfin de réaliser que c'était lui qui était en cause. La jeune femme avait choisi cette date précise pour lui faire passer un message. Cela ne pouvait pas en être autrement. Il fallait absolument qu'il se remette en question. Il était en train de faire sombrer à lui tout seul leur couple. Il ne doutait pas un seul instant que son épouse ait encore des sentiments pour lui. Mais parfois l'amour n'est pas suffisant. Alors que devait-il faire ? Déjà, il devait travailler sur lui-même et tenter de faire renaître en lui, la flamme qui avait sû attirer le regard de Tia. Il devait aussi se faire pardonner. Mais avant de présenter ses excuses, il fallait absolument la retrouver. Deux solutions se proposaient à lui. Soit, il filait en direction de Cournon et de là, il attendait sagement auprès de ses enfants, le retour de son épouse. Soit, il filait en direction de Montbrisson, et avec l'aide de Kory, il chercherait les étapes suivantes de Tia.

Montbrisson ou Cournon ? Cournon ou Montbrisson ? Les enfants ou Tia ? Son épouse ou ses petits anges ? Le choix était pénible à faire mais quelque chose dans sa tête semblait lui dire


C'est auprès de ton épouse que tu dois te faire pardonner ? Pars à sa recherche ?

Cette voix intérieure avait sûrement raison. Une fois encore, Aristote semblait lui donner le chemin à suivre. Car, le jeune homme ne doutait pas à cet instant que le Très-Haut, qui avait toujours su guider leurs pas, depuis leur rencontre, était en train de l'aider. Ce serait donc à Montbrisson que Rick irait. Mais avant cela, il devait écrire à sa soeur pour qu'elle commence à enquêter sur cela. Il prit donc un nouveau pigeon de la voilière municipale et lui colla le parchemin qu'il venait d'écrire.

Merci ma ch'tite soeur, de ses nouvelles assez encourageantes. J'ai vraiment peur d'être la cause du départ de mon épouse, mais je vais venir jusqu'à Montbrisson pour tenter de la retrouver. Peux-tu commencer à faire des recherches dans ce sens ? Voir si elle n'a pas été vu dans des lieux publics ou si elle a déjà repris la route et dans ce cas, dans quelle direction. Je vais récupérer un cheval et faire les 40 lieues d'un coup. J'arriverais donc dans la nuit.
Serait-il aussi trop te demander que d'écrire à Cournon pour bien veiller à ce que les enfants ne partent pas avant que j'aille les récupérer ?

A très vite

Rick

Le jeune père de famille avait un peu peur que Tia vienne récupèrer les enfants et parte sans lui laisser les revoir. C'est donc vraiment très angoissé que le jeune homme entendu la porte s'ouvrir. Un élan secret de son coeur avait envie de croire au miracle et à l'arrivée de Tia. C'est donc, naturellement déçu qu'il vit apparaître son amie la bourgmestre.

Bonjour Rick ! tu tombes bien, je dois dire...
C'était bien ton séjour chez les moines ?! Oui, tant mieux. Parce que moi, je vis un "enfer" à cause de ta charmanteeeeeeeee épouse.
D'ailleurs, saurais tu où elle se trouve ?! j'ai à lui parler "du pays" !!
C'est un bazar sans nom au cadastre !


Rick fronça les sourcils. Il avait tout juste eu le temps d'ouvrir la bouche pour parler de son séjour et de la disparition de Tia. Le cadastre était poussiéreux, normal après tout, vu que son épouse avait disparu. Et avant qu'il ne puisse annoncer la mauvaise nouvelle, Aigue continua sur sa lancée


Ahem... t'as parié avec Kenrui que tu viderais ma volière avant lui ou ?!

Aigue venait de s'asseoir sur un fauteuil. Rick se mit donc à retourner sur ses pas, cherchant comment lui annoncer. Puis, il se planta devant elle et lui dit, la voix tremblottante

Tia... Tia est partie... sans les.... sans les enfants et sans prévenir. Je ne sais pas ce qui s'est passée. J'ai peur qu'elle ne... qu'elle ne soit enlevée ou qui lui soit arrivée un malheur. Mais es-tu sûre qu'elle n'ait rien indiquée au cadastre, sur son voyage.

Rick se disait que si son épouse avait pu prévenir le cadastre ou même la maréchaussée, c'est qu'elle était partie de son plein gré. Etait-ce plus rassurant ? Non certainement pas. Car dans ce cas, cela signifierait qu'elle était partie à cause de lui, comme il avait peur de le supposer.

Pour ta volière, ce n'est pas un pari avec Kenrui, quoi que cela m'aurait plus amusé à dire vrai. Mais plutôt un moyen de chercher rapidement trace de son passage. D'ailleurs, il faut que la mairie me prête un cheval très rapidement pour que j'aille à Montbrisson. Le seul que nous ayions a disparu en même temps que la cariole, les enfants et mon épouse.

Et alors que Rick attendait une réponse de son amie, un pigeon vint se poser dans la volière. Le jeune homme se précipita en direction du volatile et c'est d'une main fébrile qu'il arracha le mot. Il espérait une réponse soit de Gals, soit d'Elwë ou de quiconque aurait pu croiser son chemin. Etait-il déçu de reconnaître l'écriture de son frère. Un peu à dire vrai mais c'est le coeur rempli de chaleur de voir que Kenrui lui proposait ses services. Il prit donc un parchemin et répondit au jeune homme.

P'tit frère, merci de tes services que j'accepte avec plaisir. Je pars à Montbrisson, pour tenter de la retrouver avec l'aide de Kory. Si le coeur te dit de nous rejoindre. On ne sera pas de reste de trois pour fouiller la ville, à sa recherche. Je t'attends à la mairie durant une heure et après avec ou sans toi, je quitte Montpensier.

Embrasses Cham pour moi.

Rick

Le compte à rebours avait commencé. Et si... toujours ce doute persistant dans la tête du jeune homme. Comment allait réagir Aigue ? Kenrui le suivrait-il ? Ses amis et ses connaissances prendraient-ils le temps de lui écrire après avoir fait des recherches ? Que de questions le taraudaient en ce moment...

_________________
avatar
Rick
Admin

Nombre de messages : 391
Age : 40
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une disparition inquiétante...

Message  Rick le Sam 20 Juin - 23:41

Aiguemarine a écrit: [ Mairie de Montpensier ]

Affalée sur son fauteuil, Aiguemarine observait Rick.
Il tournait, il virait, faisant les 100 pas.
Quelque chose dans son attitude clochait.
Sa mine était grave.

Il se planta juste devant elle.
Enfin... Peut-être allait'elle avoir quelques explications ?!
Sauf que la voix tremblotante et chevrotante de Rick n'augurait rien de bon.


Tia... Tia est partie... sans les.... sans les enfants et sans prévenir. Je ne sais pas ce qui s'est passée. J'ai peur qu'elle ne... qu'elle ne soit enlevée ou qui lui soit arrivée un malheur. Mais es-tu sûre qu'elle n'ait rien indiquée au cadastre, sur son voyage.

Pour ta volière, ce n'est pas un pari avec Kenrui, quoi que cela m'aurait plus amusé à dire vrai. Mais plutôt un moyen de chercher rapidement trace de son passage. D'ailleurs, il faut que la mairie me prête un cheval très rapidement pour que j'aille à Montbrisson. Le seul que nous ayions a disparu en même temps que la cariole, les enfants et mon épouse.

"hé hé...sûrement une blague encore" "Mais celle-ci est vraiment de mauvais goût !"pensa t'elle...
Tiadriel partie... et de surcroît sans ses enfants. C'était tout bonnement impossible. Il y avait forcément une explication à tout cela.
Sauf que... Rick ne semblait pas plaisanter.
Que s'était'il passé ?!
Certes, Tia se "plaignait" quelquefois que Rick la surprotégeait trop.
Mais de là à partir, sans prévenir...

Aiguemarine ferma les yeux quelques instants, histoire de récapituler et de remettre un peu d'ordre dans ses idées.
Nulle envie d'accabler son ami qui lui faisait face.
Au contraire, elle se devait de l'aider de son mieux.

Elle se leva et posa une main sur l'épaule de Rick.
Que lui dire ?!
Aiguemarine n'osait imaginer sa réaction si Nic venait à disparaître sans aucune explication.
D'une voix qui se voulait rassurante...


Tia ne doit pas être bien loin... Surtout si elle est partie sans vos enfants.
Mais où donc sont les enfants ?!
Pour le cadastre, j'avoue avoir traitée les demandes urgentes, vu que j'ai reçue nombreuses missives de relance des villageois.
Tu veux que j'y retourne ?!


Aiguemarine marqua une pause.
Un pigeon venait d'arriver.
Elle laissa Rick en prendre connaissance, y répondre, ne voulant pas le déranger.


Un cheval ?!

A part ceux qui emmenaient les céréales à Clermont et qui ressemblaient plus à des chevaux de trait.
Avec ça comme monture, il risquait de ne pas vite avancer.
Aiguemarine secoua la tête, chercha sa besace, la retourna, la vida et en fit tomber une clé.
La clé de chez elle.

Se rapprochant de Rick qui semblait avoir achevé sa missive, lui tend le "sésame".


Voilà la clé de chez moi. Vu que je suis bloquée ici, prends ma monture, Altaïr.
Tu iras plus vite qu'avec un cheval de trait de la mairie.


Ajoutant plus doucement... Si tu vois autre chose que je puisse faire...
Korydwen a écrit:Montbrison, bureau de la maréchaussée.

La missive pour Rick était partie, Childebert aussi était parti, il n'y avait donc plus qu'elle et la tonne d'épées rangées dans un endroit prévu à cet effet. Elle ne savait donc pas spécialement ce qu'elle devait faire et elle n'était pas plus inquiète que ça pour Tiadriel, connaissant sa belle-soeur et surtout les discussions qu'elles avaient pu avoir, des discussions de femme à femme des confidences.

S'enfonçant bien dans son siège, relevant ses jambes et croisant ses pieds sur le bureau, les mains sur les accoudoirs de la chaise, elle réfléchissait, peut-être y avait il un sens caché à cette discussion. Se souvenant bien que Rick la surprotégeait et qu'elle avait besoin d'air... Ce besoin d'air s'expliquerait par un voyage à Montbrisson ?! Oh cela était fort possible, après tout n'avait-elle pas...

Demandé à faire des gardes à Montbrison !!

La fin de sa réflexion était sortie toute seule à haute voix et voulant se relever et bien elle avait fini par terre, en même temps vu comme elle était installée... Elle hurla après la chaise qui bien entendu n'y était pour rien, comme à chaque fois que l'on peut se prendre un pied dans un meuble ou autre, la première phrase qui vient à l'esprit est bien "punaise qu'est-ce qu'il fiche ici ce p*è_-à* de meuble !" Elle se releva non sans mal, parce qu'après tout, elle était un peu coincée sous la chaise qui avait basculé, cette scène aurait bien mérité des rires, d'ailleurs c'est l'état dans lequel se trouvait la baronne, complètement explosée de rire, si quelqu'un avait été là, il aurait bien certainement éclaté de rire aussi.

Il fallait donc vérifier le registre des prochaines gardes, elle remit la chaise en place cela faisait moins désordre tout de même. Elle chercha le vieux livre dans lequel était rapporté toutes les gardes, il était un peu poussièreux, la poussière venait vite, enfin surtout quand l'on tombait par terre et que l'on en soulevait un paquet. Elle ouvrit donc le gros livre, restant debout, une de ses jambes grattant l'autre parce qu'un fichu moustique avait osé la piquer, et bouton était là et cela grattait, pas perturbée pour un écu par cette attitude gratteuse elle feuilletait...


Juin... Ah voilà ! Mais elle n'est pas de garde avant une semaine !

Elle savait son frère en retraite dès le jour de leur anniversaire de mariage, ainsi Tia était partie le même jour, dans le but de profiter de l'absence de Rick pour souffler un peu, elle lui avait d'ailleurs proposé plusieurs fois de laisser ses enfants à Cournon aux bons soins des nourrices, ce qu'elle avait du faire en les envoyant à Cournon...

C'est ce moment là, à la tombée de la nuit que son hibou, merveilleux hibou avait choisi pour revenir. Bien bêtes étaient ceux qui critiquaient son hibou, il était certes maladroit comme sa maîtresse mais tout arrivait à bon port ! Quelque soit l'heure du jour et de la nuit. Certes il bousculait un peu les autres oiseaux, bien pour ça qu'après un vieux jeu de mot de la baronne entre "Il bouscule et Hibouscule" que l'animal fut baptisé comme cela.

Il venait de se fracasser contre le carreau s'assommant à moitié, il devait voir quelques petites étoiles jaunes tourner autour de son crâne, Korydwen s'approcha et fit tomber quelques gouttes d'eau sur sa tête, qu'il se remette les idées en place, un peu de graine et puis si il arrivait à chopper une petite souris cette nuit, cela serait ça son festin, mieux qu'un chat ! Ca perd pas de poils et ça a une autre utilité que de chasser les souris.

Elle détacha la missive et la parcouru, cela venait de Rick, de toute façon cela ne pouvait être que ça.


Mais ma parole ! Il ne changera jamaiiiiiiiiiis ! Ecrire à Cournon ! Comme si j'avais le droit d'obliger quelqu'un à retenir quelqu'autres !

Secouant la tête, bien embêtée par la demande de son frère, elle voyait mal Tia venir récupérer ses enfants et les gardes s'interposer entre elle et les enfants, l'obligeant à rester parce que Rick ne voulait pas que les enfants partent avant lui. Qu'il était bien difficile de se retrouver entre deux. Enfin elle commençait à avoir un petit peu l'habitude... Mais bon ce n'était pas une raison.

Elle s'approcha de la fenetre et regarda le ciel...


C'est toi qui m'puni, t'es pas d'accord avec ce que j'ai fait ?! Ce que je suis en train de faire ! Tu d'vrais plutôt aider mon frère à changer ! L'en a bien b'soin ! Tu d'vrais veiller à ce qu'il ne devienne pas un de La Serna... Des fois j'me d'mande vraiment si t'existes et qu'tu nous aides ! Parce que franchement !

Dans un dessin animé, elle aurait certainement fini grillée par un éclair ou tout autre colère de Dieu et aurait certainement dit tout le contraire de ce qu'elle venait de dire, mais là sur ce coup-là, elle commençait à douter... Comme bien souvent d'ailleurs, elle pouvait douter d'Aristote et de toute la clic aristolécienne, en voyant certains diacres, elle se demandait vraiment comme l'Eglise les choisissait, parce que bon, il y avait des cas ! Et des graves tout de même ! Et cela prêchait...

Il fallait répondre à Rick, mais répondre quoi... Et surtout comment tourné, pas facile de porter tous les jours un secret lourd...


Rick,

je crois bien, en effet que tu sois la cause de son départ...
Elle a demandé à faire des gardes à Montbrisson dès la semaine prochaine. Elle a du partir en avance, quand aux enfants à Cournon, c'est moi qui lui ai dit qu'elle pouvait les y déposer si elle en sentait le besoin...
Le besoin d'air se faisait bien plus ressentir que je ne le pensais, qu'elle ne me l'avait dit jusqu'à présent.
Je ne doute pas qu'elle aille bien, elle n'est pas en sucre ton épouse, elle sait se défendre et s'occuper d'elle, si elle avait été en danger... Je crois que j'aurai plus peur pour son adversaire que pour elle.
Elle a été à l'ordre du Saint Esprit, elle a appris à se battre, à survivre sur un champ de bataille.
Laisse de côté ce que tu es en train de devenir... Il va falloir que je te parle en face, je ne peux décemment pas le mettre dans une missive.
Dépêche toi d'arriver !
Pour tes enfants, je me vois mal obliger quelqu'un à retenir quel qu'autre.
Réfléchis un peu ! Tiadriel ne ferait jamais ça ! Ni à toi ni à ses enfants !
Elle est peut-être partie mais de là à te priver de tes enfants !
Reprends tes esprits Rick ! Ne sombre pas du côté de La Serna de la force pas pu m'en empêcher... ^^
A très vite,
K.

Elle attacha à nouveau la missive à la patte de son hibou, intelligent qu'il était il trouverait bien Rick.
Beths a écrit:[Thiers, bureau de la maréchaussée]


Dossier, surveillance, dossier, gardes, dossier, vérification, dossier, formation, dossier ... lasse, lassitude et fatigue, doucement, commençaient à s'emparer de la jeune femme.
Voila plus d'un mois désormais qu'elle était épouse, et pourtant, elle n'avait point vu le temps passer. Soit elle vieillissait doucement, et la moindre activité lui demandait plus de temps qu'elle ne pensait, soit elle avait atteint sa propre limite et n'arrivait plus à assumer toutes ses fonctions : douanière, maréchale, adjointe au prévôté, prévôt royal, épouse ... épouse comblée et ravie d'ailleurs ... un doux sourire candide marqua son visage en cet instant. Jamais, jamais, elle n'aurait imaginé, jamais, jamais elle n'aurait pensé à cette plénitude, cette union, ce plaisir, Marty lui avait fait découvrir merveilles ... Rougissante alors pensant à la nuit dernière, ou plutôt son retour des remparts, elle avait cru être épuisée, il avait su lui démontrer qu'il n'en était rien, et elle en avait été ravie.
Douces rougeurs et les yeux papillonnant rêveur, ne croyant à son bonheur, c'est d'un oui lointain qu'elle répondu alors qu'un porteur de missive se tenait devant elle.

Se mettant à tousser, et chassant immédiatement les images et idées qu'elle avait en tête, non sans réussir à chasser les rougeurs qu'elle avait aux joues. Regardant le jeune homme en face d'elle ...


Bonjour, c'est pour une plainte ?

Le garçon lui tendit en souriant une missive. La jeune épouse tira un écu de sa bourse qu'elle lui remit pour travail accomplit.

Merci jeune homme. Attend moi dehors, si jamais j'avais besoin de tes services pour faire parvenir une réponse ...

Décachetant la lettre, Beths se plongea dans sa missive, et le sourire qu'elle abordait quelques instants plus tôt se mit aussitôt à disparaitre, laissant place à une angoisse sourde.
Tia ? Disparue ? Mais c'était impossible !
Se levant immédiatement de sa chaise, sortant en trombe de son bureau sous le regard ahuri du garçon qui s'était tranquillement installé sur les marches de la maréchaussée en attendant sa réponse, Beths détala tel un lapin en direction des remparts et ... du poste de douane.

Tia ne pouvait pas avoir disparue ... non c'était impossible, elle avait du écrire une lettre qui avait du se perdre. Mais Beths était bien inquiète, et inconsciemment la jeune femme se mit à prier Aristote qu'aucun malheur ne soit arrivée à cette personne exceptionnelle qu'était Tia, à cette amie...

Entrant en trombe dans le bureau de douane, faisant sursauter ses collègues ce dont elle se moqua éperdument, adressant à peine un bonjour ou un sourire aux personnes présentes ce qui étonna fort car n'étant point dans ses habitudes, attrapant le registre de douane dont elle parcouru les pages, les lignes, une par une, son coeur battant la chamade ... Jusqu'à ce qu'elle vit le nom ... son nom.

Se tournant alors vers le garde présent


Tiadriel, je vois ici qu'elle est passée chez nous. Pourquoi ne rien avoir dit ?!

Ses prunelles vertes ourlées de gris jetaient présentement un regard mauvais à l'homme qu'elle avait en face d'elle et qui bredouillait.

Ben c'est elle qui a dit de ne déranger personne car elle ne faisait que passer, et elle transmettait son bonjour à tous, mais vous étiez si occupée ces derniers temps ...

Aussitôt Beths eut honte de s'être fâchée. Effectivement, elle n'avait été que très peu disponible ses derniers temps, et ses collègues en avaient sans doute pâtis.

Je vous prie de m'excuser donc, et vous avez parfaitement raison, je vais tâcher de faire mieux désormais.

Pauvre sourire adressé, mais sourire quand même qui reçu un écho favorable du garde qui lui répondit par un sourire expressif, agréable, si l'on excluait le chicot, et encourageant également.
La nouvelle duchesse de Billy prit alors congé de son collègue, elle avait une lettre à écrire, une lettre qui ne serait guère réconfortante pour Rick, et qui ne donnerait aucunement la solution de la disparition de Tia

Une fois dans son bureau, le garçon porteur de message sur ses talons, elle prit encrire, plume et parchemin vierge


Mon cher Rick,

Ta missive m'inquiète au plus haut point et j'ai donc effectué quelques recherches. Tia est passée à Thiers en date du 28 mai. Toutefois elle est aussitôt repartie. Et je te dirais qu'elle ... qu'elle n'a prévenue personne de son arrivée. En fait, elle a même demandé au garde une certaine discrétion car "elle ne faisait que passer". Cela serait ses dires. Et elle était seule, sans les enfants.

Rick, que se passe-t-il ? Puis-je t'aider en quoi que cela soit ?
Je ne te cacherai pas mon anxiété. Tiens moi au courant.

Amicalement,
Beths

La jeune femme remit la lettre à son porteur de message qui s'empressa de partir vers son destinataire.
En attendant Beths ne savait que faire. Si Tia avait disparu, il fallait mener une battue. Oui, mais dans quelle direction ? Montbrisson ? Montpensier ? Clermont ?
Le mieux était peut être d'attendre une réponse de Rick

_________________
avatar
Rick
Admin

Nombre de messages : 391
Age : 40
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une disparition inquiétante...

Message  Rick le Sam 20 Juin - 23:43

Amandine0287 a écrit:[Mairie de Moulins]

Journée normale dans la ville du nord est du duché… Les fruits poussent, les cueilleurs récoltent, la mairie exporte… annonces en tout genre qui sème la joie dans le village : Mariages, naissances.. le printemps en somme. Pourtant à des lieues de là un drame, un inquiétant évènement prend forme…
L’information arriva par un de ces volatiles intelligents qui, trouve toujours le destinataire sans l’avoir jamais vu, bon il faut dire que la mairie possède un pigeonnier assez voyant donc il aura une excuse celui la.
L’oiseau se pose donc sur le rebord de la fenêtre du bâtiment municipal entre autre de ses congénères venant de Gien, Sancerre… Poignée de miette de pain et un peu d’eau puis la moulinoise détache les différentes missives. Lecture qu’elle entame jusqu’à celle de Rick.
Tiadriel…
La femme du jeune homme déjà vu furtivement par la jeune femme lors de différentes cérémonies mais Rick confirma la description qu’elle avait en tête. Etait-elle à Moulins ?
Elle s’interroge sur les raisons qui pourrait l’amener à venir à Moulins.. Peut-être Legowen.. ou Cruzzi… ils sont maréchal après tout…
Arf ! mieux valait prendre directement des renseignements auprès de celui à qui s’adresse conjointement la lettre.
C’est au bureau de douanier, après avoir fait montrer la lettre que la nouvelle tombe. Pas de Tia ! Pincement de lèvres de la Mairesse. Le moment était maintenant de se dire : si elle n’est pas ici elle est sûrement à Thiers ou Montbrisson… Rick l’aura probablement trouvée à l’heure où elle prend les renseignements. Un espoir donc auquel elle s’accroche sachant combien Rick est attaché à son épouse et ses enfants.

Lourde tache qu’elle a de devoir annoncer cette nouvelle alors que le destinataire en espérait une tout autre issue. Pesant ses mots elle écrivit donc.


Cher Rick,

Je partage ton inquiétude quant à la disparition ou plutôt absence de ton épouse. J’aurai aimé pouvoir te dire qu’elle se trouve à Moulins accompagnée de tes enfants, mais je crains de devoir t’annoncer le contraire. Les douaniers ne l’ont pas vu à Moulins.

J’espère sincèrement que tu la retrouveras si ce n’est déjà fait. J’ose espérer qu’elle n’est pas loin et saine et sauve.
Cruzzi et moi sommes si tu le désires à ta disposition pour effectuer des recherches…
J’espère avoir de nouvelles rassurantes de ta part.

Amicalement


Amandine

Soupir devant la lettre après une brève relecture. Le pigeon, toujours à la fenêtre, attend. Elle lui accroche la missive préalablement roulée, et le laisse s’envoler vers Montpensier priant Aristote qu’il arrivera dans un moment de retrouvailles…
Rick a écrit:[Montpensier]

Tia ne doit pas être bien loin... Surtout si elle est partie sans vos enfants.
Mais où donc sont les enfants ?!
Pour le cadastre, j'avoue avoir traitée les demandes urgentes, vu que j'ai reçue nombreuses missives de relance des villageois.
Tu veux que j'y retourne ?!


Le jeune homme regarda son amie. Autant lui dire où il en était de ses recherches. Combien de pigeons avait-il reçu depuis quelques heures ? Sûrement autant qu'à l'époque où il était bourgmestre de la ville poissonnière. Plus qu'en temps normal en tout cas.

Les enfants ? Kory vient de m'apprendre qu'ils étaient en sécurité à Cournon. Pour ce qui est du cadastre, je ne sais quoi te dire. Pour l'instant, c'est le cadet de mes soucis. Mais je suis certain que tu sauras te débrouiller. Je suis désolé de partir ainsi en laissant les animations du village en plan, mais Tia passe et passera toujours avant le reste.

Comment ne pas repenser à ce que les deux fiancés de l'époque avaient fait, bien avant leur mariage ? Ils n'avaient pas hésité une seule seconde à faire passer la mairie de Montbrisson avant leur amour. Et pour quoi au final ? Pour rien. Mais le jeune homme, s'il avait été longtemps amer en pensant à cela, il ne l'était plus désormais. Maintenant, il savait reconnaître les priorités et son épouse et ses enfants seraient désormais les numéros un de ses pensées. Il attendait maintenant la réponse pour la monture.

Rick regarda Aigue qui semblait étonnée par sa demande de cheval. La mairie de Montpensier n'avait-elle donc pas de bel étalon ? Le jeune homme l'avait pensé pourtant. Il faut croire que la ville forestière n'était pas assez riche pour s'en offrir un magnifique. Mais quand on voyait le prix d'un tel animal, le jeune homme comprenait aisément. Pourquoi n'avait-il jamais avec Tia passé le pas de s'offrir un deuxième cheval ? Tout simplement parce que cela était hors de prix. Et même si le couple gagnait bien sa vie, ce n'était pas suffisant pour leurs bourses de gueux.

Et voilà que maintenant la maire de Montpensier vidait son sac, mais qu'au sens propre du terme. Elle avait compris la situation critique et elle ne pouvait pas en vouloir à Tia d'avoir disparue. Ou alors si elle lui en voulait, elle ne le montrait plus. Le contenu de sa besace s'étalant désormais sur la table, elle lui tendit une clé.


Voilà la clé de chez moi. Vu que je suis bloquée ici, prends ma monture, Altaïr.
Tu iras plus vite qu'avec un cheval de trait de la mairie.


Rick regarda la clé puis la jeune femme et encore la clé. Aigue agissait en véritable amie. Elle lui offrait tout simplement le droit d'utilisait Altaïr, son étalon. Le jeune homme sourit et serra son amie dans les bras.

Merci Aigue ! Merci d'être là pour nous et d'agir en amie. Je prendrais bien soin de ton cheval ! Tu as fais déjà un maximum de choses, mais je sais que je pourrais compter sur toi, si j'ai besoin...

Et alors que le jeune homme s'apprêtait à quitter Montpensier, deux pigeons arrivèrent dans la volière et comme s'il était chez lui, il décrocha les lettres, persuadé qu'elles étaient pour lui. La première venait de Moulins, d'Amandine et de Cruzzi. La seconde venait de Thiers et de Beths. Ses deux anciens baptisés lui proposaient de l'aide et lui confirmaient que Tia n'était pas passée chez eux. Il se décida à leur répondre.

Bonsoir Amandine et Cruzzi,

Merci de votre aide. Je viens de recevoir un message de Kory qui me dit l'avoir vu à Montbrisson tout récemment. Je vais donc me diriger dans cette direction, et tenter de la retrouver. Je sais que je peux compter sur vous en cas de soucis. Je n'hésiterais pas à vous appeler si cela se faisait sentir.

Amitiés,

Rick

Il s'occupa ensuite du courrier de Thiers. Il fronça les sourcils en le lisant. Son épouse avait fait dans la discrétion. D'un côté, cela ne devait pas l'étonner outre mesure car elle avait toujours été une personne discrète qui n'aimait pas beaucoup que la lumière soit sur elle. Mais elle était assez étonnée qu'elle ne soit pas passée dire un bonjour à Beths. Se pourrait-il que finalement, elle soit aux mains d'un ravisseur ? Rick hésitait vraiment. Départ à cause de lui ou rapt ? Départ volontaire ou forcé ? Il se décida néanmoins à écrire à son amie de la maréchaussée.

Chère Beths,

Merci de ta réponse qui confirme la réponse de Kory. Elle a retrouvée sa trace à Montbrisson à la date du 29 mai. Elle m'a annoncée que Georges et les jumelles étaient chez elle, à Cournon, amenés par Tia. Grâce à Aigue, je vais partir jusqu'à Montbrisson. Je ne m'arrêterais pas à Thiers pour pouvoir arriver au petit matin dans la ville de pêche. J'espère pouvoir la retrouver.

Merci de ton aide. Je te tiendrais au courant. Si jamais tu la recroises dans les jours prochains, préviens moi. Ce serait bête que je la loupe.

Amitiés,

Rick

Le jeune homme s'apprêtait vraiment à quitter Montpensier quand un nouveau pigeon arriva. Il pensait qu'il n'arriverait jamais à quitter le village. Ses amis avaient, pour la plupart, répondu de manière très rapide à son inquiétude. Il reconnut le volatile nocturne de sa soeur. Avait-elle des nouvelles ? Avait-elle retrouvé Tia ? Etait-elle avec elle ? Il décacheta la missive avec impatience.

Dès le début, il fronça les sourcils. Il était la cause du départ de Tia. Il dût s'asseoir car les mots venaient de lui couper les jambes. Et à nouveau, il fut en proie à de nombreuses hésitations. Devait-il vraiment la rejoindre ? Si elle était partie par sa faute et par son amour, accepterait-elle de le voir ? Serait-elle heureuse ? Il continua la lecture. Elle allait faire ses gardes à Montbrisson. Il se souvenait qu'elle lui en avait parlé plusieurs semaines auparavant, lorsque Kory leur avait annoncé leur départ en voyage de noces. Elle avait donc mené à bien son projet. La lecture de la lettre était dans le même ton. Sa soeur ne le ménageait pas. Elle tentait à sa façon de lui ouvrir les yeux. Ecrit noir sur blanc cela faisait mal que dans sa tête. Combien de fois s'était-il ces mots qu'il lisait aujourd'hui ? Des centaines de fois, voir des milliers peut-être. Puis elle lui demandait de se dépêcher et lui demander de réfléchir et d'arrêter d'avoir peur. Mais le pire fut sa dernière phrase.


Ne sombre pas du côté de la Serna...

Etait-il vraiment en train de tomber dans le piège du côté obscur de la force ? Etait-il en train de ressembler à son père ? Etait-ce cela qui avait poussé Aliénor, sa mère à quitter l'Espagne ? Il était en train de tout mélanger. Il mit ses mains sur ses yeux, se retenant de pleurer. Puis, les mains se dirigèrent vers son crâne chauve et un soupir d'encouragement l'incita à se lever. Il devait désormais se rendre jusque chez Aigue, afin de récupérer la jument. Il espérait ne trouver personne dans les environs, pour ne pas avoir à perdre trop de temps sur le pourquoi du comment, il se trouvait sur la jument de la bourgmestre. Un coup de chance, tout comme une chance aussi que le cheval se laisse faire sans broncher. Il ne ménagea pas la monture et c'est au petit matin, qu'il se présenta aux portes de Montbrisson. En ce début du mois de juin, la lumière sur le lac était magnifique. Et c'est un homme aux traits tirés qui arriva devant les maisons du bord du lac, sur une jument toute aussi exténuée. Il descendit avec un peu de mal de la selle, cloué dessus depuis de trop nombreuses heures. Puis, Rick alla frapper à la porte de chez Kory et Al, pestant intérieurement contre le fait qu'il allait à nouveau la réveiller. Mais tant pis, il prenait le risque car il avait hâte de partir à la recherche de son épouse.

_________________
avatar
Rick
Admin

Nombre de messages : 391
Age : 40
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une disparition inquiétante...

Message  Rick le Sam 20 Juin - 23:43

Korydwen a écrit:Montbrisson, bureau de la maréchaussée, puis chez elle.

La nuit commençait à tomber, les moustiques rappliquaient en grand nombre, parce qu’elle travaillait la fenêtre ouverte à la lumière d’une bougie, la plume grattant le vélin, elle écrivait, elle rédigeait, un dossier d’esclavagiste, un qui se fichait de leur poire, il en était à quoi ?! Sa troisième offre illégale et deuxième procès, il continuait… Elle n’était pas d’humeur, tiraillée entre deux, elle ne savait que faire, lequel des deux… C’était plus qu’un choix cornélien, un choix impossible à faire… Elle termina son dossier, emprunta un oiseau au bureau de la maréchaussée et envoya le dossier là-bas, le procureur s’en occuperait comme des milliers de dossiers qu’il traitait. Il était maintenant l’heure de rentrer, heureusement ses enfants étaient à Cournon, son époux… Certainement à la maison à l’attendre ou bien à la prévôté, a vrai dire, elle ne savait pas, elle avait bien laissé un mot le matin, il avait du le lire, c’était obligé après tout.

Elle rentra chez elle à pied, tenant dans sa main droite le bout de son épée prête à la dégainer en cas de besoin, ce qu’elle ne souhaitait pas, ce n’était pas le moment, il fallait sauver l’âme de Rick de façon à ce qu’il ne devienne pas comme leur père… Involontairement. Elle poussa la porte de chez elle, il y avait de la lumière, Althiof était là, rapide discussion avec l’époux, se confier, lui dire tout ce qu’elle avait sur elle, il monta se coucher, il travaillait beaucoup en ce moment, Korydwen ne s’en fichait pas, mais comprenait, si pour une fois dans sa vie elle comprenait et ne s’énerverait pas, c’est tout à fait possible, avec un peu de bonne volonté deux, trois promesses l’on arrive à de grandes choses.

Korydwen installa une bougie sur la table du salon, une plume, un parchemin, un encrier et surtout un livre, un livre important, le livre d’Aliénor Harispe sa mère, il fallait qu’elle comprenne… Qu’elle sache au mieux comment « réparer » son frère, il le fallait, coute que coute… Autant dire que la nuit serait longue, elle commença par le passage sur la naissance de Rick, Alejandro avait son héritier… Qu’il avait été mauvais avec le petit Rick, il l’avait fouetté… Korydwen s’imaginait la scène dans sa tête, entendant les hurlements de son frère, sa mère en avait certainement été très peinée, voilà que des traces de larme étaient visibles sur le livre, sa main glissant dessus, cherchant un contact avec cette mère, cette femme qui devait être merveilleuse, cette femme de lettre, éduquée, qui lisait, à l’imagination débordante, ce dont Korydwen avait hérité en ce qui concernait l’imagination, le reste… Poétesse à ses heures… Ca c’était Rick qui l’avait pris et Kenrui ?! Elle ne le connaissait pas assez pour savoir, le temps lui donnerait cette occasion…

Le passage sur Angelo était plutôt poignant, cet enfant mort-né que leur père ne désirait pas, un second fils pourtant visiblement. Un homme de trop, mais un deuxième héritier si jamais Rick n’avait pas survécu, Aliénor l’avait bien mal vécu… Ce qui avait expliqué sa fuite, racontée plusieurs pages plus tard, avec sa fille dans son ventre, c'est-à-dire elle, Korydwen… Première fille de la famille et fille unique aux yeux de Rick… Rick, Korydwen, Kenrui et Milosa, trois prénoms comprenant la même lettre, la lettre « K », Milosa non, comme si Aliénor avait toujours su, comme si elle avait su que sa fille abandonnerait sa famille pour un homme…

Etrangement, Korydwen trouvait des points communs entre la fuite d’Aliénor et la fuite de Tiadriel, toutes les deux cherchaient à fuir un époux, Aliénor par sécurité pour son enfant et Tiadriel par besoin de souffler un peu… Toutes les deux avaient fuit un de La Serna, le père et le fils, ne cherchez pas le Saint Esprit, il est dans une autre histoire. Elle réfléchissait… Plus elle réfléchissait et moins elle comprenait… D’ailleurs Milosa était née en Bourbonnais-Auvergne, peut-être était il envisageable dans un futur plus ou moins proche de chercher une tombe… La tombe d’Aliénor… Secouant la tête, la nuit était déjà bien avancée et la bougie aussi, elle en alluma une deuxième neuve, elle ne comptait pas s’arrêter là… Son frère, jamais elle ne le laisserait tomber aux mains des démons d’Antan que l’esprit d’Alejandro pourrisse en enfer ! Là où était sa place ! Assassiné comme un chien, il ne méritait pas mieux ! Ce sang immonde qui coulait dans leurs veines, ce sang qui plusieurs fois leur avait fait perdre leur sang froid, qui leur avait fait commettre des erreurs, qui les avait fait hurler… Comme si c’était inscrit encré au plus profond d’eux-mêmes, faire disparaître ce mal…


Sacrifice et courage pour que demeure le secret. Combien de fois s’était elle répétée cette devise, combien de fois l’avait elle répété en espagnol et combien de fois ne s’était elle pas dit que le secret était bel et bien la folie de leur père… Sur ce point là, il n’y avait pas de doute, quitte à briser une famille autant qu’il le fasse bien celui-là !

Valor y Sacrificios para que el secreto permanece.

Doux son qui sonnait en elle, le matin était déjà là, elle n’avait pas dormi, les yeux tirés, une jolie coloration bleu nuit juste sous ses yeux, deux petites poches, synonyme de nuit courte, pauvre Althiof qui allait se réveiller seul dans leur lit, il faudrait qu’elle lui explique, elle le ferait, bien entendu. Plusieurs coups à la porte, relevant un sourcil, attrapant son épée elle se leva de son siège et partit en direction de la porte, elle l’ouvrit en grand pointant son épée droit devant.

Halte là ! Qui va là ?

Elle finit par se rendre compte que c’était Rick.

Oups pardonne-moi, les derniers évènements m’ont un peu chamboulé. C’est bien que tu sois venu, comme je te l’ai dit dans ma missive il faut que je te parle.

Elle le fit entrer dans le salon, le laissa s’installer et alla faire chauffer un peu de lait, elle était de retour quelques minutes après avec un bon bol de lait et du pain pour son frère. Elle s’installa sur le fauteuil en face de lui.

Rick, écoute-moi… J’ai réfléchis toute la nuit à cette histoire de fuite. Tiadriel prend des gardes, elle est partie d’elle-même… D’une certaine manière, j’ai retrouvé certaines actions d’Aliénor quand elle avait quitté la tâche, l’ordure, bref le truc qui était censé être un père… Tout autre qualificatif peut lui aller mais le temps nous est précieux… Rick ressaisi toi !! Regarde ce que tu fais ! Tu te transformes en de la Serna ! Tu fais fuir ta femme ! Réveilles-toi bon sang ! Réfléchis donc ! Tia t’envoie la dernière alerte ! C’est ta dernière chance ! Attrape-la ! Conduis-toi en homme, en époux ! Elle n’est pas en sucre ! Tu fais l’inverse de ce que tu veux ! Tu es un époux formidable ! Mais au lieu de te comporter comme un de la Serna, comporte toi en Harispe, où est passé le côté poète que nous avions tous connu ?! Il a disparu au profit du côté d’un homme qui veut garder jalousement sa femme pour lui !

Elle voulait lui faire comprendre une fois pour toute, qu’il ne se cache plus derrière ses pires craintes, oui il avait besoin de l’entendre, elle lui avait dit et répété, combien de fois ?! Pas assez, combien de temps lui faudrait-il encore pour comprendre ?!

Arrête de penser à ce qu’aurait fait ou n’aurait pas fait Alejandro ! Laisse le en dehors, arrête de trop réfléchir, arrête de te demander si tu feras un bon ou un mauvais, époux, père et que sais-je ! Pense à toi ! Toi en tant que personne ! Détache-toi d’Alejandro ! Laisse le pourrir en enfer ! Laisse-le en Espagne ! Laisse-le là où il est ! Qu’il ne repose pas en paix on s’en tape ! Fie-toi à ce que tu penses toi ! Plus tu te diras qu’il ne faut pas faire comme lui et plus tu le feras ! Tiadriel t’aime ! Tes enfants t’aiment ! Ta famille t’aime ! Je t’aime ! Kenrui t’aime, on t’aime tous ! On t’aide tous ! Détache-toi de lui !

Elle sortait toute sa verve, parole forte et frappante, tout haut et appuyé, son regard n’était pas mauvais, il lui fallait le déclic, il fallait qu’il se détache de son père, qu’il le laisse de côté qu’il se batte.

Rick ! Sacrifice et courage pour que demeure le secret ! Sacrifice et courage pour que tu vives ta propre vie ! Sacrifice et courage pour que tu laisses le paternel là où il est ! Sacrifice et courage pour faire renaître en toi, la part d’Aliénor que tu as enfoui !

Elle aurait rajouté les deux autres claques, mais elle avait essayé de lui faire comprendre, de le réveiller, qu’il comprenne qu’il était certes un de La Serna, mais qu’à partir du moment où il le voulait réellement, il pouvait être complètement différent de ces ancêtres, la douleur était certes présente, mais qu’il profite de ce qu’il avait construit avec Tiadriel…

Rick ! Je vais t'aider à retrouver Tia ! Je n'ai pas été témoin à votre mariage ! Mais je ne veux pas être témoin de votre divorce ! Promets moi d'arrêter de surprotéger Tia ! Promets moi qui tu veilleras sur elle, sans pour autant l'etouffer ! Je t'aiderai jusqu'à ce que j'en crève ! Tu m'entends ! Jusqu'à ce que je crève, je t'aiderai à t'améliorer !

Tendant la main en direction de son frère, elle le regardait, qu'allait-il choisir ?! Allait-elle se prendre le bol de lait dans la tronche ?! Allait-il partir en hurlant ?! Allait-il s'effondrer ?! Quoi qu'il choississe elle serait là, en petite soeur, là pour l'aider ! A jamais lié ! Pas comme l'autre ! Pas comme celle qui avait renié un soir de Noël un coffret de famille pour aller baver sur un homme ! Celle-là... Qu'elle crève avec son moulin et qu'elle leur foutte la paix ! Cette pointe de rancoeur était toujours là, pas prête à disparaitre... Le baptême de Timothée serait sa toute dernière chance, elle n'hésiterait pas à être bien mauvaise ce jour-là !

Tu es quelqu'un de merveilleux, ne l'oublie jamais Rick... Alienor serait fier de toi !
Tiadriel a écrit:[Montbrison, 29 mai 1457]

Elle s'amusait comme une petite folle, malgré la fatigue qui commençait à se faire vraiment ressentir. Elle se trouvait un peu plus lente dans ses réactions.

"Me mettre en pièce ?! Que nenni ! Oublies tu que moi ! Moi j'ai été bouter le breton ! Alors ce n'est pas un avorton de ton espèce qui pourra quoi que ce soit contre moi !

Ne t'en déplaise ! Il se trouve que moi aussi, j'y suis allée, histoire de leur mettre mon pied à un endroit bien placé ! Ça nous ramène à égalité très cher !

Mais cela serait dommage que la pointe de mon épée, abîme un visage si doux... Et pourtant si fatigué...
Sache que de droitier à gaucher je peux passer et que cela peut être un véritable atout.
Tu n'as aucun intérêt à me faire manger la poussière... Pas avec ce que j'ai à t'offrir."


Elle se sentit alors attirée comme le renard par l'odeur alléchante du fromage, se rendant compte, à un moment plus qu'inopportun, qu'elle avait l'estomac dans les talons. Comme pour répondre à cette pensée, son ventre émit un très peu discret gargouillement. Elle rougit malgré elle, gênée.

- "Un accord oui ! J'ai dit ! Ainsi soit-il !
Moi ?! Je ne t'ai rien pris ! Si ce n'est un peu de ton temps ! Rien de plus !
Tuer ton époux ? Nan la tâche est bien trop facile !
Ton époux n'est qu'un couard ! Il n'a peur que d'une seule chose ! Te perdre !
A ton avis, pourquoi te couve-t-il autant ?


Moi qui pensais qu'il était une poule dans une autre vie... Ce n'était donc pas pour ça ?

Il a déjà perdu beaucoup ! Crois-tu qu'il se risquerait à en perdre d'avantage ?
Y as-tu déjà pensé ?


C'était une très bonne question. Et elle n'avait pas de réponse. Pour la simple et bonne raison qu'elle n'y avait jamais pensé. Elle tenta de réfléchir à ce qu'il avait perdu et à ce qu'il avait à perdre, mais ça s'emmêlait dangereusement dans son esprit fatigué.

Mais je pense qu'il est de ces hommes qui lorsque l'on les pousse jusque dans leurs peurs les profondes peuvent se révéler comme un véritable adversaire.

Que répondre à une telle affirmation ?
Elle médita un instant. Elle choisissait vraiment bien son moment pour ça... En plein duel... Mais où était passé ce fichu bouton "pause" ?


Priver des enfants de leur père JAMAIS !"

Elle faillit en perdre un tympan sur le dernier mot. Si avec ça, il n'avait pas réveillé tout le village... Il n'y parviendrait jamais.
Il perdit un instant contenance. Elle le regarda faire, plus qu'intriguée. Drôle de réaction, plutôt bizarre. Mais il lui offrait l'occasion qu'elle guettait depuis le début de leur duel. Le moment de le clouer sur place ! Cependant, elle ne le saisit point. Elle attendit sagement. Elle ne voulait pas profiter de ce moment de faiblesse. Pas comme ça !
Il se ressaisit la fixant et elle fit de même.


- "Il ne s'agit pas de moi aujourd'hui.
Je n'ai rien à gagner, mais est-ce que je veux gagner quelque chose ?
Non !
Exact, tu gagnes partout et tu es loin d'être stupide !
A toi de voir ! Avec ta liberté je t'offre un toit, à manger, à boire !
Un moment de paix rien qu'à toi !
Enfin tu devras me supporter... La nuit...
Quelque chose à redire ?
J'aurai pu dire que je te ramenai à ton époux si je perdais !
Mais... Non, je crois qu'une bonne leçon tu veux lui donner surtout !
Par contre si tu y tiens, je peux éventuellement le rajouter.
A toi de choisir !"


Elle fit mine de réfléchir, mais sa décision était déjà prise. Il lui offrait ce qu'elle était venue chercher. Comment aurait-elle pu décliner pareille offre ? Elle aurait été idiote de refuser. Oui, le choix, elle l'avait fait.
Elle échangea quelques coups supplémentaires avec son adversaire avant de rendre les armes. L'exercice avait eu raison de ses dernières forces physiques. Elle était épuisée. Elle qui parlait de lui faire mordre la poussière, elle avait l'air bien fine maintenant. Tant pis ! Elle s'était bien amusée.


Je me rends !
Et j'accepte avec joie ta proposition ! Surtout la partie qui dit que tu m'offriras à manger ! Je meurs de faim et je crois bien que je vais finir par voir trente-six chandelles si je n'avale pas quelque chose. Et si je tombe, tu seras obligé de me ramasser et de me porter ! Et je suis loin d'être très légère...
Quant à ce qui est de te supporter la nuit... Ça sera avec le plus grand plaisir ! Je te l'assure.


Elle lui souriait chaleureusement, tout simplement heureuse d'avoir un peu de répit, loin de chez elle, même si elle savait que ses enfants lui manquaient déjà.

_________________
avatar
Rick
Admin

Nombre de messages : 391
Age : 40
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une disparition inquiétante...

Message  feu Tiadriel le Dim 21 Juin - 17:58

Lombre




[Montbrisson, 29 mai 1457]

Elle fatiguait, c'était bon pour l'ombre ça, mais jamais, elle n'attaquait un adversaire plus faible qu'elle-même, elle avait certains principes.
Voilà qu'elle lui répondait, sourire camouflé de circonstance.
Allait-elle accepter ou refuser. Bien malin celui qui aurait pu répondre.
Même l'ombre aussi confidente soit elle, n'en savait rien.
Ainsi elle avait fait la guerre, à vrai dire l'ombre n'en avait jamais douté...


Ne t'en déplaise ! Il se trouve que moi aussi, j'y suis allée, histoire de leur mettre mon pied à un endroit bien placé ! Ça nous ramène à égalité très cher !

- "Certes, certes... Avec le Saint-Esprit !
Et non de part une obligation !
Je ne suis pas sure que l'on soit à égalité !
J'ai fait bien pire que la guerre de Bretagne !
J'ai fait une chose qui a bien fait jaser le duché..."


Tournant autour d'elle, tel un charognard surveille sa viande putride, l'ombre ne détachait pas son regard de Tiadriel.
Voilà qu'elle proposait que son époux fût une poule dans une autre vie.


Moi qui pensais qu'il était une poule dans une autre vie... Ce n'était donc pas pour ça ?

- "Une poule ?
Non, je ne dirai pas ça !
Ton époux à souffert ! Plus qu'on ne peut l'imaginer !
Ni même sa sœur et son frère ne peuvent l'imaginer !
Personne ne le peut tant qu'il n'a pas subi les foudres mal saine d'une personne !"


L'ombre voyait bien que Tiadriel réfléchissait, avait-elle réussi son travail ?
Avait-elle touché un point sensible ?
Elle avait bien vu qu'une de ses paroles avait fait perdre son sang froid à l'ombre, mais elle n'en profita pas.
L'ombre faisait face à une adversaire particulièrement réglo sur les règles d'un duel improvisé en pleine rue.
Pleine rue déserte, Montbrisson mourait à petit feu...


Je me rends !
Et j'accepte avec joie ta proposition ! Surtout la partie qui dit que tu m'offriras à manger ! Je meurs de faim et je crois bien que je vais finir par voir trente-six chandelles si je n'avale pas quelque chose. Et si je tombe, tu seras obligé de me ramasser et de me porter ! Et je suis loin d'être très légère...
Quant à ce qui est de te supporter la nuit... Ça sera avec le plus grand plaisir ! Je te l'assure.


L'ombre agita la tête et rangea son épée.

- "Soit !
Monte à cheval on décampe !
Même si Montbrisson est encore endormi, soyons discrets."


L'ombre regarda Tiadriel remonter sur son cheval, elle tenait les rênes, elle.
Avançant doucement à côté, évitant les tavernes et auberges, elle se débrouillerait pour faire un festin de Reyne à Tiadriel.
L'ombre avait cherché plusieurs jours auparavant une maison abandonnée.
Personne n'y vivait, le confort était certes sommaire, mais un lit, une table, un fauteuil, une cheminé se trouvaient là.
Plumes et parchemins également, des fois qu'elle souhaite...
Une marmite, une poêle à châtaignes.
L'ombre sortit de sa besace un bout de viande, emballée dans un tissu.
Production locale, un peu d'maïs, deux, trois légumes.
Elle fit descendre Tiadriel de son cheval ! Il fallait également s'en occuper du cheval ! Elle l'attacha à une barrière pour le moment et fit entrer Tiadriel !
Elle sortit sa viande et ses autres aliments qu'elle posa sur la table !
Allumant un feu en luttant un peu, elle mit la marmite dessus, un fond d'eau dedans, jeta le bout de viande et les légumes, mais à l'intérieur.
Il fallait attendre ! Elle attrapa un bout de charbon, l'ombre avait une idée en tête.

Le cheval, elle lui donna de l'eau et de la paille, avant de le colorer en noir, gris avec le bout de charbon, le cheval serait méconnaissable !
Et surtout l'époux ne le reconnaîtrait pas !

Elle plongea ses mains dans l'abreuvoir pour se les laver et partit en direction du puits, remplir un seau d'eau ! Que Tiadriel ne meurt pas de soif !
De retour dans la maison, elle posa la clé sur la table !


- "C'est chez toi, le temps que tu resteras ici !"

Abaissant sa capuche, l'ombre ne put s'empêcher de sourire !

- "Tiens le temps que cela cuise !
Que crois-tu que ton époux fera ?
Je crains que j'y laisserai la peau !"
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une disparition inquiétante...

Message  feu Tiadriel le Dim 21 Juin - 18:01

Rick


[Montbrisson - Chaumière du bord du lac]

La porte de la maison de Kory et Al s'ouvrit en grand. Et alors que Rick allait saluer la personne derrière elle, avec un sourire de circonstance, il fut accueillit par la pointe d'une épée. A croire qu'on voulait déjà le transpercer, le laissant sur le carreau, avec une initiale signée sur son torse pour rappeler qui avait commis le méfait.

Halte là ! Qui va là ?

Petit blanc de la part du jeune homme et soulagement lorsque sa sœur le reconnut enfin. A la regarder, il voyait qu'elle avait dû mal dormir ou pas du tout. Avait-elle entrepris des recherches pour retrouver la trace de Tia ?

Oups pardonne-moi, les derniers évènements m’ont un peu chamboulé. C’est bien que tu sois venu, comme je te l’ai dit dans ma missive il faut que je te parle.

Oui, je suis venu ! Il faut absolument que je sache où se trouve Tia ! Ca me rend très nerveux cette histoire !

Rick suivit sa sœur dans le salon et s'installa dans un fauteuil pendant que sa sœur lui préparait un bon déjeuner. Le lait chaud l'aurait sûrement tenté dans d'autres circonstances mais là son estomac était tellement noué qu'il n'arriverait pas à avaler quoi que ce soit. Kory était maintenant face à lui et elle commença à lui parler.

Rick, écoute-moi… J’ai réfléchis toute la nuit à cette histoire de fuite. Tiadriel prend des gardes, elle est partie d’elle-même… D’une certaine manière, j’ai retrouvé certaines actions d’Aliénor quand elle avait quitté la tâche, l’ordure, bref le truc qui était censé être un père… Tout autre qualificatif peut lui aller mais le temps nous est précieux… Rick ressaisi toi !! Regarde ce que tu fais ! Tu te transformes en de la Serna ! Tu fais fuir ta femme ! Réveilles-toi bon sang !

Le jeune homme s'était attendu à bien des choses, mais certainement pas à ça. Il pensait que sa sœur lui confierait ce qu'elle avait appris et au lieu de cela, elle lui parlait du passé. Pourquoi parlait-elle d'Aliénor, leur mère et de leur père ? Que venait faire le passé dans le présent ? C'est donc les sourcils froncés que Rick écouta les propos de sa sœur. Il était donc, malgré lui, en train de devenir un de la Serna. Ses pires craintes étaient en train de voir le jour. Et Tia s'en était aperçu avant lui. Elle s'était enfui et par peur pour leurs enfants, elle avait profité de son départ en retraite pour les lui soustraire. Malgré ses efforts, il était donc devenu comme son père. Et si cela continuait ainsi, il allait se mettre à battre Georges et les jumelles, comme lui l'avait été dans son enfance. Il ne voulait pas devenir ainsi, il ne voulait pas ressembler à son père. Il fallait qu'il fasse quelque chose mais quoi. Que pouvait-il faire ? C'est donc le regard implorant, les yeux humides qu'il regarda sa sœur. Au grand jamais, il ne voulait porter la main sur ses enfants. Jamais il n'aurait voulu toucher son épouse, autrement qu'en caresse ! Kory savait tout cela ! C'est déjà elle qui l'avait aidé alors que Tia attendait leur premier enfant, à faire un travail sur lui-même !

Kory... Kory que dois-je faire ! Dois-je donc fuir pour ne pas les atteindre ?

Malgré le fait que sa sœur était plus jeune que lui, elle avait plus la tête sur les épaules que lui. Elle était plus sage que lui-même. Et jamais, elle ne se dérobait face à une aide demandée par son frère.

Réfléchis donc ! Tia t’envoie la dernière alerte ! C’est ta dernière chance ! Attrape-la ! Conduis-toi en homme, en époux ! Elle n’est pas en sucre ! Tu fais l’inverse de ce que tu veux ! Tu es un époux formidable ! Mais au lieu de te comporter comme un de la Serna, comporte toi en Harispe, où est passé le côté poète que nous avions tous connu ?! Il a disparu au profit du côté d’un homme qui veut garder jalousement sa femme pour lui !

Rick se mit à réfléchir aux paroles de Kory. Il est vrai que Tia avait déjà tiré la sonnette d'alerte une première fois et Rick avait réagi pour ne pas la perdre. Mais là, à nouveau, il était en train de s'enfoncer dans les sables mouvants qui le conduisaient inexorablement vers son condition de La Serna. Sa sœur, n'ayant jamais vraiment connu ce milieu, était là sur la rive et lui jeter une corde pour le ramener jusqu'à lui. Et si elle n'y arrivait pas... Et si Tia... Il ne préféra même pas continuer sa pensée. Les mots de Kory résonnaient dans sa tête ! Où est passé le poète ? Et à y réfléchir, il est vrai que Rick s'était un peu endormi sur ses lauriers. Depuis combien de temps n'avait-il pas écrit à son épouse qu'elle était belle ? Depuis combien de temps ne lui avait-il pas dit Je t'aime ? Le jeune homme regarda à nouveau sa sœur

Tu as raison, Kory... J'ai changé... Comment ai-je fait pour en arriver là ? Crois-tu qu'il soit déjà trop tard pour mon mariage ? Crois-tu que j'ai encore une chance de reconquérir le cœur de mon épouse ? Penses-tu que je vais réussir à la convaincre de revenir vivre à Montpensier avec moi ?

Rick se mit à penser que son père, qui au départ avait été un jeune homme de bonne augure, selon les écrits maternels, avait sombré dans le côté obscur de la force. Mais contrairement à son fils, il n'avait pas eu de sœur pour l'aider à remonter la pente. Il n'avait pas entendu les appels à l'aide de son épouse Aliénor et s'était enfoncé dans les sables mouvants. Kory avait dû voir dans son regard qu'il était à nouveau en train de penser à lui. Que Rick était à nouveau en train de se comparer à son père, car à nouveau elle tenta de lui ouvrir les yeux.

Arrête de penser à ce qu’aurait fait ou n’aurait pas fait Alejandro ! Laisse le en dehors, arrête de trop réfléchir, arrête de te demander si tu feras un bon ou un mauvais, époux, père et que sais-je ! Pense à toi ! Toi en tant que personne ! Détache-toi d’Alejandro ! Laisse le pourrir en enfer ! Laisse-le en Espagne ! Laisse-le là où il est ! Qu’il ne repose pas en paix on s’en tape ! Fie-toi à ce que tu penses toi ! Plus tu te diras qu’il ne faut pas faire comme lui et plus tu le feras ! Tiadriel t’aime ! Tes enfants t’aiment ! Ta famille t’aime ! Je t’aime ! Kenrui t’aime, on t’aime tous ! On t’aide tous ! Détache-toi de lui !

Tu as raison Kory... Il faut que j'arrive à m'éloigner de sa trop puissante empoigne. Il faut que je desserre le collier qui m'étrangle. Il faut aussi que je redevienne l'homme que j'étais et qui a su séduire Tia. Ce n'est pas chose facile mais je sais que je peux compter sur mon frère et ma sœur.

Rick était prêt à faire de grands efforts mais il ne savait pas comment s’y prendre. Il avait beau essayé de se détacher de cette emprise, mais il n’y arrivait pas. Il fallait qu’il se batte pour l’amour de sa vie, ça il en était pleinement conscience. Mais arrivé à son stade, comment pouvait-il s’y prendre ? N’était-il pas déjà trop tard ? Kory avait-elle lu dans ses yeux qu’il avait du mal ? Toujours est-il qu’elle lui redisait la devise de leur famille.

Rick ! Sacrifice et courage pour que demeure le secret ! Sacrifice et courage pour que tu vives ta propre vie ! Sacrifice et courage pour que tu laisses le paternel là où il est ! Sacrifice et courage pour faire renaître en toi, la part d’Aliénor que tu as enfoui !

Enfoui… Le mot était tellement vrai. Comment avait-il fait pour enfouir son côté poète ? Il pouvait le faire, il en était sûr. Il devait le faire, pour Tia, pour Georges, pour Aliénor et pour Patience. Il devait repartir à sa reconquête, mais avant cela, il devait la retrouver. Ensuite, il devait se faire pardonner et seulement après, il devait la séduire à nouveau. Lui montrer qu’il pouvait être un homme, un vrai. N’en valait-elle pas la peine ? N’était-elle pas la meilleure des épouses ? Elle était toujours là quand il avait besoin d’elle. Son seul sourire était une raison pour lui de chasser ses idées noires. Ses bras étaient son refuge de haute-montagne, ses lèvres un souffle d’air. Sans elle, il n’était rien. Mais pour elle, il était prêt à changer et à redevenir l’homme avec qui elle avait voulu fonder une famille.

Rick ! Je vais t'aider à retrouver Tia ! Je n'ai pas été témoin à votre mariage ! Mais je ne veux pas être témoin de votre divorce ! Promets-moi d'arrêter de surprotéger Tia ! Promets moi qui tu veilleras sur elle, sans pour autant l'étouffer ! Je t'aiderai jusqu'à ce que j'en crève ! Tu m'entends ! Jusqu'à ce que je crève, je t'aiderai à t'améliorer !

Rick se leva et attrapa la main que sa sœur tendait. Il embrassa ses doigts si protecteurs et si généreux. Sa sœur avait toujours été là pour lui, l’aidant et l’encourageant dans tout ce qu’il faisait. Elle était là dans les bons et les mauvais moments.

Merci Kory ! Je vais tout faire pour remonter la pente. Je vais me battre pour mon épouse et pour nos enfants. Tu as raison, elle n’est pas en sucre. Elle est maréchale et elle a fait la guerre pour le Saint-Esprit. Elle a su se défendre et elle n’a pas forcément besoin de moi, pour la protéger. En fait, elle a besoin d’un homme avec des épaules solides sur qui elle peut compter. Elle n’a pas besoin d’un geôlier qui l’enferme dans une cage dorée. Alors oui, je veillerais sur elle et sur nos enfants. Et je vais devenir l’homme qu’elle a toujours rêvé.

Rick prit son bol de lait et le dirigea en direction de Kory.

Fêtons dignement le nouveau Rick ! Fêtons ensemble la renaissance du poète ! Mais dis-moi, par où devons-nous commencer ? Où penses-tu qu’elle se cache ? Si elle est arrivée avec une semaine d’avance sur sa garde et qu’elle ne soit pas chez toi, c’est qu’elle a trouvé un autre lieu. Mais as-tu une idée ? J’ai écrit à Elwë et à Gals mais aucune nouvelle.

Rick avala son bol de lait. Il avait retrouvé le sourire et cela grâce à sa sœur. Il était prêt à partir à la recherche de son épouse et à lui montrer le visage de son nouveau peloux.

Tu es quelqu'un de merveilleux, ne l'oublie jamais Rick... Aliénor serait fier de toi !

Merci Kory. Mais saches que de toi aussi, elle aurait été fière notre mère. Tu es une femme formidable et une sœur géniale. Tu as tout des Harispe et tu es le portrait de notre mère. Je t’adore…

Rick se leva pour aller faire un bisou à sa sœur.

Je suis prêt pour les recherches.
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une disparition inquiétante...

Message  feu Tiadriel le Dim 21 Juin - 18:02

Korydwen


Montbrison, 9 chemin du bord du Lac.

Son frère écoutait attentivement, elle le trouvait incroyablement calme, elle avait poussé fort et loin, quitte à le faire exploser pour qu’il comprenne et déjà rien que là, il avait accepté ce qu’elle avait dit et contrairement à ce qu’aurait certainement fait le truc, il était calme, Rick, ce signe là n’était pas trompeur, Korydwen reconnaissait peu à peu son frère… Au moins elle n’avait pas pris le bol de lait dans la tronche et il n’avait pas demandé à de potentiels brigands de l’égorger sur place. Bien… Il fallait donc continuer dans ce sens, faire renaître le Rick d’antan. Il était question de son mariage, Korydwen le regarda, le fixa droit dans les yeux.

Un mariage ne résiste pas si l’on ne s’en donne pas les moyens ! Il n’est jamais trop tard ! A partir du moment où tu peux faire une toute petite chose alors rien n’est perdu ! Une chose qui pourrait paraître aux yeux de certains complètement indifférente, peut se révéler gigantesque pour d’autre… Si tu te donnes les moyens de réussir tu réussiras !

La prunelle de ses yeux plongeait dans celle de son frère, elle ne rigolait pas et était sérieuse, il fallait lui faire comprendre, que tout était perdu dès que l’on baissait les bras, mais si il restait un tout petit quelque chose, une petite étincelle, un sourire discret, l’espoir était encore là et Rick pourrait réussir. Sourire encourageant, il avait décidé de se détacher de son père, cela ne serait pas évident à apprendre, mais cela se ferait, un long chemin qu’il avait à parcourir, mais il le ferait, avec des cannes, Kory et Kenrui seraient là pour lui. Les deux, chacun à leur façon, chacun avec leur caractère, mais uni par un même lien…

Tu réussiras, cela prendra le temps qu’il faudra ! Mais tu t’en sortiras ! Je sais que ton passé n’est pas facile à oublier, mais… Le phénix renaît toujours de ses cendres alors pourquoi pas toi. Pis tu l’veux c’est ce qui compte !

Sourire, pas aussi poète que lui, mais bon, au moins elle savait le remonter quand il fallait son frère, elle n’hésitait pas se faire sévère, mais cela provoquait un déclic et elle n’en était pas peu fière. Et là, qu’elle ne fut pas sa surprise en entendant son frère, il reconnaissait que Tia n’était pas en sucre, c’était un grand moment, Korydwen en souriait.

Ce que tu viens de dire Rick, répète le à Tiadriel et tâche de lui montrer ! Sois là quand elle a besoin de toi, sans l’étouffer ! C’est exactement ça, un homme un vrai, sur qui elle peut se reposer… Attention à ne pas tomber dans l’excès inverse par contre ! Si tu ne lui proposes pas assez de l’aider, elle risque à se plaindre aussi… Des fois les femmes sont compliquées.

S’asseyant à la table, les coudes sur la table, le menton au creux de ses mains, elle songeait, elle savait très bien que ce n’était pas facile, il y avait eu des hauts et des bas avec Althiof… Mais bon, elle tâchait de s’améliorer en lui faisant des promesses, il faudrait que Rick réussisse à faire pareil avec Tiadriel, finalement, il n’était pas si différent que ça.

Il faut que tu sois un bon observateur Rick ! Il faut que tu réussisses à voir de par ses gestes et son attitude si elle a besoin de quelque chose ou pas.

Elle réfléchissait, tâchait de lui donner des pistes, mais qui de Tia ou de Rick faisaient le plus mal à l’autre, Rick n’était pas tout noir non plus et Tiadriel pas toute blanche, si elle avait su lui expliquer un peu plus tôt, si ils avaient pu se parler, mais la voilà l’idée qu’elle est bonne.

J’ai une idée ! Il faudrait que par exemple, le soir en vous couchant ou bien à table une fois que les nains sont couchés, que vous discutiez de votre journée ! Si si, ça peut, éventuellement vous aider, si Tia en est arrivée à partir, c’est que vous ne vous parler pas assez et ne vous comprenez plus. Si elle te disait ce qui n’allait pas, que vous tachiez ensemble et tous les deux de trouver des compromis, ça irait mieux, bien certainement…

Elle réfléchissait beaucoup, ça chauffait dans son crâne, elle luttait contre le sommeil ses yeux se fermant par moment, les paupières étaient lourdes, mais ce n’était pas le moment de flancher, pas maintenant, pas tout de suite, elle avait encore beaucoup à faire. Elle se pinçait doucement pour se réveiller, son ventre se mit à gargouiller, elle avait pensé à son frère mais pas à elle. Il fallait qu’elle prenne son infusion à base de plantes, cette infusion spéciale…

Rick souriait et voulait fêter la renaissance du nouveau Rick, elle souriait, elle le vit lever son bol et regarda elle sa tasse de la veille, il fallait qu’elle fasse chauffer de l’eau bien entendu… Elle le ferait plus tard. Elle leva sa tasse vide à l’honneur du poète qui renaissait, bien heureuse de le voir comme ça plutôt que triste.

Au nouveau Rick ! Elle n’est peut-être pas là-bas. A-t-elle dit quelque chose à quelqu’un en passant à Thiers ? Parce que si elle n’est pas venue chez moi, il se peut qu’elle se prenne une sorte de convalescence tranquillement dans une auberge. Mais bon, ce ne sont qu’hypothèses une fois de plus… Une maison close à ouverte à Montbrison avec une tripoté de catin, la nouvelle mode du village… C’est à se taper la tête contre les murs, p’tre qu’ils avaient besoin de personnel dirons-nous et qu’ils ont enlevé ton épouse…

Korydwen esquissa une grimace, si ils en venaient à forcer Tiadriel à faire ce genre de chose, vendre son corps, ce n’était pas une vie, elle regarda son frère, il devait être aussi dégouté qu’elle, voir plus. D’ailleurs, elle n’avait jamais approché les voiles d’Aphrodite.

Ca s’appelle les voiles d’Aphrodite ou un truc dans le genre, enfin un lieu pas du tout fréquentable. Mais ça doit attirer le badaud complètement bourré à la sortie des tavernes et des tavernes y en a un paquet. On devrait d’ailleurs fouiller les caves des cavernes, des fois que quelqu’un l’ait enfermé dedans.

Réfléchit Kory, réfléchit, d’habitude tu as une grande imagination.

Hum le bureau de la maréchaussée peut-être. Pour ses gardes futurs, ou alors si un cas d’esclavagiste… Tu sais comme moi qu’elle donne sans compter à la prévôté. Il va falloir aller là-bas également.

Sourire, voilà qu’il disait qu’Aliénor aurait été fière d’elle. Rougissante légèrement, une pointe d’angoisse, un cœur qui palpite.

Fière de moi ? Je ne fais que ce qu’une sœur aurait fait… Une sœur normale sur qui on peut compter… Ahem je m’égare.

Songeuse, rieuse, les yeux brillants par la folie à laquelle elle venait de penser, la pauvre Aliénor devait se tourner et se retourner au vu de ce que sa fille était devenue, pas Kory l’autre fille. Dire que cette femme avait toujours tenté d’inculquer à Rick, la notion de fraternité et à Korydwen dans les écris qu’elle lui avait laissé après sa fuite.

Comme Aliénor, son portrait craché ? Tous des Harispe…

Elle se toucha les chevilles histoire de vérifier une chose, sa tête aussi. Une pointe d’humour ne pouvait pas faire de mal de toute façon.

C’est bon ! J’ai pas les chevilles qui ont enflé et ma tête peut toujours passer les portes !

Une bise de son frère, un sourire et la voilà qui fonce tête baissée, un trait de caractère que son époux évoquait souvent, d’ailleurs Eléa en avait hérité et fait les frais durant un concours de cuisine avec des oignons. Il était prêt pour les recherches, elle souriait.

Bien, la maison des catins, les tavernes et auberges ça te va ?

Elle était prête, l’était il aussi ?!
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une disparition inquiétante...

Message  feu Tiadriel le Dim 21 Juin - 18:03

Rick


Montbrisson, Chaumière du bord du lac

Rick écoutait toujours les conseils de sa soeur. Elle continuait à l'encourager sur ses chances de récupérer Tia et de sauver son mariage.

Tu réussiras, cela prendra le temps qu’il faudra ! Mais tu t’en sortiras ! Je sais que ton passé n’est pas facile à oublier, mais… Le phénix renaît toujours de ses cendres alors pourquoi pas toi. Pis tu l’veux c’est ce qui compte !

Oh oui ! Je le veux ! Je crois que je ne pourrais pas vivre sans elle ! Elle est l'air dont j'ai besoin pour vivre. Son sourire est le rayon de soleil qui me réveille tous les matins, les prunelles de ses yeux, l'eau nécessaire à mon bien-être. Alors oui, je vais me battre et tenter d'effacer à jamais de ma mémoire ces pensées qui me hantent. Le phénix renaît de ses cendres, tu as raison Kory. Et c'est d'une de ses plumes que je vais me servir pour faire renaître le poète enfoui au fond de moi.

A ce moment précis, Rick aurait pû abattre un arbre, escalader le sommet du Puy de Dôme, à mains nues, juste pour voir à nouveau le sourire de son épouse, illuminer sa journée. Il était décidé à surmonter tous les obstacles qui le séparaient encore de Tia. Aristote, une nouvelle fois, avait mis une épreuve sur leurs chemins pour voir comment ils se comporteraient, pour tester la force de leur amour et leur foi en lui. Rick en était maintenant convaincu et il était prêt à LUI montrer qu'il pourrait être à la hauteur de SES attentes. Lucifer, le Prince de l'Acédie, n'aurait pas raison de lui.

Ce que tu viens de dire Rick, répète le à Tiadriel et tâche de lui montrer ! Sois là quand elle a besoin de toi, sans l’étouffer ! C’est exactement ça, un homme un vrai, sur qui elle peut se reposer… Attention à ne pas tomber dans l’excès inverse par contre ! Si tu ne lui proposes pas assez de l’aider, elle risque à se plaindre aussi… Des fois les femmes sont compliquées.

Ah oui, je lui dirais alors, si tu penses qu'elle aimera entendre cela ! Et je suis de ton avis, lorsque tu dis que les femmes sont compliquées.

Jamais le jeune homme n'y avait vraiment pensé mais Kory avait raison. D'ailleurs, elle était bien placé pour le savoir que les femmes c'étaient pas simples. Mais d'un autre côté, Rick n'avait pas envie de voir une vie trop tranquille où l'ennui serait présent au coin de la rue. Avec Tia, il avait de la chance de ne pas avoir à s'ennuyer.

Rick écoutait les sages conseils de sa soeur. Ecouter son épouse, observer ses faits et gestes pour savoir à quel moment, il fallait intervenir. Parler et se confier l'un l'autre pour éviter le crash. Ils pouvaient le faire, il en était certain. Par contre difficile entre leurs deux emplois du temps respectifs. Tia était souvent sur les remparts quand il dormait et lui était à la boulangerie quand elle dormait. Certaines semaines, il ne faisait que se croiser. Mais il fallait que ça change pour le bien de leur famille et pour la survie de leur couple.

Au nouveau Rick ! Elle n’est peut-être pas là-bas. A-t-elle dit quelque chose à quelqu’un en passant à Thiers ? Parce que si elle n’est pas venue chez moi, il se peut qu’elle se prenne une sorte de convalescence tranquillement dans une auberge. Mais bon, ce ne sont qu’hypothèses une fois de plus…

Non à Thiers, elle est passée dans le plus strict des anonymats. Elle n'a pas été voir Beths non plus. Notre amie m'a écrit que Tia était passée seule et sans faire de bruits.

Rick réfléchissait. Une auberge ? Oui c'était un bon moyen de rester anonyme si elle ne séjournait pas Chez Thelma et Louise ou à la Municipaverne. Tellement d'auberges et de tavernes avaient vu le jour à Montbrisson depuis leur départ, à l'automne dernier. Le village s'était agrandi et avec lui, l'anonymat était le maître mot. Quelque chose semblait dire au jeune homme que son épouse n'était pas dans une taverne.

J'ai des doutes, Kory, à ce sujet, mais pourquoi pas après tout. On ira les visiter une à une. Après tout, toutes n'ont pas de chambres et le tour sera vite fait.

Une maison close à ouverte à Montbrison avec une tripoté de catin, la nouvelle mode du village… C’est à se taper la tête contre les murs, p’tre qu’ils avaient besoin de personnel dirons-nous et qu’ils ont enlevé ton épouse…

Rick fronça les sourcils. Il ne savait pas ce qui le choquait le plus. Si c'est le fait que Kory lui parle d'une maison close et qu'elle puisse envisager que Tia puisse y séjourner, même malgré elle, ou alors si c'est le fait qu'un temple d'Asmodée soit ouvert au vu et au su de tous.

Une maison close, tu dis ? Non mais c'est totalement inconcevable. Comment les deux représentants d'Aristote peuvent seulement envisager Asmodée, Prince de la Luxure, régnait en maître dans un des quartiers de Montbrisson. Comment osent-ils couvrir cela ? Kory donne moi un parchemin et une plume s'il te plaît. Je ne vais pas laisser passer ce genre de choses.

Et Rick écrivit au Père Queine et à la diaconesse Arthefax pour dire son mécontentement à ce sujet.

Bonjour mon Père,

Si aujourd'hui je prends la peine de vous écrire, c'est parce que je suis choqué par ce que je viens d'apprendre. A la recherche de mon épouse, disparue quelque part à Montbrisson, je suis revenu dans le village pour tenter de la retrouver. Et là, ma soeur m'a appris qu'un temple dédié à Asmodée s'était ouvert ici.

J'avoue être assez surpris que vous puissiez fermer les yeux sur un tel acte. En tant que représentant d'Aristote, je ne peux fermer les yeux et je vais de ce pas écrire à Monseigneur Ivrel pour qu'elle puisse y faire quelque chose.

Respectueusement,

Rick

Une fois cela fait, il prit un autre parchemin pour son Eminence et lui signaler l'ouverture d'un tel lieu. Il se souvenait des cours du Padre qui lui disait qu'il ne fallait pas laisser les pêchés s'installer dans un village. Combien de fois son parrain avaient-ils parcourus le village pour sauver les couples illégaux du pêché de chair ? Souvent en tout cas. Maintenant c'était monnaie courante et Rick ne pouvait rien y faire. Une chose était certaine, s'il ne pouvait rien contre l'amour hors mariage et la naissance de bâtards, il pouvait lutter contre les maisons closes et les faire fermer. Et c'est cela qu'il ferait. Il se retourna vers sa soeur qui avait grimaçait à la simple idée que Tia soit enfermée dedans.

Kory, rassures-toi ! Je ne pense pas que Tia soit femme à se laisser emprisonner dans ce genre de maisons. Elle n'est pas femme à se laisser faire sans batailler. Et elle ne s'est pas échappée de sa cage dorée, pour se laisser emprisonner dans un endroit pire encore. Elle préférerait se donner la mort plutôt que cela. J'en suis sûr.

Rick ne pouvait même pas envisager que sa femme puisse être avec une autre personne que lui, car il connaissait sa moralité et son sens du devoir. Elle était femme fidèle et n'avait aucune crainte de ce côté.

Nous irons fouiller ce lieu aussi si tu veux. Mais pas pour retrouver Tia, mais plutôt pour faire fermer ce lieu. Asmodée n'aura pas le dernier mot avec moi, je te le promets.

Pourtant Rick se souvenait de la première fois où il avait mis le pied dans un tel lieu. C'était son père qui l'y avait accompagné. Il voulait que son fils devienne un homme, un vrai. Pour cela, le jour de son quinzième anniversaire, il lui avait offert une prostituée. Le jeune homme se souvint de sa gêne d’être dans un tel lieu, de voir une femme se déshabiller et s’offrir à lui ainsi. Que ses gestes avaient été gauches et maladroits ! Par la suite, son père lui faisait un tel cadeau à chaque fois qu’il était satisfait de lui. Le fait de changer si souvent lui avait permis d’apprendre beaucoup de choses sur les désirs des femmes. Mais après sa fuite d’Espagne, il n’avait jamais remis les pieds dans un tel lieu. Quand il pensait à tous ses hommes qui trompaient sans vergogne leurs femmes, cela lui faisait froid dans le dos. Le jeune homme se demandait parfois pourquoi il y avait tant de mariages de raison plutôt que de sentiments. Toutes ces jeunes femmes forcées par leur père à épouser des hommes plus âgés qu’eux, pour leur plus grand malheur. Cela faisait des femmes apeurées là où elles n’auraient dû y trouver que du plaisir. Cela faisait aussi des hommes frustrés qui n’obtenant pas de leurs épouses légitimes ce qu’ils recherchaient, allaient voir des filles de joie. Il était totalement dans ses pensées et dans ses souvenirs, qu’il fut surpris d’entendre sa sœur se raclait la gorge.

Hum le bureau de la maréchaussée peut-être. Pour ses gardes futurs, ou alors si un cas d’esclavagiste… Tu sais comme moi qu’elle donne sans compter à la prévôté. Il va falloir aller là-bas également.

Oui, tu as raison, Kory. C’est sûrement là-bas que nous la trouverons. Il y aura forcément un signe de son passage à la maréchaussée.

Rick était sur le point de se lever pour commencer la tournée des lieux cités par Kory, lorsqu’il vit la jeune femme se toucher les chevilles et la tête. Il ne put s’empêcher de rire lorsqu’elle ironisa sur elle-même

Bien, la maison des catins, les tavernes et auberges ça te va ?

Parfait Kory ! Va pour les filles de joies, les tavernes et auberges pour voir si Tia a séjourné là-bas ! J’ai des doutes sur son passage là-bas mais on ne sait jamais ! Après il y aura la maréchaussée ! Peut-être devrions nous évoquer aussi notre étalon noir. C’est un cheval magnifique qui n’est peut-être pas passé inaperçu.

Rick reprit sa toque et sa cape et se dirigea vers la porte de la maison. Il attendait maintenant que Kory le suive.

Au fait, Al n’est pas dans le coin ? Peut-être pourrait-il nous aider à chercher Tia ? Peut-être l’a-t-elle contacté pour une raison ou pour une autre, non ?
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une disparition inquiétante...

Message  feu Tiadriel le Dim 21 Juin - 18:04

Korydwen


Montbrisson, 9 chemin du bord du lac, puis dans les rues du village.

Ecouter, faire les cent pas, écouter, faire les cent pas, tourner et retourner dans le salon, se frotter le menton, sourire par moment, grimacer par d’autre. Elle était passée à Thiers sans trop rien dire, même pas voir Beths, elle savait sa vassale très prise par la prévôté, grande et petite et puis aussi, elle était épouse et bien certainement que Marty voulait une descendance. Donc… C’était tout à fait normal qu’elle soit si discrète à Montbrison Enfin pas tant que ça…

Il avait bien écouté ses conseils qui semblaient l’avoir requinqué, c’était très bien, il ne restait plus qu’un détail infime, un tout petit détail de rien du tout… Il fallait retrouver Tia, mais bon, elle se doutait bien de quelque chose, elle avait discuté avec sa belle-sœur, plusieurs fois et elle était persuadée qu’elle s’était installée dans un petit nid douillait pour se reposer. Rick prenait conscience… Il fallait donc la retrouver Tia de façon à finir le travailler, recoller des morceaux, recoudre… Qu’il était loin le temps du ciseau et l’aiguille, était-ce le déménagement qui les avait éloignés ? Ou alors le fait de changer de travail ? Combien de fois… Soupire, pourtant ils l’avaient fait ce choix, à deux !

Le coup de la maison close était passé comme une missive dans le bec d’un oiseau la poste… Grimace, voilà qu’il voulait écrire, à la limite, elle, elle s’en fichait de voir pareil lieu, plus rien ne l’étonnait à Montbrison, ce n’était qu’un village avec une tonne de crétin qui préfère laver leurs linges sales en public et rester dans leurs coins, plutôt que de construire des choses. Où était passé le temps du pain doré et des festes à l’improviste où les villageois se bousculaient, chacun apportant un petit quelque chose. Ce temps avait définitivement disparu, Gals et Feesarah essayait de lancer des animations, mais bien peu de monde… Enfin certainement qu’après son voyage cela aura changé… Sinon et bien, elle avait quelques vues sur d’autres villages, un peu plus au Nord de Montbrison…

Rick la rassura, elle n’avait pas vraiment besoin d’être rassurée, elle avait plus eu peur de sa réaction à lui devant l’annonce qu’elle lui avait fait… Mais rien n’avait volé, elle avait souvenir d’un pot d’encre qui avait volé en éclat contre un mur, un Althiof énervé, déboussolé comme jamais… Et une Kory… Une Kory qui avait eu une parole de travers et qui avait vu une gifle de très près… Sur sa joue… La vie d’un couple n’est pas si facile que ça… On fait comme on peut et l’on a souvent besoin d’aide et de conseil, elle n’avait jamais rechigné à aider les personnes qu’elle aimait, jamais… Il en avait vu des choses ce salon, des souvenirs… Si elle pouvait juste emmener le lac et sa maison ailleurs, elle l’aurait fait depuis bien longtemps. Mais malheureusement, cela n’était pas possible, tant pis, elle ferait donc sans.

Voir la maison close, ce n’est pas ce qu’elle préférait faire, mais bon, il le fallait bien, l’homme d’Eglise avait parlé, elle non, mais bon. Elle allait suivre, comme un bon mouton de l’Eglise. Korydwen esquissa un sourire, rien qu’à cette pensée. Décidément, son imagination était débordante, sa fréquentation des lieux saints… Très mauvaise. La prévôté, après tout, ils y croiseraient du monde, Beths et puis beaucoup d’autre, du monde, et même au château… C’était une bonne idée, elle ne pouvait pas passer inaperçu. Il avait mis sa toque, sourire en coin, elle allait le rejoindre lorsque…


Au fait, Al n’est pas dans le coin ? Peut-être pourrait-il nous aider à chercher Tia ? Peut-être l’a-t-elle contacté pour une raison ou pour une autre, non ?

Elle le regardait, elle n’avait pas oublié son époux qui dormait, certes Tia était sa filleul, mais le réveiller alors qu’il travaillait tant, que les voyages entre un point et un autre étaient fréquents, elle ne pouvait pas lui faire ça quand même.

Si il est dans le coin… Enfin un peu plus en hauteur…

Lui montrant l’escalier.

Il se repose encore. Mais je vais aller lui mettre un mot, je reviens.

Elle monta discrètement les escaliers qui eurent la très bonne idée de craquer sous son poids, elle n’était pas spécialement grosse, mais ça craquait quand même. Elle se glissa dans la chambre, il avait pris la place qu’il lui fallait dans le lit, souriante, elle s’approcha, ne pouvant s’empêcher de déposer un baiser sur son visage. Une douce main caressant son visage d’ange endormi et si un Althiof endormi est un ange.

Direction le bureau, elle tira la chaise doucement et écrit quelques lignes… Bercer par les ronflements de son époux.


Mon tendre amour,

Je suis navrée de t’avoir laissé seul au lit cette nuit, j’ai été prise, happée par des bribes de mon passé. Rick est arrivé ce matin, j’ai passé toute la nuit à lire le livre de ma mère, à essayer de comprendre la fuite de Tia et je t’ai délaissé, je me ferai pardonner ne t’en fais pas.
Ces quelques lignes afin que tu ne t’affoles pas en te réveillant. Je suis partie avec Rick, faire le tour des tavernes et à la prévôté.

A plus tard,
Ta tendre épouse,
Kory qui t’aime plus que tout.

Elle déposa quelques gouttes d’essence de rose, un début à son pardon… Elle déposa la missive sur son oreiller, elle ne savait pas si il viendrait, mais au moins, elle l’en avait informé, là était l’essentiel. Un dernier baiser et la voilà qui referme la porte derrière elle et descend doucement les escaliers, Rick n’avait pas bougé, elle le regardait en souriant attrapant sa cape, la passant sur ses épaules, elle sortit de sa maison avec son frère, réfléchissant au plus logique.

Le registre des tavernes et auberges pour commencer. La maison des catins ensuite et on finit par la prévôté.

Le petit groupe partit donc voir les tavernes et auberges, vu l’heure matinale il n’y avait personne, ils avaient beau questionner, personne ne semblait avoir vu Tiadriel, et personne ne la connaissait visiblement, ils avaient beau la décrire, les soiffards et saoulards ne semblaient pas bien saisir, dépités, ils partirent donc en direction de la maison des catins, elle réfléchissait durant le trajet.

Bien donc si elle n’est pas dans une auberge, ni chez des amis… Il n’y a plus que… Votre ancienne maison ? Je ne sais pas si elle est habitée maintenant, ou alors une maison quelconque du village, le cadastre est en ruine, il est donc facile de s’introduire dans une maison…

Ce n’était pas évident et les traces étaient bien peu nombreuses… Korydwen se demandait bien… Même si… Pas évident tout ça…

Nous y voilà Rick ! Droit devant !
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une disparition inquiétante...

Message  feu Tiadriel le Dim 21 Juin - 18:04

Rick


Dans les rues de Montbrisson

Rick venait d'apprendre que son beau-frère se trouvait à l'étage, en train de dormir. Il espérait qu'il ne l'avait pas réveillé. Mais d'un autre côté, s'il se levait, ça ferait toujours une personne supplémentaire pour rechercher Tia. Kory s'était absentée un court instant et lorsqu'elle fut revenue, elle indiqua les lieux à visiter

Le registre des tavernes et auberges pour commencer. La maison des catins ensuite et on finit par la prévôté.

Va pour cet ordre des visites !

Malheureusement, ils eurent beau demander à tous les piliers de tavernes, mais aucun ne surent les aider. Pourtant, la description était au plus juste. Une femme châtain aux yeux d'un vert magnifique. Rick soupçonnait d'ailleurs les ivrognes d'être trop imbibés pour comprendre la question. Ils regardaient le frère et la sœur comme s'ils avaient vu un éléphant rose ou une hallucination quelconque. Les recherches en tavernes furent donc inutiles. Ils se dirigèrent donc en direction des voiles d'Aphrodite.

Bien donc si elle n’est pas dans une auberge, ni chez des amis… Il n’y a plus que… Votre ancienne maison ? Je ne sais pas si elle est habitée maintenant, ou alors une maison quelconque du village, le cadastre est en ruine, il est donc facile de s’introduire dans une maison…

Rick regarda sa sœur qui venait de suggérer un autre lieu. Ca pouvait se tenir comme suggestion. Aux dernières nouvelles qu'il avait pris, le 1 et 2 chemin du Vinois n'avaient pas trouvé de nouveau propriétaire. Le jeune homme acquiesça avant de dire

Tu as raison, Kory, peut-être est-elle dans notre ancienne maison. Mais vu qu'on lui tourne le dos, nous irons après le lieu de luxure.

Nous y voilà Rick ! Droit devant !

Rick souffla, arrivé devant la porte. Ce n’était pas vraiment un lieu de plaisir à ses yeux et c'est contraint et forcé qu'il poussa la lourde porte en bois.

[Les voiles d'Aphrodite ou l'Antre d'Asmodée]

A peine le jeune homme avait-il fait un pas dans l'entrée que deux jeunes demoiselles se précipitèrent sur lui.

Bienvenue aux Voiles d'Aphrodite !

Ici tous vos fantasmes seront assouvis !

Hum, je cherche une femme...

Ca tombe bien, tu es au bon endroit ! Fit la première des deux en voulant l'entraîner vers les étages.

Nous allons nous occuper de toi ! Rétorqua la seconde en commençant à le tripoter.

Cela en était trop pour le jeune diacre qui attrapa la main baladeuse de la femme.

Je crois que vous n'avez pas bien compris ! Je ne cherche pas n'importe quelle femme, je cherche ma femme !

Laisse tomber ta femme et oublies la le temps d'une journée !

Nous allons bien nous occuper de toi !

Nous allons te procurer du plaisir...

Rick commençait à perdre patience. Ces femmes avaient le don de l'agacer. Pour quelles raisons, le diacre sentait la moutarde lui montait au nez ? Etait-ce parce que les filles de joie étaient en petite tenue et qu'il se trouvait dans un lieu dédié à la luxure, alors qu'il se devait de la combattre, comme tous les péchés et comme tous les représentants d'Aristote. Ou alors était-ce par peur de revoir surgir ce passé qu'il tentait d'enfouir au plus profond de lui ? Ou alors c’était de voir des notables de Montbrisson surgirent d’ici ou là rajustant leurs vêtements et rougissant en le reconnaissant.

J'ai pas envie que vous vous occupiez de moi et même à deux, vous n'arriveriez pas à m'apporter du plaisir. Je suis désolé, mais seule mon épouse est capable de réaliser mes fantasmes et de m'apporter ce dont j'ai besoin. Même en le voulant, vous n'arriveriez pas à sa cheville.

Rick vit alors le regard des deux filles de joie changeait. Elles commencèrent à s'énerver et à crier à l'esclandre. C’est alors qu’une dame d’un certain âge et très imposante fit son apparition en haut des escaliers. Elle demanda qui faisait ce raffut. Le jeune homme s’approcha donc dans la lumière pour qu’elle le voye.

Bonjour Dame ! Je me nomme Rick et je suis diacre de l’Eglise aristotélicienne…

Le jeune homme avait à peine prononçait ses phrases qu’il sut qu’il avait capté son attention. Elle lui demanda d’attendre un instant, le temps qu’elle descende. Elle renvoya ses deux employées vers des clients plus intéressés par leurs charmes. Face à face, avec la tenancière de ce lieu, Rick lui expliqua qu’il recherchait son épouse et il demandait si elle ne l’avait pas vu. Elle secoua la tête, racontant que les personnes qui étaient là, venaient de leur plein gré. Elle n’avait pas besoin de forcer les demoiselles à venir ici. Quelque chose dans le regard de son vis-à-vis, indiqua au diacre, qu’elle était honnête et sincère de ce côté-là. Le jeune homme soupira. Une nouvelle porte venait de se refermer dans les recherches de la maréchale. C’était assez décourageant ! Il se retourna vers sa sœur

Bon, elle n’a jamais mis les pieds ici ! Continuons nos recherches ailleurs, Kory !
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une disparition inquiétante...

Message  feu Tiadriel le Dim 21 Juin - 18:05

Korydwen


Catin's Home.

Et bein voilà, ils étaient, rentrer ou non ? Mouais plutôt rester dehors, d'ici à ce que les dindes de l'intérieur ne l'entraîne pour faire d'elle leur nouvelle "collègue" de travail. Il est vrai qu'elle avait des formes plus qu'avantageuse et envieuse, mais ce n'était que pour son époux... Elle attendit donc, écoutant aux portes, ce n'était pas bien mais bon, il n'y avait pas d'enfants et fort heureusement. D'ailleurs, il fallait qu'elle fasse attention que ses enfants ne passent pas devant...

Après un long moment assise contre le mur de la maison, les jambes tendues, ses pieds tapant l'un contre l'autre, ses mains croisées derrière la tête chantonnant doucement. Rick finit par en ressortir, Korydwen sourit doucement, mais ne se releva pas de suite, elle l'écouta d'abord.


Ah pas les pieds ! Et les mains ?!

Un regard de travers ?! Peut-être, elle sourit doucement.

Rhoooooo ça vaaaaaaa ! J'arrête ! Les cabanes ?

Cabanes.

Elle se releva, heureusement qu'elle ne s'était pas endormie, parce qu'avec son sommeil de plomb, Rick aurait eu du mal à la réveiller, en même temps, ça aurait pu être drôle, tirer par les cheveux par terre peut-être ? Ah non, elle serait devenue chauve comme son frère ! Mais au moins ça serait restée dans la famille. Direction les cabanes, mais là encore chou blanc, Rick serait certainement triste de voir sa cabane comme ça, mais c'était à l'image du Montbrisson actuel.

Pas là tu vois ! Encore raté... Bon bein la prévoté...

Korydwen regarda son frère, mouarf, il n'avait pas de cheval, faudrait lui en filer un maintenant qu'il était maréchal... Avec Tia, le partage de cheval n'était pas envisageable et autant éviter des disputes futures. D'ailleurs une idée lui était venue en tête, mais elle n'avait pas osé la suggérer à son frère... C'était peut-être ça après tout, il est des périodes où les femmes sont chiantes, c'est le cas de le dire. Ils retournèrent donc vers la maison du bord du lac, il y avait Utopic le vieux cheval, Pégase, mouais, elle ne pouvait pas l'emprunter à Althiof et il y avait... Un cheval non baptisé encore, Matthis était à la recherche d'un nom, il l'avait bien baptisé Eléa... Tiens d'ailleurs cette histoire lui rappelait les courses royales, le Roy avait un cheval qui s'appelait Eléa, comment devait-elle le prendre ? Soit que le cheval avait un non de petite fille, soit sa fille avait un nom de cheval, ce qui risquait d'être cruellement embêtant.

Elle confia donc le cheval non baptisé à Rick.

Tiens je te prête le cheval de Matthis, il n'a pas encore de nom... Enfin il en a eu mais ce n'était vraiment pas raisonnable de les garder.

Sourire, elle mit les selles le dos des chevaux, les caressant doucement, elle aimait beaucoup les animaux, enfin surtout son cheval qui avait tout vu, c'était avec un pincement au coeur qu'elle le voyait vieillir, le mors dans la bouche des chevaux, les rênes en main, elle les glissa dans la main de son frère, s'occupant de son cheval, vérifiant les fers et tout le bazar.

T'es prêt ?

De toute façon qu'il le soit ou non, elle s'était élancée en direction de Clermont.

Clermont, Château.

Longue chevauchée rapide, peut-être trop rapide pour Rick, mais elle, elle, elle sait faire qu'un avec son cheval, la guerre, les jeux équestres et tant d'autres choses, les voilà au château... Sourire en coin, elle laissa son cheval aux palefreniers et monta les marches quatre à quatre et entra dans le château. Elle s'approcha d'un jeune page.

- Bonjour jeune garçon, peux-tu s'il te plait informer toutes les chambres du château que nous cherchons Tiadriel ?
- Bien ma dame, je le fais !
- Merci jeune homme ! Tiens pour toi !


Elle lui donna quelques écus et le laissa partir.

Bien l'aile de la prévoté.

Korydwen entraîna son frère vers le couloir, montra son superbe insigne de maréchale et douanière, la classe. Elle entra et stipula que Rick était son invité... Et là ! Tapant sur une table !

Bonjouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuur ! Pardonnez-moi de vous interrompre tous mais ! Oui il y a un mais ! Rick a égaré sa femme ! Est-ce que l'une ou l'un de vous aurait croisé Tia dans les bureaux ?!

Elle attendait doucement, elle espérait voir sa vassale et amie Beths et puis d'autres aussi et savoir surtout.
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une disparition inquiétante...

Message  feu Tiadriel le Dim 21 Juin - 18:08

Beths


[Château de Clermont, lieu de vie de la prévôté]

Une fourmilière en pleine activité : entre les douaniers qui venaient déposer leurs rapports de douanes dans les bureaux respectifs des différentes salles de garde, après avoir bien sur comptabilisés les personnes qui pouvaient avoir quitté la ville, et ceux qui venaient d’y entrer à peine les portes des villes ouvertes, entre les maréchaux qui venait déposer leurs rapports de gardes, qui venaient trouver leurs ordres d’assignation, ou bien tout simplement déposer un dossier de plainte, ou encore rechercher les dernières informations du prévôt … le cœur de la prévôté bougeait, et vivait constamment pour son plus grand plaisir.
Depuis son bureau d’adjointe où un certain nombre de dossiers se trouvaient, où régulièrement elle faisait point avec son prévôt quant aux états de la journée, Beths admirait cette instance à laquelle elle appartenait et pour lequel elle aimant tant œuvrer, au risque régulier de s’exprimer ouvertement, ce qui avait don de faire sourire certains, et en faire grimacer d’autres.
Dans ce calme tout relatif qu’elle appréciait tant au sein même de son unité, l’œil vigilent, un infime détail lui fit arrondir les yeux d’étonnement … diantre ! un intrus ! A la garde !
La jeune femme allait se mettre à s’exprimer lorsqu’une voix suzeraine se mit à retentir.
S’approchant alors immédiatement, à la fois de Kory, et de celui qu’elle reconnu parfaitement comme étant son ami, la jeune femme, adjointe au prévôt avant tout, ne put que prendre un ton particulièrement professionnel


Kory, nous ne sommes pas dans un salon de thé ici, on n’entre et ne sort pas d’ici comme dans un moulin ! D’ailleurs le garde qui vous a tous deux laissés passer va m’entendre. Je sais bien que Rick est une personne digne de confiance, mais en ces lieux, aucune personne ne peut entrer à moins qu’il ne soit de notre unité, ou bien Duc de notre Duché !

Beths savait que son ton était particulièrement dur, toutefois, elle ne plaisantait jamais en ce qui concernant la prévôté, jamais …

Voyant le regard hagard de Rick, néanmoins le cœur de la jeune femme se déchira. Elle savait pour avoir répondu la veille à la sollicitation angoissée de son ami, que son épouse avait disparue. Tiadriel … Beths était également particulièrement inquiète de cette absence anormale, ce n’était franchement pas dans les habitudes de Tia de disparaitre sans donner de nouvelles. Or de nouvelles … elle-même n’en avait point … Pressant ses lèvres de ses dents et regardant Rick qui aurait eu besoin de dormir quelque peu, et puis Kory


Donc … pas de nouvelles je suppose …

Nouveau mordillement de lèvres prouvant à la fois son inquiétude, à la fois la dualité qui arrivait en ses pensées : laisser un intrus chez eux, et laisser un ami dans l’embarras … Soudain … la solution

Rick, Kory, Tia n’est pas à la prévôté, ou alors cachée dans un recoin, en tout cas, elle ne s’est pas encore présentée. Je vais envoyer deux gardes faire le tour de toutes nos salles, tous nos couloirs et tous nos bureaux, Kory, tu peux les accompagner étant maréchale, toutefois Rick, je te l’interdis.

La jeune femme fit alors une superbe rotation du buste cherchant des yeux … soit d’autres aspirants, ou maréchaux, soit des gardes … ne trouvant personne, elle pratiqua sa technique habituelle, qui lui valait cette réputation

J’ai besoin de deux agents pour aider Kory à fouiller toute la prévôté. Tia a disparu ! Merci de votre aide !

Beths attendit que ses vœux … ordres … soient exhaussés, à savoir que deux personnes se présenta d’elles - même devant elle, sinon elle ne manquerait pas de désigner les volontaires.
Et en attendant, Beths reporta son attention sur Kory, mais surtout et avant tout … sur Rick


Et … Lorsque nous aurons retrouvé Tia, ce qui arrivera je le souhaite au plus tôt pour notre repos moral à tous, pour ton bonheur Rick et celui de tes enfants, et afin que nous cessions de nous inquiéter … Bref, dès que nous saurons comment va ton épouse Rick, tu me feras le plaisir de postuler à la prévôté. Et ce n’est point une invitation, mais un ordre de l’adjointe au prévôt. Tu as pénétré sans autorisation dans notre antre, tu as eu accès, même un court temps, à des lieux protégés par un serment, tu n’as plus le choix, tu seras aspirant maréchal ! Et saches … que j’en suis ravie, car je connais ton sérieux, et nous gagnons là une excellente recrue. Sommes-nous d’accord Rick ?

La jeune femme tendit alors la main vers son ami, ses yeux plongés dans les siens. Elle espérait qu’il accepterait, sans quoi elle savait qu’elle serait sans doute amener à mener une enquête à l’encontre de sa suzeraine et de son frère, ce dont elle n’avait franchement aucune envie
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une disparition inquiétante...

Message  feu Tiadriel le Dim 21 Juin - 18:09

Rick


{Dans les rues de Montbrisson}

Rick avait été assez étonné de ne pas voir sa soeur entrer dans la maison close. Serait-il possible qu’elle aussi ait des soucis avec ce type de lieu ? Toujours est-il qu’il était un peu, voir beaucoup, en colère de ne pas voir son enquête avancer. Et lorsqu’il sortit de ce lieu de débauche, il retrouva sa sœur chantonnant devant la porte. Elle avait de la chance que le village de Montbrisson fût désormais quasi-désert. En effet, dans tout autre village, un tant soit peu vivant, elle aurait pu passer, elle aussi, pour une employée d’Asmodée. Elle aurait pu ressembler à une racoleuse, avec son air totalement dégagé. Il ne put s’empêcher de sourire à cette idée, même si c’était loin d’être amusant. Mais cela était sûrement dû à la fatigue, puisqu’il n’avait pas dormi depuis près de quarante-huit heures. Un peu de nervosité le faisait aussi réagir ainsi. S’il pouvait avoir un semblant de piste, cela serait tellement agréable. A ce moment-là, il aurait presque voulu voir apparaître l’inspecteur Gadget pour qu’il retrouve son épouse, ou alors la sorcière est sa boule de cristal. A ce moment-là de sa réflexion, il ne put retenir un soupir. Elles lui manquaient tant, ses deux meilleures amies et son épouse. Un nouveau regard vers Aristote pour qu’il les guide vers la jeune femme. Kory qui choisissait en plus ce moment pour faire dans l’humour. Le jeune diacre avait envie de plein de choses sauf de rire, en ce moment. Sa sœur écopa d’un regard de travers. Pourtant au fond de lui, il savait qu’elle tentait juste de détendre l’atmosphère, mais il n’avait pas le cœur à cela.

La nouvelle direction fut de se rendre dans leurs anciennes maisons. C’est donc en direction du chemin du Vinois que le frère et la sœur se dirigèrent. Arrivés juste devant leur ancienne maison, Rick eut un pincement au cœur. Il ne savait pas à ce moment s’il aurait préféré qu’elle fût reprise. La voir dans cet état lui brisa le cœur. Un volet s’était ouvert, mal accroché et battait désormais aux quatre vents. Un des carreaux était brisé et à un moment, le jeune homme avait espéré que Tia soit à l’origine de cet incident. Peut-être était-elle réfugiée à l’intérieur. Mais la poussière et les feuilles mortes sur les paliers indiquaient qu’il n’y avait pas eu de passage depuis des lustres, dans l’une comme dans l’autre des cabanes. Nouveau soupir de la part du jeune homme et regard en direction de sa sœur.


Pas là tu vois ! Encore raté... Bon bein la prévôté...

Oui… encore raté… J’espère que nous aurons plus de chance à la prévôté.

Rick espérait vraiment que sa femme aurait donné un signe de vie là-bas. Par contre, il y avait un problème de taille pour se rendre là-bas. Altaïr, le cheval d’Aigue était vraiment épuisé. Le jeune homme n’avait pas épargné le pauvre étalon. Il avait fait les quarante lieues séparant Montbrisson et Montpensier en une seule traite. Rick ne pouvait donc pas compter sur lui, sans risquer de le tuer de fatigue. Heureusement que sa sœur avait pensé à tout.

Tiens je te prête le cheval de Matthis, il n'a pas encore de nom...

Rick ne fit pas attention à la fin de la phrase de Kory. Sinon, il aurait sûrement demandé ce que c’était ce nom que l’animal n’avait pas pu garder. Il laissa sa sœur s’occuper de toutes les préparations pour l’animal, puis elle lui demanda si tout était bon pour lui. Et avant qu’il ne puisse répondre, la jeune baronne était déjà partie en direction de Clermont.

{Clermont et la Prévôté}

Il n’avait pas eu de mal à rattraper Kory en marche, car il avait pratiqué très jeune l’équitation, comme tout enfant de noble espagnol. Certes, pendant de longues années, il n’en avait pas fait, de par sa condition de gueux exilé. Mais il retrouvé vite ses habitudes. Une fois arrivés dans la cour du château, la maréchale avait trouvé un page pour lui demander un service. Puis, ils se dirigèrent en direction de l’aile de la prévôté. Le jeune homme n’avait jamais mis les pieds dans cette zone du château. Il savait qu’elle se trouvait dans le coin lorsque Kory et Tia en parlaient mais il n’aurait jamais pu s’y rendre seul. C’était un vrai labyrinthe.

Bonjouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuur ! Pardonnez-moi de vous interrompre tous mais ! Oui il y a un mais ! Rick a égaré sa femme ! Est-ce que l'une ou l'un de vous aurait croisé Tia dans les bureaux ?!

Kory se la jouait désormais à la Beths, en criant à qui voulait l’entendre, ce qu’elle était venu faire avec son invité. D’un côté, Rick se sentait un peu mal à l’aise d’être dévisagé ainsi par des personnes qu’il connaissait plus ou moins bien selon les personnes. D’un autre côté, il se disait que peut-être que l’un ou l’autre aurait eu des nouvelles de Tia. Il attendait donc anxieux la réponse de l’un ou de l’autre. Beths fut la première à se présenter devant eux. Mais quelque chose dans le regard de son amie, lui disait que ce n’était pas la Beths amicale qui se tenait devant eux, mais plutôt, l’adjointe au Prévôt. Avait-il fait quelque chose de mal ? Aurait-il dû attendre dehors comme Kory l’avait fait un peu plus tôt, devant la maison close ?

Kory, nous ne sommes pas dans un salon de thé ici, on n’entre et ne sort pas d’ici comme dans un moulin ! D’ailleurs le garde qui vous a tous deux laissés passer va m’entendre. Je sais bien que Rick est une personne digne de confiance, mais en ces lieux, aucune personne ne peut entrer à moins qu’il ne soit de notre unité, ou bien Duc de notre Duché !

Le jeune homme se demandait comment sa sœur allait réagir. Il savait que le ton dur employé par sa vassale et supérieur à la maréchaussée ne serait pas du goût de Kory. Mais avait-elle vraiment le droit de répondre à une phrase comme celle-ci ? D’un autre côté, le jeune homme savait qu’elle n’était pas femme à se laisser monter sur les pieds et savait parfois faire fi des convenances. Et là, la situation était exceptionnelle. D’ailleurs, la duchesse de Billy avait dû s’en apercevoir car elle prit un air plus contrit.

Rick, Kory, Tia n’est pas à la prévôté, ou alors cachée dans un recoin, en tout cas, elle ne s’est pas encore présentée. Je vais envoyer deux gardes faire le tour de toutes nos salles, tous nos couloirs et tous nos bureaux, Kory, tu peux les accompagner étant maréchale, toutefois Rick, je te l’interdis

Rick regarda sa sœur puis Beths. Il n’appréciait pas du tout de rester là dans un coin et de ne pas pouvoir assister aux recherches. Bien entendu, il comprenait que la dame de Gondole veille à la sécurité du lieu de sécurité du duché. Mais cela l’énervait au plus haut point. Beths donnait des ordres pour que Kory soit accompagnée par plusieurs agents. Puis, en attendant que cela soit exécuté, elle se retourna vers lui.

Et … Lorsque nous aurons retrouvé Tia, ce qui arrivera je le souhaite au plus tôt pour notre repos moral à tous, pour ton bonheur Rick et celui de tes enfants, et afin que nous cessions de nous inquiéter … Bref, dès que nous saurons comment va ton épouse Rick, tu me feras le plaisir de postuler à la prévôté.

Le jeune homme regarda la duchesse d’un air plus que surpris. Il avait été à plusieurs reprises sollicité par Hermanicus ou Arres à Montpensier. Mais, il avait toujours décliné l’offre. Il en avait parlé avec Tia, et ils avaient convenu qu’il n’était peut-être pas la personne idéale pour ce poste. Pourtant le jeune homme voulait aider son épouse et la décharger de ses tâches trop lourdes. Mais d’un autre côté, il savait que ce n’était pas une chose à faire car son épouse pourrait penser que c’était pour la couver un peu plus. Il allait donc décliner son invitation lorsqu’elle reprit

Et ce n’est point une invitation, mais un ordre de l’adjointe au prévôt. Tu as pénétré sans autorisation dans notre antre, tu as eu accès, même un court temps, à des lieux protégés par un serment, tu n’as plus le choix, tu seras aspirant maréchal ! Et saches … que j’en suis ravie, car je connais ton sérieux, et nous gagnons là une excellente recrue. Sommes-nous d’accord Rick ?

Que pouvait-il répondre à cela ? D’un côté, il n’avait pas été prévenu par Kory qu’il entrait dans la gueule du loup et que du coup, il allait se retrouver avec une injonction à rejoindre les rangs de la maréchaussée. Comment allait-il pouvoir s’en sortir ? Comment Tia allait-elle réagir ? Il fallait trouver une excuse rapidement car Beths lui tendait la main pour signer un accord, tout en le regardant dans les yeux.

Beths, on en reparlera quand on aura trouvé Tia, d’accord. Je ferais volontiers des gardes pour vous aider pas de soucis. Pour le reste faut qu’on en parle vraiment. Tu sais, j’ai pas le cœur à prendre une telle décision en ce moment.

Il lui serra néanmoins la main en la remerciant de son aide pour rechercher Tia.

Mais tu ne sais pas si elle a laissé une instruction quelque part. Toi qui dois avoir accès partout, elle a peut-être laissé un mot. Il me semblait qu’elle devait toujours avertir du lieu où elle se trouvait, en cas de pépins ? Non ?

Un regard en direction de Kory, espérant qu’elle viendrait à son secours. Il ne voulait pas se faire avoir comme ça, sans avoir pris le soin d’y réfléchir. En plus, avec le manque de sommeil, on aurait pu lui faire signer n’importe quoi, aujourd’hui, pourvu qu’on lui promette en échange, un retour rapide de son épouse.
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une disparition inquiétante...

Message  feu Tiadriel le Dim 21 Juin - 18:15

Korydwen


Prévôté, the end ?

Quel accueil, mais bon, elle savait Beths procédurière et accros à la justice et au codex, d’ailleurs, elle espérait bien qu’elle ne l’avait pas à proximité sous peine de se le manger, mais contente de son petit effet, elle gardait le sourire, ses doigts s’agitant signe de nervosité chez elle, mais elle avait une promesse. Elle regarda sa vassale qui avait dit le mot de trop, certes, Rick n’était pas de la maréchaussée, mais franchement, il avait posé un pied à la prévôté, un seul et tant pis, mais connaissant le problème de Rick, Kory s’énervait facilement, mais il fallait qu’elle se calme bien rapidement… Comment serait-elle, elle si elle avait perdu Marty ? Et qu’elle s’introduisait quelque part et qu’on l’accueillait comme ça, alors qu’elle était morte de trouille ? Korydwen secoua la tête, c’était Beths et tout son attachement à la prévôté… Seulement… Seulement, elle aurait mieux fait de ne pas dire un certain groupe de mot…

« Pas un salon de thé ! Pas un salon de thé ! Pas un salon de thé ! Pas un salon de thé ! » Et la voilà projetée plusieurs mois en arrière avec un accueil plus que glaciale à la COBA, quand elle remplaçait Jariane après sa crise de folie qui l’avait tué. Elle regarda Beths, secouant la tête, elle avait appuyé là où cela faisait mal mais involontairement. Vexée comme un pou, d’une humeur qu’elle devait maîtriser, parce que ce n’était pas volontaire, là était tout le problème, elle tenta de se battre contre ses mauvais souvenirs que Beths avait réussi à réveiller avec une seule phrase, elle regarda Rick, ils avaient été franchement mieux accueilli quand ils étaient allés voir Thibantik dans son bureau et là, elle regrettait amèrement d’avoir pensé à la prévôté… Franchement… Où avait-elle la tête ? Elle avait encore foncé, c’était de sa faute, elle n’avait qu’à s’en prendre à elle-même, Mais Beths ne faisait que son travail… Elle voulait les aider, juste les aider… Elle n’en doutait pas une seconde, mais bon, c’était du grand Kory ça, Kory et les émotions, ca pouvait être beau, comme moche.


Soit… Bien… Très bien…

Regardant autour d’elle, histoire de se calmer avant de prendre la parole, il valait mieux, il était toujours douloureux de lui parler de son passage furtif à la COBA où elle en avait pris plein la gueule. Tapotant doucement sur son bras, respirant, réfléchissant.

Bon… Bien… Cheffe.

Sans pouvoir dire quoi que cela soit, Beths demanda à deux personnes de chercher, lui proposant même d’y aller… Mais elle refusa, tout simplement parce qu’elle préférait rester avec Rick et ne pas fuir en allant ailleurs dans la prévosté…

C’est gentil ! Mais non ! Non je ne les accompagnerai pas… D’ailleurs tu peux déjà m’assigner à résidence pour avoir fait pénétrer Rick à la prévôté, je ne partirai pas. Tu peux également monter un dossier pour non respect de serment également… Parce que sincèrement, tout cela je m’en fiche pour le moment. Tout ce que j’essaye de faire, c’est d’aider mon frère à retrouver son épouse… Il est un temps où les serments et autres s’effacent pour laisser la place à d’autre… Et un serment à mon frère sera toujours plus fort qu’un serment à la maréchaussée… Tu peux crier, je m’en fiche, me gifler, j’m’en tape aussi, t’exprimer dans mes oreilles… Franchement, je ne bougerai pas. Je connais ta droiture et ton goût pour la justice. Et te remercie également pour l’aide que tu vas apporter à mon frère, espérant que cela soit concluant.

Elle tendit ses mains devant elle, si elle voulait l’attraper elle se rendait, fière de ce qu’elle avait fait pour son frère, fière de l’avoir aidé jusqu’au bout, de ne pas avoir failli, d’avoir laissé de côté son travail, d’avoir écouté son cœur plutôt que sa tête… Elle attendait une réaction, elle attendait de voir, la prison ne lui faisait pas peur, tout comme la pendaison non plus, elle donnerait sa vie pour sa famille. Beths venait d’ordonner quelque chose à Rick, elle tourna son regard vers lui, lui souriant.

Rick, si tu refuses, ce n’est pas grave. Qu’on me mette un procès aux fesses, je ne regretterai rien de ce que j’ai fait pour toi.

Rick accepterait-il la proposition de Beths. Elle voulait faire fuir chez lui, les remords, elle avait agit en connaissance de cause.

Si il n’accepte pas, je te serai déjà livrée c’est déjà pas mal.

Elle détacha ses insignes de maréchale et douanière et les lui tendit.

Voilà, je te les rends même !

Un pincement au cœur, mais la famille avant le travail, sa famille avant le duché, elle s’en foutait du reste, le bonheur de son frère étant plus important qu’un insigne. Regardant Beths et Rick, ayant retrouvée son calme, elle attendait tranquillement… La suite des évènements. Un aplomb important, elle tenait tête pour la première fois à un supérieur, mais elle s’en fichait profondément, ce n’était pas contre Beths, c’était contre l’autorité qu’elle incarnait, cette autorité qui ce jour… Serait peut-être rompue à jamais… Mouarf, elle n’avait pas encore pensé à Althiof, mais là, elle s’était encore fichue dans une sacré position, ça allait encore être sa feste, elle les cherchait sérieusement. Souriante néanmoins, elle arrangerait ça, enfin sauf si quelqu’un allait moucharder avant qu’elle ne puisse dire quelque chose… Les yeux de Beths dans ceux de son frère, elle attendait… Beths l’aiderait, elle n’en doutait pas, jamais, elle n’en avait douté d’ailleurs.

Rick ne déclina pas l’offre, mais elle voyait bien qu’il n’était pas apte à réfléchir, elle savait bien qu’il n’avait pas dormi, elle le regardait lui souriant, posant une main sur son épaule. Le secouant doucement pour ne pas qu’il se laisse aller à la mélancolie.

T’en fais pas, si tu veux pas, j’assumerai, comme je l’ai toujours fait, j’ai pas peur, t’en fais pas. J’ai pas peur des cachots et ni des rats… Et pis bein, si c’est ça bein ça valait le coup franchement. Jamais te laisser tomber.

Elle regarda Beths, visiblement, les deux personnes revinrent bredouilles. Haussant les épaules, attendant de voir sa réaction, d’ailleurs, elle s’en fichait, tant qu’elle aidait son frère qui dépérissait à vu d’œil. Elle voyait bien.

Elle est pas là on dirait… A part les gardes, Rick… A Cournon, peut-être ont-ils eu du courrier tes enfants y sont. Enfin si j’ai le droit de m’y rendre bien sur…

Secouant la tête et essayant de réfléchir, cherchant toujours des similitudes avec Aliénor, réfléchissant au passé, mais sans sommeil, c’était bien difficile et un affreux mal de tête commençait à pointer le bout de son nez. Se tenant la tête, elle les regardait.

Tu n’aurais pas un portrait de Tia ? Qu’on le reproduise et fasse un avis de recherche. Si y a besoin de sous, j’ai quelques économies que je suis prête à te donner pour ton avis de recherche.

C’était un début, mais c’était bien peu, dans tous les cas, les quelques écus qu’elle avait tiré des exploitations de Mirefleurs, elle les mettait à sa disposition.
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une disparition inquiétante...

Message  feu Tiadriel le Dim 21 Juin - 18:16

[Montbrison, 29 mai 1457]

La souffrance... Elle touchait tout le monde à sa manière. Parfois plus durement certains que d'autres. Mais elle avait eu sa dose... Elle aussi. Elle aurait le temps de réfléchir aux paroles de son adversaire. Oui, elle en aurait tout le loisir. Surtout quand elle aurait pris un peu de repos.

- "Soit !
Monte à cheval on décampe !
Même si Montbrisson est encore endormi, soyons discrets."


Elle obtempéra et remonta sur Kurokuro, lui laissant les rênes. Il savait où aller, ce qui n'était pas son cas. Elle lui faisait totalement confiance pour la mener dans un endroit sûr et à l'abri des regards indiscrets. Ils marchèrent lentement, évitant les coins les plus fréquentés et les sorties de tavernes matinales.
Ils finirent par arriver devant une bicoque ne payant pas de mine. C'était parfait comme endroit et vide ! Un peu à l'écart de la ville, elle pourrait sortir sans être vue à la tombée de la nuit, histoire de prendre un peu l'air, tout en restant discrète. Si elle se faisait repérer avant sa semaine de garde, elle aurait alors marchandé avec son ravisseur pour rien !

Elle descendit de cheval et entra. Elle jeta un regard circulaire à la pièce s'offrant à elle. Le confort était sommaire mais ça ne la gênait pas du tout. Elle avait connu bien pire. Là, elle serait au chaud et au sec. Son regard fut attiré par le lit. Elle s'y serait bien couchée toute habillée, mais il lui fallait manger quelque chose avant.
Il s'occupa de tout et elle le regarda faire, reconnaissante. Elle profita de ce qu'il était occupé à allumer un feu pour déposer son baluchon sur le lit. Elle n'avait emporté que le strict minimum. Un rechange et de quoi être présentable pour prendre sa garde le 8. Ça lui laissait plus d'une semaine pour souffler.

Il sortit avec un morceau de charbon après avoir mis le repas à cuire. Elle se demandait bien ce qu'il comptait faire avec. Elle profita toutefois de son absence pour remplir une cuvette avec le seau d'eau qui se trouvait dans la pièce. Elle se lava les mains et le visage. Rafraîchie, elle se sentit un peu mieux. Elle se changea, passa une robe toute simple et troqua ses bottes pour des chausses.
Elle prit alors un parchemin, une plume et de l'encre. Bien qu'elle voulait rester discrète, elle voulait écrire à ses enfants. Mathilde leur lirait sûrement sa missive dès qu'elle arriverait à Cournon.


Mes amours,

Je suis bien arrivée à Montbrison.
J'aurais préféré vous prendre avec moi, mais je suis sûre que vous vous amusez bien avec vos cousins.
Je reviens vous chercher dès que j'aurai fini mon travail pour la maréchaussée de Montbrison.
Soyez sages et écoutez bien Mathilde.

Je vous aime,
Maman.

Elle finissait de cacheter sa lettre quand il revint. Il déposa une clé sur la table. Elle le regarda un peu surprise, ne s'attendant pas à cela.

- "C'est chez toi, le temps que tu resteras ici !"

Merci beaucoup ! Pour tout ! Tu es un véritable ami !

Il abaissa sa capuche et elle sourit à son tour. Elle savait bien qui se cachait dessous. Elle l'avait reconnu. Elle s'approcha et le serra fort dans ses bras, les larmes aux yeux, avant de le relâcher.
Elle était consciente qu'elle encourait les foudres de son époux, qu'elle franchissait toutes les limites en agissant ainsi, mais elle en avait besoin. Ce n'était pas son comportement habituel, mais la situation était loin de l'être. Elle espérait juste qu'il comprendrait son geste, que sur le moment, elle avait pris la solution qui s'offrait à elle, sans plus se poser de question.


- "Tiens le temps que cela cuise !
Que crois-tu que ton époux fera ?
Je crains que j'y laisserai la peau !"


Elle réfléchit à la question. Elle ne savait vraiment pas quelle serait la réaction de Rick. Ça dépendrait sûrement de son état à ce moment là. Mais...

Ce qu'il fera ? Je ne sais pas trop...
Il sera sûrement inquiet quand il rentrera à la maison après sa retraite. Il remuera peut-être tout le Duché pour moi. Mais j'assumerai ma part de responsabilité là-dedans.
Et... Je ne le laisserai pas toucher à un seul de tes cheveux ! Alors ne fais rien d'irréfléchi, s'il te plaît ! Promets-le moi !


Il pouvait se passer tellement de choses... Un mot ou un geste de trop et... Elle avait fermé les doigts sur le papier, un peu trop, la mâchoire serrée. Quand elle s'en rendit compte, elle ouvrit doucement la main, regardant la missive froissée. Elle tenta de la remettre d'aplomb avant de la lui tendre.

Tu veux bien faire parvenir ce parchemin à Cournon pour moi s'il te plaît ? C'est pour mes enfants. Je leur dis juste que je vais bien et que je viendrai les chercher quand j'aurai terminé ma garde ici.
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une disparition inquiétante...

Message  feu Tiadriel le Dim 21 Juin - 18:17

Lombre




[Montbrisson, 29 mai 1457]

L'ombre n'en était plus une et la personne qui s'était dévoilée était bien connue de Tiadriel.
Elle avait toujours su que c'était cette personne là et pas une autre. L'ombre s'occupait de faire le repas, mais d'abord elle s'était assise pour discuter un peu avec Tiadriel.


Merci beaucoup ! Pour tout ! Tu es un véritable ami !

- "C'est ce qu'aurait fait tout ami censé...
Un grain de folie pour trois de courage.
Un ami est toujours là pour ses amis...
De rien ! Un vrai plaisir !"


Elle continua à parler alors que l'ombre cherchait des assiettes en bois dans un placard.
Avec beaucoup de chance, elle tomba sur deux assiettes en bois, des cuillères en bois, mais pas de couteau.
Qu'à cela ne tienne !
Elle posa son pied droit sur la table, releva ses braies et détacha le fin couteau toujours attaché là.
Tout en mettant la table, elle écoutait Tiadriel.


Ce qu'il fera ? Je ne sais pas trop...
Il sera sûrement inquiet quand il rentrera à la maison après sa retraite. Il remuera peut-être tout le Duché pour moi. Mais j'assumerai ma part de responsabilité là-dedans.
Et... Je ne le laisserai pas toucher à un seul de tes cheveux ! Alors ne fais rien d'irréfléchi, s'il te plaît ! Promets-le moi !


- "Il réfléchira peut-être. Inquiet bein je l'espère bien !
Pas que j'ai fait ça pour rien non plus ! C'est pas le but !
Comme j'assumerai la mienne, comme je l'ai toujours fait !
Rien d'irréfléchi ? Comme si c'était mon genre !"


L'ombre éclata de rire en regardant Tiadriel, les deux savaient bien que parfois, il fallait venir secourir l'ombre qui se mettait dans certaines situations.

- "Bien bien trêve de plaisanterie !
Je pensais la veille du début de tes gardes donc le 7 juin si je ne m'abuse...
T'emmener au lac et envoyer un hum... Une sorte de rançon à ton époux.
Pas des sous ! Mais quelque chose que seul lui sera capable de te donner !
Es-tu d'accord ?
Genre sur une barque au milieu du lac !"


Et tout en disant cela l'ombre s'était levée, elle avait coupé des petits morceaux de viandes, remplis les assiettes de ce mélange qui avait l'air appétissant.
Tendant son assiette à Tiadriel avec une cuillère, posant la sienne devant elle.


- "Bon appétit !
Je t'apporterai tout à l'heure des réserves de nourriture !
Pour l'eau, y a un puits derrière la maison !
J'essayerai de venir te tenir compagnie le plus possible la nuit !
Mais tu dois profiter de ton repos."


Tiadriel lui tendit un pli qu'elle avait broyé en lui demandant de ne pas faire de folie.
L'ombre l'attrapa et regarda Tiadriel.


- "Cela sera transmis, ne t'en fais pas !
Comment je ne sais pas encore !
Mais ça le sera !"


L'ombre prit le parchemin et le rangea avec précaution dans sa poche.
Elle commença à manger à manger, tenant un peu compagnie à Tiadriel.
Bientôt l'Ombre devrait partir pour s'occuper de sa petite vie, pas si tranquille que ça.
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une disparition inquiétante...

Message  Rick le Lun 29 Juin - 0:04

Tiadriel a écrit:[Montbrison, 29 mai 1457]

Tiadriel discutait avec son ami, le regardant s'activer à préparer le repas et mettre la table. Elle devait être dans un état second ou la fatigue avait complètement annihilé son sens pratique car elle en oublia de proposer son aide...

- "C'est ce qu'aurait fait tout ami censé...
Un grain de folie pour trois de courage.
Un ami est toujours là pour ses amis...
De rien ! Un vrai plaisir !"


Un grain de folie pour trois de courage... Elle aimait bien cette image. Elle sourit. C'était agréable de se laisser prendre en charge sans se sentir materné.
Il finit par dénicher des assiettes et des cuillères en bois. Il était vraiment très débrouillard.


- "Il réfléchira peut-être. Inquiet bein je l'espère bien !
Pas que j'ai fait ça pour rien non plus ! C'est pas le but !
Comme j'assumerai la mienne, comme je l'ai toujours fait !
Rien d'irréfléchi ? Comme si c'était mon genre !"


Elle le regarda la regarder et éclata de rire à son tour. Tellement de souvenirs lui revinrent en mémoire... Que des souvenirs très réfléchis, enfin presque ! Et dans ces cas là, la situation se retrouvait inversée.
Il recouvra son sang-froid et à son ton, elle sut qu'il était temps de redevenir sérieuse. Elle se calma et écouta attentivement la suite.


- "Bien bien trêve de plaisanterie !
Je pensais la veille du début de tes gardes donc le 7 juin si je ne m'abuse...
T'emmener au lac et envoyer un hum... Une sorte de rançon à ton époux.
Pas des sous ! Mais quelque chose que seul lui sera capable de te donner !
Es-tu d'accord ?
Genre sur une barque au milieu du lac !"


Oui, c'est bien ça, le 7.
Oh... Une sorte de rançon ? Hum... Oui, pourquoi pas ?!
Comme ça, s'il se montre insupportable, je pourrai toujours le jeter à l'eau pour qu'il retrouve ses esprits !


Elle sourit. Elle appréciait ces échanges. Elle se sentait bien. Malgré le soucis qu'elle poserait à son époux quand il rentrerait de retraite, malgré le fait que ses enfants lui manquaient, elle respirait déjà mieux.
Elle prit l'assiette tendue et le remercia. Ça sentait terriblement bon ! Elle en salivait à l'avance.


- "Bon appétit !
Je t'apporterai tout à l'heure des réserves de nourriture !
Pour l'eau, y a un puits derrière la maison !
J'essayerai de venir te tenir compagnie le plus possible la nuit !
Mais tu dois profiter de ton repos."


Bon appétit et merci pour ce repas ! Ça m'a l'air délicieux !
D'accord, comme ça je n'aurai pas à sortir pour acheter de quoi me nourrir.
Un puits derrière, je vois que tu avais bien préparé ton coup ! Je te tire mon chapeau.
Oui, j'en profiterai, mais toi, ne te fatigues pas trop à venir me visiter ! Même si je prendrai grand plaisir en ta compagnie.


Elle le regarda prendre sa missive à triste allure. Elle ne ressemblait plus trop à rien après le traitement qu'elle lui avait fait subir. Tant pis ! L'important, c'était ce qu'il y était inscrit.

- "Cela sera transmis, ne t'en fais pas !
Comment je ne sais pas encore !
Mais ça le sera !"


Merci beaucoup ! Les enfants seront contents d'avoir des nouvelles. Même si ça ne fait que deux jours que je les ai déposé à Cournon.

Elle attaqua son plat à la suite de son ami. C'était vraiment un vrai cordon-bleu. Le goût était à la hauteur du fumet. Elle ne put s'empêcher de lui faire moults compliments sur sa cuisine. Elle n'en laissa pas une miette dans son assiette quand elle eut fini. Elle était repue, la peau du ventre bien tendue.

Je t'offre une tisane avant que tu ne me quittes ?

Et avant d'obtenir une réponse, elle s'était déjà levée pour remettre de l'eau à chauffer. Elle se mit en quête de timbales pour servir l'eau et après quelques minutes, elle finit par en dénicher deux. Elle sourit et les rinça. Ça devait faire un moment que personne ne les avait utilisées.

Quand l'eau fut à bonne température, elle la versa dans les tasses, puis alla prendre les herbes et fleurs dans sa besace. Elle jeta un mélange dans chaque tasse, puis revint s'asseoir et posa une infusion devant son ami, soufflant sur la sienne distraitement.

Beths a écrit:[Cœur de la prévôté, much ado about nothing ?]

Prenez tout d’abord un contexte
L’histoire se déroule à Clermont, charmante bourgade du Bourbonnais Auvergne où les personnages reflètent un héritage nettement populaire proche du vaudeville auvergnat : têtus et gueulards à souhait. L’action a lieu principalement au cœur de cet organe étrange qu’est la prévôté ….

Ajoutez ensuite un soupçon d’influences
Influences baroques, influences trépidantes, influence de narrations, de sources, d’ouvrages, d’œuvres … aussi littérairement connus que désopilantes à souhait : ‘La Mère Michèle et son Chat’, ‘z’avez pas vu Mirza ?’ ‘Les Gendarmes à Saint Tropez’, sans oubliez le fameux ‘Train sifflera trois fois’, vous n’y voyez aucun rapport ? C’est normal.

Résumé de l’épisode précédent
Alors que la râleuse/exprimeuse/douce (rayez la mention inutile) Beths démontrait une nouvelle fois ses talents vocaux auprès de sa suzeraine et de Rick, alors qu’une nouvelle fois, la dévotion à son serment / Codex / prévôté arrivait à la limite du tolérable, Kory dévoila sa nature parfois … spontanée et tout aussi efficace que celle de sa vassale ! Ayez une pitié pour le pauvre homme perdu au milieu de furies. Quel suspense, que va-t-il se passer ? Et comme tout bon épisode … vous avez eu un délai certain avant de savoir la suite (ahem Embarassed )



Un sorte de flottement avait suivi sa déclaration, déclamation qui, elle s’en doutait, n’avait du plaire ni à Kory ni à Rick, mais qu’importait. La droiture avait toujours été son leitmotiv, enfin depuis qu’elle avait prêté serment. Une fois, une unique fois, elle avait sciemment failli à ses vœux, n’acceptant pas l’idiotie de l’ordre, ce qui lui avait apporté trouble, malaise, mal être. Sa vie c’était la prévôté, et elle ne pouvait en démordre, et sa suzeraine, plus qu’une autre, le savait bien.
Bien évidemment Tia passait avant beaucoup de chose, mais comment lui demander de fermer totalement les yeux ? Bien sur qu’elle ferait tout pour que Tia soit trouvée, démonter le château même s’il le fallait, mais laisser un non membre de la prévôté pénétrer en son sein … La seule solution valable qu’elle avait trouvée était de nommer Rick aspirant maréchal. Et puis, il pourrait ainsi passer plus de temps avec son épouse, ils pourraient partager une autre passion ?

Mais nan apparemment, elle avait mal fait si elle en croyait la nervosité apparente de Kory, le martèlement de ses doigts, le regard ahuri de Rick aussi.
Et ce qui devait arriver arriva, Kory laissa libre court à son agacement.

Pendant qu’elle parlait et comprenant que cela risquait d’être long, Beths fit un signe du menton aux deux personnes qui avaient accourus suite à sa demande. Les deux maréchaux comprirent aussitôt leur tache, fouiller et enquêter, sommes toute leur quotidien, mais d’habitude, ils ne recherchaient pas un membre de la maréchaussée …

Reportant ensuite son regard sur Kory, elle se tut et prit un air sévère, plissant la bouche d’énervement elle aussi. Croisant ses bras, Beths attendit la fin de la tirade avant de pouvoir en placer une.


Tu peux crier, je m’en fiche, me gifler, j’m’en tape aussi, t’exprimer dans mes oreilles…

Et Kory tendait les mains attendant qu’elle les noua, et puis se tourna vers son frère lui précisant de refuser, et finalement ses mains se reporta sur sa tunique, décrochant les insignes qu’elle lui tendit.
Beths alors monta une main sur son front massant une tempe, et surtout, surtout s’empêchant un geste qu’elle regretterait ensuite celui de frapper la main de sa suzeraine afin de faire voler lesdits insignes, lui prouvant la futilité de ses propos.
Se retenant à temps, massant ses tempes, les yeux fermés, elle les rouvrit brusquement


Tu as fini tes idioties là ? C’est bon je peux parler ? Parce que tu n’acceptes pas ma position, parce que tu es en tord, hop tu me jettes tes insignes à la tête ? Au sens figuré j’entends. Est-ce qu’à la moindre difficulté tu baisses les bras Kory ? Tu n’es pas ainsi je le sais, tu es courageuse et forte, mais la présentement, tu es aussi têtue que ta fille !!!

Tia est ta belle sœur, pour moi elle n’est ‘qu’une’ collègue et amie, n’est ce pas ?! Mais que crois-tu ? Que je ne m’inquiète pas ? Que je ne me ronge pas les sangs ?


Et pour preuve, la jeune Duchesse lui mit sous les yeux son pouce maltraité qu’elle mordait à sang à chaque fois qu’elle avait un souci à régler.
Et puis l’adjointe au prévôt se calma


Démissionner ne résolvera pas le problème Kory, ni celui de retrouver Tia, ni celui d’avoir fait pénétrer ici même Rick. Ensuite monter un dossier contre toi, il en est hors de question franchement, je pense que nous avons d’autres choses plus importantes à régler, comme notamment réussir à trouver des témoignages contre un certains nombres de brigands qui rodent sur nos routes. Car malheureusement, et tu le sais, ce ne sont pas les occupations qui manquent … et intégrer Rick à nos équipes n’est pas une mauvaise chose. Et d’une ainsi ce qu’il aura vu ici sera protéger par un serment, et deux nous gagnons une personne compétente.

Rick sentant qu’il était temps d’intervenir pour éviter à ces deux caractérielles de service d’en venir aux mains … un combat de boue aurait très certainement amusés leurs collègues masculins, mais aurait irrémédiablement taché leurs tenues, chose impensable.

Beths, on en reparlera quand on aura trouvé Tia, d’accord. Je ferais volontiers des gardes pour vous aider pas de soucis. Pour le reste faut qu’on en parle vraiment. Tu sais, j’ai pas le cœur à prendre une telle décision en ce moment.

Hochement affirmatif de l’adjointe au prévôt

Oui, on en reparlera plus tard

Mais Kory n’en avait apparemment pas tout à fait fini. Quelle obstinée celle là ! Hum … et bien la prochaine fois que Marty lui susurrerait qu’elle était hum .. entêtée, elle pourrait sans mentir lui préciser que sa suzeraine était pire !

T’en fais pas, si tu veux pas, j’assumerai, comme je l’ai toujours fait, j’ai pas peur, t’en fais pas. J’ai pas peur des cachots et ni des rats… Et pis bein, si c’est ça bein ça valait le coup franchement. Jamais te laisser tomber.


grrrrrrrrrrrrr ! Mais t’ai-je demandé de laisser tomber ton frère ! Toi quand tu as une idée …
Et d’une tu vas me faire le plaisir de raccrocher tes insignes, et deux, je préviens notre prévôt qu’aujourd’hui tu es dispensée de garde, de dossier, de tout, et que tu consacres ta journée à rechercher Tia … Aléthea comprendra parfaitement. Je m’étonne d’ailleurs qu’elle ne l’ait pas encore fait.



Fort heureusement pour tout le monde, les deux maréchaux choisirent cet instant précis pour revenir … bredouille … ce qui était prévisible malheureusement.

Mais tu ne sais pas si elle a laissé une instruction quelque part. Toi qui dois avoir accès partout, elle a peut-être laissé un mot. Il me semblait qu’elle devait toujours avertir du lieu où elle se trouvait, en cas de pépins ? Non ?

Beths se tourna vers Rick

Non Rick. Tu penses bien, lorsque j’ai reçu ta missive, que j’ai été vérifier. Je n’ai rien vu d’étrange. Tia avait précisé, je m’en souviens j’étais à côté d’elle, qu'elle prenait la garde la semaine du 8 juin à Montbrisson, cela m’a paru étonnant d’ailleurs qu’elle se rende dans la ville au lac, mais j’ai supposé que c’était pour épauler Al et Kory … Par contre, elle n’avait pas dit à quelle date elle arrivait …

Beths grimaçait se sentant bien inutile … ne sachant même pas par où commencer … quand soudain Kory se décida enfin à ne plus faire sa mauvaise tête. Elle trouva une idée lumineuse.

Tu n’aurais pas un portrait de Tia ? Qu’on le reproduise et fasse un avis de recherche. Si y a besoin de sous, j’ai quelques économies que je suis prête à te donner pour ton avis de recherche.


Ben cela nous pouvons le faire à la prévôté ! Nous avons de très bons copistes … Voyant l’air dubitatif de sa suzeraine, elle précisa
Non, pas moi Kory, mais de réels lithographes compétents et … dont leur professeur n’était pas Al Beths esquissa alors un timide sourire espérant, malgré la solennité du moment, qu’elle serait suivie.

Rick si tu as une portrait, transmets le moi, et j’occuperai nos scribes à préparer cet avis spécial, et en attendant vous deux … regard appuyé sur l’un comme sur l’autre, l’un puis l’autre en alternance
… vous me faites le plaisir de décamper pour rechercher Tia. Rick … réfléchit sérieusement à … mon injonction. Quant à toi Kory tu me fais le plaisir de remettre fissa tes insignes !

La Dame de Gondole, les poussait petit à petit vers la porte

Dès que les avis sont prêts je les fais porter à Cournon !

Beths espérait secrètement qu’au final ce travail se révéla totalement inutile et que Tia soit retrouvée rapidement.

_________________
avatar
Rick
Admin

Nombre de messages : 391
Age : 40
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une disparition inquiétante...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum