Une disparition inquiétante...

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Une disparition inquiétante...

Message  feu Tiadriel le Ven 11 Sep - 12:30

Rick


Rick attendait une réponse de la part de son épouse et fut très étonné de la voir bondir ainsi. A cet instant, il se dit mince la boulette ! Les retrouvailles commençaient fort mal. Il ne fallait surtout pas que tout le travail fait par Kory se retrouve anéanti en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Certes, il devait dire ce qu'il avait sur le cœur mais il devait se montrer plus diplomate. A quoi cela lui avait-il servi d'avoir été ambassadeur auvergnat pendant plusieurs mois, s’il n'était pas capable d'utiliser de diplomatie dans un moment aussi tendu que les retrouvailles avec son épouse.

Pourquoi ? Tu me demandes pourquoi ? Je...
Parce que j'appréciais de me sentir protégée au début et qu'ensuite... Et bien... Je... Je ne savais pas comment te le dire. Ça a commencé à m'étouffer, lentement, sournoisement. Je ne pouvais plus faire un pas sans que tu sois là. J'avais peur de ta réaction... Je ne savais pas si tu me comprendrais. Alors, j'ai profité de ta retraite pour m'éloigner un peu. Je ne pensais pas que tu t'en rendrais compte. Du moins, je me doutais que ça pouvait arriver, mais... Pas si tôt. Tu m'avais dit que tu te retirais plusieurs jours au monastère. Comment aurais-je pu deviner ?
J'ai déposé les enfants à Cournon et j'ai pris le chemin de Montbrison, simplement. Je comptais me rendre chez Kory et Al. Et puis... Kory m'a devancée. Elle m'a proposée autre chose et j'ai dit oui. J'ai joué le jeu en sachant très bien ce que je risquais dans l'affaire.
Je savais que ça pouvait être difficile pour toi, mais c'était ça ou... J'aurais pu disparaître et...Sans laisser de trace. J'ai des relations, je pouvais très bien le faire. Ça m'aurait brisé le cœur, mais... J'en étais arrivée jusque là...Malgré mon amour pour toi, pour nos enfants... J'aurais pu le faire. Sans Kory... Je ne sais pas où je serai aujourd'hui. Mais certainement pas devant toi.


Rick avait écouté, assis, les yeux tournés vers son épouse, ce qu'elle avait à lui dire. Il avait écouté religieusement, le cœur battant, ce qu'elle ressentait. Ainsi, sans Kory, il aurait fait la même bêtise que son père. Un peu plus, sans celle qui avait failli ne pas voir le jour, dans une colère paternelle, le jeune homme aurait perdu ce qu'il avait de plus précieux au monde : Elle, son épouse. Comment devait-il réagir à ces aveux enfouis depuis bien trop longtemps ? Et si... malgré tous ses efforts, il n'y arrivait pas. Il fallait qu'il ouvre son cœur à Tia, pour lui faire comprendre son point de vue. Mais avant qu'il ne puisse parler, déjà la jeune femme avait repris la parole, debout plantée devant lui. Au moins, elle avait arrêté de tourner et de lui donner le tournis à force.

Je t'aime toujours, ça, je le sais ! Mais je ne veux pas que tu me fasses de vaines promesses. Ça ne m'intéresse pas.
Je veux que tu me laisses respirer ! La suite... Nous verrons bien.
Enfin... Si tu es d'accord.


A son tour, Rick se leva et lui prit les mains avant de la regarder droit dans les yeux.

Ma jolie colombe, moi aussi je t'aime et plus même que ma vie. Je ne conçois pas mon existence sans toi ni les enfants. Tu as raison, je ne vais pas te faire de vaines promesses, car cela ne servirait pas à grand chose, sinon à nous faire souffrir tous les cinq. Je t'avais fait de jolies promesses un certain 27 mai, il y a de cela maintenant 2 ans. Mais je n'ai pas su toutes les tenir.

Rick sourit tendrement à son épouse. Il fallait qu'il lui explique.

Tu sais à quel point mon passé familial est trouble et qu'elles ont été mes relations avec mon père. Tu sais aussi à quel point j'ai peur de lui ressembler. Oh ! Certes, je n'ai pas d'excuses de m'être comporté ainsi avec toi. Je n'en cherche d'ailleurs aucune. Je sais juste que j'aurais dû être plus vigilant. A vouloir trop me différencier de lui, au final, je lui ressemble plus que je ne voudrais.

Un petit silence avant de reprendre.

Tia, j’ai besoin de toi… J’ai besoin que tu m’aides à me différencier totalement de lui. Kory a déjà bien commencé et nous avons eu de longues discussions tous les deux, lorsque je te recherché. J’ai compris plein de choses mais la plus importante à mes yeux, c’est que je ne pouvais pas vivre sans toi et je ne pouvais plus continuer à te faire vivre ce que tu vis. Je ne veux pas qu’au final, un jour Georges pense que j’ai été un mauvais père et surtout un mauvais mari pour sa mère. Je ne veux pas qu’un jour, un de nos enfants me demande pourquoi je fais pleurer leur mère. Je n’ai pas aimé voir ma mère souffrir et pourtant j’étais jeune. Alors, je ne peux pas faire en sorte que l’histoire se reproduise inlassablement, sans que nous ne puissions rien y faire.

Un petit baiser sur les mains de son épouse avant de poursuivre.

Tia, je ne sais pas ce que me réserve l’avenir et je ne veux pas le savoir. Je veux juste être à tes côtés. Je veux voir grandir nos enfants, avec toi. Alors, aujourd’hui, il n’y aura pas de promesses, car je ne peux pas savoir ce qu’Aristote a écrit pour nous, dans notre livre, mais ce que je sais, c’est que j’ai besoin de toi.

Rick se mit à genoux devant elle, tout en gardant ses mains dans les siennes, malgré le plâtre.

Ma jolie colombe, acceptes-tu de me pardonner et acceptes-tu de reprendre la vie commune ensemble ? Acceptes-tu de tirer la sonnette d’alarme lorsque je me rapproche trop près de la limite que nous devrons fixer ensemble ? Acceptes-tu enfin de me laisser une chance de te montrer que je peux être un père formidable et un mari attentionné mais pas étouffant ?

Le jeune homme était là, vulnérable, aux pieds de sa dulcinée et il attendait maintenant le verdict, le cœur battant.
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une disparition inquiétante...

Message  feu Tiadriel le Ven 11 Sep - 12:36

Il se leva, elle ne le quitta pas des yeux. Elle avait le coeur qui battait à tout rompre dans sa poitrine. Elle avait l'impression qu'il aurait pu l'entendre. Elle était morte de trouille. Elle lui avait dit ce qu'elle ressentait, elle ne savait pas s'il l'accepterait... Elle pouvait être un peu brute de décoffrage parfois.
Elle tressaillit quand il lui prit les mains et riva ses yeux dans les siens.


Ma jolie colombe, moi aussi je t'aime et plus même que ma vie. Je ne conçois pas mon existence sans toi ni les enfants. Tu as raison, je ne vais pas te faire de vaines promesses, car cela ne servirait pas à grand chose, sinon à nous faire souffrir tous les cinq. Je t'avais fait de jolies promesses un certain 27 mai, il y a de cela maintenant 2 ans. Mais je n'ai pas su toutes les tenir.

Oui... Il ne les avait pas tenues. Mais elle ? N'avait-elle pas fait la même chose ? Elle n'était plus sûre... Mais ce n'était pas le moment de se le demander, elle devait d'abord écouter ce qu'il avait à lui dire. Si elle repartait dans ses pensées, elle louperait plus de la moitié des paroles de son époux.

Tu sais à quel point mon passé familial est trouble et qu'elles ont été mes relations avec mon père. Tu sais aussi à quel point j'ai peur de lui ressembler. Oh ! Certes, je n'ai pas d'excuses de m'être comporté ainsi avec toi. Je n'en cherche d'ailleurs aucune. Je sais juste que j'aurais dû être plus vigilant. A vouloir trop me différencier de lui, au final, je lui ressemble plus que je ne voudrais.

Elle aurait pu lui répondre, mais elle resta muette. Elle ne voulait pas le couper. Mais... Elle aurait pu lui répondre qu'elle ne l'avait pas assez épaulé pour qu'il ne s'enfonce pas dans cette voie. Seulement, il lui avait été difficile de tout concilier. Ses enfants, sa rancoeur, ses obligations... La vie défilait trop vite. Elle n'était peut-être pas aussi forte que ce qu'elle croyait, que ce qu'elle voulait faire croire...

Tia, j’ai besoin de toi… J’ai besoin que tu m’aides à me différencier totalement de lui. Kory a déjà bien commencé et nous avons eu de longues discussions tous les deux, lorsque je te recherché. J’ai compris plein de choses mais la plus importante à mes yeux, c’est que je ne pouvais pas vivre sans toi et je ne pouvais plus continuer à te faire vivre ce que tu vis. Je ne veux pas qu’au final, un jour Georges pense que j’ai été un mauvais père et surtout un mauvais mari pour sa mère. Je ne veux pas qu’un jour, un de nos enfants me demande pourquoi je fais pleurer leur mère. Je n’ai pas aimé voir ma mère souffrir et pourtant j’étais jeune. Alors, je ne peux pas faire en sorte que l’histoire se reproduise inlassablement, sans que nous ne puissions rien y faire.

Elle lui sourit. Elle était bête de croire qu'elle ne pouvait pas y arriver. Il suffisait qu'elle le regarde pour trouver le courage et la force de continuer son chemin avec lui. Son amour était assez grand pour tout ça. Aristote les testait juste, une fois de plus. Pour leur prouver qu'ils pouvaient le faire, tous les deux, ensemble.

Tia, je ne sais pas ce que me réserve l’avenir et je ne veux pas le savoir. Je veux juste être à tes côtés. Je veux voir grandir nos enfants, avec toi. Alors, aujourd’hui, il n’y aura pas de promesses, car je ne peux pas savoir ce qu’Aristote a écrit pour nous, dans notre livre, mais ce que je sais, c’est que j’ai besoin de toi.

Oui, personne ne pouvait savoir, ni deviner les desseins du Très-Haut. Ils ne pouvaient que vivre un jour après l'autre. Après tout, un sage n'avait-il pas dit qu"Hier est derrière, Demain est un mystère, Aujourd'hui est un cadeau, c'est pourquoi on l'appelle le Présent ?"
Elle le regarda s'agenouiller, s'apercevant seulement maintenant de ce qui la gênait. Le plâtre de son époux ! Elle l'avait presque oublié. Elle le caressa doucement, se demandant s'il souffrait beaucoup à chaque mouvement. Il n'aurait pas du tant forcer sur son poignet.


Ma jolie colombe, acceptes-tu de me pardonner et acceptes-tu de reprendre la vie commune ensemble ? Acceptes-tu de tirer la sonnette d’alarme lorsque je me rapproche trop près de la limite que nous devrons fixer ensemble ? Acceptes-tu enfin de me laisser une chance de te montrer que je peux être un père formidable et un mari attentionné mais pas étouffant ?

Il attendait, là, vulnérable. Elle aurait pu l'achever d'un seul mot, un seul. Mais elle préféra lui en dire trois, laissant la pression de cette journée retomber avec les larmes qu'elle sentait maintenant couler sur ses joues, des larmes de soulagement, de bonheur et de joie.

Oui ! Oui ! Oui !

Il lui avait posé trois questions. Elle y avait répondu. Elle se jeta dans ses bras, les faisant rouler tous les deux dans l'herbe, n'attendant que le moment où il poserait enfin ses lèvres sur les siennes, se rappelant furtivement que la maison abandonnée était toujours là, les attendant.
avatar
feu Tiadriel
Admin

Nombre de messages : 449
Localisation : Au Soleil, à côté d'Aristote !
Date d'inscription : 03/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://cheztiadrieletrick.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une disparition inquiétante...

Message  Rick le Sam 12 Sep - 1:33

Alors que Rick expliquait à Tia ce qu’il avait sur le cœur, il remarqua plusieurs petits signes d’espoir. Tout d’abord, il y avait eu ce regard rivé sur le sien, buvant toutes ses paroles, muette pour ne pas l’interrompre. Il est vrai que le jeune homme était peu enclin à se confier, ce qui était sûrement aussi l’une des causes de cette disparition si inquiétante. Et pour une fois qu’il parlait, Tia le laissait faire. C’est donc une épouse muette mais attentive qu’il avait devant lui. Puis, il y avait eu ce sourire. Un de ses sourires que son épouse savait si bien faire et qui retournait le cœur du jeune homme. Un des ses sourires qui redonnait de la force à Rick, de la force à continuer à se battre pour ramener son épouse au foyer familial, de la force pour continuer à se confier à celle qu’il aimait par-dessus tout. Il y eut ensuite cette caresse presque imperceptible sur son poignet. Mais le jeune homme était attentif aux moindres gestes, aux moindres regards de son épouse. Il fallait continuer encore car le combat n’était pas encore gagné et à la moindre parole de travers ou encore le moindre geste déplacé et le château de cartes pourrait s’écrouler d’un seul coup. Rick était conscient de cela mais il était aussi conscient que son épouse était encline à leur laisser une chance. D’ailleurs, il n’eut plus aucun doute, lorsqu’il mit fin à sa longue tirade et qu’elle répondit un triple oui. Le jeune homme ne put que sourire et enfin il se permit de souffler. Elle acceptait de lui laisser une chance. Les larmes coulaient sur le visage féminin et celles de Rick n’étaient pas loin de couler. Aristote, par la main de Kory, les avait aidés à percer l’abcès dans leur couple. Mais le jeune homme n’eut pas le temps de penser à cela car Tia, déjà, se jetait dans ses bras, comme un certain jour d’hiver, lors d’une bataille de boules de neige. Et comme ce jour-là, le jour de leur premier baiser, il s’empara des lèvres de son épouse. Et dans un long baiser, scellés l’un à l’autre, partageant le même souffle, ils renouèrent ensemble.

Les mains du jeune homme, ou plutôt une main et un plâtre, caressaient le corps de son épouse, qui se trouvait au-dessus de lui. Les yeux clos, il n’y avait plus rien autour du couple, juste eux, leurs lèvres, leurs corps, leurs mains, leurs soupirs, la douceur de la peau de l’autre, les réactions de l’autre. Ils auraient pu aller beaucoup plus loin, à ce moment-là, si Rick n’avait pas ouvert les yeux. Soudain, il se rendit compte du lieu où ils étaient et du jour qui était déjà levé. Il n’avait qu’une envie, c’était retrouver son épouse et refaire les fondations de leur couple, mais pas ici, pas maintenant, pas comme ça. Il n’était pas homme à s’exhibitionner et à montrer le magnifique corps de son épouse aux yeux de tous. Il n’était pas comme sa prétendue demi-sœur qui n’avait pas trouvé mieux à faire que de se pavaner, dénudée, chez une noble. La honte s’était alors abattue sur la famille et il était hors de question de revivre cela. Et puis, il n’aurait pas voulu, être dérangé dans le feu de l’action, par un quelconque pêcheur de passage. Il mit donc fin, à contrecœur à leur baiser. Puis, lui glissant à l’oreille, ce que Kory leur avait dit avant de partir, il lui sourit et l’aida à se relever.

Tendrement enlacés, les deux amoureux se dirigèrent vers la maison qu’avait occupée, au bord du lac. Rick sourit en voyant qu’il avait dû passer des centaines de fois devant cette maison, sans vraiment la remarquer. Sa sœur avait vraiment pensé à tout. Il ferma la porte et c’est avec passion qu’il prit à nouveau les lèvres de son épouse. Mots doux prononcés, retrouvailles appréciées, caresses échangées. Dans un mouvement ensemble, ils basculèrent sur le lit. Les vêtements volèrent rapidement et les deux amoureux se retrouvèrent enfin. Entre retrouvailles et confidences, les heures défilèrent à une allure très ou trop rapide. Le jeune homme n’hésita pas à lui raconter ses recherches, lui parler de la maréchaussée et de la demande de Beths. Aspirant-maréchal ou tribunal pour espionnage. Pour Kory, qui les avait aidé et qui n’avait pas le droit de perdre ses insignes pour lui, pour Tia qui n’avait pas le temps de s’occuper de tout avec les obligations qu’elle avait entre la maréchaussée et leur vie de famille. Déjà, alors qu’ils étaient fiancés et surbookés par la mairie de Montbrisson, ils avaient fait passer leurs obligations avant leur amour. Il était hors de question désormais que cela ne recommence. C’est pour cela qu’il avait pris la décision de rejoindre les rangs de la maréchaussée. Après, il verrait ce que cela donnerait. Mais, il se devait d’essayer. Il parla aussi à son épouse de la belle affiche que la maréchaussée avait faite pour eux.

Tia dormait encore et le jeune homme serait bien resté longtemps à la regarder dormir. Cependant, il avait des missives à écrire. Oh certes, il ne les enverrait pas de suite, car il avait prévu de passer tout son temps avec Tia. Elle lui avait trop manqué pour laisser la moindre occasion. Un regard vers la table, un regard vers son épouse endormie et un sourire éclaira son visage. Les lettres pourraient attendre. Sa femme et l’amour qu’il avait pour elle ne pouvaient attendre. Il se lova donc dans ses bras et commença à l’embrasser pour la réveiller. Ce n’est qu’au petit matin suivant, le ventre plein, que les deux amoureux décidèrent qu’il était temps de laisser cette maison des retrouvailles. Un petit (ou grand c’est à voir) détour au lac pour voir le soleil se lever et direction vers la maison de leur ange-gardien.

Main dans la main, au petit matin, ils se dirigèrent chez Kory, le soleil déjà haut dans le ciel. Remerciements, embrassades et rires furent au menu de cette matinée. Ce n’est qu’en fin de matinée que le jeune homme réclama un parchemin à sa sœur. Puis attablé à une table, le jeune homme commença à écrire. Sa première lettre fut pour Beths, à Thiers.


Ma chère Beths,

Après des jours de recherche, grâce à tes indications et grâce surtout à l’aide de Kory, j’ai pu retrouvé Tia. Nous avons aplani énormément de choses. Lors de mes recherches, tu m’as donné un ultimatum auquel je ne pouvais pas réfléchir, trop occupé par la disparition de mon épouse. Désormais, c’est l’esprit serein que j’ai pris ma décision. Je suis homme de parole et je suivrais donc ton injonction d’entrer dans les rangs de la maréchaussée. Mais saches, mon amie, que ce n’est pas pour cette raison que j’aspire à devenir un jour maréchal, mais aussi et surtout pour aider mon épouse en la déchargeant d’une partie de son travail.
J’apprendrais donc à tes côtés, les rouages du métier afin de servir mon duché et faire respecter les lois. Je mettrais donc ma force et mon intelligence au service de mon village et le défendrait coûte que coûte, vaille que vaille, pour le bien de tous.

Je passerais donc très rapidement te voir pour suivre tes instructions.

Toutes mes amitiés à Marty et bisou à toi Beths,

Rick

Rick prit un second parchemin et l’adressa à tous les maréchaux du duché

Maréchaux du duché du Bourbonnais-Auvergne,

Dernièrement, je vous ai demandé votre aide pour retrouver mon épouse et certains n’ont pas hésité à y répondre favorablement. Je vous remercie de votre aide et vous demande de stopper les recherches. Mon épouse est saine et sauve et en ma compagnie.

Recevez mes chaleureuses salutations,

Rick

Une dernière lettre à envoyer à Amandine, à Moulins, qui avait participé aux recherches.

Chère Amandine,

Je te remercie d’avoir fait des recherches pour la disparition de Tia. Après recherches, il s’est avéré que c’était en direction du sud qu’elle était partie. Après avoir passé Thiers, elle s’est rendue à Montbrisson. Mais aujourd’hui, tout va bien et nous nous sommes retrouvés.
Merci de ton aide et au plaisir de te revoir bientôt.

Rick

Le mois de juin 1457 allait pouvoir commencer sous de bonnes auspices. Le jeune homme, tout en regardant les pigeons s’envoler, voyait dans cet été qui allait commencer, un joli été. Et pourtant… Il était loin d’imaginer ce qu’il allait vivre à la fin de cette saison, qu’il regardait aujourd’hui commencer, le sourire aux lèvres.

_________________
avatar
Rick
Admin

Nombre de messages : 391
Age : 39
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une disparition inquiétante...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum