L'Eté 1457

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'Eté 1457

Message  Rick le Ven 11 Sep - 22:24

Rick a écrit:Le jeune homme était enfin de retour chez lui, après plusieurs jours d'absence. Grâce à l'aide de Kory et de ses vrais amis, Rick avait réussi à retrouver Tia. Malheureusement les retrouvailles avaient été courtes, puisque le jeune homme se devait de retourner à Montpensier très rapidement. Il avait donc été décidé que Tia irait chercher toute seule les trois enfants. Elle les avait laissé à Cournon pour pouvoir se reposer.

De retour au village, le jeune homme s'était d'abord rendu à l'Antre des bûcherons pour s'apercevoir que le stock avait été dévalisé par ses clients affamés. Il était heureux de voir qu'elle fonctionnait aussi bien. Une fois le renouvellement fait, la visite à sa belle-soeur, son frère et sa nièce effectuée, le jeune homme put enfin se reposer. Depuis combien de temps n'avait-il pas dormi une nuit entière ? Trop longtemps assurement. Le jeune papa pourrait donc profiter de l'absence momentanée de ses enfants pour se reposer totalement.

Une fois entré, le jeune homme se précipita dans sa chambre et une fois les bottes enlevées, il s'allongea en travers du lit sans demander son reste et sans avoir enlevé ses vêtements, il s'endormit.
Rick a écrit:Depuis quelques jours, Tia ne se sentait pas très bien. Elle était très fatiguée. Rick avait donc décidé de prendre les choses en main et de s'occuper de leurs enfants. Ainsi, la jeune femme pourrait reprendre plus facilement du poil de la bête. La chose qui risquait d'être le plus dur, ce serait de récolter les légumes avec les trois petits anges. Rick avait repoussé le moment de le faire par manque de temps, mais aujourd'hui, il se devait de le faire, enfants ou pas. Faire comprendre à Georges ne serait pas le plus difficile. En effet, le petit garçon du haut de ses dix-neuf mois commençait à comprendre certaines choses. Donc en lui disant de ne pas marcher n'importe où, cela pourrait très bien le faire. Le plus dur serait, néanmoins de s'occuper des deux colombes Aliénor et Patience, qui à tout juste neuf mois, ne marchaient pas encore. Les deux fillettes arrivaient à rester assises mais étaient attirées par tout ce qui était inconnu. Rick se souvenait très bien des exploits de Georges au baptême des enfants d'Aigue. Le petit garçon avait voulu connaître le goût des vers de terre, durant une seconde d'inattention de son père.

Petit instant de réflexion paternelle pour savoir comment gérer la situation. D'une part, il faisait trop chaud pour faire la récolte de suite. Pas que cela soit gênant pour le jeune homme mais plus pour les enfants. D'autre part, en raison de l'état de santé maternel, il ne fallait pas rester trop près de la cabane pour éviter que Tia ne pointe le bout de son nez plutôt que de rester à dormir. La seule solution envisageable était donc de partir se promener dans les jardins de Birgit qui se trouvaient à côté. Rick prépara donc un sac dans lequel il mit le goûter du trio enfantin. Du pain et de la confiture pour Georges et une compote de fruits pour ses soeurs. Il rajouta une bouteille contenant du jus de fruits pour tout le monde.

Les jumelles furent couchées dans leur couffin, pendant que Georges pourrait courir à côté de son père. Le sac fut mis sur le dos et la petite missive destinée à Tia posée sur la table de la cabane, pour le cas où elle se réveillerait avant qu'ils ne reviennent. Rick savait à quel point cela pouvait être angoissant de ne pas avoir de nouvelles de ceux que l'on aime, à son retour. Il l'avait vécu, quelques semaines auparavant.


Ma jolie Pelouse,

Afin que tu te reposes convenablement, j'ai amené nos trois enfants aux Jardins de Birgit. Ne t'inquiètes pas nous serons de retour avant le dîner. J'ai pris de quoi faire goûter nos enfants.

Je t'aime.

Rick
--Berha a écrit:

Bertha arriva en courrant chez Rick et Tiadriel. Elle ne savait pas exactement si elle devait se rendre à l'épi ou à la taverne. Elle avait choisi l'épi pourquoi elle ne le savait pas. Elle s'arréta net devant la porte et se mit à tambouriner comme un sourd sur le panneau de bois.

M'sieur Rick ... M'sieur Rick ... Mam'Agna l'est au plus mal. Elle dégobille par tous les trous d'son visage ... vite il nous faut vot'science... Tout en criant elle continuait à tambouriner sur la porte.
Rick a écrit:Rick avait passé toute la nuit sur les remparts, comme depuis le début de la semaine. La garde s'était relativement bien passée, puisqu'il n'y avait eu aucun incident. A peine rentré dans leur cabane, le jeune aspirant-maréchal avait pris un petit déjeuner et avait préparé celui de son épouse pour quand elle se réveillerait. Puis, il alla rejoindre Tia sous la couette, avant de s'endormir profondément.

Combien de temps avait-il réussi à dormir lorsque les premiers coups à la porte se firent entendre ? Il ne le savait même pas. Il mit son oreiller sur la tête, espérant pouvoir retrouver les bras de Morphée. Dans son esprit, Tia n'était pas loin et elle allait ouvrir la porte. Les coups sur la porte se firent plus persistants et le jeune homme n'eut pas d'autre solution que de se lever. Son épouse ne devait pas être dans le coin, sinon elle aurait empêché ce vacarme. Il soupira tout en enfilant ses braies et se frottant les yeux, se dirigea d'un pas lourd vers la porte. Dehors une voix féminine hurlait


M'sieur Rick ... M'sieur Rick ... Mam'Agna l'est au plus mal. Elle dégobille par tous les trous d'son visage ... vite il nous faut vot'science...

Le jeune homme ouvrit la porte et fut autant surpris par la personne qui se trouvait devant lui que par la clarté du soleil. Il connaissait la femme pour l'avoir déjà croisé à l'église. C'était la servante de Soeur Agna.

Bertha ! Que faites-vous là ?

Rick attendit que son vis-à-vis répète ce qu'elle venait de dire.

Agna dites-vous ? Elle quoi par les trous du visage ?

Rick pensait que la diaconesse devait saigner. Et vu l'état de sa bonne, il fallait faire vite.

Elle a fait ça comment ? Elle s'est blessée ? Attendez-moi là, je vais finir de m'habiller et je vous suis.

_________________
avatar
Rick
Admin

Nombre de messages : 391
Age : 40
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Eté 1457

Message  Rick le Ven 11 Sep - 22:26

--Berha a écrit:

Bertha attendit devant la porte que Rick fut présentable. Elle trépignait d'impatience sur le pas de porte faisant les cent pas les mains dans le dos. Elle grommelait à voix basse.

Pfffffffffffffffff .... l'est pire qu'une dame c'ui-la va pas s'poudrer l'nez aussi??? N'y tenant plus elle décida de le héler.

Vous êtes près m'sieur Rick ... j'commence à avancer douc'ment ... avec vos grandes guibolles vous m'retrouvez et oubliez pas vos outils ... Bertha commença à avancer à pas chaloupés comme à son habitude car sa course de l'allée l'avait épuisée.
Rick a écrit:Quelques jours étaient déjà passés depuis le premier achat de vaches par Rick. Petit à petit, elles grossissaient plus ou moins vite. Mais avec l'été très chaud, l'herbe n'était pas vraiment au rendez-vous. Le jeune homme désespérait de les voir grossir. Il se demandait s'il ne devait pas brûler un cierge pour Ste Boulasse afin de les voir grossir un peu plus. Les jours avançaient et le jeune éleveur avait choisi de faire traire ses vaches. Il ne voulait pas demander cela au premier saisonnier venu. Quelqu'un avec de l'expérience serait la personne idéale pour ce travail.

Le jeune homme porta donc l'annonce à la mairie pour trouver quelqu'un. Et lorsque celui-ci se présenta à la propriété de Tia et Rick, le jeune homme lui montra le champ, avant de partir à l'Antre des Bûcherons, avec les enfants. La journée se passa plus rapidement que prévu et Rick retourna à Lépi Lami, sifflotant. Il se rendit au champ pour voir si l'employé avait fini de mettre le lait dans des bouteilles pour les déposer dans la taverne. Mais arrivé là-bas, l'homme eut un choc. Au milieu des trois autres, trônait une vache, mais pas n'importe laquelle... la plus grosse... Marguerite...

Mais... mais... que s'est-il passé ici ? Pourquoi ma vache est-elle morte ?

Ah ben, j'savions pas trop comme't faire avec elle. Alors j'l'avions tenté de la traire, ma c'est que la bête elle voulait pe s'laisser faire. Alors j'l'avions tenté de l'attacher à l'a'bre là bas, mais j'avions pas pu à la fin, non plus. Du coup, j'l'avons décidé de m'asseoir un moment...

Rick pinca entre ses deux yeux pour réfléchir. Qu'est ce qu'il lui avait pris d'embaucher cet incapable ? Il s'en mordait les doigts maintenant. Mais en tant qu'aspirant maréchal, il devait continuer l'interrogatoire.

Vous avez voulu vous asseoir au début de la journée... Vous êtiez donc fatigué...

Ah oui, mais ça est un accident...

Un accident ? Comment cela...

Le jeune homme se demandait comment un homme qui voulait se reposer, pouvait tuer une vache. Il posa donc la question qui tue, justement. Comment cela s'était passé l'accident...

Ah ben... J'avions donc décidé de m'asseoir là mais j'avions pas vraiment d'endroit pour le faire. Alors j'avions vu une souche et j'avions décidé de la sortir un peu pour m'asseoir et attindre que la vache, ben elle veuille s'faire traire.

L'employé le regardait d'un air tout fier en se touchant la tête.

Y'en a là-dedans sieur Rick... J'suis un malin... J'attendions et hop dès qu'elle est prête, j'la prends par surprise...

Le jeune éleveur de vaches secoua la tête en se demandant ce que pouvait faire ce boulet dans son champ. Il se demandait s'il ne fallait pas mettre un listing des affreux du village pour éviter de les embaucher. Entre ceux qui ne comprenait rien aux lois et ceux qui faisaient mal leur travail, c'était hallucinant.

Bon continuez votre histoire.

Donc, j'avions tiré sur la souche, mais c'que c'était dur à tirer une souche. Alors j'avions tiré, tiré et j'ai reculé, mais j'avions laissé la fourche derrière moi et en reculant, j'avions buté dessus et j'ai échappé la souche par derrière moi.

Rick essayait de s'imaginer la scène et tenta de se calmer en se massant entre les deux yeux. Il était vraiment le must du must en tant qu'employé celui-là.

Et puis, quand j'mettions réveillé, ben la vache elle était couchée là, dans le champ. Et elle bougeait plus...

Quand vous vous êtes réveillé ? Votre évanouissement a duré combien de temps ?

Trouble de la part du saisonnier et le jeune homme prit peur de la réponse.

Ben j'métions levé juste avant que vous arriviez

QUOIIIIIII ???? Non mais j'y crois pas.... Alors non seulement, il est maladroit comme pas possible et il dort au lieu de faire le travail... Fichez moi le camp et vite avant que j'envoie les chiens contre vous... Déguerpissez de ma vue....

Ah mais c'est que j'étions fatigué... J'avions pas dormi c'te nuit...Vous savez les jolies demoiselles qu'il faut contenter dans les tavernes et derrière l'Eglise

DEHORS !!!!!! Déguerpissez de suite...

Rick siffla Inuki et les deux louveteaux pour faire peur à son employé qui détala plus vite qu'il n'avait fait le travail. Tout était à refaire et en plus il fallait qu'il rachète une vache. Il maugréa tout seul pendant une partie de la soirée, en se jurant mais un peu tard qu'on ne l'y prendrait plus.
Rick a écrit:Un pigeon vint se poser sur la terrasse du couple. A sa patte, un message de deux voyageurs, de leurs amis.

Aiguemarine a écrit:
Cher Rick, Chère Tia,


J'espère que vous allez bien, ainsi que vos 3 petits bouts.
A vrai dire, nous sommes un peu inquiêts.
Il y a quelques temps de cela, nous avons écrit à Sun afin de savoir si elle pouvait passer chez nous aérer notre maison, du fait de notre retour et n'avons eus aucune nouvelles.

Peut-être n'a t'elle pas eue le temps ?!
Nous la savons pas mal occupée avec toutes ses charges.
Pourriez vous aller jeter un coup d'oeil voir si tout est en ordre.

Nous sommes sur le chemin du retour, mais nous avançons moins vite que prévu.
En effet, suite à une chute dans le verger de Cahors, Aigue s'est cassée le poignet.
Donc, nous faisons plus de haltes que prévu. Et la dernière en date a encore été plus longue. En effet, en chemin en Sarlat & Tulle, 3 brigands nous ont détroussé.
Il nous faut maintenant nous refaire une santé, autant physique que financière.

Voilà pour toutes les nouvelles nous concernant.

En espérant que de votre côté, c'est moins...agité.

Dans l'attente de vous revoir à Montpensier, nous vous embrassons tous les 5.



Nic & Aiguemarine
Seigneur & Dame de Sarliève
Rick a écrit:Cela faisait maintenant plusieurs jours que Tia s'était absentée pour soigner une grande tante malade et donc plusieurs jours que Rick s'occupait avec plus ou moins d'efficacité son rôle de père. Aujourd'hui, le jeune homme avait prévu d'écrire à son épouse pour lui dire à quel point, elle lui manquait. Et surtout aussi pour lui donner des nouvelles des enfants. Il avait donc pris un parchemin et une plume et il avait commencé à noircir plusieurs lignes déjà, lorsqu'il sentit une main s'accrochait à ses braies. Il regarda en direction du sol pour voir que la petite Patience avait fini d'écouter les histoires de leur grand frère et venait faire un câlin. La petite fille avait, tout comme sa jumelle, encore une démarche hésitante et s'aidait beaucoup des chaises, table et autres meubles. Une deuxième main, cette fois-ci, de l'autre côté et Aliénor vint à son tour pour voir ce qui se passait vers leur papa. Et forcément, le petit conteur n'ayant plus de public pour l'écouter, rejoignit ses petites sœurs. Dans son langage à demi-codé, il demanda à son père ce qu'il faisait.

Eh bien, p'tit bonhomme, j'écris à Maman pour lui dire qu'elle nous manque et qu'il faut qu'elle revienne vite nous retrouver...

Georges avait très envie aussi d'écrire aussi à sa maman qui lui manquait tant. Et Aliénor et Patience, à cheval sur les genoux paternels, voulaient déjà s'emparer de la plume et du parchemin. Et ce n'est qu'au terme de plusieurs contorsions corporelles pour ne pas blesser ses filles, que Rick réussit à ne pas faire maculer son vélin par une grande trace noire. En effet, l'une des deux filles avait tendu la main et s'apprêtait à prendre l'encrier. Parti comme cela l'était, le jeune homme ne pourrait décemment pas écrire à son épouse ainsi. Il fallait donc occuper les enfants.

Quelque temps auparavant, Rick avait fabriqué une table miniature avec quatre petites chaises pour que ses enfants puissent s'amuser à faire comme les grands. Ce petit meuble trônait au milieu de la petite salle de jeux enfantine. Le père de famille amena donc toute la petite famille dans la pièce voisine et leur tendit des bouts de parchemin. Puis, il réfléchit. Il ne pouvait décemment pas donner à ses enfants, une plume avec laquelle, il pourrait se blesser. Il se décida donc à donner à chacun des enfants, un petit bout de charbon pour qu'ils puissent dessiner pour Tia.


Et si on faisait un petit dessin pour Maman ?

Bien entendu, seul Georges avait compris ce que son père attendait d'eux. Il commença donc à prendre son charbon en main et commença à faire des grands ronds un peu partout. Il avait déjà fait un dessin avec l'aide de sa maman, pour les quatre ans du duché et il avait beaucoup aimé l'activité. Voyant que le petit garçon s'en sortait assez bien, le jeune papa se retourna vers les jumelles et là, catastrophe....

Non Patience... Non, ça ne se mange pas....

Et hop, une main qui s’allonge pour récupérer le charbon de bois mais déjà la petite fille avait la bouche toute noire ainsi que le visage. Elle s’en était mit partout, pensant que l’objet se mangeait. Et alors que Rick envisageait de la débarbouiller, il regarda autour de lui et vit Aliénor s’amuser à taper partout avec son charbon, en rythme.

Non Aliénor… Non, on ne tape pas le chien avec…

Et à nouveau le jeune homme dû allonger le pas pour empêcher la bêtise de son autre fille qui avait déjà fait des traces noires partout : la table, ses vêtements et le sol. Rick soupira, il devrait s’occuper du nettoyage de la pièce. Le jeune homme se demandait parfois comment Tia arrivait à tout faire. Les femmes et les hommes n’étaient vraiment pas faits pareils, cela devait une certitude. En tout cas, le jeune homme se jurait d’être plus présent avec ses enfants pour soulager son épouse, après cet entre mède d’infortune. La main d’Aliénor était aussi noire que toutes les traces qu’elle avait laissé partout.

Rick en était maintenant quitte pour faire un double bain. A moins que…. Il jeta un coup d’œil en direction de Georges qui avait fini de maculer son parchemin avec différents gribouillis. Il s’approcha de son père pour lui raconter ce qu’il avait fait. Il semblait fier de ce qu’il avait dessiné pour sa maman. Et voilà que le petit garçon commençait à raconter ce qu’il avait fait, en montrant à son public, son œuvre d’art. Le jeune homme ne put qu’esquisser un sourire en le voyant faire. Il était vraiment attachant mais tellement sale. A l’image de ses sœurs, il avait mis du charbon partout. Des traces sur son front, sur ses bras, sur ses vêtements. Il récupéra le dessin de son fils et amena sa petite troupe dans l’autre pièce. Il mit le dessin de son fils sur la table avec sa lettre pour Tia. Puis tous les quatre se dirigèrent en direction de la salle principale où Rick fit chauffer l’eau pour le bain des enfants. Heureusement que les trois petits n’étaient pas du genre réfractaire à cet exercice fréquent. Pendant les longues minutes qu’il fallut pour que l’eau soit suffisamment chaude, le jeune père de famille commença à raconter une histoire à ses enfants. Puis, ils se dirigèrent dans la petite salle d’eau où trônait le grand baquet. Là les vêtements furent vite débarrassés et les petits installés dans l’eau. A genoux devant les enfants, Rick continua son histoire où il était question de canards barbotant dans une mare. Le jeune conteur voulait aider les enfants à s’imaginer la scène et quoi de mieux que la salle d’eau pour cela. Et tout en berçant ses enfants de sa voix grave, il les lava doucement mais fermement, enlevant lentement mais sûrement le noir de ses enfants pour le déverser dans l’eau.

Une fois séchés, les enfants furent conduits au lit et après la séance de bisous, s’endormirent très vite. Le jeune homme était maintenant (enfin) seul pour pouvoir coucher sur le papier les émotions de la journée pour son épouse. Il s’était promis de la tenir informée, le mieux possible de tout ce qui pouvait l’intéresser et en particulier des enfants. Il avait pu voir combien il était difficile, à la fin du printemps dernier, d’être séparé de ses petites terreurs. Une fois, les dernières recommandations faites, le jeune homme siffla Réglisse pour qu’elle fasse son rôle de messager. La chouette n’avait pas l’air d’apprécier d’être déranger durant sa chasse nocturne mais lorsque le jeune homme lui expliqua le destinataire, elle sembla plus compréhensive. En tout cas, c’est à cela que le jeune homme pensa dans son esprit totalement fatigué. Heureusement qu’il lui restait encore quelques jours avant ses prochaines gardes. Le ménage attendrait demain, pour l’heure, il était plus que temps d’aller se coucher. Ce qu’il fit avec grand plaisir mais triste d‘avoir ce grand lit pour lui tout seul.

_________________
avatar
Rick
Admin

Nombre de messages : 391
Age : 40
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum