Résumés de Rp en cours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Résumés de Rp en cours

Message  Rick le Mer 28 Avr - 23:20

Que ne ferait-on pas pour un peu de lecture. Laughing

Plan bien huilé ou dérapage incontrôlé

Du point de vu de Baka_Boo

21 octobre 1457

Baka_boo n'était que haine vis à vis de celle qu'il considérait comme celle qui l'avait privé de sa liberté, pendant si longtemps. Il n'avait qu'un but désormais, la briser et lui faire payer cela. Il avait tout étudié de sa vie, de celle de son mari et de ses trois chiards : ses jours de garde, ses habitudes et il avait même son adresse. Son plan était parfait : d'abord tué le mari diacre, qui osait se promener sans son épée en dehors des remparts, puis les trois gosses et si elle n'en avait pas assez, il se ferait une joie de l'achever.
Il attendait donc que le maréchal termine sa garde pour se jeter sur lui, lorsqu'elle fit son apparition. Il se jeta donc sur elle et roulèrent ensemble, tout en se demandant si elle se souviendrait de lui. Mais fallait croire que le Sans Nom avait décidé de se désintéresser de son serviteur, ce matin-là. Satané diacre qui avait les oreilles où il fallait pas encore. Avant de tomber, renversé par Rick, il réussit à mettre un coup de poing dans le ventre de Tia qui se plia en deux. Celui de son mari lui cassa l'arcade, lui brouillant la vue, puis une bagarre éclate entre les deux hommes, laissant l'ordure au tapis. Ou alors était-ce ce que le diacre pensait. L'ancien prisonnier fit le mort pour tromper son attention et pouvoir passer au plan B : trouver le domicile de c'te garce.
Une fois la cabane trouvée, il se mit derrière la fenêtre pour regarder ce qu'il se passait dedans. Et soudain, il sembla être repéré. Y a des jours comme ça où tout va mal. C'était pas son jour à lui, tout simplement. Devant lui, une demoiselle avec pour seule protection une poële, c'était hilarant de la voir ainsi, cherchant à défendre les enfants avec cet ustensile de cuisine. Elle était à son goût et il avait bien envie de jouer un moment avec elle, avant de finir ce qu'il avait commencé. La bonne envoya les gosses se cacher, il avait donc le champ libre, vu qu'elle semblait vouloir la même chose que lui au final. Il la bascula sur le sol, prêt à faire ce dont il avait envie, lorsqu'il sentit une piqûre dans la fesse gauche (détail très important Laughing ). Le garçon semblait vouloir défendre sa nourrice mais Baka_boo lui envoya une mandale le faisant traverser toute la pièce. Son envie lui avait passé, il décida alors de s'emparer du morveux, totalement K.O. Mais bien sûr, lorsqu'une journée commence mal, elle continue. Et un coup de poële assené par la donzelle en fleurs le fit vaciller. Quelques secondes d'étourdissements, il rendit la monnaie de sa pièce à la donzelle et l'chiard sous le bras, il partit en direction de...

Du point de vu de Georges

Ce matin-là, Georges, couché en chien de fusil, bien emmitoufflé dans sa couette, hésitait à se lever. Il avait bien dormi et il tentait d'apercevoir des bruits pour lui donner une idée de l'heure qu'il était. Il devait être au moins l'heure de petit déjeuner vu qu'il avait une faim de loup. Des petits pas dans le couloir lui signalèrent qu'une de ses soeurs venait de se lever. Il se leva à son tour et regarda dehors pour s'apercevoir qu'il faisait encore nuit. Un petit détour par la chambre des parents et une désillusion en voyant que maman n'était déjà plus là. Papa c'était normal, il surveillait les remparts cette nuit-là. Se dirigeant vers la cuisine, il fut tout étonné de voir que ce n'était pas sa maman mais Marthe qui était là. Cela ne l'empêcha pas d'aller lui faire un bisou tout comme à Patience qui était donc la première debout. Sa soeur était devant la fenêtre et semblait absorbée par ce qu'elle voyait. Elle essaya de lui faire comprendre qu'il y avait quelqu'un derrière la fenêtre. Il s'approcha donc mais ne distingua qu'une ombre. La petite fille, croyant que c'était leur mère, se dirigeait déjà vers la porte. Marthe venait de lui dire à lui qu'elle était là parce que leur maman était partie rejoindre leur père sur les remparts. Le soleil n'étant pas encore levé, cela ne pouvait donc pas être l'un d'entre eux. Il mit donc Patience en garde et couru avertir Marthe. Puis il se précipita dans sa chambre pour récupérer son épée. En tant qu'homme de la maison et du haut de ses deux ans passés, il défendrait la maison et les femmes, comme lui avait appris Matthis.
Marthe ne semblait pas d'accord avec son souhait et s'arma d'une poële. Elle se mit entre lui et sa petite soeur et la porte qui vola en éclats. Caché derrière la jupe de la jeune fille, Georges essaya de voir ce qu'il se passait. Le dragon s'approchait et Marthe les obligeait à reculer. Lui voulait voir le dragon, prêt à toucher le coeur, sous les écailles comme lui avait dit son cou-zin. Le monstre parlait et semblait dire qu'il était arrivé quelque chose à leurs parents. Mais avant de vaincre le monstre, fallait s'occuper de protéger ses petites soeurs. D'ailleurs Marthe semblait avoir la même idée et lui intima l'ordre d'aller chercher Aliénor et de se cacher tous les trois. Les jumelles pleuraient de concerts, apeurées par le dragon, mais lui, phénomène étrange, il n'avait pas peur. Dans la chambre des filles, il récupéra la jumelle encore au lit et leur dit de se cacher toutes les deux dessous. Il recouvrit la cachette avec la couverture et partit en direction de l'entrée. Le dragon était en train de dévorer Marthe et à ce rythme elle allait étouffer sous son poids. Il fallait faire quelque chose et vite.
Les deux mains sur le pommeau de l'épée, il visa le coeur du dragon et fonça droit dessus, lame en avant. Il atteignit sa cible mais le petit garçon n'avait pas prévu la colère du monstre qui l'envoya d'un coup de queue valser contre le mur d'en face. Une violente douleur au visage se fit ressentir et un discret craquement au niveau du poignet signala qu'il venait de se le briser. Inconscient, un filet de sang s'écoulant de son arcade, Georges ne vit pas la suite...

_________________
avatar
Rick
Admin

Nombre de messages : 391
Age : 40
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Résumés de Rp en cours

Message  Rick le Jeu 29 Avr - 21:48

Plan bien huilé ou dérapage incontrôlé

Du point de vu de Marthe

Levée de très bonne heure, la jeune Marthe quitta la petite chambre qu'elle réussissait à payer avec le salaire du patron. Aujourd'hui, elle savait qu'il ne serait pas là tôt, car il finissait sa garde sur les remparts. Habillée de sa capeline, voyant que Rick n'était pas encore arrivé, elle décida de continuer son chemin jusqu'à la cabane pour saluer l'épouse du patron. Celle-ci devait déjà être levée puisqu'une chandelle était allumée. Un petit coup discret pour ne pas réveiller les enfants et un petit déjeuner solide tout en discutant avec la patronne furent le début de la journée de Marthe. Tiadriel lui demanda de surveiller les enfants car elle voulait faire une surprise à son époux. La jeune fille accepta tout en étant fort surprise de voir la jeune maman partir armée, rejoindre son mari.
Patience fut la première à se lever mais déçue, elle se dirigea vers la fenêtre pour tenter de voir ses parents. Marthe s'occupa alors du petit déjeuner et n'entendit pas l'aîné de la famille arriver qui vint lui faire un bisou tout mouillé. Elle l'envoya alors chercher sa petite soeur pour prendre le repas matinal. Elle surprit alors la conversation entre le frère et la soeur : quelqu'un était à la fenêtre. La peur commença à faire battre son coeur. Les enfants s'apprêtaient à vouloir ouvrir la porte. Il fallait les en empêcher et elle se précipita vers eux en leur demandant de reculer, prenant au passage une poële. Soudain la porte s'ouvrit sur un homme puant et couvert de sang et la peur se fit de plus en plus ressentir.
L'homme semblait en vouloir à sa vertu. La première chose à faire était d'éloigner les enfants et elle confia la mission à Georges. Ensuite, il fallait essayer de le mettre K.O., mais ça ce n'était pas une mince affaire. Comment s'y prendre était la question qui revenait dans sa tête. Elle fut plaquée au sol par son agresseur, qui venait de lui annoncer la mort de ses patrons. Un mensonge sans doute. Elle espérait un miracle pour échapper à ce répugnant personnage et ce miracle arriva en la personne de Georges. Le petit garçon avait planté son épée dans la fesse du sinistre individu mais ce dernier se vengea et s'en prit au petit héros qui vola à travers la pièce. L'homme s'était relevé et se dirigeait vers l'enfant, c'était l'occasion rêvée pour l'assommer. Son plan n'était malheureusement pas au point car il ne s'écroula pas et lui rendit la monnaie de sa pièce, lorsqu'elle se retrouva, acculée contre le mur. Le coup de poële la fit sombrer dans un brouillard profond.

Dans son inconscience, elle semblait se noyer et c'est ce qui la fit sortir de cette brume. Il lui fallut un instant pour se rappeller où elle se trouvait et aussi ce qui s'était passé juste auparavant. Sa main passée sur ses cheveux lui révéla qu'elle saignait. Elle chercha du regard Georges mais de lui plus aucune trace. Il ne restait devant elle qu'Aliénor toute penaude. La jeune fille, malgré le vertige qui la gagnait, tenta d'en savoir plus. Pas de trace non plus de Patience, dans la cachette que la petite fille lui indiqua à sa demande. Elle se décida alors à sortir mais le froid eut raison d'elle et se décida d'habiller plus chaudement Aliénor, oubliant d'en faire de même pour elle.

L'Antre des Bûcherons... Voilà où elle devait se rendre. Son patron ne pouvait être mort comme l'autre le prétendait. Il fallait mettre la dernière des enfants, non disparue, en sécurité. La douleur se faisait plus persistante. Elle lutta aussi loin qu'elle put mais arrivée devant la taverne, devant laquelle se pressait des badauds, ses dernières forces l'abandonnèrent. Elle ne vit pas Aliénor partir chercher de l'aide ni ne sentit les bras puissants du bûcheron la conduire dans la taverne. Elle n'entendit pas non plus son patron demander à Patxi de la réveiller...

_________________
avatar
Rick
Admin

Nombre de messages : 391
Age : 40
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Résumés de Rp en cours

Message  Rick le Dim 2 Mai - 23:25

Plan bien huilé ou dérapage incontrôlé

Du point de vu de Tiadriel

Un cauchemar avait réveillé Tia ce matin-là et une impossibilité de se rendormir. Rick n'était pas encore rentré de sa garde. Enervée par ce mauvais rêve dont elle n'arrivait pas à se souvenir, elle se leva et après avoir préparé une tisane, elle alla s'installer sur le fauteuil à bascule. La tartine de confiture qu'elle s'était préparée, n'arrivait même pas à passer. Après s'être occupé des trois canidés, elle décida de s'occuper d'elle et fit ses ablutions matinales, lorsqu'un coup discret à la porte se fit entendre. Marthe se trouvait de l'autre côté et après avoir discuté un moment avec la jeune fille, elle lui demanda de surveiller les enfants pour aller surprendre son époux, sur les remparts. Au dernier moment, elle se décida à prendre son épée. Vêtue de sa cape, elle attacha le ceinturon et sortit.

Elle était presqu'arrivée aux escaliers menant aux remparts lorsqu'une ombre, surgie de nul part, s'intercala entre elle et sa destination. Crève charogne fut les deux premiers mots qu'elle entendit. Elle se retrouva au sol, sans comprendre comment, lorsque la lueur d'une lame vint dans son champ de vision. Elle attendait encore quelques secondes, prête à l'éviter à nouveau, tout en se demandant qui était cet aliéné qui lui en voulait avec tant de hargne, son épée sortie d'un geste sûr et rapide. Sur le qui-vive, elle attendait le moment idéal pour évincer la menace, mais elle fut détournée de son objectif par son époux qui lui somma de s'enfuir. Loupant le signal qu'elle attendait pour bouger, elle ne put éviter le poing de son agresseur qui la fit se plier en deux. Touché à l'abdomen, elle s'écroula par terre, se tenant le ventre. Après plusieurs minutes de douleur, elle réussit à jeter un oeil aux deux hommes qui se tenaient face à face. Quelque chose n'allait pas ! Son corps était en train de la trahir car un simple coup de poing ne pouvait pas la rendre malade à ce point.

Elle essayait de comprendre ce qui lui arrivait, surtout que Rick, qui venait de se débarasser de son adversaire revenait vers elle, au pas de course. Agenouillé vers elle, il s'inquiéta de son état de santé. Tia puisa dans ce regard vert noyé par l'inquiétude, la force de se relever. A ce moment-là, un jeune garçon d'une dizaine d'année proposa aussi son aide. Elle commença par s'asseoir lorsqu'une nouvelle douleur se fit sentir. Une douleur qu'elle connaissait pour l'avoir déjà éprouvée auparavant mais ce n'était pas possible, elle ne pouvait pas être... Aidée par Rick, elle se releva péniblement, tout en tentant d'oublier cet assaut de lucidité, mais elle fut prise d'un vertige. Elle demanda à être rassise lorsqu'elle sentit qu'elle perdait les eaux. Un regard suppliant vers son époux, alors qu'une flaque naissait à ses pieds, maculant braies et chausses.

Tant d'expressions en si peu de secondes passèrent dans ses yeux. Elle ne comprenait pas qu'il puisse y avoir un enfant dans son ventre. Avait-il vécu les neuf mois pour être viable ? Rick avait-il compris ce qu'il se passait ? Quelle serait sa réaction ? Une chose était certaine c'est qu'elle ne voulait pas accoucher en pleine rue. Aussi lui demanda-t-elle de l'amener jusqu'à leur taverne. Son mari semblait se poser milles et une questions mais il ne broncha pas lorsqu'elle lui fit sa demande et au creux de ses bras, elle lutta contre le flot d'émotions qui menaçait de la faire craquer. Ce n'était vraiment pas le moment pour cela. Arrivé à L'Antre des Bûcherons, il évacua les personnes présentes et elle sut à ce moment-là qu'il avait compris ce qu'il se passait. Il la déposa sur le lit de la petite salle attenante et tenta de la rassurer, sans succès. Elle aurait voulu le retenir lorsqu'il partit pour chercher le matériel nécessaire, mais elle savait que tout était question de minutes. Si au moins, elle comprenait le mystère entourant cette venue au monde. Si Là-Haut, il lui donnait des explications sur ce qu'il se passait. De l'autre côté du rideau, une voix se fit entendre. Une voix familière mais que Tia eut du mal à identifier, jusqu'à ce qu'elle se rapproche. Cham était là et il fallait que sa belle-soeur entre.

Elle essaya de sourire à la jeune femme qui venait de se placer à ses côtés mais tant de questions hantait son esprit sur cet enfant qui allait naître. Tia était sur le bord de la crise de nerfs, lorsque Rick revint près d'elle. Tia réfutait l'idée que cet enfant puisse être le sien à elle, vu qu'il n'avait pas pu grandir en son sein. Comment une mère pouvait-elle ne pas s'apercevoir de la poussée de la chair de sa chair, en elle ? C'était pas possible et si c'était impossible, c'est que ce n'était pas le sien, voilà tout. Son époux n'avait, à sa connaissance, jamais accouché de femme ce qui faisait naître encore plus de questions dans sa tête. Un bisou sur le front, des braies enlevées pour qu'elle se sente mieux, une toilette intime pour l'aider à se détendre et déjà le médecin lui demandait de pousser.

Lorsque la tête fut passée, elle lui donna les consignes pour dégager les épaules et l'aider à sortir. Une dernière poussée et l'enfant put pousser son premier cri, puissant et sûr de lui. Il était vivant, c'était déjà une bonne chose. Rick le confia à Cham pour le nettoyer, après avoir coupé le cordon. Elle venait de mettre au monde un fils, mais elle ne ressentait rien pour lui. Pourquoi Aristote lui donnait-il à nouveau cette épreuve ? Pourquoi se devait-il de mettre sa fidèle servante dans des situations pour qu'elle réaffirme sa foi en lui ?

La secondine expulsée et enveloppée dans un linge, elle fut à nouveau lavée par son époux et à la fin, elle reçut un baiser de sa part. Les larmes commencèrent alors à jaillir. Elle s'en voulait de ne pas aimer cet enfant mais elle n'avait pas ressenti toutes les étapes de sa grossesse et il lui manquait le maillon entre leur amour et le fruit issu de leurs sentiments réciproques. Et lorsqu'il revint avec l'enfant et qu'il lui demanda de lui donner un nom, elle eut une réaction anormale pour quiconque d'autre qu'elle mais tellement logique pour elle : elle lui tourna le dos, affirmant que cet enfant n'était pas le sien et qu'elle n'en voulait pas. Donc lui donner un prénom n'était même pas envisageable.

Dos à l'homme qu'elle aimait, elle ressentit le silence glacial qui suivit sa déclaration. Elle aurait voulu lui expliquer les raisons de sa décision, mais la comprendrait-il ? Les mots réussiraient-ils à passer au delà de ses lèvres ? Tant de questions sans réponses. Et la foudre s'abattit sur elle, lorsque Rick prit la parole. Finalement, il ne la comprenait pas et n'envisageait pas qu'elle puisse refuser le fruit de leur amour. Qu'avait-il dit déjà ? Renier l'enfant c'était renier leur amour... Elle ne voulait pas le perdre, son mari était tout pour elle, mais pourtant.... Rick voulait qu'elle le regarde et multiplier les comparaisons entre lui et leurs aînés. Il avait les fossettes de Georges et les yeux de sa mère, tout en étant aussi chétif que Patience. Elle se fichait de comment il était fait. Et s'il était aussi petit que la deuxième jumelle, il ne survivra peut-être pas. Raison de plus pour ne pas le regarder et l'aimer. Il lui parlait maintenant de don d'Aristote, ce même Aristote qui n'avait pas voulu lui dévoiler la surprise avant aujourd'hui. Puis, finalement son mari lui demanda juste de le nourrir. Si après tout, il n'exigeait que cela, elle pouvait le faire, comme si c'était le fils d'une amie. L'enfant était calme et lorsque Rick s'assit avec lui dans les bras, au bord du lit et qu'il mit sa main sur son corps, le sien réagit de suite. Faits l'un pour l'autre, leurs corps, malgré les années, réagissaient toujours avec autant de puissance, entre eux. Son mari essayait de comprendre ce qu'elle pouvait ressentir et l'interrogea, lui rappelant qu'il pouvait tout entendre de sa bouche, mais que son silence était pire que tout.

Elle ouvrit les yeux, les essuya sur le drap et tourna son regard mouillé vers lui. Elle avait sentit la détresse dans sa voix, comme elle le lisait dans ses yeux. Elle savait que rien ne lui importait plus que de la comprendre. Et là, il semblait si épuisé. Elle l'écouta se remémorer cette bataille de boules de neiges et les aveux qu'elle lui avait fait ce jour-là, craignant qu'il la laisse seule et désabusée, mais il était resté et leur amour avait grandit jour après jour. Et lorsqu'il lui répéta son amour pour elle, elle se redressa et avança timidement sa main de sa joue, avant de la déposer en une caresse. Elle trouva alors le courage de lui demander des explications. Peut-être saurait-il répondre à cette question de Pourquoi n'avait-elle rien vu, rien senti... Elle lui fit partager ses peurs et ses angoisses. Arriverait-elle à l'aimer ? Survivrait-il à l'hiver ? Puis, elle se jeta dans ses bras, pour chercher réconfort et soutien, en faisant attention à l'enfant déjà placé au creux d'eux.

Rick, par le biais d'une caresse sur son dos, réussit à l'apaiser. Mais Tia se sentait fatiguée maintenant. Et pourtant, le pire n'était pas encore arrivé. Si elle avait su ce qui se tramait, rue de la Mandragore, elle aurait sûrement pu devenir folle. Son mari commença à lui donner des explications : d'abord leurs retrouvailles pour leur anniversaire de mariage, suite à son "kidnapping" et un époux retrouvé dans un sale état, le départ pour soigner sa grande tante, juste derrière, suivi par la mort d'Epson qui avait causé dans leurs poitrines à eux d'eux, un grand vide. Il y avait eu ensuite la rentrée, et le retour de Kory, blessée par ses deux italiens. Elle trouvait ça illogique quand même. Mais Rick réussit à la faire sourire lorsqu'il lui demanda si c'était pas un comble que ce soit lui qui doive la rassurer. Une chose était sûre, c'est que maintenant elle se sentait prête à découvrir ce fils surprise, mais si encore beaucoup de questions trottaient dans sa tête. Elle le regarda tout en écoutant encore son mari lui dire qu'il devait être resté les neufs mois dans son ventre. Il semblait, selon lui, en pleine santé malgré sa taille. La fatigue commençait à se faire ressentir pour la jeune femme qui réclama l'enfant avant de s'endormir. Une fois dans ses bras maternels, elle put procéder à sa découverte et chercha sur lui les traits de son époux et des trois autres enfants. Le jeune père semblait pressé d'annoncer la nouvelle à Georges, Aliénor et Patience. Elle installa le nouveau-né contre elle et se rallongea après un bisou à Rick. Et alors que la fatigue commençait à la gagner, elle nomma l'enfant : Esteban.

Combien de temps avait-elle dormi ? Encore à moitié dans son sommeil, elle perçut des voix et des pleurs, des cris et des sanglots. Mais lorsqu'elle entendit Patience appeler son père, elle se réveilla totalement. La petite fille, très peu vêtue était accrochée à la jambe de son père. Où étaient les deux autres ? Et Marthe ? Une boule d'angoisse dans son ventre commença à venir. Elle ne comprenait pas le charabia enfantin, entrecoupé par des reniflements mais assurément, il s'était passé quelque chose. Elle somma Rick de trouver quelqu'un pour la rassurer tout en invitant sa fille à la rejoindre sous la couverture pour éviter qu'elle n'attrappe pas plus froid.

Elle avait réussi à caler ses deux enfants contre elle, sans réveiller Esteban qui réclamerait bientôt son dû. Rick s'était levé d'un bond, lui demandant de rester calme. Patxi, selon ses dires, était à côté et pourrait les renseigner. Des murmures pas tout le temps audibles se firent entendre, derrière le rideau. Elle aurait voulu se mettre derrière pour surprendre la conversation mais la présence de ses deux enfants la gênèrent dans son projet. Le bûcheron parlait d'une ombre mais il en savait pas plus. L'angoisse maternelle se fit encore plus présente. Cette ombre c'était forcément lui, ce fou de tout à l'heure. Ne lui avait-il pas dit qu'il s'occuperait de ses enfants une fois qu'il en aurait fini avec elle. Elle n'avait pas eu de preuves de sa mort, avec les événements précipités. Juste habillée d'une chemise, elle se devait de trouver un vêtement pour être présentable à côté. Elle récupéra le premier vêtement qu'elle trouva : une robe de bure de son époux qu'elle enfila. Elle ne savait pas ce qu'elle faisait là mais elle ferait l'affaire.

Arrivée vers les deux hommes, elle essaya de faire parler son mari, partageant ses angoisses sur ce que l'aliéné lui avait dit. Rick la soutenait, lui enjoignant de retourner se coucher. Puis de guerre lasse, il lui ordonna de retourner veiller sur leurs deux enfants, pendant que lui et le bûcheron filerait chez eux pour savoir ce qu'il s'était passé. Patxi, sans crier gare s'était alors enfui vers la porte, laissant apparaître une petite Aliénor, bien couverte mais pleurant. Pourquoi tous ses enfants arrivés au compte goutte et pourquoi Marthe n'était pas là ? Le géant des bois fit alors son apparition portant dans ses bras la jeune femme, très peu vêtue et avec une vilaine blessure à la tête. Il demandait maintenant ce qu'il devait faire d'elle, l'air un peu ballot. Et puisqu'un souci n'arrive jamais seul, voilà que Patience était sortie du lit, à moitié nue, toute grelottante et se précipitant vers sa jumelle et commençant à lui parler dans leur langage connue d'elles seules. Elle claquait des dents et éternuait entre deux "phrases" prononçaient. Puis, il y eut les pleurs d'Esteban qui se firent entendre de l'autre côté du rideau. Tout arrivait en même temps finalement. Par quoi allait-elle commencer....

_________________
avatar
Rick
Admin

Nombre de messages : 391
Age : 40
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Résumés de Rp en cours

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum