Une visite au cimetière de Montbrisson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une visite au cimetière de Montbrisson

Message  Rick le Jeu 20 Mai - 22:09

[hrp]Ce post peut vous paraître bien long. Mais je pense pour la mémoire des anciens joueurs et surtout pour que les nouveaux villageois sachent qui sont les morts, que quelqu'un se devait d'en parler un peu. J'espère que vous le lirez jusqu'au bout. Si tel est le cas, bonne lecture. [/hrp]

Les rares fois où Rick descendait à Montbrisson, il se faisait un devoir de passer au cimetière. Aujourd’hui, après avoir laissé Esteban et Aliénor à leur maman, à l’auberge, il s’était déplacé avec Georges et Patience. Il voulait montrer aux deux enfants, les différentes personnes qui avaient compté pour le couple et qui avaient fait de Montbrisson le village qu’il était maintenant. Des noms que bien des villageois actuels ne connaissaient malheureusement pas. Rick poussa la porte du cimetière et commença par une visite par la droite. La première tombe sur laquelle, il s’arrêta fut celle d’Evemarine, une grande amie qu’il avait croisée à ses débuts et un de ses premiers coups de cœur, pour ses actions et ce qu’elle faisait de bien dans la vie. Elle était partie dans le Royaume d’Espagne, pour fuir un amour déçu. Et lorsque Rick avait été élu maire de ce village, il lui avait demandé de revenir à Montbrisson, pour rendre son mandat. Malheureusement sur le chemin du retour, il avait croisé ses détracteurs qu’elle avait fuit et elle avait été assassinée sans que jamais son commanditaire n’eut été inquiété. Une douleur pour le jeune homme qui pensait que sans lui, elle serait peut-être encore en vie.
Flaxous.... Le jeune homme sourit en voyant la tombe d’un autre de ses amis. Il avait été bourgmestre de Montbrisson et avait un souci énorme avec la diction. Combien de fois, Rick avait rit en taverne, en ressortant l’encyclopédie Flaxousienne pour tenter de comprendre ce qu’il disait. Il en riait aussi et les deux hommes aimaient passer du temps en taverne autour d’une bonne bière. L’ancien maréchal était d’ailleurs meilleur conseiller aux éleveurs qu’il le fut à la maréchaussée ou à la mairie. Mais malgré cela, c’était une personne sur laquelle on pouvait compter et qui savait apprécier les bons moments entre amis... Une bénédiction sur la tombe de son ami et Rick continua sa route.
Castorcanard reçut elle aussi de l’eau bénite de la part du diacre. Elle avait été le bourgmestre le plus controversé de Montbrisson. Par on ne sait quel sortilège, elle avait réussit à battre la maire sortante, Amadeus. Elle s’était mis tout le village à dos. Cependant, Rick pouvait très peu en parler car à ce moment-là, il était dans le Sud du Royaume avec sa fiancée de l’époque. Chose assez étrange, elle n’avait pas résisté à l’annonce de la mort de sa rivale et l’avait accompagnée dans le tombeau.

Le jeune Montpensiérois était désormais arrivé à la hauteur de lot 20. Son cœur battait fort dans sa poitrine. Quatre noms étaient gravés sur les croix en bois de ce coin, quatre amis mais surtout, il y avait elle.... Le jeune homme effleura de la main celle portant le nom de sa meilleure amie... Epson. Il se souvenait de la première fois qu’il l’avait croisée. Cela avait été le coup de foudre directement mais la belle n’avait pas été facile à conquérir. C’est elle, la première qui lui avait montré ses talents de poète et qui l’avait incité à suivre les traces de sa mère. Aujourd’hui, il ne le regrettait pas. Au fil des mois, leur amour s’était transformé en amitié mais la grande voyageuse avait eu besoin de quitter Montbrisson et ce village où elle se sentait enfermée. Elle lui avait alors rendu les clés de la maison située au 2 rue du Vinois, accrochée à la sienne par une passerelle suspendue dans les arbres : Deux cabanes situées côte à côte comme deux amis qui se tiennent la main. Aujourd’hui, elles étaient toutes les deux occupées et Rick espérait que son travail était encore visible de l’extérieur. Epson avait choisi de partir à Bayonne, supportant mal la mort de sa sœur Toupitchoune et de leur grand ami Landolfo, loin de tout mais surtout loin de lui. Son cœur s’était alors arrêté. Puis, un jour, bien des années après, alors que le jeune homme était marié, sous son regard bienfaisant, et père de trois enfants, elle lui avait écrit pour lui dire qu’elle revenait dans le duché pour rencontrer sa future filleule, la douce Patience. C’était l’été dernier et c’était une missive qui avait redonné le sourire au jeune homme. Malheureusement Aristote n’avait pas voulu que les deux amis se revoient vivants. Quelques jours plus tard, il avait reçu une dernière missive de son amie. Celle-ci étant dans le duché mais très mal en point. Elle avait trouvé un coin merveilleux pour s’y laisser mourir, un magnifique lac avec un arbre auquel elle s’était appuyée. Rick avait alors fait acheminer son corps et lui avait rendu un dernier hommage. Il avait voulu qu’elle dorme pour l’éternité aux côtés de sa sœur et de Landolfo. Les yeux mouillés de larme, le jeune diacre adressa une prière pour le trio d’amis. Aujourd’hui Taïnia, l’ancienne épouse de RV et pompon girl en chef dormait à leurs côtés.
Un sourire à son fils et à sa fille et le jeune homme continua sa visite du cimetière. Beaucoup de morts et peu de personnes connues, jusqu’au lot 17. Là, il y avait son ami Pierre Tombal, l’ancien gardien du cimetière. Rick se souvenait encore de leur première rencontre alors que Tia, bourgmestre de Montbrisson, cherchait quelqu’un pour honorer d’une manière juste et agréable les anciens trop vite disparus. Mais il se souvenait aussi de ce cadeau qu’il avait voulu lui faire, lui, le malheureux blessé durant son mandat de maire. Il avait croisé un taureau fou, quelques semaines avant son mariage avec sa jolie fiancée. Elle l’avait fait conduire chez elle pour le soigner, en tout bien tout honneur, sous le regard bienveillant du Padre Foulke et Pierre s’était alors pointé. Il avait avec lui la tête du taureau écorné qu’il avait nettoyé et encadré. Rick, à ce souvenir, se mit à rire et expliqua à ses enfants, la réaction de leur mère. Elle avait fait une grimace horrible et avait espérer qu’il refuserait le cadeau. Le jeune homme avait fait durer le suspens, un court moment et avait laissé son ami repartir avec, pour le plus grand soulagement de Tia. Après leur départ de Montbrisson, le nouvel habitant de Montpensier avait appris la mort du gardien et surtout qu’il avait été enterré avec pour seuls présents Gypsie et Laurentide. Triste scène de la vie... On donne tout à un village et à ses villageois et lorsqu’il arrive le moment où Aristote coupe le fil de la vie, on s’aperçoit qu’on était alors pas grand chose. Rick soupira avant de s’arrêter sur la tombe suivante.
Rick se pencha vers ses enfants et leur présenta leur arrière grand-mère Merone. Cette femme, le jeune père ne la connaissait pas car elle était décédée bien avant qu’il ne connaisse Tia. Elle l’avait élevée comme sa fille et lui avait appris tout ce qu’elle savait en herbologie, ce qui avait permis à la jeune femme de soigner son fiancé, après la rencontre bovine. Il leur parla d’elle et de tout ce qu’il savait à son sujet, n’hésitant pas à répondre aux questions enfantines. Puis avant de continuer la route, il bénit la tombe et adressa un nouvel appel à la prière.

Les pas des trois visiteurs les conduisirent jusqu’au lot 12 où dormait pour l’éternité le Père Foulke. Ancien curé du village, il avait entre autre marié Rick et Tia, un beau jour du mois de mai 1456. Quatre ans déjà... Que le temps passait vite... Il avait aussi pris sous son aile, le jeune homme lui enseignant tout ce qu’il savait ou presque et faisant de lui, son filleul devant Aristote. Puis, il avait connu la maladie et pour Rick, devenu médecin entre temps, cela avait été un choc. Il n’arrivait pas à trouver le remède qu’il fallait pour soigner son parrain. Ce ne serait que dans quelques siècles que ses descendants pourraient mettre un nom sur cette maladie qui lui avait déformé le visage : la lèpre. Le religieux s’était enfermé dans le domaine de Kory et d’Al pour ne pas avoir à subir le regard inquiet, compatissant ou plein de peur ou de pitié de la part des villageois. Pourtant tout le monde le connaissait dans Montbrisson mais lorsque la maladie s’en mêle, que sommes nous au final... A nouveau, peu de choses... Nouveau soupir et nouveau carré du souvenir pour la visite de l’ancien Montbrisonnais. Le lot 13 était le suivant dans son parcours. Rick se pencha alors vers ses enfants et leur pointa une tombe du doigt. Il désignait celle d’Existenz. Il leur expliqua que la jeune femme, seconde témoin après Epson, de son mariage avec Tia, avait quelques dons de voyance. A tel point d’ailleurs, que le jeune homme l’avait nommé amicalement sorcière. Elle ne s’en était pas offusquée bien au contraire car c’était dit avec respect et sympathie. Elle avait été la première à lui ouvrir les yeux en lui parlant d’Epson sans la nommer. Tu tomberas amoureux d’une jeune brune qui va prochainement entrer en taverne. Et Epsy était entrée à ce moment-là, avec ses longs cheveux noirs et comme par sorcellerie, il avait été touché en plein cœur. Existenz avait, elle aussi, un don pour l’écriture et les deux amis se disputaient souvent les premiers prix des différents concours organisées de ci et de là...Elle n’avait pas non plus son pareil pour se mettre dans des situations grotesques et pour ne pas réussir à trouver l’amour. Enfin, ceci était à moitié vrai. Elle avait rencontré par deux fois, le bonheur. Et par deux fois, ses amants avaient trouvé la mort plus ou moins brutalement. Et lorsque celle-ci, de retour d’une mission avec les Sentinelles, avait trouvé la mort, c’est tout naturellement que le jeune homme avait désigné comme endroit pour son repos éternel, la tombe située entre eux deux : Willeod et Lelorrain. Le premier avait sauvé la vie de Rick, en compagnie de Jazon, le mari de Gypsie, lorsqu’il avait été blessé par le taureau. Le second, il ne le connaissait pas vraiment...
Le lot 13 comptait aussi la présence de Basiline. Cette jeune femme avait été l’une des adjointes de Rick à la mairie de Montbrisson. Il avait fait d’elle sa future élève et comptait lui apprendre tous les rouages qu’il connaissait. Mais un beau jour, elle ne se présenta pas au conseil municipal ni les jours suivants. Et pour cause, elle avait trouvé la mort de manière mystérieuse. Le jeune maire de l’époque en avait été profondément choqué de ne pas savoir de quoi elle était morte.

Le jeune homme avait atteint maintenant le fond du cimetière. Trois tombes ornaient cet endroit. Et comme pour le lot 20, le 5 comptait que des amis de Rick. Leko et son fameux tablier rose n’hésitant pas à nettoyer la taverne et à faire le ménage encore et encore, lavant les verres alors qu’ils n’étaient pas totalement vides, pour inciter les gens à en commander d’autres. S’il savait ce qu’était devenue son amie de l’époque, pour sûr qu’il se retournerait dans sa tombe. N’était-elle pas une des plus grandes brigandes du B.A. ? Ne cherchait-elle pas pour noyer l’ennui à rejoindre son grand amour, en raquettant les voyageurs ? Peut-être qu’un jour, elle arriverait à obtenir ce qu’elle voulait : le rejoindre. Mais d’ici là, combien de personnes videraient leurs poches devant Wess ? Un trop grand nombre à dire vrai...
Despe... Rick prononça son nom comme pour faire ressurgir de l’au-delà, son frère de sang, son ami, son compagnon de beuverie... Despe qui avait su conquérir le cœur de Tia, bien avant lui et qui avait trouvé la mort, sur la route du couvent, probablement attaqué par des brigands. Despérado, enfin, qui sur son âne, n’hésitait pas à venir récupérer ses clés, en taverne. Pilier de taverne, il avait été un piètre tribun, lorsque Kory avait été bourgmestre, trop intéressé par la beuverie et l’amour qu’il ressentait pour toutes les filles qu’il croisait. Un homme au grand cœur, trop vite parti, laissant derrière lui, beaucoup de larmes et de tristesse, mais sans qui, le jeune homme n’aurait jamais rencontré son épouse et la mère de ses enfants.

Le lot 5 comptait aussi une femme merveilleuse : Amadeus. Elle aussi trop vite partie, alors qu’elle était capitaine de la COBA. Elle avait été son mentor et lui avait appris bien des choses : d’abord son premier métier de forgeron, lui expliquant le subtil art de taper sur une enclume, puis la politique municipale, faisant de lui le conseiller aux artisans et un grand marchand ambulant. Et enfin, elle lui avait aussi appris à avoir confiance en lui. Elle avait fait son avocat lorsqu’amoureux d’Epson, il cherchait à la conquérir, expliquant à la jeune femme pourquoi elle devait être sienne. Elle aurait pu devenir une redoutable politicienne, si le temps lui avait été laissé. Ce ne fut malheureusement pas le cas. Et aujourd’hui, elle était couchée entre ses deux amis, ne laissant pas de place à son défunt mari : Pinche. Le jeune homme n’en avait pas cru ses yeux en voyant le nom de l’ancien bourgmestre de Montbrisson. Mais d’un autre côté, il avait trouvé qu’il avait résisté longtemps à la mort de son épouse. Lui, tout diacre qu’il était, n’aurait jamais pu résister si longtemps, à rester avec elle pour l’éternité.

Rick n’oublierait pas dans ses prières les morts du carré militaire : Lion_vert, Moosixe l’ancien capitaine des Dauphins, Peyoo, Mandrin et Otchoa. Il n’oubliera pas non plus Alayn, le fils de Gypsie ni Assunto, le premier curé du village qui avait donné son nom à l’Eglise du village, ni Phaleg et son regard azur et encore moins Kathalina qui avait été, à ses côtés Miss Montbrisson 1455, petite sœur d’Aiguemarine.

Le diacre avait fini son tour du cimetière et lorsqu’il sortit, il eut la surprise de découvrir un étrange panneau. Le gardien donnait sa démission. Le jeune homme soupira et se dit que ce village était vraiment étrange. A chacune des visites qu’il avait fait à sa sœur, il ne regrettait pas son choix. Les villageois n’avaient pas daigné venir à sa convocation de l’équipe de soule. Il plaignait sincèrement Pierre Tombal, trop tôt disparu et se dit qu’il valait mieux qu’il ne voit pas dans l’état où son cimetière avait été laissé. Combien de villageois connaissaient vraiment le nom des défunts couchés dans ce bout de terre ? Malheureusement très peu. Main dans la main, avec ses enfants, Rick retourna jusqu’à l’auberge. Les Dauphins ne voulant pas répondre à ses convocations, il préférait reprendre ses affaires et se diriger vers une nouvelle ville.

_________________
avatar
Rick
Admin

Nombre de messages : 391
Age : 39
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum